Menu
Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
  • Switch
  • Vita
  • iOS
  • Android
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test : Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas
iOS
Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Pseudo supprimé
L'avis de Pseudo supprimé
19 novembre 2013 à 15:26:11
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (16)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.4/20
Tous les prix
Partager sur :

En raison d’un développement extrêmement long et ambitieux puis de présentations très enthousiasmantes dans les salons, Oceanhorn est sans aucun doute un des titres les plus attendus de cette fin d’année sur l’App Store, aux côtés de Rayman Fiesta Run. Le bébé de Cornfox & Bros. cultive en effet le suspense depuis novembre 2011 par le biais de premiers screenshots pour le moins alléchants. Le soft entend proposer une aventure aussi aboutie que celle d’un Zelda sur consoles portables, en reprenant de nombreux éléments de la saga culte de Nintendo. Un pari réussi ?

Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas

Oceanhorn, entre hommage et plagiat…

C’est par une nuit sombre et froide que l’aventure débute. Le père d’un héros anonyme part affronter un monstre mécanique marin redoutable auquel il semble intimement lié : l’Oceanhorn. Comme on s’en doute, il ne sera pas de taille face à cet adversaire et c’est donc au joueur de partir à sa recherche et d’arriver avant qu’il ne soit trop tard. Pas de princesse à sauver dans les environs par conséquent, mais un scénario qui débute de façon plutôt banale et convenue. Vous incarnez donc un jeune aventurier, lâché sur une île et avec pour seule arme une branche d’arbre, qui devra récupérer trois médaillons avant de pouvoir affronter la bête. Les premiers pas dans l’aventure font immédiatement penser à du Zelda pur et dur : il s’agit en premier lieu de trouver l’épée et le bouclier, il est possible de soulever des pots et de les jeter sur les ennemis, et le gameplay n’est pas sans rappeler celui d’un certain héros au bonnet vert.

Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas
L’interface est particulièrement bien conçue.
Vous obtiendrez très rapidement un bateau afin de voguer sur un océan assez vaste et parsemé d’une quinzaine d’îles à explorer, ce qui renvoie là aussi à l'une des aventures de Link, et plus précisément à Wind Waker. Les similitudes sont poussées à l’extrême avec l’obtention, un peu plus tard dans l’aventure, d’un arc, de bombes, et même d’un bouclier miroir ! Le déroulement est également très proche de celui d’un Zelda : le héros évolue petit à petit en améliorant son équipement dans les donjons, en affrontant des boss et en ramassant des fragments de cœur plutôt bien cachés.

L’exploration prend une nouvelle dimension

Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas
L’océan est assez vaste, et une bonne quinzaine d’îles est au rendez-vous.
Est-on pour autant proche du plagiat ? Pas vraiment, car s’il ne cache en aucun cas son inspiration, Oceanhorn parvient à apporter son lot de bonnes idées à la formule. Par exemple, si vous avez le bateau à votre disposition dès le début du jeu, très peu d’îles seront explorables dans un premier temps. Le reste des terres immergées se débloque en effet en terminant des quêtes, en parlant à des PNJ, ou encore en trouvant des bouteilles jetées à la mer mentionnant de lointaines contrées. Une vraie bonne idée d’autant plus que la plupart des îles trouvées ainsi sont tout à fait optionnelles et que certaines regorgent de trésors qui pourront grandement vous faciliter la tâche. L’exploration est une des grandes forces de cet Oceanhorn, et il n’est pas rare de faire des allers-retours – sans aucune lassitude toutefois – afin d’aller voir si une île auparavant impraticable est désormais accessible avec un nouvel objet trouvé dans un donjon. A la clé : un potentiel quart de cœur, une ou plusieurs pierres de sang (objets à collecter tout au long du jeu avec une forte récompense au final), ou bien de gros cristaux d’expérience.

Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas
Traverser la mer n’est pas de tout repos.
C’est d’ailleurs un autre élément bienvenu dans le gameplay : le système d’XP est très abouti. Tuer des ennemis et résoudre toutes sortes de succès vous gratifie de cristaux qui déterminent le niveau du joueur. Chaque palier atteint offre une récompense appréciable, qu’il s’agisse d’augmenter la taille du sac de bombes ou du carquois, d’ajouter un fusil pour tirer depuis le bateau, d’augmenter la vitesse de votre embarcation ou encore de lancer des éclairs avec la dernière épée du jeu ! Atteindre les rangs les plus élevés n’est pas évident et nécessite de mener à bien les trois succès de chaque île.

Qu’il est beau mon bateau !

Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas
C’est vrai qu’une retraite bien méritée peut faire du bien !
Maintenant que nous avons fait le tour des points communs entre Oceanhorn et Zelda et des ajouts pertinents du soft de Cornfox & Bros., il s’agit de voir si tout cela tient la route une fois mis en place. Et la réponse est oui, mille fois oui ! Pour commencer, Oceanhorn est sans doute un des plus beaux jeux de l’App Store. Les décors sont grandioses, les textures sont d’une finesse phénoménale pour un jeu mobile, et la 3D est extrêmement bien maîtrisée. On sent également qu’une petite couche d’anti-aliasing est passée par là, pour le plaisir des yeux. Le cycle jour-nuit est également bien géré et propose une approche résolument différente des îles selon l’heure de la journée. On peut cependant déplorer qu’il fasse bien plus souvent jour que nuit, et que le temps soit figé lors de l’exploration d’une île. Malgré de très rares chutes de framerate, le soft se permet en plus de tourner à 60 images par seconde (ah, le fameux open world 60 fps !) sur les terminaux les plus récents (iPad Air et iPhone 5S). La direction artistique tient également la route, les îles et donjons ont une ambiance très caractéristique, et le titre possède ainsi une forte personnalité. Entre une île des défunts particulièrement glauque, un village au contraire tout à fait charmant, ou encore un donjon situé dans une ancienne cité mécanique, Oceanhorn s’avère plutôt original et sait varier ses environnements.

Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas
Réunir toutes les pierres de sang n’est pas aisé, mais le jeu en vaut la chandelle.
Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, la bande-son est également un régal pour les oreilles. Et quoi de mieux pour espérer égaler du Koji Kondo (compositeur d’une grande partie des musiques de Zelda) que de faire appel à Nobuo Uematsu (Final Fantasy) ? Les thèmes sont donc, en toute logique, immersifs et de grande qualité. Les cinématiques ne sont pas en reste : peu envahissantes, elles ponctuent les moments-clés de l’aventure et donnent lieu à certaines scènes mémorables, comme le feu d’artifice dans le village central du jeu, Tikarel. Oceanhorn est donc définitivement beau à voir et à entendre, mais ce n’est pas tout…

Le tactile réinventé !

Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas
Tirer à travers une torche permet d’enflammer les flèches.
Outre ses qualités techniques et artistiques, le soft de Cornfox & Bros. frôle le sans-faute là où il était le plus attendu au tournant : faire du Zelda sur du tactile, là où même Nintendo n’avait pas spécialement convaincu les fans avec les épisodes Phantom Hourglass et Spirit Tracks sur DS. Le stick directionnel répond bien, l’interface est un modèle d’ergonomie, et les ennemis un plaisir à occire. Il est d’ailleurs conseillé de jouer avec le stick virtuel, qui permet une maniabilité bien meilleure que le mode « tout-tactile » par défaut. Tous les objets du jeu sont très simples à utiliser : les bombes, l’arc, les bottes de saut et encore le bouclier répondent présent au doigt et à l’œil.

Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas
Certains ennemis sont plutôt coriaces.
Le titre se permet même quelques subtilités dans les combats, comme un ingénieux système de contre : lorsque l’ennemi prépare une attaque, il est possible de parer son offensive au moment adéquat pour briser sa garde et pouvoir ainsi s’acharner dessus à l’épée. En revanche, un petit tutoriel n’aurait pas été du luxe, car certains éléments importants du gameplay comme celui cité précédemment ne sont aucunement expliqués dans le jeu, de même pour l’attaque cyclone qui est à découvrir par le joueur ou encore le lancer de bombes qui peut se faire avec un slide. Pour quelqu’un qui ne maîtrise pas cela, certains combats peuvent donc s’avérer frustrants et maladroits. Pour ma part, j’ai découvert le contre par hasard lors du combat contre un boss à plus de la moitié de l’aventure : c’est un peu tard !

Les donjons sont bien conçus et plutôt longs, ponctués de boss nécessitant une stratégie bien spécifique pour être abattus. Les nombreuses énigmes du titre sont, en revanche, assez simples pour la plupart et se résument à pousser des blocs ou activer des interrupteurs. Un peu trop facile pour les aficionados de ce genre de jeu, sans doute. Celles qui font réellement travailler les méninges se comptent ainsi sur les doigts d’une main, dommage. Récolter l’intégralité des pierres de sang et des quarts de cœur n’est cependant pas une mince affaire.

Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas
Les icônes de lancement rapide sont bien pensées.
Au chapitre des regrets, on pourra noter une durée de vie d’une quinzaine d’heures pour terminer le titre à 100 % (comptez une dizaine d’heures juste pour la quête principale), ce qui est déjà très honnête pour un jeu App Store facturé un peu moins de 8 €, mais la grande qualité du titre induit nécessairement que l’on en veuille plus, toujours plus. On peut éventuellement déplorer une certaine linéarité dans la quête principale, qui reste toutefois inhérente à ce genre de jeu. Plus embêtant en revanche : pour profiter d’une telle prouesse technique, les appareils Apple de la génération iPhone 4S et iPad 2 risquent de présenter des chutes de framerate assez fréquentes. Mais ces petits griefs ne suffiront pas à masquer le plaisir procuré par ce Zelda-like de grande qualité, tellement addictif, profond et bien fini qu’on ne peut le lâcher qu’après la cinématique de fin.

Les notes
+Points positifs
  • Gameplay très efficace…
  • Beau et immersif
  • L’exploration au centre du jeu
  • Combats et boss intéressants
  • De nombreux trésors à récupérer
  • Bande-son sublime
  • Un vrai petit Zelda de poche, en somme !
-Points négatifs
  • … mais à découvrir en partie soi-même !
  • Des énigmes assez simplistes
  • Durée de vie correcte mais perfectible
  • Scénario banal

Oceanhorn est une incroyable réussite technique qui propulse le jeu vidéo sur smartphones vers de nouveaux horizons. Les deux années de développement auront porté leurs fruits : nous avons ici un soft à la finition impeccable et avec une profondeur rarement vue sur le support. Artistiquement grandiose et porté par une OST magistrale, le titre est sublimé par un gameplay très efficace qui constitue à lui seul une énorme prouesse sur un écran tactile. Il manque encore ce petit soupçon de magie, présent dans certains Zelda dont il s’inspire, ainsi qu’une durée de vie un poil plus conséquente pour atteindre des sommets… mais tout de même, quel pied !

Profil de Pseudo supprimé
L'avis de Pseudo supprimé
19 novembre 2013 à 15:26:11
17/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (16)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.4/20
Mis à jour le 19/11/2013
iOS Action Aventure FDG Entertainment Cornfox & Bros.
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : No Straight Roads : Le jeu d’action-aventure qui bat la mesure
    PC - PS4
  • Preview : Assetto Corsa Competizione : une version presque finalisée, mais déjà hypnotisante
    PC
  • Preview : Chernobylite : Premier contact avec la zone d'exclusion
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Borderlands 3
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Mortal Kombat 11
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Days Gone
    PS4
    Vidéo - Bande-annonce