Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PS3 / Tales of Xillia sur PS3 /

Test Tales of Xillia sur PS3 du 09/08/2013

Test : Tales of Xillia
PS3

Après avoir hérité d'un Tales of Graces f admirablement maîtrisé, les fans de la série de Namco Bandai ont dû prendre leur mal en patience pour pouvoir enfin jouer à Tales of Xillia en Europe. Un épisode inédit qui expérimente quelques nouvelles choses pour renouveler à sa manière la franchise, au risque de diviser les joueurs.

L'histoire de Tales of Xillia se déroule dans le monde de Rieze Maxia. Le mana y est au cœur de toute chose et son existence se retrouve menacée par les dirigeants du royaume de Rashugal qui s'apprêtent à absorber tout ce qu'il reste de mana par l'intermédiaire d'une puissante machine. Pour empêcher cela et éviter qu'ils ne mettent au point une arme aussi mortelle qu'incontrôlable, Maxwell, le seigneur des Esprits, prend forme humaine et s'incarne en la personne de Milla. Mais la jeune femme se retrouve très vite dépossédée du pouvoir des quatre grands Esprits (Efrit, Ondine, Sylphe et Gnome) et doit compter sur l'aide de Jude Mathis, le fils d'un scientifique de renom, pour s'en sortir. L'aventure peut alors véritablement commencer.

Deux points de vue pas si différents

Certains environnements sont plus inspirés que d'autres.

La première particularité de Tales of Xillia est de nous proposer, d'entrée de jeu, deux scénarios distincts. Selon que vous optiez pour Jude ou Milla, l'histoire sera ainsi découverte suivant deux points de vue différents, du moins en théorie. Dans la pratique, les éléments propres à chacun des deux scénarios s'avèrent peu nombreux et le déroulement de l'aventure sera quasiment le même, ce qui donne le sentiment que les développeurs ont davantage rajouté cette option pour rallonger la durée de vie plutôt que pour étoffer réellement l'histoire. Car mis à part quelques variations dans les cinématiques, des thèmes de combat propres à chaque personnage et des phases de jeu bien spécifiques mais qui se comptent sur les doigts de la main, les différences s'arrêtent là. Qui plus est, même si le style de combat de Jude n'a rien à voir avec celui de Milla, il est tout à fait possible de contrôler l'un ou l'autre quel que soit le scénario choisi, de même que n'importe quel autre protagoniste de l'équipe. Autant dire qu'il faut être vraiment motivé pour avoir envie de reprendre entièrement le jeu avec le second personnage.

Le système de liens renforce la coopération entre les membres de l'équipe.

Tales of Xillia marque aussi la première collaboration entre Mutsumi Inomata et Kosuke Fujishima, deux artistes bien connus des fans de la série qui signent là un character design vraiment réussi. Les personnages sont attachants sans tomber dans les archétypes habituels, et ils bénéficient tous d'un background assez approfondi. Bien conscient du charisme des héros du jeu, l'éditeur n'hésite d'ailleurs pas à proposer une pléthore de DLC sous forme de costumes vendus trois euros pièce, ce qu'on ne cautionne évidemment pas quand on sait que Tales of Vesperia proposait pas moins d'une cinquantaine de costumes gratuits. Malgré tout, il faut reconnaître que les personnages de Tales of Xillia ont de l'allure et qu'ils séduiront sans aucun problème les amateurs de J-RPG.

Un système de combat convaincant

Les Artes liés sont propres à chaque duo.

Clef de voûte de tout Tales of qui se respecte, le système de combat de ce nouvel opus prend le risque d'innover en mettant en place un certain nombre d'idées qui tournent principalement autour de la notion de liaison. Toujours en temps réel, bien évidemment, les affrontements se déroulent dans des arènes fermées où il est possible de se « décrocher » de l'ennemi à tout moment en effectuant un déplacement libre qui permet de contourner ses adversaires. Un compteur d'attaques (CA) limite le nombre de combos successifs, qu'il s'agisse d'attaques classiques ou d'Artes consommant des points de technique (PT). Une pression plus ou moins importante sur le bouton correspondant à la frappe choisie permet d'alterner entre des coups rapides ou chargés. Les stratégies permettent de paramétrer le comportement de ses alliés lorsqu'ils ne sont pas contrôlés par d'autres joueurs.

Il est possible de faire un enchaînement d'Artes liés.

La notion de liaison se traduit par la possibilité de lier le personnage que l'on contrôle à un allié par simple pression sur l'une des directions de la croix directionnelle. Concrètement, le fait d'avoir un partenaire lié a plusieurs intérêts, notamment de voir ce dernier se placer derrière l'ennemi que vous ciblez pour le prendre en sandwich tout en couvrant vos arrières. De plus, les dégâts subis sont répartis entre les deux partenaires, tout comme les soins reçus. A cela s'ajoute le fait que chaque personnage du jeu vous confère des bonus spécifiques lorsqu'il est lié à vous. Alvin peut par exemple briser la garde des ennemis tandis qu'Elize absorbe des TP à l'ennemi, que Rowen vous protège contre les Artes spirituels et que Léia dérobe les possessions de l'adversaire.

Une gigantesques toile d'araignée pour faire évoluer ses personnages.

Concernant les Artes, la jauge située à gauche de l'écran se remplit à chaque fois que vous vous battez en étant lié et permet de savoir à quel moment l'exécution d'un Arte pourra déboucher sur un Arte lié, autrement dit une technique combinée. A vous d'appuyer sur R2 au bon moment pour valider cette action et même en enchaîner plusieurs à la suite si vous êtes en mode saturation. Les chaînes d'Artes liés sont le meilleur moyen d'infliger un maximum de dégâts aux ennemis et sont essentielles contre les boss. De plus, il est tout à fait possible de changer de partenaire pendant un Arte lié pour poursuivre la chaîne avec le nouveau partenaire. Dynamique et spectaculaire, ce système de liaison est franchement convaincant, son seul véritable défaut étant qu'il ne se prête pas du tout aux parties à trois ou quatre joueurs puisque celui qui est choisi comme partenaire passe en mode auto pendant toute la durée de la liaison. Un point qui risque de peser lourdement dans la balance pour ceux qui ont l'habitude de jouer à plusieurs.

Orbes de lys et capacités

Complètement remanié à l'occasion de cet épisode, le système d'évolution des compétences de Tales of Xillia se révèle, à l'usage, franchement sympathique. Il prend la forme, pour chaque personnage, d'une gigantesque toile d'araignée qui s'étend à mesure que vous débloquez les différentes jonctions qui la composent. On ne peut acheter que les orbes qui sont juxtaposés mais il est possible d'aller dans n'importe quelle direction selon les bonus qu'on souhaite déverrouiller en priorité. En revanche, les orbes spéciaux ne peuvent être débloqués qu'en activant la totalité des nœuds qui les entourent. En plus des effets améliorants les stats, les orbes de lys permettent d'acquérir de nouveaux Artes ainsi qu'une pléthore de capacités qu'il faut ensuite équiper, le nombre de capacités actives étant limité. A chacun d'étudier la manière dont il va relier les fils de la toile entre eux pour compléter les zones qui lui semblent les plus avantageuses, un peu à la façon du fameux sphérier de Final Fantasy X. Le choix des capacités s'avère, quant à lui, non négligeable, dans la mesure où il détermine à la fois quelles sont les compétences utilisables par un personnage mais aussi la nature des capacités liées dont les effets vont se propager entre les membres de l'équipe lors des liaisons.

Craft et voyages rapides

Tales of Xillia déçoit en revanche par ses environnements pas franchement inspirés puisque les donjons se veulent tous très linéaires et dépourvus d'énigmes à résoudre. Les quêtes annexes n'ont pas non plus retenu bien longtemps l'attention des développeurs, peut-être faute de temps, et ne constituent qu'un à-côté assez marginal dans cet opus. Par ailleurs, on acquiert vite une carte du monde qui permet d'effectuer des voyages rapides entre les différentes destinations pour nous épargner des allers-retours et sans doute pour nous éviter de passer trop de temps dans les zones intermédiaires qui se ressemblent toutes. A l'inverse, les amateurs de craft n'hésiteront pas à revenir dans les lieux déjà visités pour y récupérer les sacs de butins et les matériaux qui se renouvellent aux points de collecte bien visibles sur la map. On n'a jamais vu autant d'éléments à dénicher dans un Tales of et il est appréciable de constater que ces trésors ont tous un réel intérêt dans le jeu. Ainsi, les matériaux sont là pour nous permettre de développer les boutiques via un système d'évolution très simple qui assure le renouvellement permanent du stock d'objets, d'armes et d'accessoires proposés. En contrepartie, on pourra toujours regretter cette perte d'identité dans les échoppes de chaque village puisqu'elles proposent maintenant toutes les mêmes articles à chaque étape de leur développement. Tales of Xillia comporte finalement pas mal de petites choses qui diviseront les joueurs, et surtout les inconditionnels de la série qui n'y verront clairement pas là l'épisode le plus indispensable de la saga. Malgré tout, le soft reste très plaisant à découvrir le temps de quelques dizaines d'heures de jeu.

Les notes
+ Points positifs
  • Character design convaincant
  • Le système d'Artes liés
  • L'évolution des capacités via les orbes de lys
  • La profusion de matériaux et la notion de craft pour les boutiques
  • Localisation soignée
  • Une durée de vie qui dépasse les 60 heures si on compte les deux scénarios
- Points négatifs
  • Pas assez de différences entre les deux scénarios
  • Manque de vraies quêtes annexes
  • Donjons linéaires dépourvus d'énigmes
  • Gameplay peu adapté au multijoueur
  • Pas de doublage japonais
  • Les costumes payants sous forme de DLC

Victime d'une attente pour le moins démesurée de la part des fans de la série, Tales of Xillia n'est peut-être pas le messie que nous promettait Namco mais il n'en reste pas moins un J-RPG de qualité. Si les systèmes de combat et d'évolution sont plutôt convaincants, on regrette que le soft n'ait pas profité d'environnements et de donjons plus inspirés, et que les à-côtés soient si anecdotiques. Les deux scénarios se ressemblent également beaucoup trop pour motiver à recommencer l'aventure deux fois de suite. Malgré tout, Tales of Xillia ne manque pas d'attrait et possède ce qu'il faut pour scotcher les amateurs de J-RPG pendant plusieurs dizaines d'heures.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
09 août 2013 à 17:17:57
15/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (200)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16/ 20
Mis à jour le 09/08/2013 Voir l'historique
PlayStation 3 RPG Bandai Namco
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (3)
  • News (41)
  • Vidéos (44)
  • Images (894)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (7)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Tales of Xillia sur PS3
    -
    PS3
  • Aperçu : Tales of Xillia - Japan Expo 2013 sur PS3
    - 212
    PS3
  • Aperçu : Tales of Xillia sur PS3
    - 181
    PS3
Boutique
  • Tales of Xillia PS3
    19.46 € Neuf
    19.90 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.