Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Galax
PC

Contributeur

Alors que Touhou 74 : Unforgiven Window of Hope et DoDoDonDoDonDonPachi Black Label Extra 1,5 sont déjà prévus pour l'été 2042 (deux excellentes séries, rappelons-le), c'est sur un grand petit shoot'em up amateur que nous allons tranquillement nous pencher. Disponible gratuitement depuis sa sortie en 2003, l'un des shoots les plus innovants depuis une bonne dizaine d'années est passé et passe inexplicablement inaperçu.

Le cas Galax rappelle celui d'un certain The Mark of Kri, beat'em up très original lui aussi sorti en 2003 et dont le gameplay reste cruellement sous-exploité (pendant ce temps-là, les QTE...). D'abord apparu sous une forme embryonnaire dans le très prometteur "SHOOTERS SOLITUDE system4" d'Hikware (projet indépendant laissé à l'abandon en 2001), le système de jeu de Galax peut toutefois espérer un meilleur avenir. En effet, avec la sortie en 2012 de ∀kashicverse -Malicious Wake- (oui, c'est le vrai titre) on a pu retrouver au moins les bases de ce système, même si la nécessité d'y recourir dans le soft d'Endless-Shirafu est assez discutable. Une descendance encore un peu bâtarde donc, mais gageons que si l'idée continue son chemin, elle finira un jour par prendre tout son envol.

All your base are belong to us.

Aussi curieux que cela puisse être, le scénario de ce shoot'em up est cohérent et justifié. En bref, on nous refait le coup de Thunder Force V, avec un super-ordinateur devenu si puissant qu'il décide de retourner les technologies de l'humanité contre elle. Le dernier espoir réside dans un vaisseau ayant échappé au contrôle de -Xenon- (l'ordinateur en question), et qui, comme par hasard, dispose d'une arme spéciale adaptée à la situation. C'est un bon point de départ, le boulot est fait, mais malheureusement ce scénario ne va pas plus loin (et ne se révèle pas aussi surprenant et mémorable que celui de Thunder Force V, par conséquent). On finit même par subir un choix de mise en scène assez agaçant vers la fin, bien que ceci ne soit heureusement qu'un détail pour un shoot'em up et surtout pour un shoot'em up de cette trempe.

L'essentiel

Pour une fois, jouer au clavier ajoute vraiment quelque chose au feeling.

Allez, venons-en enfin à ce qui nous intéresse le plus ici ! Pourquoi Galax est-il si novateur ? Quelle est cette arme spéciale capable de contrer un super-ordinateur et son réseau planétaire -Vector- ? C'est un système de hacking, tout simplement. Dans Galax, le vaisseau du joueur peut hacker ses adversaires en plein vol, pour les figer, activer leur séquence d'auto-destruction, ou carrément les transformer en alliés temporaires ! Et l'autre très bonne nouvelle, c'est que ces possibilités sont extrêmement bien mises en place tout au long des six niveaux du jeu, grâce à un level design et une conception des ennemis sans cesse renouvelés. Attention cependant, on ne vous a toujours pas révélé la véritable innovation du soft ! Car si hacker les infrastructures adverses dans un shooting game est déjà génial, la manière de faire l'est tout autant. A travers le manuel anglais ou le mode entraînement, on apprend ainsi qu'il faut activer un radar puis rentrer des combinaisons de touches pendant l'action pour déclencher ces techniques, comme dans un jeu de combat. Déploiement du radar... Cibles acquises ! Haut Bas C B A ! Et voilà les missiles ennemis qui dévient de leur trajectoire pour aller s'écraser contre le boss ! Evidemment, chacune de ces prises de contrôle revient à prendre un risque, puisque notre vaisseau ne peut plus bouger ou attaquer pendant la saisie du code (saisie qui peut être annulée en cas d'urgence). Il faut alors savoir se placer au bon endroit, débusquer d'éventuels safe spots, et surveiller l'arrivée de nouveaux ennemis, tout en rentrant le plus vite possible la bonne succession de touches.

Il ne faut pas pour autant négliger le tir basique, simple et efficace.

La "bonne" succession de touches ? Galax ne connaît pas, ou très peu. On est en effet rarement contraint à une seule et unique possibilité, et lorsque cela arrive, c'est souvent pour nous impressionner avec une nouvelle idée dans la manière de construire un piège ou un boss. Le shoot'em up ne devient donc pas, comme trop souvent à l'heure actuelle, un énième jeu de rythme plus ou moins caché. Analyser les situations et la nature des attaques déployées par chaque ennemi est récompensé, camper sur ses positions et canarder avec le tir basique finit tôt ou tard par se payer (ce qui est un peu dommage quelque part, parce qu'on aurait aimé pouvoir finir le jeu en s'imposant comme défi de n'utiliser que cette arme conventionnelle). La smart bomb du jeu mérite elle aussi son titre pour une fois, car ici, elle permet d'occasionner d'énormes dégâts à un boss ou de détruire une cible précise qu'il faut sélectionner manuellement. L'explosion efface en un éclair les projectiles ennemis mais vide la jauge correspondante, qui ne se remplira que si le vaisseau cesse de tirer (nous incitant encore à utiliser le système de hacking). Un autre moyen de remplir cette jauge, d'un seul coup, est le power-up du jeu, un petit cube laissé par certains gros ennemis. Le principal intérêt de ce power-up est toutefois de régénérer notre santé, Galax mettant à notre disposition une belle barre de vie pour résister au terrible challenge qui nous est imposé...

Quand on répète “Mais c'est génial !” tout en se prenant une râclée, ça veut tout dire.

Il faut l'avouer, un certain temps d'adaptation est nécessaire pour commencer à survivre de façon potable, et cette barre de vie est vraiment la bienvenue. MasaHG (le créateur du jeu) a choisi d'imposer un seul niveau de difficulté, et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il n'a visiblement pas eu peur d'effrayer les débutants ! Le soft nous laisse tout juste assez de répit pour déployer le radar, les vagues d'ennemis s'enchaînent, les pièges lentement se referment, les boss nous sortent des patterns étonnants... Avec les 3 vies et 3 crédits sélectionnés par défaut, terminer Galax est déjà un défi digne du shoot'em up (sans parler du no miss clear qui serait ici surréaliste...). Et si cela ne suffisait pas, il y a toujours le scoring très complet du jeu, qui insiste naturellement sur le recours aux différents hacks. Bonus de 10 points par tir sur un ennemi figé... Technical Bonus de 5.000 points pour un gros ennemi détruit par d'autres tout juste reprogrammés... On vous laissera apprécier tout ceci en temps voulu grâce aux manuels anglais et japonais inclus avec le jeu, mais un rapide coup d'œil sur notre comparaison vidéo (chaque extrait montrant le premier niveau en entier, joué de façon totalement différente) suffit à constater un écart de plus du double de points, alors que nous avons surtout cherché à nous amuser sans trop de casse !

Le reste est pas mal, mais seulement pas mal !

Et quand on continue à le répéter tout en en mettant une, alors là...

Nos vidéos ou sinon nos images l'ont en tout cas déjà laissé deviner, et on vous le confirme, Galax est aussi une vraie réussite visuelle. La charte graphique donne dans le style Super Nintendo tendance Game Boy Advance, avec beaucoup de grands sprites et de décors aux couleurs vives (sans tomber dans le flashy d'un danmaku), qu'il s'agisse des environnements ou des ennemis. En revanche, les arrière-plans se révèlent assez particuliers, puisque ce sont en fait des photographies de paysages appliquées telles quelles. L'idée a son charme mais il est rassurant de voir que l'essentiel des décors ne repose pas dessus, la qualité des photographies n'étant pas toujours au rendez-vous. Une sentence qui s'applique également aux musiques hélas, constituant sans doute la faiblesse du jeu. C'est bien sûr le risque du jeu mono-développeur, difficile d'être un excellent game designer, graphiste, programmeur, et compositeur par-dessus le marché... Relativisons tout de même, les musiques ne sont pas ratées, certains thèmes des boss sortent du lot, et on est agréablement touché par les quelques passages silencieux intégrés à la mise en scène. C'est juste qu'après une telle claque vidéoludique, elles ne parviennent pas à nous porter le coup de grâce. Enfin, signalons parmi les défauts du titre ces petits détails qu'il ne serait pas pertinent de rapporter ici (sauf si vous voulez une liste du genre : les paires de tourelles de la première moitié du deuxième niveau semblent faites pour s'entre-tuer, pourtant réaliser cette action est presque impossible...), mais qui trahissent quelques oublis ou manques dans les finitions apportées au titre. C'est là, encore une fois, quelque chose de mineur que l'on pardonnera facilement face à la qualité de l'ensemble, que l'on soit exigeant ou non. Et si par extraordinaire vous n'êtes pas encore convaincu, la vidéo qui suit et qui présente l'intégralité du premier niveau est notre dernier et meilleur argument !

Chargement du lecteur vidéo...
Les notes
+ Points positifs
  • Un très beau gameplay, riche de possibilités et jouissif comme c'est pas permis.
  • Le renouvellement fréquent des ennemis et du level design.
  • Des graphismes étonnants, aux sprites très jolis et souvent gigantesques !
  • Un sérieux challenge imposé, mais des options pour souffler (vies, crédits, choix du niveau).
  • Près d'une heure d'aventure (ce qui est énorme pour un shoot'em up) et une grosse rejouabilité !
- Points négatifs
  • Des détails çà et là qui trahissent un (petit) manque de finitions dans le gameplay.
  • L'emploi du hacking est parfois obligatoire. On ne peut pas se donner le défi de s'en passer.
  • Une OST "sympa" avec quelques morceaux plus réussis, mais pas à la hauteur du jeu.

Galax. C'est sûr, le nom ne paie pas de mine... Le jeu de MasaHG s'impose pourtant comme un shoot'em up totalement original et jouissif, même dix ans après sa sortie ! Avec un soupçon de finitions en plus et de meilleures musiques, Galax aurait pu prétendre surpasser certains de ses modèles, des titres aussi légendaires que RayForce ou Soukyugurentai. L'enthousiasme nous garderait ici encore longtemps, alors terminons simplement par rappeler que Galax est un jeu indépendant gratuit, et qu'il suffit donc de le télécharger sur notre site ou ailleurs pour découvrir comment le shoot'em up pourrait bien évoluer.

Profil de OldSchoolBobby
L'avis de OldSchoolBobby
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
18 juin 2013 à 15:17:41
18/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (1)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
19/ 20
Mis à jour le 18/06/2013 Voir l'historique
PC Shoot'em Up MasaHG
  • Partager cette page :
Galax
PC
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (1)
  • News
  • Vidéos (2)
  • Images (149)
  • Wiki / ETAJV
  • Downloads (1)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Galax sur PC
    -
    PC
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.