Alien : Isolation
TOUS SUPPORTS
// VERSIONS DISPONIBLES : PC PS4 ONE PS3 360 Mac Linux
Créer un contenu
Aperçu : Alien : Isolation
PC
  • Partager sur :

Alien pouvait-il rester sur une telle catastrophe et se contenter de clore son aventure sur consoles par un carnage ? Non. Personne ne voulait qu’Alien Colonial Marines puisse ternir à ce point une licence SF aussi puissante. Pour le retour de la création de Ridley Scott, Sega n’a pas pris le risque de rappeler Gearbox. C’est Creative Assembly, connu pour ses jeux de stratégie, qui se charge de remettre Alien sur le droit chemin : celui d’un succès et d’une reconnaissance qui lui sont dus.

Alien : Isolation

Le Xénomorphe allait-il pouvoir se relever d’un tel scandale ? Tout le monde, les fans en première ligne, a encore en mémoire la prestation lamentable d’Alien Colonial Marines et des remous, que dis-je, des secousses sismiques qui ont jalonné son développement. Car est-il utile de le rappeler, Gearbox s’est fait choper la main dans le sac pour avoir purement et simplement fait partir le jeu en sous-traitance chez Timegate, Demiurge ou encore Nerve. Pour le résultat que l’on connaît. Une pratique honteuse qui laisse penser que Gearbox devait être bien plus intéressé et impliqué à plancher sur Borderlands ou Brothers In Arms. La 20th Century Fox a dû apprécier. Dès lors, comment ne pouvions-nous pas être plus qu’inquiets à l’annonce d’Alien Isolation ? La crainte d’assister à un nouveau navet nous a forcément traversé l’esprit. La désignation de Creative Assembly (responsable dernièrement des Total War) n’a pas contribué, de prime abord, à inverser la tendance.

Partie de cache-cache

Alien : Isolation
L'ambiance du jeu promet énormément.
Cette appréhension toute légitime va pourtant se dissiper très rapidement, pour disparaître après 30 minutes de gameplay. Bien entendu, il est encore beaucoup trop tôt pour parler de chef-d’œuvre, mais une chose est sûre : ce FPS fera oublier la mésaventure précédente. Sans aucune contestation possible. Mais avant de rentrer plus en détail, posons le pitch. Nous sommes en 2136, soit quatorze ans après les événements d’Alien, le huitième passager. Amanda, la fille de Ripley (qui rappelons-le va hiberner 57 ans en biostase et ne sera retrouvée qu’en 2179), apprend que la boîte noire du vaisseau de sa mère, le Nostromo, a été repérée sur la station commerciale Sevastopol. Elle décide donc de se rendre sur place et, bien évidemment, rien ne passera comme prévu, les lieux étant visiblement pas aussi déserts qu’ils y paraissent. Qu’on se le dise, Alien Isolation n’est pas foncièrement axé sur l’action pure et dure. On s’en rend vite compte d’ailleurs, lorsque l’on s’aperçoit qu’Amanda (nous sommes quand même parachutés à la moitié du jeu) n’a qu’une sorte de clé anglaise dans la main gauche, et l’indispensable détecteur de mouvements dans la main droite. Même si des armes seront sans doute à confectionner plus tard, en témoignent les objets de crafts disposés ici et là, l’aventure s’appuiera plus sur la discrétion et l’ingéniosité, que sur un étalage de puissance. Jouer avec les zones d’ombre et les éléments de décor ou simplement se cacher dans un casier, les parties de cache-cache seront visiblement, et selon les dires des développeurs, largement mis à l’honneur.

Ridley chocotte

Alien : Isolation
Creative Assembly arrivera-t-il à laver l'honneur vidéoludique du Xénomorphe ?
Dans la session à laquelle nous avons pu jouer, Amanda doit atteindre une porte située dans l’aile opposée du vaisseau. Elle a l’air si près et pourtant si loin... Car, en plus d’offrir un environnement soigné et fidèle (enfin !) à l’œuvre de Ridley Scott, Alien Isolation nous immerge totalement, par son silence (et les souvenirs qu’ont ceux qui ont vu les longs métrages), dans une ambiance angoissante. Il n’y a visiblement personne dans ces lieux et malgré tout, on avance à petits pas. Mais après quelques minutes à visiter l’endroit, la peur nous rappelle qu’elle est ici reine des émotions. Soudain, un petit bip retentit et un point apparaît sur le détecteur, faisant d’un coup voler en éclats tout le pan de machisme qui sommeille en nous. Creative Assembly l’a voulu, Creative Assembly l’a fait : nous faire flipper. Eh bien oui mesdames, messieurs, aussi curieux que cela puisse paraître, il existe encore de nos jours (et heureusement d’ailleurs !) des jeux qui ravivent nos réflexes d’enfant et donnent envie d’aller se planquer sous les jupes de maman. Seulement sur Sevastopol, maman n’y est pas. En fait, il n’y a personne à part vous et cette chose qui rôde. D’ailleurs en parlant d’Alien, j’ai de la chance, puisqu’il ne va pas apparaître dans mon dos mais de l’autre côté d’un comptoir. Il ne m’a pas vu mais continue sa recherche. Et je comprends mieux pourquoi le développeur debout à côté de moi m’avait conseillé de ne pas me relever trop tôt et d’attendre que la bête soit hors de vue. J’ai à peine eu le temps d’atteindre un casier que j’ai fini embroché comme une vulgaire merguez, au bout de la queue de ce passager inhospitalier. Plusieurs tentatives alliant différentes techniques auront d’ailleurs été nécessaires pour s’extirper de la zone. Courir ? Non. L’affrontement ? Encore moins. Se planquer dans un casier ? Pourquoi pas, mais comment savoir à quel moment en sortir et être sûr que l’invité ne vous attend pas à la sortie. L’idée dans ce niveau est de démontrer qu’une infiltration bien menée est très souvent gage de survie.

He’s back

Alien : Isolation
Un gros effort a été fait sur l'immersion.
Nous n’aurons donc pas combattu cet Alien, même si rien ne laisse supposer que des combats seront à l’affiche lors de cette aventure. En revanche, cette courte rencontre avec ce FPS a de quoi réjouir. Visuellement déjà, Alien Isolation met une belle claque. Normal me direz-vous, les versions jouables étaient sur One et PS4. Mais quand même. Les environnements sont superbement retranscrits et fourmillent de détails, quand la modélisation du Xénomorphe, elle, est tout simplement phénoménale. Tout comme son animation et son IA, que les développeurs prétendent « non scriptée ». Effectivement, on le voit à travers les différents essais tentés pour la fuir, la bête opère en fonction de la situation. Rien à voir donc avec la précédente prestation de Gearbox qui restera dans les annales de la médiocrité. On aurait bien aimé découvrir un peu plus de gameplay que ces phases d’infiltration mais si l’on doit esquisser un début de réponse, le constat demeure assez concluant. Pas de bugs de collision, pas level design douteux (murs invisibles, etc.), l’avancée dans le vaisseau est relativement agréable. Espérons néanmoins que le craft aura son mot à dire et que les niveaux seront quand même un peu plus grands que celui que nous avons traversé. Alien Colonial Marines peut donc être jeté en pâture aux cochons, la relève est là.

Nos impressions
Jetez votre Alien Colonial Marines. Sega et Creative Assembly ont réussi à faire renaître de ses cendres un Alien massacré par Gearbox et le faire briller dans cette itération qui va rabibocher le Xénomorphe et ses fidèles inconditionnels. Plus basé sur l’infiltration que sur l’action, Alien Isolation ravive ainsi la flamme de sa légende de la plus belle des manières. Par son ambiance, par le travail méticuleux des développeurs à retranscrire cet univers si fantastique, ce FPS affiche les prémisses d’une réussite attendue de pied ferme.
Profil de [[Turkish]]
L'avis de [[Turkish]]
MP
Journaliste jeuxvideo.com
07 janvier 2014 à 16:59:00
Mis à jour le 07/01/2014
PC FPS Infiltration Survival-Horror The Creative Assembly Sega Extraterrestres Cinéma Horreur
Commander Alien : Isolation
PC
3.99 €
PC
7.99 €
PC
8.90 €
PC
14.96 €
Toutes les offres

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
ranarama
ranarama
MP
10 mai 2014, 04:50

les deux Aliens versus Predator sur pc sont excellents, tout le reste c'est du vomi de xenomorphe :rire2:

Lire la suite...
brisenuks
brisenuks
MP
25 avr. 2014, 15:00

après avoir vu et revue cette vidéo de gameplay:
https://www.youtube.com/watch?v=VXFBsvg61f0

je dois dire que j'ai peur de la linéarité du scénario, en effet, si vous regardez bien, les objets que vous devez prendre sont en surbrillance rouge et apparemment on ne pourra rien prendre d'autre,et il y a de grandes chances pour qu'ils soient toujours aux mêmes endroits, les passages qui sont bouchés par des tables renversées etc, implique un chemin obligatoire bien établi, en gros on a un vaisseau immense mais on ne peut pas aller partout et nos décisions seront donc limitées au strict choix du scénario.
si le chemin et les actions sont toujours les mêmes, adieu la durée de vie et bonjour la redondance, soit un jeu que l'on ne fait qu'une fois ...
je n’espère pas que ce sera la cas, mais hélas j'en ai bien peur.
dans l'attente :bye:

Lire la suite...
TenebroNihil
TenebroNihil
MP
07 avr. 2014, 01:22

Complètement d'accord avec toi Atheiste, je suis pas prêt de lâcher mon AVP Rel-4 FanMade pour un croisement entre Dead Space et Amnesia...

Lire la suite...
atheistes
atheistes
MP
01 avr. 2014, 14:19

Avis de la rédaction ([[Turkish]]) : Très bon

"Alien pouvait-il rester sur une telle catastrophe et se contenter de clore son aventure sur consoles..."

ET LE PC ?
amateur.

Lire la suite...
Xyoman
Xyoman
MP
17 mars 2014, 09:18

Enfin un jeu qui regroupe Aliens, Next Gen', et épouvante.
Ce jeu donne horriblement envie.

A voir !

Lire la suite...
cherubin2
cherubin2
MP
07 mars 2014, 17:02

Pourvu qu'il ne soit pas pensé uniquement pour les consoles.
J'entends pas là, que son game-play soit véritablement adapté pour le couple clavier souris, chose bien rare dans les jeux dit multi-supports.*
Si j'osais rêver, je demanderais un scénario agréable aux joueurs comme moi qui n'ont plus 14 depuis longtemps, chose rare aussi dans les multi-supports taillés sur mesure pour le marché des consoles...

Lire la suite...
Benz0r
Benz0r
MP
06 févr. 2014, 18:47

Encore un FPS. Encore Alien.
Je ne me pose plus la question qui se moque de qui. Mais je me demande comment de telles resucées, éculées, peuvent encore se vendre.

Même s'il est merveilleusement beau, même s'il tourne à 40.000 fps, même si l'ambiance est parfaite (de tout cela je doute très fort) on a déjà vu, revu et rerevu le concept, avec lequel ad libitum rime avec ad gerbatum.

Le concept était plaisant en 1996 (Alien trilogy, PS1). Mais il n'a plus rien à apporter.
Un peu comme la licence cinématographique, qui n'a pas encore réussi ) reprendre son souffle (et dont les itérations sont vides d'intérêt) depus... le second (Aliens).

Lire la suite...
anck-su-namun
anck-su-namun
MP
29 jan. 2014, 16:05

vivement :coeur:

Lire la suite...
scarface54440
scarface54440
MP
28 jan. 2014, 14:03

Tro :cool: ce jeux

Lire la suite...
haseo44
haseo44
MP
26 jan. 2014, 00:37

que de souvenir^^, vivement le test!!!

Lire la suite...
Boutique
  • Alien : Isolation PC
    7.99 €
    14.96 €
DERNIERS TESTS
  • Test : WWE 2K18 : Un jeu de catch destiné avant tout aux fans
    PC - PS4 - ONE
  • Test : ELEX - Le digne successeur de Gothic 2 ?
    PC - PS4 - ONE
  • Test : Stranger Things The Game : un jeu SF-icace ?
    IOS - ANDROID
Tous les tests
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Assassin's Creed Origins
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Call of Duty : WWII
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live