Aperçus The Elder Scrolls Online- PC

PC

Doucement mais sûrement, ZeniMax Online Studios continue de dévoiler le contenu du très attendu The Elder Scrolls Online. Convié par le studio américain à une nouvelle session de jeu, nous avons cette fois pu découvrir les premières minutes de l'aventure dans la peau d'un chevalier dragon Khajiit avant de parcourir un donjon en compagnie de trois personnes de chez ZeniMax. Suffisant pour confirmer nos dernières impressions mitigées à propos de ce MMO d'envergure.

The Elder Scrolls Online

Premiers pas enivrants

L'aventure débute alors que votre moisissez tranquillement dans les prisons de Molag Bal. Evidemment, inutile de vous préciser que vous n'allez pas y rester longtemps. Un prophète dont vous ignoriez jusqu'alors l'existence voit en vous l'élu, celui qui peut mettre fin au plan diabolique de votre geôlier. Pour commencer, il vous faut toutefois sortir du lugubre royaume d'Havreglace. Clairement, ZeniMax Online Studios se sert ici de cette introduction linéaire comme d'un tutoriel. Rapidement, le choix parmi plusieurs armes vous est offert et l'accès aux premières compétences est débloqué. Les ennemis ne sont alors qu'une formalité mais l'adversité augmente au fur et à mesure des minutes. Celles-ci sont également propices à la découverte du scénario. Inévitablement, des questions basiques se posent. Etes-vous mort ? Pourquoi le prophète croit-il en vous ? Les premiers dialogues se suivent sans que notre intérêt pour l'histoire ne décroisse. Il faut dire que ZeniMax a mis le paquet sur cette introduction. A tous les niveaux. On se sent immédiatement happé par l'univers si fascinant de la série The Elder Scrolls. Visuellement comme techniquement, à la première comme à la troisième personne, les environnements s'avèrent somptueux. L'immersion est totale.

Retour à un schéma plus classique

Aperçu The Elder Scrolls Online PC - Screenshot 83On retrouve certains aspects caractéristiques de la série des Elder Scrolls.

Sans spoiler le déroulement exact de l'introduction, vous finissez bien sûr par retourner sur Tamriel grâce aux fameuses ancres qui servent de passerelles entre les deux mondes. Et ce, non sans avoir vécu quelques séquences chargées en émotion. Ce changement radical d'environnement s'accompagne d'un retour à un gameplay classique, plus conforme à ce que l'on s'attend à trouver dans un MMO. Après avoir atterri sur l'île d'Eagle's Strand, notre chevalier dragon Khajiit s'est ainsi vu confier quelques tâches visant à bloquer l'invasion des forces du mal dans la région. Plus concrètement, ces quêtes étaient peu originales. On nous demandait en effet de tuer un nombre précis de squelettes en armure, de ramasser tant d'objets et ainsi de suite. Seul un petit puzzle pas bien compliqué est venu égayer notre périple. Pour ne rien arranger, les décors de l'île étaient nettement plus ternes que ceux de la phase d'introduction. Mis à part quelques temples plutôt sympathiques, on ne peut pas dire que la flore locale ou que la ville du coin aient retenu notre attention. Ce qui n'empêche pas le jeu de réussir à nous captiver par son atmosphère unique. Malheureusement, d'après ce que l'on a vu, l'audace n'est pas spécialement au rendez-vous. Cela confirme nos précédentes impressions. Oui, le système de progression semble intéressant. Oui, les combats sont plutôt dynamiques. Et oui, TESO est réalisé avec soin. Mais il manque à nos yeux ce soupçon d'inventivité, d'originalité qui fait la différence.

Exploration souterraine en groupe

Aperçu The Elder Scrolls Online PC - Screenshot 84En dépit de ses qualités, The Elder Scrolls Online se révèle un peu trop classique pour le moment.

La deuxième partie de la présentation s'est déroulée dans un donjon calibré pour des personnages de niveau 15. Soudainement, nous étions donc plongés dans des catacombes où nous attendaient des ennemis relativement coriaces. En préambule, précisons que les trois autres protagonistes du groupe étaient des personnes de chez ZeniMax. Autant dire que ces dernières connaissaient les lieux par cœur. D'où, probablement, cette impression de facilement venir à bout de l'adversité lorsqu'on évoluait à leur côté. Reste que notre chevalier dragon a tout de même frôlé la mort à plusieurs reprises, notamment face aux monstres les plus imposants. De manière classique, les différentes sections du donjon proposaient alternativement de petites créatures servant de chair à canon et des boss. Ces derniers usaient bien sûr de patterns relativement complexes à décoder malgré un système de combat qui permet de voir la zone d'impact de l'attaque de l'ennemi. Certaines offensives étant mortelles, il faut quoi qu'il en soit rester en permanence attentif. Très vite, au sein de l'équipe, le schéma habituel s'est mis en place. Le tank prenait l'aggro et encaissait la majeure partie des dégâts pendant que les autres utilisaient leurs diverses compétences pour faire tomber l'opposant. Le travail d'équipe est donc crucial. Le loot est en revanche propre à chaque personnage. Rien n'empêche ensuite de filer à son pote l'équipement qu'il souhaite et dont on n'a pas besoin. Encore une fois, nous avons été subjugués par la beauté de certaines salles. Ce n'est pas toujours follement original mais le résultat est souvent plaisant. Globalement, on ne peut pas dire que ce donjon nous ait procuré des sensations nouvelles. Néanmoins, l'expérience s'est avérée plutôt agréable.

Si rien ne s'affiche après plusieurs secondes d'attente :

Nos impressions

Une nouvelle fois, nous ressortons partagés d'une entrevue avec The Elder Scrolls Online. D'un côté, on se trouve en face d'un jeu à la fois très propre (aucun bug à signaler) et particulièrement immersif. De l'autre, on constate qu'en dehors de la phase d'introduction - qui dure une grosse demi-heure au maximum - TESO ne fait pas grand-chose pour se démarquer de la concurrence. Le déroulement de la partie – en solo comme en groupe – s'avère tout à fait classique. On pointera du doigt notamment les quêtes en raison du peu d'intérêt qu'elles présentent. On en revient donc au constat habituel. Si vous appréciez l'univers de The Elder Scrolls et / ou les MMORPG traditionnels, ce jeu semble plutôt bien parti pour vous séduire. Si, en revanche, vous êtes à la recherche d'un titre plus original brisant toute routine, passez votre chemin. Enfin, dans tous les cas, n'oubliez pas que TESO nécessite un abonnement mensuel. Cela devrait certainement vous aider à trancher.

Aperçu The Elder Scrolls Online PC - Screenshot 85Aperçu The Elder Scrolls Online PC - Screenshot 86Aperçu The Elder Scrolls Online PC - Screenshot 87Aperçu The Elder Scrolls Online PC - Screenshot 88

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Bethesda Softworks
  • Développeur : ZeniMax Online Studios
  • Type : MMO / Jeu de Rôle
  • Multijoueurs : Oui
  • Sortie France : 4 avril 2014
  • Version : Français
  • Config minimum : Système d'exploitation : Windows XP 32-bit Processeur : Dual Core 2.0GHz ou processeur équivalent Mémoire : 2Go de RAM Disque dur : 60Go d'espace libre Carte graphique: Carte compatible Direct X 9 avec 512Mo de RAM (NVIDIA® GeForce® 8800 / ATI Radeon™ 2600 ou supérieur) Carte son : Carte compatible
  • Config conseillée : Système d'exploitation : Windows 7 64-bit ou Windows 8 64-bit Processeur : Quad Core 2.3GHz ou processeur équivalent Mémoire : 4Go de RAM Disque dur : 60Go d'espace libre Carte graphique : Carte compatible Direct X 11 avec 2Go de RAM (NVIDIA® GeForce® 560 Ti / ATI Radeon™ 6950 ou supérieur) Carte so
  • Classification : Déconseillé aux - de 16 ans
  • Web : Site web officiel
  • Existe aussi sur :
    The Elder Scrolls Online - Mac The Elder Scrolls Online - PlayStation 4 The Elder Scrolls Online - Xbox One
  • Similaire à :
    World of Warcraft
    Star Wars : The Old Republic
  • Fan de Skyrim ?Rendez-vous sur notre boutique wearefans.com dédiée à cet univers
Mots-clefs : TES Online, Skyrim Online, TESO The ESO