Menu
Ravensword : Shadowlands
  • Tout support
  • PC
  • Mac
  • iOS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Ravensword : Shadowlands
iOS
Ravensword : Shadowlands
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Pseudo supprimé
L'avis de Pseudo supprimé
02 avril 2013 à 17:51:26
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.4/20
Partager sur :

Suite directe de The Fallen King, Ravensword : Shadowlands arrive sur l'App Store avec l'ambition, en apparence démesurée, de devenir un véritable petit Skyrim de poche. Un pari osé quand on sait à quel point les jeux de la saga Elder Scrolls s'avèrent grandioses en raison de leur profondeur, de leur univers, de leur background et de leur contenu gargantuesque : quatre éléments particulièrement difficiles à retranscrire et donc à retrouver dans des jeux iPhone ou iPad qui ne sont pas développés avec les mêmes moyens, temporels comme financiers, que les mastodontes du RPG à l'occidentale. Le contrat est-il rempli ?

Ravensword : Shadowlands

Un contenu respectable pour le support...

Jeunes guerriers, mages ou archers en quête de nouvelles aventures, le monde a encore besoin d'être sauvé. Un sorcier maléfique a libéré un démon dans une autre dimension, et il n'appartient qu'à vous d'éliminer les deux, car vous êtes l'élu et vous seul pourrez mettre la main sur la légendaire Ravensword afin d'occire les ténèbres. Oui, sur le strict plan du pitch, vous conviendrez que cela commençait assez mal : un scénario convenu, banal, sans surprise, mais pourtant, ce n'est pas ce qui nous préoccupe tant la quête principale dans des RPG un minimum « open world » a pour bonne habitude de rester constamment en trame de fond, loin derrière l'envie d'explorer les alentours et de découvrir de nouvelles contrées et de sombres grottes peuplées de créatures de plus en plus puissantes. On note également une bonne vingtaine de quêtes secondaires, plutôt recherchées et parfois bourrées d'humour, qui ne se bornent pas à devoir tuer un nombre déterminé d'ennemis. Mieux encore, les récompenses sont souvent des armes, armures ou talismans rares et non pas uniquement de l'argent, ce qui représente une motivation supplémentaire pour le joueur qui souhaite parfaire son armurerie.

Ravensword : Shadowlands
Un petit air de Skyrim, vous ne trouvez pas ?
Bonne nouvelle : Shadowlands est une belle invitation au voyage, dès les premières minutes de jeu. La liberté offerte au joueur est grisante, et le simple fait de pouvoir « emprunter » une carafe ou encore une assiette sur une table annonce clairement la couleur : un soft qui se concentre à ce point sur ces détails propres à l'univers des Elder Scrolls ne peut pas décevoir. Après une phase de création de personnage assez sommaire, mais suffisante sur un support mobile, nous voilà donc lâchés dans un monde plutôt vaste, qui se divise en quatre contrées s'articulant autour d'une capitale : Aven. De taille respectable, la ville est peu peuplée, mais elle regorge d'activités et de quêtes secondaires. Il est par exemple possible d'acheter plusieurs maisons et de s'occuper entièrement de la décoration de celles-ci.

« The Elder Scrolls : Shadowlands », c'était pourtant bien parti...

Ravensword : Shadowlands
En voilà un qui ne manque pas d'humour !
Techniquement, Shadowlands se montre assez positif. Certes, quelques textures, notamment de près, sont clairement d'un autre âge... Mais, dans l'ensemble, le monde à visiter s'avère tout à fait crédible, les décors sont variés et les personnages et diverses créatures bien modélisés pour la plupart. Des ptérodactyles au yéti en passant par des tyrannosaures, le bestiaire ne cesse de nous étonner, ce qui est une bonne surprise dans la mesure où les RPG actuels, comme passés, ont toujours eu un peu trop tendance à nous inonder de goblins, d'orcs et de squelettes. Les environnements sont vastes et longs à traverser à pied, sans se montrer vides pour autant. L'exploration est ainsi un vrai plaisir : outre les petits hameaux (avec auberge et forgeron par exemple) et les donjons, il n'est pas rare de tomber sur une petite caverne subtilement cachée et, bien sûr, non répertoriée sur la carte du monde, dans laquelle se cache parfois un coffre renfermant une arme unique.

Ravensword : Shadowlands
Il est possible d'acheter puis de décorer une maison à sa guise.
Pour les plus pressés, il est possible d'avoir une monture terrestre, mais aussi aérienne ! La profondeur de champ est également impressionnante pour le support, celle-ci a d'ailleurs le bon goût d'être réglable afin que le jeu puisse conserver une grande fluidité sur des smartphones ou tablettes d'ancienne génération. Pas de souci à déplorer à ce niveau à partir d'un iPhone 4S, ni à partir d'un iPad 3. Traverser le monde de Shadowlands n'est enfin absolument pas ennuyeux : avec de vastes plaines, d'immenses étendues glaciales, un marais hostile et un désert peuplé de créatures tout droit sorties d'un Jurassic Park, il y a de quoi faire, d'autant plus que trois de ces zones comprennent un donjon avec, comme c'est la tradition, quelques énigmes et un boss à la fin. La progression est à ce niveau très classique mais absolument pas linéaire, tant l'envie de flâner ailleurs et de laisser la quête principale de côté prend souvent le dessus en arrivant dans une contrée inconnue.

... Puis j'ai pris une flèche dans le gameplay

Ravensword : Shadowlands
Les boss avaient du potentiel, mais les affrontements sont franchement ratés.
Le gameplay est souvent un élément sensible sur un jeu tout tactile, a fortiori lorsqu'il s'agit d'un clone d'un Elder Scrolls parfaitement assumé. Les phases de combat n'ont jamais été le gros point fort du modèle d'origine. Sans surprise, elles ne le sont pas davantage dans Shadowlands. Le résultat n'est pas non plus catastrophique, et dans l'espoir de contenter la majorité des joueurs, les développeurs ont rendu possible le fait de se battre à la première comme à la troisième personne. La seconde solution est cependant à éviter, tant il semble évident que le jeu a d'abord été conçu pour être joué avec une vue de type « FPS », surtout pour l'arc et le fusil.

Ravensword : Shadowlands
Le scénario n'est pas des plus passionnants.
A la première personne en revanche, les contrôles sont corrects : les boutons tactiles n'envahissent pas l'écran et on s'y retrouve sans grande difficulté : un pour parer les coups, un pour lancer un sort ou une attaque spéciale et un pour attaquer. Le strict minimum en somme, ce qui n'est pas un inconvénient car à vouloir trop en faire en complexifiant le gameplay, le soft serait vite devenu injouable sur le petit écran d'un iPhone. Bon point, il est possible d'assigner des sorts à des touches tactiles pour les lancer bien plus rapidement qu'en passant par l'inventaire. Ce dernier est d'ailleurs assez brouillon et il faudra un scrolling horizontal interminable pour trouver tel ou tel objet dès qu'on est chargé. La progression du personnage est enfin assez classique : utiliser des armes fait évoluer des talents et éliminer des ennemis permet de gagner de l'expérience afin de monter de niveau et de débloquer des aptitudes : les amateurs de RPG ne seront absolument pas dépaysés.

Ravensword : Shadowlands
L'exploration est agréable.
Pour autant, une fois tout cela bien en main, difficile d'être émerveillé par des affrontements qui auraient pourtant pu être épiques. Oublions tout de suite la magie, clairement en-dessous du reste : les runes à débloquer donnent accès à des sorts qui trouveront davantage une utilité pour la résolution d'énigmes que pour les joutes sanglantes. Jouer uniquement à distance est également ardu d'autant que certains ennemis font d'énormes dégâts à l'arc, alors que de notre côté, l'archerie est plutôt sympathique mais le gameplay au fusil est complètement foiré. Enfin, les combats à la mêlée sont de grosses phases de bourrinage. C'est plutôt jouissif sur le papier, mais dans les faits, on pestera souvent contre une difficulté mal dosée. Jouer en facile ou en normal n'apporte quasiment aucun challenge, à l'inverse monter la barre de difficulté dans les options augmente considérablement les dégâts pris, et sachant que les parades consomment beaucoup d'endurance, on risque vite de se faire éviscérer dès la barre vidée. Or, quand l'endurance est à sec, on ne peut plus lancer de sorts ni même attaquer, c'est un autre souci de ce Shadowlands qui a effectivement opté pour le « tout-en-un ». Attaquer, parer et lancer un sort consomme la même énergie, alors qu'il aurait été bien plus judicieux de rester dans un système plus traditionnel avec une barre de mana et une barre d'endurance distinctes. Les combats sur les montures sont pour leur part totalement ratés, on frappe au hasard une fois à droite et une fois à gauche, sans que cela ne présente un quelconque intérêt. Enfin, les batailles contre les boss sont anecdotiques et pas franchement à la hauteur du reste. L'exploration et les donjons sont donc globalement plus convaincants que les affrontements.

Ravensword : Shadowlands
Le bestiaire se détache de l'héroic-fantasy habituel.
Avec son contenu honnête et une quête principale fournie, Shadowlands a de quoi vous tenir en haleine une bonne dizaine d'heures. C'est peu pour un RPG, mais dans la bonne moyenne pour les jeux sur smartphones / tablettes, d'autant plus qu'il est possible d'ajouter 3-4 heures au total pour vraiment faire le tour de la question (et des cavernes secrètes), et finir la partie avec un personnage surpuissant. Les différents thèmes musicaux sont de bonne facture sans être mémorables. On pestera en revanche devant une accumulation de petits bugs de collision, quand ce ne sont pas des erreurs bien plus importantes (deux plantages rencontrés dans notre partie).

Ravensword : Shadowlands trailer

Chargement de la vidéo
Les notes
+Points positifs
  • Univers plutôt vaste et assez joli
  • Quêtes secondaires de qualité
  • Contenu conséquent sur le support
  • Un concentré d'humour et de clins d'oeil à des grands noms du RPG
-Points négatifs
  • Gameplay perfectible
  • Scénario peu inspiré
  • Inventaire immonde

Ravensword : Shadowlands est un petit RPG ambitieux, qui remplit sa part du contrat et propose une expérience tout à fait satisfaisante, à l'exception des affrontements souvent brouillons et de l'inventaire très mal conçu. Puisant son essence dans ce qui a toujours fait la force des Elder Scrolls, ce nouvel opus des Ravensword se rapproche peu à peu de son illustre modèle en multipliant les clins d'œil (et les bugs diront les mauvaises langues) à la saga de Bethesda. Sans surprise, nous restons loin d'un Skyrim en termes de profondeur, d'expérience de jeu et de possibilités. Crescent Moon Games nous gratifie cependant ici d'un soft intéressant, doté d'une vraie personnalité, d'un vrai bestiaire, et qui se détache suffisamment des classiques du genre pour contenter les explorateurs et rôlistes de plus en plus mobiles que nous sommes.

Profil de Pseudo supprimé
L'avis de Pseudo supprimé
02 avril 2013 à 17:51:26
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.4/20
Mis à jour le 02/04/2013
iOS Action Aventure Crescent Moon Games
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Call of Duty : Mobile, du multi accessible dans le creux de la main – E3 2019
    IOS - ANDROID
  • Preview : Destroy All Humans ! – Vers un remake respectueux et déjanté – E3 2019
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Carrion - L'horreur inversée dans un Metroidvania brutal et jouissif - E3 2019
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Final Fantasy VII Remake
    PS4
    Vidéo - Gaming Live
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce