Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Anno Online
Web

Après de longs mois de bêta fermée, ça y est, Anno Online est enfin accessible à tous. Profitons donc de ce lancement officiel pour nous attarder quelques instants sur ce city builder free-to-play qui a au moins le mérite de disposer d'un nom attractif. Attention toutefois, cette renommée suscite également des attentes importantes de la part de fans exigeants car habitués au meilleur. Alors, seront-ils comblés ou terriblement déçus ?

Connu pour avoir développé le décevant Settlers Online, Blue Byte était attendu au tournant avec Anno Online. Le studio et son éditeur, Ubisoft, se sont donc donné les moyens de réussir en s'offrant notamment un budget conséquent (on parle de AAA) et une durée de développement de 2 ans. Tout ceci est palpable au premier lancement et on se rend vite compte qu'on n'est pas face à un jeu Web ordinaire. Premièrement, Anno Online est beau ! On retrouve ainsi le design d'Anno 1404, directement sur navigateurs Internet. Cela est d'autant plus intéressant qu'aucun plugin n'est nécessaire, si ce n'est flash player. Evidemment, il n'y a pas de 3D et le niveau de zoom est limité, mais soyons honnêtes, il s'agit sans doute là du plus beau city builder du Web.

Une profondeur de gameplay rarement égalée

C'est quand même plutôt beau.

Au niveau du gameplay, on est là encore très proche d'Anno 1404. Il convient donc en premier lieu de construire une place de marché autour de laquelle gravitent des habitations rapportant un revenu régulier en or. Ceci étant, les citoyens ont un certain nombre de besoins qu'il va vous falloir satisfaire. Débutent alors la construction de cabanes de pêcheurs, d'élevages de moutons pour la laine auxquels s'ajoutent des filatures capables de fabriquer des tuniques, puis viennent les champs de blé, moulins, boulangeries, cidreries, etc. Ajoutez à cela des cabanes de bûcherons et des mines pour extraire les matières premières puis des tavernes, casernes de pompiers, églises, etc., pour répondre aux attentes toujours plus grandes de villageois qui montent progressivement en grade (les pionniers deviennent vassaux puis marchants et nobles) et vous tenez là une richesse extraordinaire pour le genre. On nous promet à ce propos plus de 120 bâtiments, mais le joueur n'est pas pour autant perdu puisque tous se débloquent au fur et à mesure à travers des missions à la difficulté progressive. Tout n'est pas rose et notamment la gestion des ressources, puisqu'on ne nous fournit pas de balance de production / consommation en un moment précis, mais sur les 5-6 dernières heures de jeu. Dans ces conditions, il n'est pas facile de s'adapter aux besoins de la population, mais il s'agit là d'un défaut mineur qui ne perturbe pas particulièrement l'expérience. Notons qu'en outre, contrairement à la plupart des jeux Web, la construction est instantanée, si bien qu'à ce stade, le tableau paraît quasiment idyllique.

Mais que c'est long...

Vous verrez sans doute ce message souvent.

Ceci étant, c'est sur la longueur qu'on commence à déchanter. En effet, après plusieurs heures de jeu consécutives, on tombe vite dans les travers du genre avec une attente de plusieurs heures voire jours avant de pouvoir s'offrir une amélioration ou un bâtiment avancé. Ce n'est alors pas un timer qui freine les ardeurs du joueur, mais plutôt une collecte des ressources trèèèèèèèèèèèèèès lente. Il faut dès lors prévoir environ 1 heure pour obtenir suffisamment de bois pour faire progresser une seule maison au 2ème niveau, ou carrément 3 heures pour construire une boulangerie. Mais attention, vous n'êtes pas au bout de vos peines. Prévoyez plusieurs jours et une quantité de ressources astronomique pour explorer chacun des 7 secteurs de l'île principale et encore beaucoup plus pour en coloniser une nouvelle. Jugez plutôt : il faut plusieurs heures pour fabriquer des planches, des voiles et des cordes, puis à nouveau pour assembler tout ceci en un bateau. Dès lors, il faut recruter un navigateur capable d'explorer le secteur à la recherche de terres colonisables, puis construire 2 nouveaux bateaux et recruter un colon et un matelot afin de s'installer et d'espérer rapatrier les ressources souhaitées. En d'autres termes, il faut plus d'une semaine simplement pour profiter de la fertilité d'une seconde île et ainsi satisfaire les besoins d'une population mécontente. Autant dire que les fans de la série vont se lasser très vite et retourneront sur Anno 1404.

Les défauts d'un modèle économique

Mais puisqu'on vous dit que c'est avantageux...

Néanmoins, et c'est à cet instant qu'il devient compliqué d'attribuer une note à cet Anno Online, les adeptes de jeux Web qui ont l'habitude de passer quelques minutes par jour sur leur jeu préféré trouveront là ce qui se fait de mieux en matière de mécanismes de gameplay et de graphismes. Il ne faut toutefois pas qu'ils souhaitent s'investir davantage en dépensant quelques deniers personnels. En effet, si une monnaie alternative permet d'acheter n'importe quelle ressource, des boosters ou carrément des bateaux et emplacements d'îles, le tarif pratiqué est tout simplement scandaleux. Par exemple, un joueur souhaitant explorer rapidement le dernier secteur de son île principale devra débourser 9.900 rubis en sachant qu'il faut sortir 49,99 euros pour en obtenir 13.000. Même en dépensant 99,99 euros, vous n'aurez qu'une quantité restreinte de rubis et ne pourrez pas franchement vous faire plaisir. Dans ces conditions, mieux vaut ne rien dépenser, d'autant plus que tout le contenu est disponible gratuitement. On peut également déplorer l'absence de réelles fonctionnalités sociales. Les guildes promises par les développeurs depuis le début n'ont pas encore été mises en place et en l'absence de PvP, les interactions entre joueurs sont plus que limitées. Cela nous rappelle toutefois qu'il s'agit d'un jeu en bêta et que celui-ci est encore susceptible d'évoluer.

Les notes
+ Points positifs
  • Très beau pour un jeu par navigateur
  • L'expérience Anno gratuitement
  • Des mécanismes d'une profondeur rarement vue sur le support
  • Tout le contenu disponible sans payer
- Points négatifs
  • La collecte des ressources beaucoup trop lente
  • Les tarifs exorbitants du bazar
  • Des bâtiments avancés qui coûtent trop cher
  • L'exploration de l'île dont la durée se calcule en jours
  • Des fonctionnalités sociales qui tardent à arriver
  • La colonisation un peu laborieuse

Honnêtement, Anno Online devrait susciter des avis tellement partagés qu'aucune note ne peut refléter réellement sa valeur. D'un côté, les fans de la série seront ici face à une hérésie au rythme beaucoup trop lent et sans grande originalité quand de l'autre les amateurs de city builders sur navigateurs trouveront là ce qui se fait de mieux en matière de mécanismes de jeu, de graphismes, etc. Si vérité il y a, celle-ci se situe sans doute entre les deux puisque Anno Online peut s'avérer extrêmement plaisant pour le joueur cherchant simplement à se divertir quelques minutes par jour, mais les tarifs tout simplement scandaleux de l'item shop ruineront les espoirs de ceux qui souhaitent s'y investir davantage. Reste qu'il s'agit là d'un jeu en bêta et que celui-ci peut encore nous surprendre. Dans ces conditions, il paraît intéressant de tenter le coup et de suivre de près les évolutions à venir.

Profil de Lespol
L'avis de Lespol
MP
Twitter
Journaliste de jeuxvideo.com
28 mars 2013 à 16:21:17
13/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (34)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
10/ 20
Mis à jour le 28/03/2013 Voir l'historique
Web Gestion Ubisoft Blue Byte
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (1)
  • News (7)
  • Vidéos (8)
  • Images (41)
  • Wiki / ETAJV
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Anno Online sur Web
    -
    WEB
Boutique
  • Anno Online WEB
    Jouez en ligne
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.