Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Metal Gear Rising : Revengeance
360

Le développement de Metal Gear Rising : Revengeance aura été pour le moins tumultueux. Entre les changements de scénario, de gameplay, de nom et l'annonce de son annulation, on pensait qu'il allait disparaître complètement du paysage vidéoludique. C'est alors que le projet atterrit entre les mains de PlatinumGames, grand spécialiste des jeux d'action (MadWorld, Vanquish, Bayonetta). La nouvelle surprend les fans, qui se demandent si le studio japonais saura retranscrire l’œuvre d'Hideo Kojima à travers un beat'em all survolté. Réponse dans quelques centaines de mots...

Quatre années se sont écoulées depuis les évènements de Metal Gear Solid 4. Raiden travaille désormais pour Maverick Security et se voit confier la protection d'un ministre africain. Malgré tous ses efforts, il ne peut empêcher l'enlèvement puis l'assassinat de ce dernier par un commando de mercenaires connu sous le nom de Desperado. Grièvement blessé suite à un combat acharné contre Samuel Rodrigues alias Jetstream, notre héros est sauvé in extremis par les membres de son organisation. Depuis, il traque inlassablement les responsables du meurtre pour mettre un terme à leurs agissements et, accessoirement, se venger.

Quelques phases d'infiltration viennent "rythmer" le jeu.

La patte d'Hideo Kojima se fait sentir dès les premières minutes de jeu. La présence de Raiden y est évidemment pour quelque chose, mais les thèmes abordés (politique, complot, terrorisme, trahison, liberté, justice, etc.) nous rappellent que nous avons bel et bien devant nous un spin-off de Metal Gear. Les fans de la saga ne seront donc pas surpris par la narration, entrecoupée par des cinématiques et de longs discours plus ou moins intéressants via le fameux codec placé dans l'oreille du héros. Ils ne pourront s'empêcher d'esquisser un sourire chaque fois qu'ils identifieront les nombreux clins d'oeil à la série. Enfin, ils seront ravis de retrouver quelques phases d'infiltration, où la discrétion doit prendre le pas sur l'offensive et où l'utilisation de la réalité augmentée (qui permet entre autres de détecter les ennemis à travers les murs) est plus que recommandée afin d'analyser les déplacements des gardes ou faire diversion. La moindre erreur alerte les patrouilles alentour et compromet sérieusement la survie du héros. Néanmoins, n'oublions pas que Metal Gear Rising : Revengeance (MGR) est avant tout un jeu d'action, développé par les maîtres du genre.

Les combats sont d'une extrême intensité. Du PlatinumGames à l'état pur.

Après un Anarchy Reigns plutôt décevant, PlatinumGames avait à cœur de se rattraper, ce qui est désormais chose faite avec MGR. On retrouve dans cet opus tout ce qui a fait le succès des précédentes productions du studio japonais. Effets graphiques spectaculaires, bande-son rythmée et gameplay ultra nerveux. Une simple pression sur le stick et gâchette droite, et Raiden se met à courir à toute vitesse, évitant automatiquement les obstacles placés sur sa route et déviant les balles à l'aide de son katana. Les combos s'enchaînent à une vitesse hallucinante et avec une fluidité ahurissante. Mais ne tirez pas de conclusions trop hâtives, MGR n'est pas un jeu d'action bourrin, loin de là. En effet, la parade joue un rôle essentiel dans les combats. Exécutée au bon moment, elle permet de repousser votre ennemi, le laissant sans défense pendant un court instant. La maîtrise de cet art s'avérera absolument indispensable lors de certains affrontements, sans quoi les mots : « Raiden ? Raiden ? Raideeeeeeeeeennnnnnn !!!!!! » résonneront encore longtemps à vos oreilles. Non contents de livrer un gameplay certes classique mais extrêmement efficace, les développeurs ont cherché à dynamiser le jeu, si besoin était, en plaçant le katana de Raiden au cœur de l'action.

Le Zandatsu vous permet de recharger votre vie et votre katana. Classe.

En appuyant sur la gâchette gauche du pad, l'action se ralentit, le mode Katana s'active et le joueur dispose alors d'un contrôle total de l'arme grâce au stick droit. Un moyen efficace pour découper en rondelles et réduire à néant ceux qui oseront se dresser sur votre chemin. Mais n'imaginez pas pouvoir trancher du cyborg à tout va pour autant. D'une part, cette technique épuise l'énergie de votre sabre et d'autre part, la plupart des ennemis sauront se défendre efficacement. Il vous faudra les affaiblir au préalable (certaines parties de leur corps apparaîtront alors en surbrillance) à l'aide de combos bien placés. A vous ensuite de respecter la combinaison de touches qui s'affiche à l'écran et d'entrer en mode Katana au bon moment pour découper vos adversaires. En tranchant une partie bien précise de leur corps et en appuyant sur la touche adéquate, vous aurez l'occasion de les achever avec classe et de vous emparer de leur énergie afin de recharger votre barre de vie et votre katana. C'est ce qu'on appelle le Zandatsu. Un écran de score vient récompenser le joueur à chaque fin de combat, lui octroyant des PC qu'il pourra dépenser par la suite pour améliorer sa combinaison, son épée et apprendre de nouveaux combos. Il sera même en mesure d'acheter et d'équiper les armes des différents boss qu'il aura vaincus au cours de sa progression, ces dernières disposant de leurs propres enchaînements. Vous l'aurez compris, PlatinumGames livre là un jeu au gameplay complet, mais qui n'est malheureusement pas exempt de défauts.

Les clins d'oeil à la saga sont nombreux.

Commençons par la caméra, problème récurrent dans ce genre de productions. Même si le joueur a la possibilité de l'orienter comme il le désire avec le stick droit et de la replacer derrière lui en cliquant dessus, force est de constater qu'elle a parfois tendance à perdre les pédales, notamment lors des combats dans des pièces exiguës ou pendant certaines scènes d'action. En outre, l'intelligence artificielle se montre parfois capricieuse. Tantôt trop réactive, tantôt à la ramasse, elle peut engendrer un sentiment de frustration, surtout dans les phases « d'infiltration ». Le joueur préférera alors y aller franchement plutôt que de miser sur la discrétion. Enfin, bien qu'intense et jouissif, Metal Gear Rising : Revengeance se termine un peu trop rapidement. Les habitués mettront à peine sept heures en mode normal pour en venir à bout. Heureusement, les missions en réalité virtuelle (présentées sous forme de tutoriels et de défis chronométrés), la possibilité de refaire les sept chapitres du jeu pour améliorer son score et la collecte d'informations et d'objets allongent la durée de vie. Il serait donc vraiment dommage de passer à côté de l'un des meilleurs jeux d'action de ce début d'année...

Les notes
  • Graphique 14 /20

    Metal Gear Rising : Revengeance est plutôt agréable à regarder. Les décors, essentiellement urbains, ne brillent pas par leur beauté mais sont tout à fait satisfaisants. On regrette néanmoins que l'aliasing soit un peu trop présent, notamment dans les cinématiques. Celles-ci sont d'ailleurs d'une qualité légèrement inférieure à celles de la version PS3. Mention spéciale pour les effets spéciaux, vraiment réussis.

  • Jouabilté 17 /20

    Du PlatinumGames à l'état pur. Sans atteindre la profondeur d'un Bayonetta, le gameplay est extrêmement fluide et nerveux. Certes, on retrouve peu ou prou toutes les mécaniques des classiques du genre, mais l'ensemble demeure parfaitement cohérent et efficace. Le mode Katana et le système de parades ajoutent encore plus d'intensité et de spectacle aux combats. Jouissif.

  • Duree 13 /20

    Le point noir du jeu. Comptez environ sept heures pour le terminer en mode normal. Nous conseillons d'ailleurs aux plus expérimentés de commencer directement l'aventure en difficile. Les missions en réalité virtuelle, les divers objets à collectionner et le côté scoring viennent donner du poids à la durée de vie un peu faiblarde du soft.

  • Son 15 /20

    Les musiques sont particulièrement rythmées et entraînantes et collent parfaitement à l'ambiance du jeu. Les voix anglaises manquent un peu de peps, mais restent crédibles. Les bruitages sont quant à eux très réussis.

  • Scénario 14 /20

    Les thèmes chers à Monsieur Hideo Kojima sont tous développés à travers l'histoire de ce Metal Gear Rising : Revengeance. Les fans seront ravis, même si le scénario manque de rebondissements et verse un peu dans le cliché.

Quel bonheur de retrouver un jeu PlatinumGames digne de ce nom ! Comme à son habitude (ou presque), le studio japonais livre un titre au gameplay quasi infaillible, qui nous fait vivre une expérience particulièrement intense. Les fans de Kojima ne seront pas totalement dépaysés et y trouveront même leur compte, tant l'aura du maître se fait sentir dans la narration du jeu. Certes un peu court, on ne peut qu'être enthousiaste au contact de ce Metal Gear Rising : Revengeance, qui se doit de figurer dans la ludothèque de tous les amateurs d'action.

Profil de Sylhas
L'avis de Sylhas
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
21 février 2013 à 14:07:18
16/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (121)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/ 20
Mis à jour le 21/02/2013 Voir l'historique
Xbox 360 Action Konami PlatinumGames
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (5)
  • News (72)
  • Vidéos (63)
  • Images (1071)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (10)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Metal Gear Rising : Revengeance sur 360
    -
    360
  • Aperçu : Metal Gear Rising : Revengeance sur 360
    - 30
    360
Boutique
  • Metal Gear Rising : Revengeance 360
    9.90 € Neuf
    8.70 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.