Test Alien Soldier- Megadrive

Megadrive

Game Over. C'était quoi, cette fois ? ... Un problème de visibilité ? Une collision mal programmée ? Une attaque impossible à esquiver ? ... Rien de tout ça. C'était la fin du chrono, ou une erreur dans le choix des armes, ou une erreur de déplacement, ou... Pire que ça. C'était moi, moi qui ait choisi de m'accrocher à cette technique, à cette arme-là, à cette façon de jouer, parce que j'avais peur d'essayer autre chose, parce que j'avais la flemme d'essayer autre chose, parce que je me disais qu'au bout d'un moment, ça passerait... D'accord. C'est vrai, oui, mais laissez-moi souffler. Et pendant ce temps je vais vous raconter mon Game Over. Alors, j'espère que les enfants sont couchés, parce qu'on va aborder le cas Alien Soldier.

Alien Soldier

19 juin 1992. Après avoir vu son projet refusé par Konami (un certain Gunstar Heroes), et fatigué de devoir fournir suites après suites, Masato Maegawa et d'autres membres de l'illustre compagnie partent fonder le petit studio indépendant Treasure. 10 septembre 1993. L'excellent Gunstar Heroes sort sous la bannière de Sega, et sous la direction de Hideyuki Suganami et Mitsuru Yaida, anciens programmeurs sur Contra III chez Nintendo ! Le run 'n' gun devient le théâtre d'une réjouissante rivalité. 15 septembre 1994. Konami réplique sur le terrain de la Mega Drive ! Contra : The Hard Corps (Probotector, en Europe) est un concentré d'action bourré d'armes différentes et de chemins multiples, une ôde brutale où les scènes spectaculaires s'enchaînent sans le moindre ralentissement. Dans les faits Konami remporte la bataille car nous arrivons en 1995, le 24 février, et l'arrivée des nouvelles consoles occupe le devant de la scène. Treasure signe pourtant un dernier coup et sort, au Japon puis en Europe, l'obscur Alien Soldier. Entièrement dédiée au mode solo, cette cartouche nous promet le feu, le sang et les larmes de la Mega Drive. C'est parti...

Test Alien Soldier Megadrive - Screenshot 182015 ?!

J'allume la console, une musique envoûtante accompagne le logo de Sega, puis celui de Treasure, qui se désintègre peu à peu pour laisser place au scénario. Rapidement le pire semble à craindre. L'histoire est difficilement compréhensible, tâchée d'un engrish assez risible, et se prolonge pendant plusieurs minutes sans s'arranger. Apparemment, mon personnage s'appelle Epsilon-Eagle, et il part à la poursuite d'un certain Xi-Tiger. Ca me suffit pour le moment, après tout, on est dans un run 'n' gun... Soudain les lettres Alien Soldier frappent l'écran, comme pour se donner un coup de fouet après cette laborieuse lecture. BOOM. L'écran-titre me crie dessus en lettres capitales : “VISUALSHOCK! SPEEDSHOCK! SOUNDSHOCK! NOW IS TIME TO THE 68000 HEART ON FIRE!” Ah ouais. Il est temps de mettre le feu au processeur Motorola 68000 de la Mega Drive ? L'enthousiasme revient, mais allons jeter un œil aux options avant de commencer. BOOM. Choix de difficulté ? SuperEasy ou SuperHard. Evidemment c'est SuperHard qui est sélectionné par défaut... Allez, je laisse les réglages tels quels, pour voir. Commençons.

Test Alien Soldier Megadrive - Screenshot 19BLAST PROCESSING!!

Voilà maintenant un écran de sélection des armes : six différentes, quatres slots à remplir. Il est possible de prendre plusieurs fois la même arme. On a du gun de base, du spread shot, un lance-flamme, une sorte de lance-flamme à visée automatique, un laser rapide, et un laser ultra-puissant. Rien d'extravagant. Je dois à présent choisir comment s'affichent les différentes informations (mes points de vie, les munitions de l'arme sélectionnée, et les points de vie ennemis) : barres d'énergie, nombres, ou même points d'interrogation, et tout ça réparti en 26 combinaisons d'affichages possibles ! Je prends le premier type, les barres d'énergie, plus faciles à repérer. Viens ensuite un petit tutoriel où je peux m'exercer aux nombreux mouvements de mon personnage. Capable de rester en station fixe dans les airs, doué d'un double saut et d'une téléportation éclair, Epsilon flatte tout de suite l'œil grâce à une animation impressionnante. Contrairement à Gunstar Heroes, il est possible de changer le mode de tir en plein jeu (personnage fixe ou mobile tout en attaquant). Le changement d'arme est en revanche moins prometteur : Epsilon s'arrête, puis un menu roulant apparaît sans figer l'action... Bref ! Allez, je n'ai pas très bien compris à quoi sert le Counter Force, ni comment déclencher la super-attaque, mais il faut bien se lancer !

Test Alien Soldier Megadrive - Screenshot 20Et tout ça avec juste 3 boutons s'il vous plait.

Game Over. Au bout d'une petite minute, immanquablement, Game Over. C'est le rituel de passage, le premier boss, un long ver mécanique occupant une bonne partie de l'espace. J'ai bien vu qu'on pouvait se déplacer au plafond, et c'est plutôt cool, très classe même, mais tout est allé trop vite... Avec ce timer en plus ! Une fois arrivé à zéro, c'est la mort assurée. Voilà donc la situation. Une seule vie, Game Over immédiat, 3 continues en mode SuperHard. C'est pas beaucoup plus méchant que Contra puisqu'ici on a beaucoup de points de vie, mais tout part très vite, et surtout la panoplie de mouvements est bien plus complexe ! Je ne sais pas vous, mais moi, il va falloir que je passe en mode SuperEasy pour apprendre à jouer. Ca me donne l'impression d'être une mauviette – et je crois que c'est voulu... – mais j'ai beau réessayer, je perds avant d'avoir le temps de comprendre ce qu'il se passe. Alors voyons. SuperEasy.

Test Alien Soldier Megadrive - Screenshot 21Faites la guerre, pas l'amour.

Game Over. Il y a du progrès, mais Game Over. Je crois que je suis au niveau 5, le décor a enfin changé d'ailleurs. Je me sers beaucoup du Homing Force (le lance-flamme autoguidé), et un peu du Lancer Force, qui est très puissant mais dont les munitions s'épuisent en quelques secondes ! Du coup je dois changer d'arme et attendre en en utilisant une autre. J'ai fini par comprendre que le Counter Force permettait de transformer certains tirs ennemis en énergie, et qu'une fois mon énergie au maximum la téléportation devenait la super-attaque que j'avais déclenchée sans le savoir. Elle consomme 30 points de vie (50 en SuperHard) donc, apparemment, l'idée est de récupérer de l'énergie rapidement pour pouvoir compter dessus au prochain boss. Et des boss ! Il n'y a quasiment que ça. Des trucs visqueux, bizarres, classes parfois, et toujours énormes, et toujours différents dans leur façon de combattre. J'ai regardé, à l'écran des résultats (Game Over !), il semble qu'il y ait une bonne vingtaine de boss. Peut-être plus, car j'ai déjà croisé un mini-boss. De toute façon, avec les continues infinis et les mots de passe du mode SuperEasy, je compte bien m'accrocher ! Le seul souci quand je perds un continue maintenant, c'est que les power-ups de ma jauge de munition sont perdus. Je vais essayer de faire attention parce qu'avoir le double de munition pour chaque arme doit être sacrément pratique plus tard si on ne veut pas attendre. Allez, j'y retourne !

Test Alien Soldier Megadrive - Screenshot 22Comme tout le reste, le Zero Teleport peut s'utiliser au plafond comme au sol.

Game Over. Et celui-là fait mal. J'ai naïvement cru que mes progrès suffiraient, mais le jeu m'envoie toujours de nouveaux boss, de nouvelles situations, de nouveaux défis. Je ne suis pas arrivé beaucoup plus loin... Le Homing Force devient de plus en plus encombrant en fait. J'ai fini par essayer les autres armes, certaines sont plus utiles qu'il n'y paraît quand on sait les manier (je ne vais pas tout vous raconter non plus allons !). J'ai aussi changé l'affichage, en optant pour les nombres, extrêmement précis. Du coup j'ai pu remarquer que le jeu me laisse toujours 1 point de vie avant de mourir, un beau geste vu la difficulté ! Autre détail que j'ai fini par comprendre, la plupart des boss ont un système de protections et de point faible. Ils ont souvent des parties invulnérables, des parties vulnérables, une partie plus sensible (le point faible), et même une sensibilité plus forte à certaines armes, ou au contraire une résistance particulière à d'autres ! Alors quand ils se protègent, se déplacent très vite, voire vous obligent à des mouvements dangereux, et qu'il faut en plus réfléchir à utiliser telle arme, je ne vous raconte pas... Heureusement il y a toujours le Zero Teleport et la super-attaque, le Phœnix Teleport, pour accélérer les choses. Je crois avoir remarqué quelques subtilités à ce sujet d'ailleurs, en essayant une ou deux idées. Oui, car à force de mourir bêtement, j'ai fini par me dire qu'il valait mieux tenter quelque chose et mourir utilement ; de toute façon on revient vite là où l'on a perdu...

Test Alien Soldier Megadrive - Screenshot 23Le premier grand duel est rythmé par l'orage et par une musique de folie.

Game Over. Un beau. Un très joli Game Over, après toute une série de petits pour apprendre à mieux jouer. Je pense que je commence à piger le truc, même si les surprises défilent toujours autant et sans crier gare. Ah je dois admettre que j'étais un peu écœuré de ce Game Over inévitable au niveau... Enfin vous verrez. Et puis, bon, c'est logique quand on y pense... Voilà ce qui est énervant et génial avec Alien Soldier : les situations sont délirantes, mais aussi extrêmement réalistes dans leurs mécanismes de jeu. C'est d'une logique implacable à laquelle il faut se soumettre au lieu de fanfaronner. Penser en un éclair et agir simplement. L'essentiel est d'avoir complètement à l'esprit et en mains toutes les possibilités du gameplay, pour les exploiter efficacement ensemble, sans se raccrocher à l'une d'elle uniquement. Le menu de changement d'arme n'interrompt pas l'action, est lent, et me laisse vulnérable ? C'est normal. Un coup de Zero Teleport à l'écart. Un coin en station fixe dans les airs. A moi de faire attention bon sang ! Un ennemi résistant m'envoie régulièrement des projectiles ? Il y a encore une solution très logique, à laquelle il faut penser dans le feu de l'action. Au pire, mettez le jeu en pause en SuperEasy, vous pouvez y diminuer la vitesse pour négocier chaque passage avec une précision totale. Je n'aime pas trop m'en servir personnellement, mais c'est un autre style et ça a définitivement son utilité. Au point où j'en suis, et après avoir perdu comme un idiot, je suis déterminé à m'y remettre pour de bon.

Test Alien Soldier Megadrive - Screenshot 24Ca va faire très, très, très mal.

Game Over. Et un vrai, parce que j'ai enfin fini le mode SuperEasy ! Mais de retour au SuperHard ça n'a pas tardé. Les ennemis sont plus aggressifs... Les boss sont plus véloces... Certaines de leurs attaques deviennent plus fourbes et font plus de dégât, alors qu'eux-mêmes disposent de davantage de points de vie ! Je crois avoir noté l'absence de certains power-ups aussi, et la disparition de quelques plates-formes au-dessus de l'eau ou du vide, comme si ça ne suffisait pas. Finalement j'ai pu compter une bonne trentaine de boss, pour un total de 25 niveaux. Ça va pas être évident de tous les aligner en seulement 3 continues, surtout que je ne peux plus changer d'armes entre-deux... Qu'importe ! Je tiens enfin un jeu qui ne me prend pas pour un imbécile, un jeu exigeant et riche, capable de me pousser à bout sans tomber dans une difficulté absurde. C'est tellement excitant de se donner complètement, vraiment complètement, à chaque seconde, d'un bout à l'autre de l'aventure ! Voilà que je commets une erreur, et la sitation devient encore plus tendue, m'obligeant à d'autres risques pour récupérer de précieux cristaux d'énergie, ou pour achever le boss sans prendre de nouveaux coups. Bon. Je pense savoir ce qui m'a manqué pour rivaliser avec ce boss près de la fin... Le mode de tir mobile permet de locker n'importe quelle direction, ça n'a rien à voir avec ce que j'ai connu dans Gunstar, ou Contra, et je devrais m'en servir à fond. (Et dire qu'il y a sans doute encore des techniques que je n'ose même pas imaginer !)

Test Alien Soldier Megadrive - Screenshot 25Wolfgunblood Garopa s'approche — peut-être le plus beau boss sur Mega Drive.

Game Over. J'ai flanqué un Game Over à Alien Soldier ! D'accord, j'ai utilisé des continues, parce que j'ai voulu faire le malin et aller vite, et puis ensuite parce que je n'étais pas assez précis, mais bon sang ! Je me sens de taille à le refaire tout de suite, et mieux ! En comparant avec mes résultats en SuperEasy, j'ai pu voir que le jeu mélange pas mal de critères pour déterminer mon score. Il ne suffit pas d'aller vite, car la quantité d'ennemis détruits et le nombre de coups reçus sont également pris en compte. Intéressant, même si pour le moment je crois que ma Mega Drive a le droit de se reposer. Je reste stupéfait devant ses capacités arcade, exploitée au maximum par cette brave petite cartouche. L'animation était tout simplement choquante, même après la claque infligée par le Contra de Konami. Treasure aime les boss, en particulier les boss à sprites multiples, et a décidé de pousser le vice jusqu'au bout. Les niveaux sont réduits à leur plus simple expression (adieu la linéarité et la répétitivité du niveau 5 de Gunstar Heroes !), et notre personnage lui-même pourrait être l'un de ces boss, avec ses grands sprites et son impressionnante panoplie d'actions. Le character design des ennemis de base, ridicules et étranges à la fois, est peut-être la seule faiblesse graphique dont je me souvienne. Toutefois, c'est vrai qu'il ôte tout côté sérieux à la folie assassine d'Epsilon-Eagle, loin des complications du scénario. Oui, réaliste mais pas sérieux, délirant mais pas absurde, Alien Soldier enchaîne sans temps mort et sans fioriture les prouesses graphiques, comme le montre si bien les niveaux 8 et 9, et plus largement toute sa galerie de boss inspirés par divers animaux. Ah dommage qu'il y ait ces deux ou trois musiques plutôt ratées (sur une petite vingtaine), trop gentillettes par rapport à l'action ! Peu importe. Il suffira de me replonger dans le redoutable thème des débuts du jeu, ou de repartir à l'assaut de Xi-Tiger, et tant d'autres, pour retrouver ces musiques incroyables d'efficacité, sublimées comme il le faut par quelques voix et bruitages furieusement oldschool.

OldSchoolBobby (contributeur de jeuxvideo.com), le 01 février 2013

Les notes

  • Graphismes 19/20

    Le développement d'Alien Soldier a débuté presque en même temps que celui de Gunstar Heroes, et pourtant un an et demi sépare chaque jeu. D'abord, ce laps de temps a permis de revoir entièrement le design du titre, auparavant très Contra (un héros bourré de testostérone, des décors industriels), pour devenir ce que l'on connaît aujourd'hui. Ensuite et surtout, Treasure a pu maîtriser à fond les possibilités offertes par la 16-bit de Sega, en particulier l'affichage des sprites et leur animation. Le résultat est donc tout simplement ce qui se fait de mieux en la matière et sans compromis, l'accent étant toujours mis sur l'efficacité du gameplay. Les décors impressionnent quand il le faut, mais savent aussi rester sobres quand l'action l'exige, ou en vertu du réalisme étrange qui fait le style du jeu. Ce style risque sans doute de laisser certains joueurs de marbre, notamment au niveau du character design, mais on ne peut qu'apprécier cette volonté de différence de la part de Treasure.

  • Jouabilité 19/20

    Les belles choses sont difficiles. Epsilon-Eagle est un personnage compliqué au premier abord, mais chacune de ses actions est extrêmement bien intégrée au gameplay de ce boss rush infernal. Il n'y a rien de trop et celui qui s'estimera capable de vaincre tous les boss sans avoir maîtrisé telle ou telle technique rencontrera, à un moment ou à un autre, d'énormes difficultés. Une fois le panel d'actions du protagoniste bien en mains le soft ne devient pas pour autant une promenade de santé puisque la plupart des boss sont corsés par des circonstances spéciales : conditions climatiques, risque de chute dans l'eau, timer particulièrement court, pour ne citer que les plus simples sans trop spoiler. En bref, Alien Soldier est très exigeant, oui, mais il s'en donne les moyens. A jouer en 60Hz sur version japonaise (voire sur console overclockée si vous le pouvez), notre conversion européenne étant correcte mais imparfaite à ce niveau.

  • Durée de vie 17/20

    Treasure s'adresse à un public de hardcore gamers, mais les autres doivent savoir que le mode SuperEasy est étonnament accessible si l'on a pas peur de recommencer souvent. En effet, perdre dans ce mode signifie devoir refaire un niveau très court (une minute maximum) pour se retrouver face au boss qui vient de nous en mettre une. De plus, le jeu est très réglo dans sa manière de présenter la difficulté : points de vies comptés à l'unité près, possibilité de récupérer de l'énergie en plein combat, Zero Teleport pendant lequel notre personnage est invincible (et peut même récupérer des cristaux d'énergie au passage), point de vie réduits à 1 en cas d'attaque critique avant de mourir pour de bon... Alien Soldier parvient à conserver l'excitation du risque sans tomber dans les morts parfois cheap du run 'n' gun et du shoot 'em up. On est dans un die & retry, certes, mais loin d'un cry & re-cry. Au-delà de cet avertissement, l'amateur de challenge trouvera son bonheur grâce à la richesse du gameplay et à ses possibilités de speedrun ou de scoring.

  • Bande son 16/20

    Sidelimits vous envoûtera, Runner / AD2025 accélèrera votre rythme cardiaque, Soltype vous mettra la pression tout en finesse... Et malheureusement !!!...Shade... ou 3-Prayer risquent de vous décevoir, semblant presque hors-sujet ou en tout cas trop faibles pour soutenir l'action. Ces quelques fausses notes dans la musique restent heureusement très supportables et vite oubliées quand on se prend le thème de Xi-Tiger ou celui du grand caméo de Gunstar Heroes dans les oreilles (retour qui a le culot d'être encore plus endiablé que l'original !). Le soft bénéficie en outre d'excellents bruitages et de quelques voix exceptionnellement claires, peut-être les meilleures que l'on aient entendues sur Mega Drive.

  • Scénario 7/20

    Prétexte. Le scénario ne sert que de prétexte tant il s'enfonce dans des complications obscures, certains points étant plus clairs en version européenne et d'autres en version japonaise. Rien de grave pour un run 'n' gun. Les éventuels intéressés doivent savoir que notre version modifie quand même le scénario original, et que le manuel japonais fournit davantage de précisions et d'illustrations. Mais ici la véritable histoire du jeu, c'est celle qui l'oppose au joueur.

  • Note Générale19/20

    C'est Alien Soldier qui teste le joueur, pas l'inverse. Avec un gameplay ultra-riche, un niveau de jeu très difficile, et une réalisation de haute-volée Treasure oblige les différents joueurs à se distinguer de façon radicale : SuperEasy ou SuperHard. Aucun compromis n'est accordé à ceux désirant vivre l'expérience Mega Drive ultime en matière de run 'n' gun. Alien Soldier est un jeu qui ne nous prend vraiment pas pour des idiots, et franchement ça fait du bien.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 18/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Sega
  • Développeur : Treasure
  • Type : Action
  • Multijoueurs : Non
  • Sortie France : 1995
  • Existe aussi sur :
    Alien Soldier - Wii