Test Virtue's Last Reward- PlayStation Vita

PlayStation Vita

Second volet de la série des Zero Escape, Virtue's Last Reward sort en catimini sur 3DS et PS Vita, alors qu'il s'agit, n'ayons pas peur des mots, d'un des titres les plus fascinants que l'on ait vus ces dernières années. Sorti lui aussi dans la plus grande discrétion, son prédécesseur (999 Nine Hours Nine Persons Nine Doors) n'avait même pas eu droit à une distribution en Europe. Autant dire que l'on ne s'attendait pas à voir cette suite débarquer chez nous et que c'est la providence qui nous l'envoie !

Virtue's Last Reward

Tout commence le 25 décembre 2028 lorsque Sigma, un jeune étudiant, est victime d'un enlèvement. Quand il reprend connaissance, c'est pour se découvrir piégé dans un ascenseur avec une inconnue, tous deux détenant un mystérieux bracelet électronique dont ils ignorent la signification. C'est alors que leur « hôte », Zero III, se révèle à eux derrière un écran, sous les traits d'une marionnette en forme de lapin, et leur annonce que leur cabine va tomber en chute libre dans les minutes qui suivent, à moins qu'ils ne parviennent à s'en échapper. Forcés de coopérer alors qu'ils ignorent tout l'un de l'autre, Sigma et Phi s'extirpent de l'ascenseur pour découvrir que six autres individus partagent désormais leur sort. Débute alors le Nonary Game, un jeu mortel dans lequel ils seront tous amenés à coopérer ou à se trahir pour tenter de survivre.

Test Virtue's Last Reward PlayStation Vita - Screenshot 15L'ambiance rappelle les mangas Doubt, Judge ou encore Liar Game.

Dans la lignée de mangas tels que Doubt, Judge ou Liar Game, Virtue's Last Reward a cela de fascinant qu'il nous montre comment l'être humain peut être amené à duper autrui lorsqu'il se retrouve dans des situations extrêmes. Ici, la menace de la mort est d'autant plus présente que les règles du jeu sont implacables. Sachant que chaque bracelet comporte un piège mortel qui se déclenche dès qu'un participant brise une règle, leurs porteurs ne peuvent s'en libérer qu'en réussissant à sortir du jeu ou si leur cœur cesse de battre. Pour s'en extirper, un individu doit se débrouiller pour gagner suffisamment de points de manière à ce que son bracelet affiche le total de 9. Le cas échéant, le ou les personnages ayant atteint ce quota sont libres de franchir la porte de sortie, ou d'attendre que les autres puissent les rejoindre, la porte ne s'ouvrant qu'une seule et unique fois, condamnant tous les autres à une mort certaine. Mais combien d'entre eux accepteront de rester alliés alors que la trahison rapporte davantage de points et qu'ils ignorent tous à quel point ils peuvent se faire confiance mutuellement ? Pour ne rien arranger, l'Ambidex Game durant lequel les personnages doivent choisir de s'allier ou de se trahir les uns les autres oblige certains à former momentanément une équipe et donc à se mettre d'accord sur leur vote, sachant qu'ils pourront très bien se retrouver adversaires au tour suivant. Sans compter que la trahison, aussi honteuse soit-elle, est parfois le seul moyen d'avancer, le but ultime n'étant pas seulement de s'enfuir mais surtout de découvrir les tenants et aboutissants de ce jeu sordide.

Test Virtue's Last Reward PlayStation Vita - Screenshot 16Les salles d'évasion proposent leur quota d'énigmes à résoudre.

Fonctionnant exactement de la même manière que le génial 999 Nine Hours Nine Persons Nine Doors (disponible en version US sur DS), Virtue's Last Reward alterne entre des phases de narration de type visual novel, et des phases d'évasion de style point'n click. La grande force du jeu réside avant tout dans la richesse de son scénario, celui-ci ne se dévoilant qu'au compte-gouttes à mesure que l'on découvre de nouvelles fins. Car chacun de vos choix vous orientera vers l'un des multiples dénouements que comporte le soft (9 fins principales + 11 game over), et ce que vous aurez découvert en empruntant un chemin précis vous ouvrira d'autres possibilités lorsque vous suivrez les chemins alternatifs. L'ordre dans lequel les fins peuvent être débloquées n'est donc pas anodin. Mais le fait de devoir recommencer le jeu plusieurs fois est loin d'être un inconvénient puisque le titre nous autorise à revenir librement à n'importe quel endroit de l'arbre narratif pour effectuer différents choix, ce qui veut dire que l'on ne refait jamais deux fois la même chose. Et si certains dialogues se recoupent, il est toujours possible de les zapper via la fonction Skip accessible dès que la narration rejoint une séquence déjà vue auparavant. Ainsi donc, chaque fin met en lumière de nouveaux aspects de l'histoire, et ce n'est qu'une fois les 9 fins principales découvertes que l'on prend la mesure de toutes les implications du scénario.

Test Virtue's Last Reward PlayStation Vita - Screenshot 17Faire confiance aux autres ou les trahir ? Il faudra faire des choix !

Mais si les phases de narration à base de choix sont omniprésentes, le jeu comporte bel et bien des phases plus ludiques dans lesquelles le joueur est amené à résoudre des énigmes à la manière d'un point'n click. Durant leur séquestration, les personnages se retrouvent régulièrement piégés dans des salles dont ils ne peuvent s'échapper qu'à la condition de trouver la combinaison d'un coffre qui ne se révèle qu'à l'issue d'investigations poussées dans la salle en question. Il faut alors passer chaque zone au peigne fin pour dénicher des indices ou des objets à combiner afin de résoudre chacune des énigmes conduisant au fameux code. Qui plus est, ces phases sont loin d'être simples et le joueur peut à tout moment choisir de diminuer la difficulté pour bénéficier de davantage d'indices, auquel cas la récompense sera moindre qu'avec la difficulté par défaut. Mais là encore, il est tout à fait possible de revenir dans les salles pour les réussir en mode Hard et pour tenter de mettre la main sur les codes secrets qui donnent accès à des fichiers bonus dévoilant des éléments supplémentaires concernant l'histoire. Tout comme il est possible de ne jamais revenir dans ces salles d'évasion une fois celles-ci complétées. S'il ne faut guère plus de 7 heures pour atteindre un premier dénouement, le soft ne prend réellement son intérêt qu'à la lumière des autres fins, ce qui monte la durée de vie à plus de 30-35 heures dans sa globalité. Pourtant, malgré la profusion de textes et la faiblesse du titre au niveau visuel, chaque minute passée sur le jeu est une délectation. En somme, si vous comprenez l'anglais et que vous n'avez pas envie de passer à côté de ce titre ayant déjà fait l'unanimité auprès des joueurs, foncez découvrir ce Virtue's Last Reward avant qu'il ne devienne rapidement introuvable !

Romendil, le 17 janvier 2013

Les notes

  • Graphismes 14/20

    Le plus grand changement au niveau visuel entre ce titre et son prédécesseur (999) vient du fait que les personnages sont maintenant modélisés en 3D. Ce n'est pas forcément un plus, d'autant que les animations sont limitées et que les environnements ont toujours un rendu terne et sommaire qui n'attire pas vraiment le regard.

  • Jouabilité 16/20

    Un critère difficile à noter dans la mesure où la seule partie ludique réside dans les phases d'évasion de type point'n click. Rien à redire en tout cas, si ce n'est que la version 3DS est un peu plus précise grâce au stylet et que l'écran supérieur a le mérite d'afficher toutes les informations utiles comme les combinaisons des coffres pendant leur ouverture.

  • Durée de vie 18/20

    On voit mal qui pourrait lâcher le jeu après avoir découvert seulement un des multiples dénouements de l'histoire ! La durée de vie atteint donc rapidement les 30-35 heures lorsqu'on a en tête de débloquer les 9 fins principales, sans compter les fins de game over. Heureusement, on ne refait jamais deux fois la même chose grâce à l'arbre narratif qui permet de revenir librement à n'importe quel endroit du jeu.

  • Bande son 17/20

    L'ambiance sonore, même si elle réutilise certaines musiques du premier volet, est d'une efficacité redoutable, surtout pendant les phases de narration. Qui plus est, la plupart des dialogues sont doublés et les voix japonaises donnent une vraie personnalité aux 9 individus.

  • Scénario 19/20

    Le scénario est véritablement l'élément le plus important du titre. Les séquences de narration pure comportent des embranchements qui résultent des décisions que vous êtes amené à prendre, et l'histoire n'atteint son paroxysme qu'à la lumière des 9 fins principales. Notez bien que le jeu n'est pas traduit dans notre langue et qu'il est indispensable de bien comprendre l'anglais pour en profiter pleinement.

  • Note Générale18/20

    A l'instar de son prédécesseur, Virtue's Last Reward est un jeu d'aventure atypique à la construction narrative remarquable. Si vous comprenez l'anglais et que vous n'avez pas envie de passer à côté de ce titre ayant déjà fait l'unanimité auprès des joueurs, foncez découvrir ce Virtue's Last Reward avant qu'il ne devienne rapidement introuvable. Nul doute qu'il vous incitera à vous procurer l'incontournable 999, inédit chez nous mais disponible en version US sur DS (les modèles DS et DS Lite sont non zonés).

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 18/20

Retour haut de page

Infos jeu

Mots-clefs : Gyokugen Dasshutsu Adv : Zennin Shiboudes Zero Escape : Virtue's Last Reward, Kyokugen Dasshutsu Adv : Zennin Shiboudes, Gyokugen Dasshutsu 9-Jikan 9-Nin 9 no Tobira Kyokugen Dasshutsu 9-Jikan 9-Nin 9 no Tobira Good People Die Zero Escape : Virtue's Last Reward

Vidéos

Voir les 5 vidéos de Virtue's Last Reward