Test Persona 2 : Innocent Sin- PlayStation

PlayStation

Le premier Persona s'était évertué à exploiter l'une des voies entrouvertes par Shin Megami Tensei If, en prenant place dans le milieu étudiant et en s'intéressant aux liens sociaux. Persona 2 : Innocent Sin se présente donc comme une suite directe du premier opus, les évènements qu'il traite se déroulant trois ans après ceux de son aîné. Alors que Revelations : Persona était sorti aux Etats-Unis dans une version occidentalisée et censurée – massacrée diront les fans – Persona 2 : Innocent Sin ne quittera jamais le Japon, laissant les Occidentaux attendre son remake, 12 ans plus tard. La version PS1 fut néanmoins rendue accessible par un patch de traduction anglaise réalisé par des fans - une localisation reconnue comme très bonne par l'éditeur Atlus.

Persona 2 : Innocent Sin

Et pourtant, s'il fut acclamé par son histoire lors de sa sortie japonaise, ce même scénario fut aussi le fossoyeur d'une sortie américaine à l'époque. Persona 2 : Innocent Sin traite en effet de thèmes complexes, inspirés notamment par les travaux de Carl Gustav Jung ou l'imaginaire de HP. Lovecraft. Lors du scénario, ces thèmes, mélangés au principe surpuissant des rumeurs, propre à Persona 2, donnent lieu à des références directes au nazisme, avec l'apparition de la fameuse croix gammée et des troupes qui vont avec. Plus loin encore, suivant le thème cher à la série des liens sociaux, une possibilité de relation homosexuelle avec le héros est proposée au joueur. A une époque où le puritanisme américain est important, il n'était guère surprenant que le jeu reste cloîtré au Japon, son maigre succès commercial n'aidant pas. Et ne parlons pas de l'Europe, qui à l'époque voyait tout juste arriver ses premiers RPG japonais.

Test Persona 2 : Innocent Sin PlayStation - Screenshot 4Le joker, l'antagoniste mystérieux de l'histoire.

Résumer en quelques mots le scénario de base de Persona 2 : Innocent Sin est difficile. Vous incarnez Tatsuya Suou, lycéen dans la ville japonaise de Sumaru, qui est un protagoniste muet. Au moment où commence le jeu, la ville est parcourue d'intenses rumeurs, dont celle du Joker, qui exaucerait les vœux. Suite aux évènements éveillant leur Persona, leur « autre moi », les héros procèdent au rituel d'invocation du Joker, pour prouver toute l'imposture de ce dernier. Mais celui-ci apparaît, et semble alors vouer une haine incompréhensible envers Tatsuya. Au lieu d'exaucer les vœux du groupe, le bougre absorbe l'âme de leurs amis et s'enfuit. Ainsi commence la course-poursuite pour mettre la main sur le blanc personnage, alors que Sumaru sombre peu à peu dans la folie sous l'impulsion des rumeurs, qui deviennent toutes réelles. Qui est ce Joker ? Pourquoi déteste-t-il Tatsuya ? Et pourquoi les rumeurs prennent-elles forme ?

Test Persona 2 : Innocent Sin PlayStation - Screenshot 22Philemon jouera le rôle de gardien.

Très clairement, le début est décousu, et peut-être un peu difficile à suivre, nous posant énormément de questions, auxquelles s'ajouteront bien d'autres. Mais s'arrêter ici serait une erreur. Le récit que nous propose le jeu est magistral. Partant de quelque chose d'original, il monte en puissance tout au long du titre pour finir par exploser comme il faut, exploitant à la perfection les thèmes qu'il aborde, dont les liens sociaux entre les personnes si chers à la série. Délicieusement hors norme, à la fois dans l'ambiance folle et dérangeante qui la compose mais aussi par sa qualité, la trame de Persona 2 : Innocent Sin est brassée par une multitude d'influences tout à fait hétérogènes. Mais jamais le jeu ne se perd dans des incohérences, et c'est là la force de son histoire. A noter que le soft ne se trouve originellement qu'en japonais, même s'il fut traduit en anglais par des fans dans un patch disponible sur Internet.

Test Persona 2 : Innocent Sin PlayStation - Screenshot 28Alors, je réponds n'importe quoi ou je reste sérieux ?

Mais si Persona 2 : Innocent Sin peut être vu comme un script hallucinant, il ne faut pas oublier ses autres qualités. Le jeu s'ouvre sur une introduction en images de synthèse, proposant un texte assez représentatif mais crypté du scénario, entrecoupé de séquences présentant les héros et l'univers de fort belle manière. Par la suite, le jeu se compose comme un RPG en 3D, sauf les personnages, qui eux resteront en 2D. Sans être éblouissants, les graphismes restent corrects et lisibles. Ce qui n'est pas le cas de l'interface par ailleurs. Sobre, cette dernière est bien mal agencée, et l'on se perd relativement facilement dans les menus, surtout en combat. Fort heureusement, pour le reste, le jeu dispose de portraits détaillés et stylisés accompagnant les dialogues des personnages. De même, les musiques qui bercent nos pérégrinations sont agréables à l'écoute, et collent parfaitement au jeu. Les doublages japonais qui interviennent lors des batailles sont de très bonne qualité.

Test Persona 2 : Innocent Sin PlayStation - Screenshot 34Les fusions spells sont une spécificité intéressante du système de combat.

Mais c'est là que vient le point le moins réussi du soft. Si dans la forme le jeu est optimal, le fond, et donc le gameplay, est beaucoup plus bancal. Sur le terrain, les rumeurs seront la mécanique principale, et sont bien utilisées, rien à en redire. Les combats sont au tour par tour, très old-school et tactiques, avec en parallèle la possibilité de contacter les démons que l'on affronte et de discuter avec eux, pour obtenir en cas de succès des cartes pour acheter de nouvelles Persona, et autres petits bonus. Le problème, c'est que ces combats sont lents, très lents. La lourdeur qui en découle pourra donc rebuter pas mal de joueurs, notamment au début du jeu, car il faudra du temps pour apprivoiser ce système de combat. Surtout que les développeurs ont quelque peu abusé sur le taux de rencontres aléatoires, au rythme moyen d'une douzaine de pas entre chaque combat.

Test Persona 2 : Innocent Sin PlayStation - Screenshot 38Une nouvelle Persona... hum... attachante.

Ajoutons enfin que comme tout jeu lié de près ou de loin à la série des Shin Megami Tensei, Persona 2 : Innocent Sin est exigeant, demandant de régulièrement se tenir à niveau. Cette difficulté pourra rebuter les joueurs novices, mais constitue pour les habitués de l'univers de la série une marque de fabrique, et une saveur particulière en plus. En dehors de ça, la durée de vie est correcte, puisqu'il faut compter une quarantaine d'heures de jeu pour voir la fin du scénario. Il faut aussi noter la présence d'annexes relativement bien cachées et en nombre satisfaisant, comprenant des boss supplémentaires et un donjon bonus par exemple, qui rajoutent quelques heures de jeu. Persona 2 : Innocent Sin est donc une suite logique largement améliorée du premier opus, et constitue un bon premier chapitre, le second étant Persona 2 : Eternal Punishment, qui eut pour sa part le droit à une sortie aux Etats-Unis.

Nivarea (contributeur de jeuxvideo.com), le 27 décembre 2012

Les notes

  • Graphismes 15/20

    L'univers japonais présenté par le titre est crédible et agréable, la majeure partie des environnements se trouvant dans une 3D simple mais propre. Les personnages, eux, sont en 2D, et restent bien réalisés, les protagonistes importants profitant pour les dialogues de portraits issus de la plume froide et classe de Kaneko. Par ailleurs, la direction artistique est excellente.

  • Jouabilité 13/20

    Le gameplay est bon, mais totalement gâché par une interface brouillonne, une lenteur parfois énervante, et un taux de combat très élevé. Il faut donc s'accrocher un peu pour finalement prendre grand plaisir à jouer. Les rumeurs elles sont bien utilisées, permettant de faire apparaître magasins d'équipement, boss annexes et évènements supplémentaires.

  • Durée de vie 15/20

    La durée du scénario est dans les standards du J-RPG, à savoir une quarantaine d'heures de jeu, auxquelles s'ajouteront celles des annexes, bien plus nombreuses qu'elles n'y paraissent, surtout si votre but est d'obtenir les armes légendaires et les plus puissantes Persona. Il y a donc de quoi faire, surtout que le rythme du jeu est élevé, et rarement l'ennui viendra vous chercher.

  • Bande son 18/20

    Les thèmes accompagnant le jeu sont exquis, avec une véritable mention pour les quelques musiques rythmant les différents affrontements, dont les sons plutôt rock collent à merveille et donnent vraiment envie de combattre. Les voix, japonaises uniquement, correspondent parfaitement aux différents personnages, et sont toutes d'une très bonne qualité.

  • Scénario 18/20

    Il ne faut pas se fier à un début légèrement mou et décousu. Le jeu est d'abord mené tambour battant par ses personnages fabuleux, avant que le scénario ne prenne le relais pour éclater à la face du joueur par sa dimension psychologique, tout en sombrant dans une exquise folie totalement maîtrisée et rationnelle. Forcément, cette version ne possède aucune censure, et l'écriture est par ailleurs excellente.

  • Note Générale16/20

    Tels les personnages de la série et leurs shadows, Persona 2 : Innocent Sin possède deux facettes. Sa face brillante nous montre une trame extraordinaire, osée et passionnante, servie par une direction artistique au top niveau. Mais pour la découvrir, il faut accepter son côté sombre, et donc son gameplay rigide et peu intuitif. Jamais sorti hors du Japon, le jeu reste cependant digne des louanges qui lui sont faites, et ne fait guère tache parmi les autres titres de la saga Persona.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 19/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Atlus
  • Développeur : Atlus
  • Type : Jeu de Rôle
  • Sortie France : Non communiquée
    (31 mai 1999 aux Etats-Unis)
  • Existe aussi sur :
    Persona 2 : Innocent Sin - PlayStation Portable
Mots-clefs : Shin Megami Tensei Persona 2 : Innocent Sin Shin Megami Tensei : Persona 2 : Innocent Sin, Shin MegaTen : Persona 2 : Innocent Sin Shin MegaTen Persona 2 : Innocent Sin Shin MegaTen : Persona 2 Innocent Sin Shin MegaTen Persona 2 Innocent Sin, Shin Megami Tensei Persona 2 Innocent Sin Shin Megami Tensei : Persona 2 Innocent Sin