Test Samorost 2- Web

Web

Deux ans après avoir sauvé sa demeure d'une collision mortelle avec un astéroïde à la dérive, le petit personnage de Samorost se retrouve à nouveau forcé de partir à l'aventure. Cette fois, c'est parce que des êtres malintentionnés ont débarqué chez lui sans invitation pour kidnapper son chien. L'excuse parfaite pour se lancer dans un deuxième et délicieux point and click intergalactique.

Samorost 2

Vous rappelez-vous d'un petit jeu très sympathique, paru en 2003, nommé Samorost ? Probablement pas, puisque ce point and click, travail de fin d'étude d'un certain Jakub Dvorský, attira plus les curieux errant sur le Net que les grandes foules. Aujourd'hui, cet artiste est reconnu comme étant le fondateur du studio Amanita Design, à qui l'on doit entre autres les sublimes Machinarium et Botanicula. Pourtant, avant de se lancer dans ces plus grosses productions, l'équipe œuvrait encore sur des jeux Web, à faible audience mais à fort caractère. Et c'est dans sa volonté d'offrir une suite au jeu avec lequel tout avait commencé que le studio sort Samorost 2 en 2005. Cependant, depuis le premier épisode, quelque chose de primordial a changé : l'équipe s'est élargie, permettant de rehausser la qualité globale du jeu et de varier les talents. Les environnements sont ainsi plus complets et plus détaillés, les musiques sont plus riches et l'aventure est plus longue dans cette suite.

Test Samorost 2 Web - Screenshot 6Tout commence avec l'enlèvement de votre animal de compagnie.

Tout comme dans le premier épisode, Samorost 2 est un jeu d'aventure en point and click. Votre mission est donc de cliquer sur les bons éléments du décor dans le bon ordre afin d'aider votre lutin habillé de blanc à secourir son chien, enlevé par des créatures de toute évidence malveillantes. Globalement, cette suite est plus facile que l'épisode originel, car si les interactivités ne sont pas toujours nécessaires à la progression, elles affichent assez clairement leurs couleurs dès qu'elles sont activées. Par exemple, si faire s'envoler les pétales d'une fleur semble anodin, la récupération d'une massue est clairement capitale à la progression. Les ambiguïtés quant à l'utilité de certaines actions ont donc disparu, heureusement d'ailleurs, car notre liberté d'action est accrue. Il est ainsi possible de bouger librement entre certains tableaux du jeu cette fois. La difficulté n'est cependant pas absente, car si le début est aisé, le tout se corse assez vite du fait des multiples interactions possibles et nécessaires. De plus, certaines actions doivent être réalisées en même temps que d'autres. Par exemple, un tuyau ne peut pas être bouché si une créature obstrue déjà l'orifice de sa gueule. Il faudra alors détourner son attention avant de sceller définitivement le conduit. Les situations sont ainsi variées et très bien pensées tout au long de l'aventure.

Test Samorost 2 Web - Screenshot 7Certains environnements sont vraiment crasses.

Comme d'habitude, ce qui prime dans les point and click d'Amanita Design n'est pas le gameplay mais bien l'ambiance. Graphiquement d'abord, on retrouve ce qui faisait déjà le charme du premier Samorost : un univers très détaillé, parfois boisé, parfois mécanique, mais toujours envoûtant. Vous passerez ainsi de la froide usine des viles créatures à une forêt morte abritant un ermite sans jamais désenchanter. Et bien que le jeu date de 2005, les tableaux restent encore aujourd'hui magnifiques grâce à une attention particulière portée à chaque détail. Le tout est tellement peaufiné qu'il crie de réalisme, ce qui est tout de même une prouesse lorsqu'on tente de dépeindre des territoires extraterrestres. Quant à la bande sonore, s'il faut admettre que Jakub Dvorský avait fait un travail admirable sur le premier jeu de la série, l'apport du musicien du groupe, Tomas Dvorak, est incroyable. Dès la musique d'introduction, on est conquis, et cette impression perdure jusqu'à la fin. Chaque thème réussit à insuffler le sentiment désiré à la perfection, que ce soit l'atmosphère bucolique du début ou l'inquiétude du personnage dans le repaire des malfrats. Les bruitages viennent parachever cette bande-son géniale avec des bruits charmants, du doux aboiement de votre chien au rire gras du chef des voleurs. Avec des personnages plus attachants que jamais, pétrie d'actions et d'intentions naïves, l'atmosphère conférée à Samorost 2 est extrêmement réussie.

Test Samorost 2 Web - Screenshot 8Le grand retour de cet étrange personnage.

Malheureusement, comme dans bien des titres indépendants, c'est la durée de vie qui refroidit les ardeurs suscitées par le jeu. Bien entendu, dans un point and click, la longévité du jeu dépend de beaucoup de l'adresse du joueur. On peut toutefois se faire une bonne idée en disant que les plus rapides termineront l'aventure en une heure alors que les moins habitués en mettront presque deux. C'est court, mais sachez que, si vous n'êtes pas encore convaincu, les quatre premiers niveaux du jeu (sur sept) sont disponibles en démo sur le site du développeur. Si après cela vous êtes conquis, il ne vous coûtera que 5 dollars (environ 3,84 euros) pour obtenir le jeu complet ainsi que la bande-son en téléchargement. Une aubaine donc, considérant la qualité du jeu, même s'il est vrai qu'un jeu plus long n'aurait pas été de refus. Mais ce serait de la mauvaise volonté que de rechigner lorsqu'on nous offre des jeux aussi léchés que celui-ci.

Llenlleawg893 (contributeur de jeuxvideo.com), le 17 décembre 2012

Les notes

  • Graphismes 19/20

    Quand on arrive encore à trouver un jeu magnifique sept ans après sa sortie, ça en dit long sur sa qualité visuelle. Samorost 2 est tout simplement somptueux avec ses environnements desséchés et pourtant riches et l'attention portée au moindre détail des différents tableaux. Le tout est si cohérent que l'on n'aurait pas fait mieux en photographiant directement des mondes extraterrestres.

  • Jouabilité 17/20

    La maniabilité n'est jamais prise en défaut et les puzzles sont intelligemment pensés. Certains passages sont plutôt difficiles, mais on ne peut jamais blâmer le jeu de souffrir d'imprécision.

  • Durée de vie 11/20

    Oui, c'est vrai que Samorost 2 est extrêmement court avec ses une à deux heures d'aventure en traînant un peu, mais c'est aussi vrai qu'il est riche et passionnant. De plus, vous pourrez essayer les quatre premiers niveaux du jeu gratuitement en vous rendant sur le site des développeurs. Et pour moins de 4 euros, vous aurez non seulement droit au jeu en entier, mais aussi à la bande-son dans son intégralité, disponible en téléchargement. Tout est donc fait pour que votre investissement, quel qu'il soit, soit rémunéré à sa juste valeur.

  • Bande son 18/20

    Les musiques transmettent parfaitement l'ambiance bizarre et fascinante du titre, et sont par ailleurs d'excellente qualité. Quant aux bruitages, ils sont toujours dans le ton, parfois charmants, parfois grinçants. Il est aussi intéressant de noter que la bande-son est offerte à l'achat du jeu sur le site des développeurs.

  • Scénario 15/20

    Il est vrai que l'histoire est des plus simplistes : un lutin se fait voler son chien et part le secourir. Ce petit conte est cependant suffisant pour nous rendre les personnages attachants grâce à leurs buts naïfs et leurs mimiques charmantes. De plus, le monde spatial est très réussi et c'est un plaisir de découvrir toutes les créatures qui le peuplent.

  • Note Générale17/20

    Plus long, plus beau, plus intelligent, bref, meilleur que son prédécesseur, Samorost 2 annonçait déjà en 2005 l'immense talent des créateurs de Machinarium et de Botanicula. Grâce à ses personnages attachants et à son univers atypique et naïf, ce point and click vous promet une expérience courte mais mémorable.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 14/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Samorost 2
  • Afficher recto jaquette