Aperçus Metal Gear Rising : Revengeance- PlayStation 3

PlayStation 3

Entre la vidéo dédiée à Ground Zeroes et celle dévoilant l'énigmatique projet The Phantom Pain, les amateurs de la saga Metal Gear doivent en ce moment avoir le cerveau en ébullition. Pour autant, il ne faudrait pas que cette entreprise de séduction orchestrée par Kojima en vienne à leur faire oublier l'arrivée, le 21 février prochain, de Metal Gear Rising : Revengeance. Ce spin-off possède en effet un joli potentiel. C'est en tout cas notre constat après avoir bouclé le prologue et les trois premiers chapitres du titre.

Metal Gear Rising : Revengeance

Mouvementé. Voici le terme qui qualifie le mieux le développement de Metal Gear Rising : Revengeance. En cours de route, le jeu aura été annulé puis aura changé de nom, de scénario, de gameplay et surtout, de concepteur, pour atterrir entre les mains du réputé studio japonais PlatinumGames. En charge de l'intégralité du projet dans un premier temps, les équipes de Hideo Kojima ne se sont en réalité pas complètement retirées de celui-ci. Après avoir activement participé à l'élaboration de certains éléments clés comme le scénario - en compagnie de PG -, elles s'occupent désormais principalement de superviser le développement du jeu afin d'assurer sa fidélité à la saga Megal Gear. Une collaboration qui permet aux géniteurs de Bayonetta de mettre une grande partie de leur énergie créatrice au service d'un gameplay survolté, totalement orienté vers l'action. Après quelques minutes à peine, on s'aperçoit que c'est de cette alliance singulière que provient la première surprise. Un brassage insensé qui détonne mais fonctionne parfaitement.

Aperçu Metal Gear Rising : Revengeance PlayStation 3 - Screenshot 118Visiblement, Raiden est prêt à en découdre.

Les premières images du prologue donnent le ton. L'histoire débute en 2018, soit quatre ans après les événements de MGS 4 : Guns of the Patriots. On retrouve le protagoniste principal du jeu, Raiden, en plein cœur de l'Afrique, assis dans une voiture au côté du Premier Ministre N'Mani. Un personnage important dont notre héros doit assurer la protection. Suite à une embuscade, l'homme d'Etat se fait pourtant brutalement enlever par deux redoutables cyborgs. Voilà donc Raiden embarqué dans une course-poursuite effrénée visant à rattraper les ravisseurs. Ce qu'il finit par faire, après avoir notamment mis hors d'état de nuire un Metal Gear Ray impressionnant mais finalement peu résistant. Pour autant, l'issue de l'affrontement se montre largement favorable aux assaillants. Raiden est à deux doigts de rejoindre le Premier Ministre - dont la gorge a été tranchée quelques minutes auparavant – dans l'au-delà. Il sera finalement sauvé in extremis par ses employeurs, la société privée Maverick. De leur côté, ses bourreaux parviennent à s'enfuir tranquillement.

Aperçu Metal Gear Rising : Revengeance PlayStation 3 - Screenshot 119Ce cyborg a une très très longue épée.

C'est ainsi que s'ouvre le jeu. Evidemment, Raiden ne va pas rester longtemps sur cet échec cuisant. Aidé en permanence par l'équipe de Maverick, avec laquelle il communique par codec, il repart très vite mettre ses talents de combattant au service de la paix. Et ce, à travers le monde entier. En trois chapitres, nous avons pu voir autant de destinations différentes, de la République d'Abkhazie à la ville américaine de Denver, en passant par Mexico. Petit à petit, le scénario se met en place. Des liens apparaissent entre les différents éléments. Nul besoin d'être devin pour comprendre que les événements vont amener Raiden à enquêter sur les deux cyborgs croisés dans le prologue et sur Desperado, la milice qui les emploie. Mine de rien, entre deux cut-scenes complètement dingues, autant au niveau de leur mise en scène que des propos qui y sont tenus, le jeu distille un scénario plus fin qu'il n'y paraît au départ. Sans révéler la suite des événements, les sujets abordés sont souvent profonds (glauques aussi par moments) et font écho aux thèmes chers à Kojima. Aux situations cocasses (Raiden déguisé en Mariachi, cela vaut le détour) répondent des scènes marquantes sollicitant le joueur émotionnellement. Intéressant. Au fond, Revengeance affirme rapidement son identité, sa filiation avec la saga Metal Gear. Et ce, même si le scénario semble se dérouler complètement en marge des épisodes canoniques.

Aperçu Metal Gear Rising : Revengeance PlayStation 3 - Screenshot 120Vous croyez qu'on vient de lui voler son goûter ?

Néanmoins, la narration ne prend pas autant de place que dans les MGS « classiques ». Les cinématiques sont beaucoup moins nombreuses et surtout, plus courtes. Parfois, un simple dialogue via le codec forçant le joueur à progresser au ralenti, permet de faire avancer le scénario. En pressant un bouton, chaque échange peut en prime être zappé. De quoi soulager ceux qui ont avant tout envie de découper des adversaires à la chaîne. Car ne l'oublions pas, la fameuse promesse initiale de ce spin-off, c'était de permettre au joueur de trancher avec précision tout ce qui lui passait sous la main, y compris ses ennemis, lorsqu'il basculait en « mode katana ». Un joli discours que l'on se doit aujourd'hui de tempérer. Oui, on peut bel et bien jouer les bouchers mais pas en permanence. Ainsi, seuls les opposants les plus faibles se prêteront à vos expériences morbides sans trop de résistance. Pour le reste, votre lame n'a que très peu d'effet sur les éléments du décor et n'est que peu efficace contre une grande majorité d'adversaires. Du moins, pas avant que vous les ayez largement affaiblis.

Aperçu Metal Gear Rising : Revengeance PlayStation 3 - Screenshot 121Desperado est une milice sur laquelle il va falloir enquêter.

En réalité, Revengeance est un vrai beat'em all. Au sens où vous allez devoir enchaîner vos ennemis en multipliant les offensives et non uniquement les découper. Il faut donc alterner les deux coups disponibles (un fort et un faible), utiliser avec intelligence la glissade permettant de prendre l'avantage en début d'affrontement et surtout, bien défendre. Très vite, le jeu vous oppose des adversaires impossibles à battre sans utiliser correctement la parade. Or, pour être correctement exécutée, celle-ci nécessite une manipulation et un timing précis (stick vers l'adversaire et un bouton). Dans le cas d'une réussite complète, un contre suit d'ailleurs immédiatement, histoire de sanctionner l'ennemi. Le prototype LQ-84i, l'un des boss du premier chapitre, vous obligera dès le début du jeu à vous entraîner à effectuer cette parade. Sous son apparence de loup se cache un cyborg ultra agile qui vous causera beaucoup d'ennuis. Il faudra persévérer et persévérer encore pour enfin parvenir à sortir ce geste défensif au moment approprié. Le seul moyen de contrer « l'animal » et de l'éliminer. Une fois la technique assimilée, tout devient plus simple. Enfin presque car le dosage de la difficulté du jeu est assez étrange. Après ce pic atteint dès le premier chapitre, l'opposition faiblit. Et ce, jusqu'au bout du troisième chapitre, ponctué lui aussi par l'apparition d'un Boss, Monsoon, capable de disloquer puis de reformer son corps à volonté. A vous de comprendre ses patterns qui sont encore moins évidents à appréhender que ceux de ses prédécesseurs.

Aperçu Metal Gear Rising : Revengeance PlayStation 3 - Screenshot 122Voilà où en sera le monde de la mode en 2018.

Mais revenons-en au « mode katana ». PlatinumGames a évidemment prévu une large gamme d'ennemis. Ceux-ci affichent une résistance accrue à mesure que vous progressez. Logique. Du coup, impossible de se pointer devant eux et de les trancher en rondelles. La solution la plus efficace reste l'infiltration même si on sent rapidement que le jeu n'est pas taillé pour la discrétion. Si vous parvenez néanmoins à vous faufiler dans le dos de vos opposants, le coup porté sera fatal. Un one shot salvateur dans les salles remplies d'adversaires résistants qu'il vaut mieux ne pas avoir à affronter simultanément (les gorilles pour ne citer qu'eux...). Si le combat s'engage, la première étape consiste donc à affaiblir les ennemis en leur balançant un maximum de coups. Ce n'est qu'ensuite que les parties à découper apparaissent en surbrillance. A vous de passer alors en « mode katana » et de jouer avec ce dernier. En toute fin d'affrontement, le jeu vous laisse toutefois systématiquement la possibilité d'y aller franco et de tailler en pièces l'ennemi. Comme ça, gratuitement ? Pas uniquement car en tranchant un endroit bien précis du corps de son adversaire, on peut arracher sa colonne vertébrale d'un geste sec. En plus de procurer un incroyable sentiment de puissance, cette action vous permet de récupérer toute votre vie et de remplir la jauge donnant accès au « mode katana ». Histoire d'apporter un peu de variété dans les affrontements, vous gagnerez rapidement des armes secondaires prenant la place du coup fort. Comment ? Lesquelles ? Nous n'avons pas encore le droit d'en parler mais sachez qu'elles sont également très plaisantes à utiliser. De même, nous ne pouvons pas nous étaler sur le système de progression lié au personnage. On se contentera donc de vous préciser qu'il gagnera des compétences et des attaques nouvelles. Enfin, sachez par ailleurs que vous débloquerez des missions VR en dénichant des terminaux dans les niveaux. Du contenu supplémentaire autour duquel Konami souhaite là aussi garder le mystère.

Nos impressions

Du mariage un peu précipité entre PlatinumGames et Kojima Productions est né un titre atypique. S'il demeure un beat'em all nerveux laissant une large place à la découpe sanglante, Revengeance cache sous son gameplay brutal et ses animations classieuses de véritables liens avec la saga Metal Gear. Que ce soit à travers son personnage principal, sa narration, sa mise en scène, les thèmes qu'il aborde ou la dose de second-degré qui enrobe l'ensemble. Bien moins technique qu'un Bayonetta, beaucoup moins bavard et cinématographique qu'un Metal Gear Solid, le jeu possède sa propre identité. Une sorte de mélange étrange totalement captivant. L'un des titres à surveiller en début d'année prochaine !

Aperçu Metal Gear Rising : Revengeance PlayStation 3 - Screenshot 123Aperçu Metal Gear Rising : Revengeance PlayStation 3 - Screenshot 124Aperçu Metal Gear Rising : Revengeance PlayStation 3 - Screenshot 125Aperçu Metal Gear Rising : Revengeance PlayStation 3 - Screenshot 126Aperçu Metal Gear Rising : Revengeance PlayStation 3 - Screenshot 127Aperçu Metal Gear Rising : Revengeance PlayStation 3 - Screenshot 128

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Konami
  • Développeur : PlatinumGames
  • Type : Action
  • Multijoueurs : Non
  • Sortie France : 21 février 2013
    (19 février 2013 aux Etats-Unis - 21 février 2013 au Japon)
  • Version : Voix en anglais, textes en français
  • Web : Site web officiel
  • Existe aussi sur :
    Metal Gear Rising : Revengeance - Xbox 360 Metal Gear Rising : Revengeance - PC
  • Similaire à :
    Bayonetta
Mots-clefs : MGSR MGS Rising, Metal Gear Solid Rising, Metal Gear Solid : Rising