Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : PlanetSide 2
PC

Contributeur

Ils furent certes nombreux, ceux qui jadis, s'étripèrent dans la joie et la bonne humeur (et le lag) sur le premier PlanetSide, mais la majorité, elle, ne put que jeter des regards de haine et de désespoir à leur modem pourri. Triste membre de cette sombre caste d'oubliés du Net, l'humble auteur de ces lignes a depuis épuisé de nombreux psychiatres et dégommé une foultitude de « débits » de boissons afin de faire taire sa frustration. Mais la roue tourne et l'occasion est finalement venue pour lui de prendre sa revanche sur la vie. Oui, PlanetSide 2 est là, plus massif que jamais et plus ou moins gratuit par dessus le marché.

Imaginez un monde où les tanks violets de Halo, les musculeux troufions de Battlefield, le design douteux de Too Human et un gros MMO qui tache se seraient retrouvés en secret pour passer une folle nuit d'amour dans un hôtel de passe tenu par Sony Online Entertainment. De cette union violente, de ce méta-carambolage vidéoludique, serait né un titre étrange, un MMO-FPS de science-fiction free-to-play baptisé PlanetSide 2. Ce gros bébé joufflu met ainsi en scène une guerre futuriste entre trois factions humaines s'étripant pour défendre leurs idéaux. Séparés depuis longtemps de la Terre, ces trois camps ont effectivement embrassé des visions totalement contraires quant à l'évolution de la société humaine, visions que seule la force permet désormais d'imposer aux autres.

Cet avant-poste ne manquera pas de tomber sous le contrôle de la Souveraineté Vanu !

Ainsi donc, la Souveraineté Vanu (casaque violette) considère que l'avenir ne peut passer que par l'exploitation des technologies aliens disséminées sur la planète. Dotées des armes à énergie trop top high-tech qui se rechargent vite et ne subissent pas trop de recul, ses troupes déferlent sur Auraxis avec violence, en bons fanatiques religieux. De son côté, la République Terran (nuisette rouge), vestige de l'ancien gouvernement terrestre, tente d'unifier tout le monde sous sa coupe joyeusement totalitaire. Ses soldats sont pour leur part équipés d'armes à feu traditionnelles à cadence de tir élevée. Moins puissant, cet équipement permet toutefois de noyer l'ennemi sous le feu jusqu'à ce qu'il n'en reste plus que de petits bouts de viscères épars où surnagent quelques dents brisées. Enfin, le Nouveau Conglomérat (string bleu et jaune) rassemble des groupes rebelles vaguement organisés qui cherchent surtout à résister à l'oppression de la République Terran mais ne rechignent pas à dégommer de l'évolutionniste Vanu. Leurs armes sont les moins précises et les plus lentes à recharger du jeu, mais ce sont également celles qui font le plus mal. Chaque faction dispose en outre de véhicules spécifiques qui partagent plus ou moins les caractéristiques citées ci-dessus.

Trois continents gigantesques sur lesquels trois factions s'étripent avec bonheur.

En termes de jeu, cela signifie que vous devrez choisir votre camp et votre serveur dès votre première connexion. Rassurez-vous, rien ne vous empêche toutefois de créer un autre soldat dans une autre faction sur un autre serveur. Une fois votre uniforme moche sélectionné, le titre va vous catapulter sur Auraxis sans autre forme de procès, sans même une initiation (on se contentera pour cela d'une dizaine de vidéos de tutos bien insuffisantes, en anglais uniquement, et visibles sur le site officiel), et sans même vous laisser le temps de configurer vos touches (à moins de voir le petit onglet paramètre paumé dans un coin). Du coup, dès l'abord, PlanetSide 2 peut paraître sacrément intimidant et brut de décoffrage. En fait, c'est tout simplement en bataillant et en vous reposant sur sa monstrueuse communauté que vous en comprendrez les mécanismes. En somme, ce jeu ne vous parlera que si vous avez la possibilité d'y investir des dizaines d'heures. Vous êtes prévenu.

Ces gros bus tout moches servent de points de réapparition mobiles.

Auraxis est découpée en 3 continents et est capable d'accueillir la bagatelle de 6.000 combattants en même temps ! Des zones glacées d'Esamir où l'on aura parfois l'impression de participer à la bataille de Hot dans L'Empire Contre Attaque aux forêts d'Amerish, en passant par les déserts et les canyons d'Indar, il y a de quoi se faire plaisir tout en variant les approches et les stratégies. La géographie d'Auraxis est une réussite, puisqu'elle reste tout à fait crédible tout en offrant tout ce qu'on peut imaginer des champs de batailles modernes : plaines vaguement bosselées, massifs montagneux, rivières asséchées, bases tortueuses et remplies d'étroits couloirs, fortins ouverts et maigrichons, tout y est. Chaque continent est par ailleurs découpé en une grosse tripotée de territoires, tous surmontés de bases et d'installations diverses, que chaque camp doit évidemment tenter de capturer, jusqu'à, peut-être, atteindre la base principale ennemie et exterminer une bonne fois pour toutes ses forces. A ce titre, notez que la capture d'une région passe par le contrôle de points précis (comme dans un match de Domination dans un FPS classique, en très gros) et qu'elle sera d'autant plus rapide si les territoires adjacents appartiennent déjà à votre camp. Ce principe en apparence anodin structure un poil les invasions au sens où il sera bien plus compliqué de s'approprier puis de conserver une région située en arrière de la ligne de front.

Les trois continents offrent des paysages très différents.

En outre, il vous faut savoir que chaque territoire en contact avec d'autres zones dominées par votre faction génère des ressources qui tombent bien sûr dans votre escarcelle (ce qui ne sera pas le cas si cette dernière est séparée du reste de votre empire). Ces ressources, vous pourrez les employer individuellement pour acheter des véhicules ou du matos pour l'infanterie grâce à des terminaux dédiés présents dans vos bases et avant-postes. Pour des questions d'équilibre, même si vous disposez des ressources suffisantes pour acheter un tank, vous devrez toutefois respecter un cooldown afin de ne pas spammer le champ de bataille de blindés. Bref, toutes ces subtilités peuvent paraître compliquées, mais elles vous apparaîtront plus simples à l'usage. De même, une carte générale consultable à tout moment vous permettra de suivre l'évolution des affrontements en temps réel. Placer votre curseur sur une région précise fera ainsi apparaître un certain nombre de données, comme la présence d'ennemis, ou qui est en train de capturer l'ensemble.

Les plus grosses bases sont aussi gigantesques que complexes à prendre d'assaut.

En tant que soldat de base, vous serez tout d'abord catapulté sur le terrain via une capsule de largage, mais vous aurez par la suite plusieurs manières de rejoindre les combats. Via la fameuse carte générale, et après un assez long cooldown, vous pourrez par exemple choisir d'être parachuté sur un point chaud (généralement des régions contestées), téléporté à proximité du leader de votre escouade, matérialisé dans une base alliée obligatoirement proche des combats ou encore à proximité de véhicules spéciaux (achetés et pilotés par les joueurs) dont la fonction est justement de constituer un point de réapparition mobile. Bon, tout ça, c'est bien joli, mais le truc dingue, c'est que les combats en eux-mêmes sont aussi extraordinairement prenants et nerveux, que l'on soit à pied ou en véhicule, comme dans un Battlefield. Les armes offrent également un bon feeling, quel que soit votre camp, même si l'ensemble s'avère en deçà de shooters plus conventionnels. A l'instar du titre de DICE, un sniper devra par exemple tenir compte de la balistique en visant légèrement au-dessus de sa cible à longue portée. Alors évidemment, c'est arcade au possible, mais pas dénué de subtilité non plus.

Les mêlées sont d'une rare violence.

Le jeu repose par ailleurs sur un système de classes de combattants (Infiltré, Assaut Léger, Médecin, Ingénieur, Assaut Lourd, Exosquelette) classique mais performant, ainsi que sur un système de customisation des armes d'une grande richesse. C'est là qu'est introduite la notion de paiement in-game, car si l'expérience acquise au combat permet de débloquer tous les équipements, il vous faudra vous battre environ dix fois plus qu'un joueur ayant consenti à sortir sa carte bleue afin d'obtenir le même viseur, le même bonus d'armure ou le même accélérateur de soin. Les prix nous ont d'ailleurs paru assez exorbitants. Mais rassurez-vous, PlanetSide 2 reste tout à fait jouable sans payer et vous y prendrez sans aucun doute beaucoup de plaisir, tout en ayant conscience que votre durée de vie en duel pourra être considérablement réduite face à un joueur payant. C'est un fait, mais franchement, ce n'est pas rédhibitoire et c'est en plus loin d'être systématique, le gros des forces de chaque faction étant composé de radins dans notre genre.

PlanetSide 2 s'accompagne d'un immense système de customisation des armes.

En outre, ce n'est franchement pas gênant pour la simple et bonne raison que PlanetSide 2 offre tout simplement des situations de folie que vous ne verrez dans nul autre jeu. Imaginez une charge irrésistible de près de 200 joueurs qui fait une incroyable percée, conquiert avant-poste après avant-poste mais finit par s'empaler sur les murs d'une citadelle dotée de puissantes murailles et d'une foultitude de postes de tirs surélevés. Après avoir franchi le no man's land entourant ladite base en voyant des dizaines de vos camarades se faire hacher menu par un feu nourri et un nombre d'explosions tout simplement hallucinant, vous restez collé aux pieds des murs, serré contre vos potes, priant pour que les médecins vous maintiennent en vie suffisamment longtemps afin que les troufions dotés de jetpacks pénètrent dans la base et désactivent les boucliers bloquant l'accès à l'intérieur. Alors que vous attendez, au milieu des flammes et des gens qui hurlent, une bataille aérienne impliquant une dizaine d'aéronefs s'engage au-dessus de vous. Un petit coup d'oeil sur la map générale, et hop, vous vous apercevez que votre percée vous a porté loin en zone ennemie et que la troisième faction adverse a profité de ce gigantesque affrontement pour grignoter votre territoire à l'est. Un retour au jeu et vous n'êtes plus qu'une dizaine, condamnés à mourir et à tout recommencer dans quelques heures, quand vous aurez repris vos territoires perdus et rassemblé une nouvelle force... C'est cela PlanetSide 2.

Le succès réside dans la coordination de plusieurs dizaines de soldats.

Immersif, terriblement chronophage, passionnant, riche, complexe, le jeu n'est tout de même pas exempt de défauts. Outre un design carrément dégueulasse et des doublages français ridicules, on peste parfois contre l'impossibilité de piquer les armes et les véhicules adverses abandonnés, ou même ceux des alliés. On grince des dents quand au milieu d'une grosse bataille, le titre se met bien logiquement à laguer et les ennemis à se téléporter de deux mètres plutôt qu'à se déplacer, même si dans ce domaine, les choses semblent s'améliorer petit à petit. En outre, comme pour le premier volet, l'immense force du titre est aussi potentiellement sa plus grande faiblesse, car tout, oui tout, repose sur la communauté. Pour concevoir des assauts intelligents et coordonnés, il faudra peut-être vous lier à des gens sur des forums et prendre rendez-vous pour un assaut car le titre en lui-même n'offre pas d'outils permettant une vraie coordination de masse, pourtant indispensable à la victoire. Oui, on pourra rejoindre une escouade ou une guilde, chatter en jeu, mais le tout nous a semblé assez obscur ou peu pratique (on lui préférera souvent des solutions extérieures comme TeamSpeak). Là encore, peut-être nous faudra-t-il jouer encore davantage pour vraiment porter un jugement sur cet aspect qui de toute façon, évoluera indubitablement. Mais bon, par exemple, le simple fait de devoir appréhender le fonctionnement des différents boucliers de protection d'une base et de leurs multiples générateurs vous prendra des plombes et nécessitera peut-être un petit passage sur Youtube, d'autant que les multiples icônes qui pullulent dans votre champ de vision manquent beaucoup de clarté.

Et hop, ramasse ton tank.

Quoi qu'il en soit, le MMO FPS de Sony procure d'incroyables sensations et pourra satisfaire tous les types de joueurs. Que vous soyez un fraggeur né avide de duels, un tankiste, un pilote de chasse ou un troufion virtuel sans talents particuliers qui fantasme à l'idée de se retrouver au milieu d'une charge épique sans grande chance de survie, vous trouverez forcément votre bonheur dans PlanetSide 2. Certes, vous devrez souffrir pour apprendre et vous vous taperez parfois des balades de 10 minutes à pied dans le néant, mais vous vivrez également de grands moments d'extase. Ce pauvre article fouillis ne constitue d'ailleurs qu'un pitoyable survol du soft dont les possibilités sont innombrables. En ce qui nous concerne, le but était surtout de vous communiquer notre enthousiasme vis-à-vis de ce titre qui n'a pas d'égal dans le paysage vidéoludique actuel. Il ne nous reste donc plus qu'à vous pousser à tester vous-même la bête, pour peu que vous puissiez le faire tourner. Remarquez, l'avantage d'un free-to-play, c'est justement de pouvoir être essayé sans débourser un sou. Installé sur deux PC différents, une bête de guerre et une machine honnête âgée de deux ans, PlanetSide 2 nous a paru pouvoir tourner correctement, mais on recommandera quand même un processeur Intel i5 ou mieux, 6 Go de RAM, une GeForce 540 ou une ATI 6870 et surtout une solide connexion Internet. Vous voilà maintenant en mesure de voir par vous-même, en espérant vous retrouver online, dans les rangs de la Souveraineté Vanu qui comme chacun sait, finira inévitablement par écraser ses ennemis...

Les notes
  • Graphique 15 /20

    Une note violente, méchante même, qu'on attribuera au design franchement douteux du titre, puisqu'on aura parfois plus l'impression d'affronter des copycats de Flash ou de Megaman que des soldats du futur. Pour le reste, en dépit d'un manque de finesse bien compréhensible, PlanetSide 2 nous assène des décors gigantesques, écrasants même, au sein desquels des milliers de soldats s'affrontent en formant un ballet mortel difficilement descriptible. Rarement un jeu multijoueur n'aura proposé des scènes de batailles aussi incroyablement immersives.

  • Jouabilté 17 /20

    PlanetSide 2 est un titre extrêmement difficile d'accès. Sa richesse et sa profondeur le rendent aussi exceptionnel qu'impitoyable, surtout pour les nouveaux joueurs qui n'auront quasiment rien à se mettre sous la dent pour en saisir le fonctionnement. Ceux qui insisteront (en jeu, mais aussi en se renseignant ailleurs sur le Net) profiteront cependant d'une expérience fantastique. Alors certes, les combats de fantassins ne sont pas aussi viscéraux que dans des titres plus calibrés comme Battlefield ou Tribes, mais aucun ne vous fera vivre ces percées de plusieurs heures, ces assauts massifs et cette démesure grisante. Les véhicules sont quant à eux tous plaisants à piloter et offrent de bonnes sensations. Pour terminer, le fait de payer pour obtenir des améliorations procure surtout des manières différentes de jouer chaque classe et ne déséquilibre pas fondamentalement l'expérience.

  • Duree 19 /20

    PlanetSide 2 est l'archétype du titre capable de vous tenir en haleine des années durant. Le soft est tellement riche qu'il vous faudra déjà plusieurs dizaines d'heures pour en saisir toutes les mécaniques. Et quand enfin vous les maîtriserez, les affrontements ne vous en paraîtront que plus passionnants. Impliquez-vous dans la communauté et vous serez alors ferré à jamais, toujours à vous demander comment vos camarades s'en tirent sans vous, pendant que vous n'êtes pas devant votre écran. Prenez d'ailleurs garde, comme un méchant MMO, PlanetSide 2 peut provoquer un gros sentiment d'addiction.

  • Son 13 /20

    Rien à dire sur les bruitages, sur le roulement de tonnerre des nombreuses explosions qui ponctueront votre vie de combattant virtuel. En revanche, le doublage français n'est pas terrible et si possible, on lui préférera les voix anglaises. Dans ce domaine cependant, l'humble auteur de ces lignes a peut-être raté l'option dans les menus et s'est donc coltiné les voix françaises tout au long de son contact avec PlanetSide 2, pour le meilleur mais surtout pour le pire.

  • Scénario /

PlanetSide 2 est un monstre, un phénomène de foire, un colosse et un titan. Au-delà de son physique ingrat, il est brutal, impitoyable et semble vouloir cracher à la tronche des néophytes qui l'approchent timidement, mais en insistant, ces derniers lui découvriront d'incroyables qualités. Clamant à lui seul la viabilité et l'excellence du genre MMO-FPS, le titre de Sony scotchera tous ceux qui rêvent à l'idée de goûter à des batailles de masse, interminables et glorieuses. Oui, le tout semble parfois franchement brut de décoffrage, se paie une interface bordélique au possible mais on lui pardonne volontiers dès lors que l'on commence à s'intégrer à sa communauté, gigantesque, passionnée et active. Pour finir, disons que le modèle free-to-play convient magistralement bien à ce titre qui parvient à ne pas trop avantager ceux qui mettront la main au porte-monnaie. En somme, il s'agit là d'une réussite incontestable.

Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
03 décembre 2012 à 11:03:00
17/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (349)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16/ 20
Mis à jour le 03/12/2012 Voir l'historique
PC FPS MMO Sony Online Entertainment
  • Partager cette page :
PlanetSide 2
PC PS4
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (2)
  • News (44)
  • Vidéos (45)
  • Images (393)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (19)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : PlanetSide 2 sur PC
    -
    PC
  • Aperçu : Planetside 2 - GC 2012 sur PC
    - 116
    PC
Boutique
  • PlanetSide 2 PC
    Jouez en ligne
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.