Test About Love, Hate and the Other Ones- iPhone/iPod

iPhone/iPod

About Love, Hate & the Other Ones est un puzzle-game pas comme les autres puisqu'il puise son inspiration dans deux sentiments que l'on connaît tous : l'amour et la haine. Comme vous le savez, l'amour attire, la haine répulse. C'est tout bête, mais cela donne lieu à une série de petits casse-tête bien sympathiques à défaut d'être compliqués.

About Love, Hate and the Other Ones

De base, About Love, Hate & the Other Ones présente une succession de 60 niveaux qu'il faut traverser les uns après les autres. Tous présentent le même objectif : réussir à appuyer sur le gros bouton rouge avec l'un des deux personnages intelligemment nommés Love (amour) et Hate (haine). La coopération entre les deux héros est essentielle pour progresser dans un niveau et arriver jusqu'au but. Le tout est de trouver comment utiliser chacun pour atteindre le bouton. S'il n'y a pas d'ennemis dans le jeu, d'autres petites créatures sont pourtant présentes dans les stages et il faudra les mettre à contribution pour avancer. C'est là où l'amour et la haine entrent en jeu puisque les créatures répondront favorablement à l'amour de Love et s'approcheront de lui, tandis qu'elles fuiront la haine de Hate.

Test About Love, Hate and the Other Ones iPhone/iPod - Screenshot 1Hate à gauche, Love à droite.

Du coup, il suffit de jouer avec les deux sentiments pour placer correctement ces petites créatures. Dans la grande majorité des cas, il s'agit de Lazy ones (des paresseux) qui ne servent que de marchepied pour atteindre des plates-formes supérieures. En empilant plusieurs paresseux, on construit aussi de véritables escaliers pour aller un peu plus haut. Plus tard dans le jeu, le duo croise des Blowing ones (souffleurs) qui permettent de monter ou descendre dans un courant d'air, des Cold ones qui échangent leurs places avec Love ou Hate, des Scared ones (peureux) qui peuvent disparaître avec la haine ou réapparaître avec un peu d'amour et enfin les Dead ones qui sont morts et ne réagissent donc à rien. Vous l'aurez compris, la résolution d'un niveau passe obligatoirement par l'utilisation pertinente de chaque créature en leur envoyant une bonne dose d'amour ou un peu de haine.

Test About Love, Hate and the Other Ones iPhone/iPod - Screenshot 2L'utilisation des Lazy ones se résume généralement à cela.

En jouant, on sent une réelle volonté d'offrir un titre très accessible, aussi bien dans les puzzles, jamais bien difficiles, que dans la prise en main. Si quelques ratés sont parfois à noter dans la précision des déplacements, tout est vite oublié par une précieuse commande permettant d'annuler un à un ses mouvements. Si on se retrouve malencontreusement bloqué, il est ici inutile de recommencer un niveau depuis le début. Il suffit de revenir autant de fois en arrière que nécessaire pour tenter une autre approche. Malin, le bouton de retour est une idée que l'on aimerait voir appliquée à bien d'autres titres du genre. On l'a dit, les niveaux ne sont pas vraiment difficiles. A part les deux ou trois dernières énigmes qui demandent un peu d'anticipation pour placer les créatures convenablement, le reste des stages se parcourt vraiment trop vite. On ne sait pas si d'autres puzzles viendront allonger la durée de vie, mais si c'est le cas, il faudra alors introduire de nouvelles créatures ou penser à des situations de jeu un peu plus compliquées. En l'état, About Love, Hate and the Other Ones laissera clairement sur leur faim les amateurs du genre. L'ambiance atypique du titre permet heureusement de gonfler son capital sympathie. Le design et les animations donnent l'impression de voir un petit dessin crayonné s'animer sous nos yeux. L'effet est très réussi. On craque aussi en entendant Hate siffler entre ses dents sa haine envers les autres, ou Love mettre tout son amour dans les "I looooove you" qu'il clame à tout va.

Jihem, le 19 novembre 2012

Les notes

  • Graphismes 16/20

    About Love, Hate and the Other Ones affiche une vraie identité visuelle qui donne l'impression de voir des personnages griffonnés puis animés sur une feuille de papier. Les décors, s'ils ne sont pas très nombreux, proposent différents plans et quelques effets de brume pour renforcer l'immersion. C'est très basique, mais ça fonctionne.

  • Jouabilité 14/20

    La mécanique est très simple à comprendre et elle donne lieu à des situations intéressantes. Cela dit, les niveaux ne sont jamais bien difficiles à résoudre. Au cas où, une option bien pratique permet toutefois de rembobiner la partie pour revenir autant de coups en arrière.

  • Durée de vie 8/20

    Hélas, la grande facilité du titre et le nombre finalement assez réduit de niveaux (comprenant de nombreux tutoriels) n'aident pas vraiment à tenir sur la distance. Aussi agréable qu'il soit, About Love, Hate and the Other Ones se plie bien trop rapidement. De nouveaux niveaux sont demandés d'urgence !

  • Bande son 15/20

    En dehors de quelques musiques lors des menus, réussies soit dit en passant, le jeu nous plonge dans une ambiance assez sobre. Aucun thème n'est joué durant les niveaux, ce qui permet de mettre en avant les "I looooove you" et les "I hate you" lancés suivant une petite palette d'intonations différentes.

  • Scénario

    -

  • Note Générale13/20

    Jouer avec l'amour et la haine, l'attirance et la répulsion, est plutôt bien vu de la part des développeurs. Hélas, aussi attendrissant qu'il soit par son design, About Love, Hate and the Other Ones montre aussi assez vite ses limites. On espère donc que de nouveaux niveaux plus complexes et avec de nouvelles créatures puissent rapidement relancer la machine.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 14/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Développeur : Black Pants Game Studio
  • Type : Réflexion
  • Multijoueurs : non
  • Sortie France : 29 octobre 2012
  • Version : Français
  • Classification : Déconseillé aux - de 4 ans
  • Web : Site web officiel
Mots-clefs : About Love, Hate et the Other Ones, About Love, Hate & the Other Ones