Test flOw- PlayStation 3

PlayStation 3

A l'heure où les superproductions aux thématiques belliqueuses envahissent les magasins, certains développeurs ont une approche quelque peu différente du jeu vidéo. Ces derniers donnent parfois naissance à des ovnis, des jeux aux desseins mystérieux et envoûtant, au genre inclassable. C'est cela que nous propose le studio Thatgamecompany avec un premier jeu sur le PSN, flOw.

flOw

Loin du monde, dans les profondeurs abyssales de l'océan, c'est avec un petit animal primitif que le jeu nous invite à voyager dans ces eaux sans fin. Le jeu se décompose en 6 campagnes, chacune avec une créature différente à contrôler. C'est à la manière d'un Snake, en vue de haut donc, que l'on manœuvre sa petite bestiole. Le principe est simple, il faut progresser de zone en zone, chacune étant un peu plus en profondeur que la précédente. Pour chaque campagne, le but est le même : aller au niveau le plus profond pour gober une sorte de graine, ce qui signifiera la fin du chapitre. Pour cela, le joueur peut manger d'autres petits organismes présents dans les différentes zones afin de faire grandir son animal, ou simplement foncer directement vers les profondeurs pour conclure la campagne. Mais alors, où est la difficulté, me direz-vous ? En effet, il est impossible de mourir, ou de perdre tout simplement. Les ennemis potentiels, vous feront «seulement» perdre une partie de votre animal, mais vous pourrez toujours la renouveler en mangeant d'autres organismes, ou même engloutir vos adversaires. Le jeu se voulant contemplatif et relaxant, il mise plutôt sur une certaine aura poétique qui caractérise si bien le studio Thatgamecompany.

Test flOw PlayStation 3 - Screenshot 4Les cercles rouges vous font descendre d'un niveau et les bleus monter d'un niveau.

Car oui, flOw est une expérience poétique, en majeure partie grâce à sa beauté. En premier lieu, l'environnement est doté d'un cachet visuel impressionnant. Les couleurs apaisantes de l'eau offrent un dégradé magnifique, s'assombrissant au fur et à mesure de votre descente. Beaucoup d'effets visuels relèvent le tout pour une immersion totale. Les particules simulant les mouvements de l'eau, par exemple, sont une réussite, tout autant que le léger effet de flou qui donne une impression de profondeur. En outre, ce qui mérite d'être souligné est l'évolution du personnage. Voir sa créature grandir au fil de la progression est un régal pour les yeux, d'autant plus que les animations sont on ne peut plus fluides et cohérentes. En revanche, la perception de l'environnement en pâtit puisque la taille de l'animal peut vraiment devenir imposante. Mais on reste tout de même épaté devant le design atypique de flOw. Les bruitages sont aussi de qualité, tout comme la musique. En revanche, cette dernière n'est présente que dans la sélection de chapitre, et non dans le jeu, ce qui est regrettable.

Test flOw PlayStation 3 - Screenshot 6Certaines créatures sont de toute beauté.

Pour naviguer dans ce monde, c'est le Sixasis de la manette PS3 qui est mis en avant. En effet, il vous suffit simplement de pencher la manette pour que votre créature se déplace. Rien de plus simple, le soft se veut très accessible. En outre, chaque animal dispose d'une action spéciale comme aller plus vite, attirer les ennemis ou encore les empoisonner. C'est donc muni de ces deux seules commandes que vous devrez vous dépatouiller pour ingurgiter vos ennemis. Se mouvoir est d'ailleurs parfois imprécis : on se retrouve quelquefois à tourner autour d'un bonus sans arriver à le toucher, ou alors à monter ou à descendre vers une autre zone sans le vouloir. Certains patterns d'ennemis vous font d'ailleurs subir ce changement de niveau en guise d'attaque, ce qui est assez agaçant. Des imprécisions peuvent être gênantes, mais elles sont vite rattrapées par le voyage reposant qu'offre le jeu. Cependant, celui-ci est assez court, puisqu'il ne vous prendra que 2-3 heures pour le boucler. C'est certes peu, mais vu le prix relativement bas (à peu près 5 euros), cela peut se comprendre. Néanmoins, flOw, aussi court soit-il, vous transportera sans soucis vers un monde où le temps arrête de s'écouler, pour laisser place à la poésie et à la beauté.

-Reflux (contributeur de jeuxvideo.com), le 01 novembre 2012

Les notes

  • Graphismes 17/20

    La patte graphique de ce flOw est réellement sublime. Les différents effets visuels créent une atmosphère unique et nous plongent dans un monde coloré et poétique. Les diverses créatures sont tout autant magnifiques, et les voir évoluer est réellement plaisant.

  • Jouabilité 14/20

    Privilégiant les émotions, flOw s'appuie sur un gameplay indéniablement simpliste, voire parfois monotone. Diriger sa créature est intuitif à souhait, même si quelques imprécisions peuvent subsister.

  • Durée de vie 12/20

    Certes, le jeu est court, on ne peut pas dire le contraire. Mais quand on regarde le travail effectué par Thatgamecompany sur l'esthétique de flOw et les émotions procurées chez le joueur, on finit par accepter cette relative brièveté.

  • Bande son 15/20

    Les bruitages sont réussis et bien intégrés. La musique est de qualité mais un peu en retrait par rapport au reste. Le tout contribue tout de même largement à la création de l'atmosphère de flOw.

  • Scénario 14/20

    Voici la seule phrase du jeu vous décrivant le scénario : « Si seulement la vie était aussi simple... ». Et si derrière cette phrase anodine se cachait un message moral présent tout au long du jeu ?

  • Note Générale15/20

    flOw fait partie de ces jeux atypiques qui offrent avant tout une expérience, des émotions, un voyage en somme. Malgré quelques imprécisions, flOw n'en est pas moins empli de beauté, et demeure intéressant pour quiconque veut changer d'air avec un jeu plus conceptuel.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 14/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • flOw
  • Afficher recto jaquette

Vidéos

Voir les 4 vidéos de flOw