Test Natural Selection 2- PC

PC

Il y a de cela une bonne dizaine d'années, le mod de Half-Life Natural Selection voyait le jour. Savant mélange de stratégie et de FPS, le principe voyait des marines et des aliens s'affronter tout en devant prendre soin de gérer ses avancées technologiques, ses ressources et sa progression sur la map. Y a-t-il encore la place pour un tel concept aujourd'hui ? Bien sûr que oui !

Natural Selection 2

Expliquer le concept de Natural Selection 2 est chose plutôt aisée. Les Marines et Kharaas forment deux camps diamétralement opposés, tant par leur comportement que par leur placement sur la map. Chaque équipe est composée de plusieurs unités, chacune contrôlée par un joueur, mais aussi d'un commandant dont le rôle est primordial. En effet, contrairement aux autres joueurs qui jouent à un FPS, ce dernier doit gérer les ressources et la technologie comme dans un véritable jeu de stratégie. Pour ce faire, il suffit de rentrer dans le "QG", qui fait en même temps office de dernier bastion. Si l'ennemi le détruit, ç'en est fini.

Test Natural Selection 2 PC - Screenshot 12Le commandant joue à un véritable jeu de stratégie. Remarquez, les autres joueurs aussi au final.

Puisque le commandant est le rôle qui définit la singularité de Natural Selection 2, autant rentrer tout de suite dans le détail. Bien protégé dans votre bunker, vous devez tenter de faire évoluer votre armée en plaçant des bâtiments sur la carte. Quel que soit le camp choisi, l'important est d'avoir des ressources (en gros, voyez ça comme du pognon) pour financer les dépenses. Ainsi, vous devez exploiter les points d'extraction éparpillés sur la map. Cela a d'autant plus d'importance que ces mêmes ressources sont utilisées par chacune des unités pour bénéficier de bonus ou d'armes en combat. Mais là où Natural Selection devient très intéressant, c'est qu'il n'y pas d'autres points communs entre les marines et les aliens. En effet, il y a une dissociation énorme entre les deux camps, tant dans le gameplay en mode FPS qu'en gestion quand on joue le commandant. L'exemple le plus flagrant concerne la construction des bâtiments. Nous avons d'un côté le chef Kharaa qui doit étendre son "creep" (matière visqueuse) pour fonder de nouvelles structures, à la manière des Zergs dans Starcraft pour citer un exemple un poil plus grand public. De l'autre, le commandant Marines ne peut qu'ordonner des constructions, qui devront donc être suppléées par les unités sur la map qui jouent les ouvriers l'espace d'un instant. Bien évidemment, ils ne sont pas à l'abri de se faire attaquer par des Kharaas pendant l'opération et il faudra donc agir en groupe avec des Marines chargés de la protection.

Test Natural Selection 2 PC - Screenshot 13Les Marines doivent appuyer toutes les constructions de leur chef.

En règle générale, les Marines disposent d'une évolution technologique industrielle qui nécessite des transformateurs afin de distribuer l'électricité nécessaire dans une zone. Cela est d'autant plus nécessaire que la construction de bases secondaires se révèle très importante. Un centre de commande supplémentaire permet d'avoir de nouveaux points d'attache et oblige l'adversaire à se disperser un peu (vu qu'il faut détruire tous les QG adverses pour gagner la partie). On note la possibilité de créer des tourelles défensives qui nécessitent leur propre alimentation, ou encore des téléporteurs afin de se déplacer rapidement d'un coin à l'autre de la map. La construction d'armureries est primordiale puisqu'elles permettent d'acheter de nouvelles armes (fusils à pompe, mines, lance-grenades) mais aussi de récupérer du bouclier et de la vie pour les soldats mal en point. On y trouve aussi une soudeuse, pas très chère mais fort utile pour réparer les bâtiments endommagés ou le bouclier des collègues. Un autre bâtiment donne accès à des technologies plus avancées, notamment un jetpack ou encore les terribles exosquelettes, robots de combat surpuissants, qui peuvent s'avérer particulièrement efficaces, surtout avec un Marine équipé d'une soudeuse en soutien. Bien évidemment, plus la technologie est puissante, plus elle coûte cher.

Test Natural Selection 2 PC - Screenshot 14Les Kharaas ont accès à une vue "instinctive" très pratique dans l'obscurité.

De leur côté, les Kharaas ont un système d'évolution plus fluide. Lorsque le chef met à disposition une nouvelle compétence pour les aliens, il suffit de passer par une phase de couve (dans un oeuf) pour y avoir accès immédiatement. Si les joueurs démarrent en tant que Skulk, que l'on pourrait voir comme le troufion de base, chaque unité peut ainsi se transformer selon la situation, ce qui dépend néanmoins des ressources disponibles et de l'avancée "technologique". Ainsi, le joueur peut devenir un Gorge, unité de soutien capable de guérir les alliés, un Lerk qui vole et lâche des spores empoisonnées, un Fade qui fait office de "ninja" et enfin un Ono, sorte de tricératops surpuissant capable de faire beaucoup de dégâts. Toutefois, les fonctions de chacune de ces races sont bien plus nombreuses, d'autant qu'elles évoluent si le commandant Kharaa fait les recherches nécessaires. Mais nous en reparlerons plus tard. Notons que le chef alien peut aussi créer des oeufs permettant aux unités de se transformer directement sans avoir à dépenser leurs ressources personnelles. Il est aussi possible de créer des "bâtiments" de défense ou de soutien (regain de PV) ou encore un organisme statique qui rend invisibles toutes les unités dans son champ d'action. Enfin, la gestion du creep a une importance capitale car elle peut empêcher les constructions Marines, les retardant ainsi dans leur progression.

Test Natural Selection 2 PC - Screenshot 15Les joueurs aliens peuvent évoluer pour accéder à d'autres compétences.

Si l'on ne peut pas énumérer tous les détails, vous comprenez donc que le côté "stratégie" est sans aucun doute l'élément primordial de Natural Selection 2. Pourtant, il ne faut pas oublier que c'est aussi un FPS et que le commandant mis à part, les autres joueurs vont devoir s'en mettre plein les dents sur le champ de bataille. Là encore, la façon de jouer diffère grandement du camp choisi. Les Kharaas jouent clairement le rôle de perturbateurs, notamment grâce à leur grande mobilité. Par exemple, l'unité de base (Skulk) est tout simplement capable de marcher sur les murs et plafond et d'emprunter des conduits, et ceci à une vitesse folle. Bien sûr, il faut au moins ça pour palier leur obligation de combattre au corps-à-corps, mais cela permet des assauts furtifs et d'étonnants contournements. Ainsi, les Marines doivent constamment rester sur leurs gardes en protégeant leur base et en couvrant leurs arrières, et le sentiment d'oppression se fait fort. On s'en rend notamment compte quand les aliens réussissent à détruire un transformateur, coupant ainsi l'électricité dans toute une zone. Les Marines se retrouvent alors dans l'obscurité avec une simple lampe-torche pour essayer d'y voir quelque chose alors que tous les aliens peuvent déclencher une vue "instinctive" grâce à laquelle ils repèrent bien plus facilement les parois et leurs proies.

Test Natural Selection 2 PC - Screenshot 16En général, quand on prend une photo aussi près d'un Ono vivant, on est mort la demi-seconde d'après.

A vrai dire, le seul moyen de l'emporter dans Natural Selection 2 est la communication. Non seulement il est important que le commandant, qui a constamment une vue générale de la map, indique aux unités ce qu'il faut faire, mais il faut aussi que les joueurs restent groupés et agissent tous dans le même sens pour s'en sortir. Si cela va de soi pour les Marines, on s'en rend aussi compte avec les Kharaas qui peuvent tendre des embûches sournoises, notamment grâce aux nombreuses compétences disponibles. Les Gorges peuvent par exemple créer des plantes de défense qui tirent à distance alors que les Fades peuvent filer comme l'éclair. Même les Skulks apprennent le Leap qui accroît drôlement leur mobilité, eux qui sont déjà si fourbes. Ainsi, une équipe complémentaire est le seul moyen de prendre du plaisir dans Natural Selection 2, à commencer par un bon commandant. Malheureusement, sur les parties avec des inconnus, vous pouvez très bien tomber sur un commandant débutant (ou demeuré) qui conduira littéralement votre équipe à sa perte, ce qui peut s'avérer d'autant plus dommageable que les parties sont longues. Mais si vous avez l'occasion de vous faire des amis et de jouer en groupe, il y a de quoi prendre un pied monumental ! On se prend littéralement au jeu et on apprend de chaque situation.

Test Natural Selection 2 PC - Screenshot 17Les exosquelettes Marines sont surpuissants, mais ils ont besoin de soutien contre les petites unités au corps-à-corps.

Il faut dire que ce concept fort plaisant s'avère bien accompagné, avant-tout d'un point de vue technique. Si on regrettera un manque de diversité dans les environnements, les textures sont réussies et compte tenu du type de jeu, voire de son prix (23 € à sa sortie), on aurait pu s'attendre à pire. Cela dit, l'optimisation étant loin d'être parfaite, il vous faudra un très bon PC pour le faire tourner à fond avec un bon framerate, avec une config digne de Crysis. Notons aussi parmi les points forts que la communauté Natural Selection est déjà très présente et que ce nouveau volet est open source, ce qui veut dire que n'importe quel quidam pourra créer de nouvelles maps et autres joyeusetés. Bref, il ne fait aucun doute que Natural Selection est un excellent titre au concept toujours aussi efficace qui mérite amplement le coup d'oeil, faisant partie de ces jeux dont on ne doute pas de la longévité, surtout lorsqu'on voit que l'eSport s'y intéresse de très près. Si vous êtes dubitatif, nous ne pouvons que vous conseiller de l'essayer, vous serez vite convaincu.

Anagund, le 06 novembre 2012

Les notes

  • Graphismes 14/20

    Puisqu'il s'agit d'un jeu où les performances sont censées primer sur les qualités visuelles, on ne s'attendait pas à quelque chose d'exceptionnel. Toutefois, Natural Selection 2 s'en sort confortablement d'un point de vue technique, même si les architectures ont tendance à se ressembler en ce qui concerne les maps officielles. Attention toutefois, il est très gourmand.

  • Jouabilité 18/20

    Technique, intelligent, stressant, jouissif. Dur de trouver le compliment qui sied le mieux à Natural Selection 2. Deux camps que tout oppose, deux façons de jouer, mais le même plaisir intense de jeu en équipe. Le rôle de commandant est absolument primordial, demandant une gestion parfaite des ressources tout en donnant un maximum d'indications aux unités (un micro n'est pas de trop pour communiquer). Les autres joueurs devront apprendre à jouer un rôle spécifique et surtout, à ne jamais foncer dans le tas.

  • Durée de vie 18/20

    Compte tenu de la durée de vie du précédent opus, on ne voit pas pourquoi celui-là ne ferait pas de même. Bien que d'autres titres du genre ont fait leur apparition depuis, le concept de base qui met en avant l'aspect compétitif et le côté open source promet une longévité dantesque.

  • Bande son 15/20

    Le son a une véritable importance et il n'est pas rare de paniquer en entendant arriver ce qui semble être un groupe d'ennemis alors que vous êtes seul dans une grande pièce. En règle générale, tendre l'oreille est une bonne chose, même si les Kharaa peuvent apprendre à être plus silencieux.

  • Scénario

    -

  • Note Générale18/20

    Natural Selection 2 est à n'en pas douter un des jeux de l'année. Mêlant à la perfection stratégie et FPS, le titre met en avant le travail d'équipe et procure des sensations rares grâce à un équilibre parfait entre les deux races, pourtant si différentes par leur gameplay. Il faut la jouer tactique et fourbe, tenir son rôle et rester à l'écoute de ses équipiers pour s'en sortir correctement. Avec une communauté déjà présente et des promesses d'évolution, nul doute que le titre de Unknown Worlds sera encore joué dans quelques années.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 17/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Développeur : Unknown Worlds
  • Type : FPS / Stratégie
  • Sortie France : 31 octobre 2012
  • Config minimum : OS : Win 7/Vista/Xp, Proc : Core2Duo 2.6Ghz, RAM : 2Go, Carte : 1Go DirectX9 ATI X800/Nvidia 8600, DD : 5Go
  • Config conseillée : OS : Win 7/Vista/Xp, Proc : Core2Duo 3Ghz, RAM : 4Go, Carte : 1Go DirectX9 ATI 5770/Nvidia GTX 450, DD : 5Go
  • Classification : Déconseillé aux - de 16 ans
  • Web : Site web officiel
Mots-clefs : Natural Selection II, NS2

Vidéos

Voir les 20 vidéos de Natural Selection 2