Menu
He-Man : The Most Powerful Game in the Universe
  • iOS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur iOS / He-Man : The Most Powerful Game in the Universe sur iOS /

Test du jeu He-Man : The Most Powerful Game in the Universe sur iOS

Test : He-Man : The Most Powerful Game in the Universe
iOS
He-Man : The Most Powerful Game in the Universe
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Jihem
L'avis de Jihem
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
05 novembre 2012 à 09:00:00
9/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (2)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.5/20
Partager sur :

Les Maîtres de l'Univers, Musclor, les Maître d'Armes, Orko, Tila, Skleletor et son armée de sbires… que de souvenirs, n'est-ce pas ? Bien qu'un revival du dessin-animé ait eu lieu en 2002, la série reste avant tout un pur produit des années 80. Et bien que méfiants après les terribles adaptations déjà parues sur consoles, nous avons vu arriver ce nouveau jeu Musclor avec un œil aussi intrigué qu'amusé. Jouant clairement la carte de la dérision et de l'hommage, le jeu doit maintenant vivre à la hauteur de son sous-titre. He-Man est-il réellement le jeu le plus puissant de l'univers ?

He-Man : The Most Powerful Game in the Universe

Tout fan de Musclor le dira, la série baigne dans un délicieux ridicule avec sa galerie de personnages improbables. Tout le monde se souvient d'Adam, le prince d'Eternia qui se transforme en Musclor lorsqu'il brandit son glaive et chante What's Going On du groupe 4 Non Blondes. Euh, non, plutôt lorsqu'il invoque le pouvoir du crâne ancestral. Oui, c'est ça. 4 Non Blondes, c'est une autre version, bien plus drôle, soit dit en passant... Donc Musclor, c'est le double un peu louche d'Adam qui, pour sauver le monde, n'a rien trouvé d'autre que d'enfiler un slip en fourrure de marmotte et un plastron qui ferait fureur au nightclub Tool Box de Wayne's World 2. Dans la série, le mal est personnifié par Skeletor, un pseudo squelette en pagne, à la tête d'une légion de no life aux noms aussi évocateurs que Océanor, Dentos ou tout simplement Le Monstre. Voilà pour les bases, reprises presque telles quelles dans le jeu mais avec un petit twist afin d'inclure un peu de modernité. Oh, pas beaucoup, rassurez-vous. Juste un iPad entre les mains de Skeletor. Celui-ci prétend en effet avoir mis au point l'application qui lui permettra enfin de se débarrasser une bonne fois pour toutes de Musclor. Le héros ne l'entend pas de cette oreille et une grande course-poursuite s'engage dans les différentes contrées du royaume.

He-Man : The Most Powerful Game in the Universe
Le beat'em all manque d'idées.
Si le scénario s'annonce comme une jolie parodie de la série Musclor, il faut se rendre à l'évidence : le jeu ne tient pas sur la longueur. En fait, du premier au dernier niveau, rien ne viendra relancer l'histoire ou appuyer son côté humoristique. La traversée des stages se déroule selon un train-train soporifique, au milieu d'ennemis stupides qui ne font qu'avancer bêtement droit devant eux pour rencontrer le glaive du héros. Il y a bien quelques boss à défaire aussi, mais ces derniers sont aussi stupides que dans le dessin animé et une fois compris leurs routines de mouvements, il suffit de les frapper sans se poser de questions. Bien sûr, des tas de beat'em all sont basés sur ce même modèle répétitif. Mais avec sa galerie de personnages et son univers si kitsch, il y avait largement de quoi creuser le sujet et mettre en place toutes sortes de situations pittoresques pour varier les plaisirs. Même l'attaque spéciale du crâne ancestral est quasiment absente du jeu. Elle apparaît sous la forme d'un bonus particulièrement rare qui ne nous est apparu que deux fois durant toute la traversée d'Eternia, c'est dire ! Même chose pour le Maître d'armes qui peut arriver en soutien. Le bougre n'a montré sa paire de moustaches que deux fois aussi !

He-Man : The Most Powerful Game in the Universe
La roulette d'Orko peut nous offrir une chance de reprendre au dernier checkpoint.
Hélas, le plus gros problème de He-Man réside encore ailleurs. C'est la maniabilité qui tue littéralement le plaisir de jeu. Plutôt que d'opter pour une solution classique de boutons virtuels, les développeurs ont choisi de tout miser sur les mouvements tactiles. Ainsi, il faudra glisser le pouce gauche dans une direction ou dans l'autre pour déplacer Musclor. Le pouce droit, lui, gère les sauts (une glissade vers le haut) et les attaques, limitées aux simples coups d'épée en début de partie (une tape sur l'écran). Grâce aux rubis récupérés sur les dépouilles ennemies, il est possible d'acheter de nouvelles attaques telles que l'uppercut (une glissade du pouce vers la gauche), le smash down (une glissade vers le bas en plein saut) ou encore l'attaque tourbillon (une glissade vers le bas sans saut). Même en admettant qu'un joueur ne s'emmêlera pas les pinceaux dans les nombreuses commandes qui l'attendent, il faut reconnaître que la gestion des gestes elle-même pose problème. Par exemple, il est très fréquent de vouloir sauter et de voir son personnage déclencher un uppercut qui l'emmènera droit dans un gouffre. Ce genre de chute étant mortelle, on se retrouve dans bien des cas à devoir recommencer un niveau depuis le début en raison d'une bête manipulation interprétée de travers par le titre. Il est possible que le joueur ait effectivement glissé son pouce un peu en diagonale au lieu de réaliser un geste purement vertical pour sauter, on est d'accord, mais cette rigueur s'avère trop pénalisante. Dans le feu de l'action, un joueur a besoin de savoir qu'il peut sauter sans se prendre la tête à vérifier la verticalité de son geste. Et nous ne parlons ici que d'un simple saut. Cela est valable pour l'ensemble des commandes.

He-Man : The Most Powerful Game in the Universe
Le célèbre pouvoir du crâne ancestral peut être acheté.
Nous aurions voulu aimer He-Man : The Most Powerful Game in the Universe. Pas simplement parce que nous aimons Musclor, mais parce que le titre semblait tenir une excellente idée, celle de jouer à fond la carte de la dérision. Au final, au lieu d'un franc moment de rigolade, on se retrouve avec un titre pas inventif pour un sou et pénible à manipuler. Même la promesse de pouvoir collecter des artworks tirés du jeu, ou des photos de vieux produits marketing, n'encourage pas à se donner pleinement. La réalisation graphique, plus ou moins calquée sur les jouets de l'époque (petites jambes, bustes énormes), ne suffit pas non plus à contrebalancer la jouabilité ratée. Hey Adam, What's going on?

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    Le jeu offre un petit relooking aux Maîtres de l'Univers en reprenant de loin le design des jouets. Les personnages sont assez courts sur pattes, ce qui leur donne un certain aspect comique. Les animations manquent toutefois de fluidité et aurait pu être plus détaillées.

  • Jouabilité 8 /20

    La note peut paraître sévère, mais elle représente bien le problème du jeu. La gestion tactile des mouvements et des attaques est juste calamiteuse. Comment justifier le fait qu'il faille s'appliquer pour réaliser un simple saut ? On ne parle pas de gérer la position ou la hauteur du saut. Non, non. Juste de la manière dont on doit indiquer à Musclor de sauter avec un glissé parfaitement vertical sur l'écran tactile.

  • Durée de vie 12 /20

    La traversée des 27 niveaux d'Eternia semble plus longue qu'elle ne l'est en réalité. La faute à des niveaux qui manquent d'imagination et dans lesquels on finit par s'ennuyer. Même l'envie de récupérer tous les artworks n'est pas là.

  • Bande son 12 /20

    A l'image des graphismes, la bande-son rend hommage au patrimoine de la série. Hélas, la musique tourne en boucle et finit par prendre un peu la tête.

  • Scénario 9 /20

    Skeletor a développé l'Application ultime qui lui permettra de triompher de Musclor. Et puis... plus rien. Cette bribe de scénario prometteuse disparaît dès le premier niveau. Il y avait pourtant moyen de se faire plaisir avec l'univers et les personnages si kitsch de la licence.

He-Man : The Most Powerful Game in the Universe est un beau gâchis qui semble résulter d'une série de mauvais choix lors de son développement. Au lieu de partir à fond dans la dérision, le titre se montre trop timide et n'exploite pas correctement son sujet. Au lieu de proposer des phases variées en profitant par exemple des véhicules ou même du tigre de combat du héros, le jeu se limite à du beat'em all pédestre peu inspiré. Au lieu d'opter pour une maniabilité classique, le gameplay impose une jouabilité tactile inadaptée. Quel dommage !

Profil de Jihem
L'avis de Jihem
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
05 novembre 2012 à 09:00:00
9/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (2)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.5/20
Mis à jour le 05/11/2012
iOS Beat'em All Chillingo GlitchSoft
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Bee Simulator : une expérience familiale au coeur de la ruche
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
  • Preview : MotoGP 19 : L'année de la réconciliation ?
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
  • Preview : WRC 8 : retour en forme pour les Lyonnais de Kylotonn
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Borderlands 3
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Star Wars Jedi : Fallen Order
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce