Test Hammerfight- PC

PC

Ce qui a fait le succès de la scène indépendante, c'est en partie le renouveau constant des mécaniques de jeu. Tout commence souvent par une idée, simple mais géniale, capable de donner naissance à un jeu frais n'ayant au final rien à envier aux grosses productions. Hammerfight est là pour nous rappeler que si avoir une idée originale est un bon début, encore faut-il pouvoir la concrétiser.

Hammerfight

Depuis l'aube des temps, l'humanité trouve d'étranges machines lorsqu'elle descend dans les profondeurs des abysses. Si manipulées avec soin, ces machines peuvent être modifiées pour voler et pour guerroyer. Les engins étaient partagés entre trois grandes nations en paix : les Kelete, les Kadish et les Gaiars. Un jour, un seigneur Gaiar voulu établir sa domination sur les autres nations. Il se frayât un chemin sanglant jusqu'au sommet, et fonda le premier royaume. En tout logique, les Kelete et les Kadish se rebellèrent, et les Gaiars, vaincus, durent se cacher pour survivre. Le personnage incarné est un jeune guerrier de la tribu Gaiar qui fût emprisonné pendant la guerre, et dont le seul but est de venger les siens en répandant le sang à l'aide de sa machine de guerre. Ces engins sont en fait composés d'un module central auquel est attachée une arme. En effectuant des rotations à l'aide de la souris, l'arme est entraînée et finit par effectuer des mouvements de balancier autour du cockpit. Il suffit alors d'assener l'arme à pleine vitesse sur le cockpit de votre adversaire pour l'endommager, tout en évitant de vous faire percuter par la sienne.

Test Hammerfight PC - Screenshot 1Je suis censé comprendre quoi moi dans tout ce fouillis ?

Si le concept de base reste simple en théorie, son application est tout simplement calamiteuse. Sachez d'abord que l'on vous propose de calibrer votre souris d'entrée de jeu, en la bougeant de gauche à droite le plus rapidement possible. Résultat : on peine à faire tourner notre boulet autour de nous sans percuter les murs et la souris quitte régulièrement son tapis. Heureusement, il est possible de rééquilibrer en bougeant un curseur sur une jauge, ce qui se révèle beaucoup plus commode et permet d'alléger les mouvements, bien que les problèmes ne disparaissent pas complètement. Même dans ces conditions, le jeu s'avère extrêmement difficile à manier : l'engin dérape souvent dans les airs sans raisons apparentes, les ennemis vous plaquent sans que vous ne puissiez vous dégager, l'interface cache régulièrement soit votre engin, soit celui de vos adversaires... S'accommoder à tous ces défauts prend du temps et il faudra une heure ou deux avant de pouvoir diriger sa machine à peu près correctement. Mais le pire reste incontestablement les ralentissements. Bien que l'aspect technique des graphismes soit pauvre, cela n'empêche pas l'action d'être terriblement ralentie la moitié du temps. Et pour cause : il ne se passe pas une seule seconde sans que quelque chose n'explose, que ce soit l'ennemi, des tirs, de la dynamite ou tout simplement vous. Le fait que la plupart des environnements soient destructibles n'aide pas à la fluidité du jeu non plus. Les effets sont ainsi si nombreux à l'écran que par moments vous n'arrivez plus à repérer votre propre machine sous les explosions, fumées, nuages de poisons et autres brouillards. De plus, les ennemis ont la fâcheuse habitude de surgir à l'écran à toute vitesse vers vous, réduisant en miettes votre vaisseau moins de cinq secondes après le début du niveau. Certes plusieurs niveaux peuvent être sautés, mais il vous en coutera tout l'or accumulé jusque-là.

Test Hammerfight PC - Screenshot 2Les arquebuses sont utiles lorsqu'on veut tenir les ennemis à distance.

Tout n'est heureusement pas si sombre et, passé les premiers niveaux, vous aurez accès à l'armurerie et à l'arène. C'est à ce moment que les machines révèlent leur vrai potentiel et que l'on prend vraiment plaisir à jouer. Tout d'abord, l'arène permet de se battre contre un ou deux ennemis à la fois seulement ; finies les hordes d'adversaires qui vous coincent et s'acharnent sur vous, vous pouvez prendre votre temps pour établir une stratégie et essayer de porter des coups précis. L'armurerie, quand à elle, propose un attirail d'armes aussi varié que complet. Choisirez-vous de conserver le boulet barbare et mortel ou opterez-vous plutôt pour un marteau capable de fracasser les défenses les plus terribles ? Voudrez-vous le tranchant sans pareil d'une épée rapide ou la force de frappe d'une hache aiguisée ? Les différents types d'armes sont appréciables et les possibilités nombreuses, une épée plus lourde ayant plus de force à l'impact et une masse ornée de piques plus de pouvoir transperçant. Mais le meilleur, c'est que ces armes peuvent être combinées. Par exemple, un marteau servira d'arme principale pendant qu'un couteau couvrira vos arrières. Elles sont également compatibles avec des arquebuses capables de détruire vos ennemis à distance. Et si la rare chance de découvrir une gemme se présente, la combinaison entre le minerai et une arme permettra à cette dernière d'infliger des dégâts spéciaux, de feu par exemple. Les objets tels des armures et des potions de vies vous rendent aussi la tâche plus facile. Les possibilités sont donc nombreuses et chaque combinaison comporte des avantages et des défauts, ouvrant la porte à de nombreuses expérimentations. Seul bémol, l'armurerie ne vend ses armes qu'une par une, et dans un ordre spécifique. Il faut donc obligatoirement passer par les armes les plus faibles avant de s'attaquer à celles suscitant plus d'intérêt.

Test Hammerfight PC - Screenshot 3La diversité des armes est appréciable.

Hélas, tous ces plus ne rendent pas le gameplay moins lourd et c'est bien dommage, car on éprouve un réel plaisir lorsqu'on réussit à fracasser notre adversaire à coups de marteau bien placés. Les derniers niveaux réservent des défis de taille car si votre attirail s'est amélioré entre-temps, les ennemis répliquent par la force et le nombre. Ces niveaux ne seront d'ailleurs pas bien long à atteindre, l'aventure ne proposant que cinq ou six heures de jeu en mode solo pour des dizaines et des dizaines de game over. Plusieurs modes alternatifs sont à déverrouiller tout au long de l'aventure, comme l'arène et la chasse aux monstres, ou encore le hammerball (sorte de foot aérien où les coups se font par l'entremise de marteaux... oui oui!), mais aucun ne retiendra votre attention bien longtemps. Et ne comptez pas sur le mode multijoueur pour sauver la mise, le online est inexistant et le offline nécessite de 2 à 4 souris branchées simultanément sur le même ordinateur... pas très efficace.

Llenlleawg893 (contributeur de jeuxvideo.com), le 23 octobre 2012

Les notes

  • Graphismes 8/20

    Techniquement, c'est assez horrible. On croirait jouer à un titre Flash et pourtant on a droit à de graves ralentissements omniprésents. Il faut cependant avouer que le jeu a un cachet bien particulier qui fait son effet. On déambule dans des environnements qui ne sont pas sans rappeler Dune, où les étendues de sables et les monts rocheux côtoient les vers géants. Les décors sont inspirés et on pourrait penser que les graphismes sont un des points forts du jeu si le tout n'était pas aussi mal rendu. Mentionnons aussi que si les effets pendant les combats ne sont pas laids, ils rendent tout simplement l'action illisible.

  • Jouabilité 6/20

    Contrôler un vaisseau autour duquel se balance une arme est original et pourrait même être plaisant si autant de défauts ne venaient pas gâcher le tout. Pour apprécier Hammerfight, il faut passer outre des mouvements de la souris mal calibrés, un immense temps d'adaptation, un moteur qui capote sans raison et fait déraper l'engin, des ennemis qui bloquent complètement les mouvements, qui disparaissent de l'écran ou se cachent derrière l'interface, sans oublier de nombreux ralentissements... Heureusement que les différentes armes et combinaisons viennent varier les possibilités.

  • Durée de vie 8/20

    L'aventure n'offre qu'environ cinq heures de jeu et si des modes à débloquer au fil de la partie viendront enrichir le tout, ce ne sera que pour une courte durée. Le soft ne donne pas envie d'y revenir car après une longue période de temps sans jeu il faudra longtemps avant de se réadapter au gameplay particulier. Quand au multijoueur, pas la peine d'y penser. Le mode online n'a jamais été disponible et le offline ne se joue qu'en branchant d'autres souris à l'ordinateur. Quand on sait que le manque de place pour les mouvements amples de la souris est un des principaux problèmes de gameplay, on comprend que ce n'était peut-être pas la façon la plus efficace de faire les choses.

  • Bande son 14/20

    Sans doute le plus gros point fort du jeu. Les musiques sont peu nombreuses mais de très bonne facture et on pourrait probablement les apprécier si elles n'étaient pas presque constamment enterrées sous la cacophonie des combats. Non pas que les bruitages soient mauvais ; il y en a seulement tellement que ça devient incompréhensible. L'atmosphère guerrière est tout de même bien retranscrite grâce à de bonnes idées, comme l'effet assourdissant qui atténue tous les autres sons lorsqu'une déflagration se produit près du vaisseau.

  • Scénario 11/20

    L'histoire raconte la traditionnelle lutte de clans pour le contrôle du pouvoir et se révèle presque sans aucun rebondissement. Le jeu à tout de même le mérite de proposer plusieurs intersections scénaristiques mais, sauf pour le choix final, elles ramènent toutes au même point et le scénario global reste donc linéaire. De plus, les textes sont uniquement en anglais et d'un niveau plutôt élevé. Mais le plus intéressant reste l'atmosphère "Dunesque", le monde s'inspirant fortement de la culture arabe et, au final, on se laisse séduire par les environnements dans lesquels on évolue.

  • Note Générale9/20

    Hammerfight est doté d'une atmosphère intéressante et prenante et de musiques de haute volée. Certes, les graphismes sont laids, mais là où le bât blesse vraiment, c'est dans l'exécution du gameplay. S'adonner à la création d'un tout nouveau jeu si différent des normes est périlleux, et ici, c'est l'accumulation d'une montagne d'erreurs liées au maniement de l'engin qui font que l'expérience est décevante. Dommage, car lorsque la formule fonctionne, on se prend vraiment au jeu et on profite de grands moments de plaisir. Un jeu original mais mal exécuté donc, et dont l'expérience de création pourrait sans doute servir aux développeurs pour faire une suite qui en reprendrais le concept mais en améliorerait les contrôles.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 12/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Hammerfight
  • Afficher recto jaquette
Mots-clefs : Hammerfall

Vidéos

Voir la vidéo de Hammerfight