Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Doom 3 BFG Edition
360

Pour célébrer le vingtième anniversaire du papy des FPS, id Software et Bethesda tentent le coup de la réédition avec une Big Fucking Gun Edition dont l'intérêt dépend grandement de la machine sur laquelle on la fera tourner et de son propre goût pour la nostalgie.

Quand il est question de réédition, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne, il y a ceux qui ont pris un vilain coup de vieux et ceux qui s'en sortent avec les honneurs, comme The Chronicles of Riddick. Dans quelle catégories placer Doom 3, FPS horrifique qui déjà à sa sortie, il y a 8 ans tout de même, avait divisé et n'avait finalement brillé qu'un temps ? Petite bombe technique qui mettait à plat plus d'un PC de luxe, Doom 3 se voit ici gratifié d'une mise à l'échelle HD et d'une livraison comprenant le jeu de base, son add-on Resurection of Evil, 7 niveaux inédits et même Doom I et II en bonus. Le tout pour 30 à 35 euros selon le support. N'y allons pas quatre chemins : Doom 3 a vieilli et ce qu'on pouvait déjà lui reprocher en 2004 ne s'est pas soudainement changé en qualité. On parvient certes encore à s'amuser durant la traversée de la base martienne envahie par les forces de l'enfer, mais plusieurs points sont difficiles à encaisser pour un joueur en 2012. A commencer par le syndrome du monstre caché dans le placard, principale mécanique utilisée par id Software pour essayer de faire peur, si cette ficelle paraissait déjà un peu limite à l'époque tant elle était employée de façon flagrante, au point que l'on puisse parfois voir un ennemi attendre contre un mur, aujourd'hui elle est carrément désuète et on a plus d'une occasion de trouver ridicule la façon dont les démons patientent sagement derrière une paroi amovible ou surgissent d'un coin sombre dans lequel ils étaient visiblement gentiment installés depuis 8 ou 10 heures. Quant au spawn soudain dans une impasse : passe encore quand il s'agit des démons capables de se téléporter, mais se trouver nez à nez avec des marines quand on se retourne, ça coince un peu.

Le terrible secret de l'UAC, c'est que tout a commencé après une soirée bière / pizza.

Malgré tout, renouer avec ce feeling de FPS un peu old-school et brutal a son charme, en tout cas quand l'action accepte de s'agacer un peu. Ce qui n'est malheureusement pas si fréquent dans Doom 3 qui misait tout sur son ambiance. Or là aussi, pas de bol, on a fait de sacrés progrès en matière de mise en scène et entre le fameux monstre tapi dans les cabinets et les cinématiques poussives, Doom 3 a du mal à entrer en compétition avec ce qui se fait aujourd'hui. C'est là que l'intégration de Resurection of Evil et de Lost Mission prend tout son sens, les deux extensions étant beaucoup plus centrées sur l'action et proposant une progression plus nerveuse. Pour information, l'inédit Lost Mission vous placera dans la peau d'un nouveau Marine membre de la fameuse Team Bravo dont on entend si souvent causer dans la campagne de base. Accessible indépendamment, elle se déroule précisément au moment où l'on assiste au massacre de cette équipe durant une cinématique. Une somme de détails que l'on oublie rapidement quand on joue, l'action assez dynamique prenant le pas sur un scénario dont on se tamponne un tantinet.

Doom I et II, un petit bonus sympa.

Et la technique dans tout ça ? On admettra que pour un jeu de 8 ans, Doom 3 ne s'en sort pas trop mal. Et heureusement, parce qu'on ne peut pas dire que le lifting soit très violent. Remaster et non remake, cette BFG Edition se cantonne à une mise à l'échelle apportant une compatibilité avec l'affichage en HD et les écrans larges. Quelques légers détails changent, à peine perceptibles à moins de se livrer à un face-à-face mais, dans l'ensemble, le jeu n'a pour ainsi dire pas changé. Gare aux yeux donc si on s'approche trop d'une texture et attention aux modèles 3D anguleux et grossiers qui affichent clairement leur âge. C'est d'ailleurs à ce niveau que se pose sérieusement la question de l'intérêt de cette réédition sur PC. Avec des options graphiques réduites au minimum (résolution, anti-aliasing, synchro verticale et blur), le Doom 3 livré ici ne tient même pas la comparaison avec le jeu original couplé à certains mods HD gratuits. Or, on peut s'offrir Doom 3 et son extension pour à peine 20 euros sur Steam. Pour 10 euros de plus, dans la BFG Edition on obtiendra Lost Mission, sympathique mais dispensable et... des versions tronquées de Doom I et II mystérieusement amputées de leur multijoueur et selon toute vraisemblance incompatibles avec la kyrielle de mods rigolos ou techniques, dont certains donnant accès à un rendu bien meilleur que celui proposé par la BFG Edition. Brutal Doom n'étant qu'un exemple.

Lost Mission, chapitre inédit, est plus porté sur l'action, à l'image de RoE.

Quid des joueurs consoles ? En premier lieu, on pourra signaler que sur Xbox 360 et PS3, le multi des deux opus "antiques" est préservé, en revanche, celui de Doom 3 est limité à 4 joueurs, quand sur PC il pousse jusqu'à 8 (allez comprendre). Dans la mesure où la BFG Edition est le seul moyen d'accéder à Doom 3 sur la génération de consoles actuelle, l'intérêt de cette ressortie est déjà plus palpable et à condition de savoir à quoi s'attendre et à ne pas redouter un aspect daté assez marqué, un joueur n'ayant jamais posé les mains sur la bête y trouvera son compte. Dernier point concernant la réalisation, l'étrange mixage de la bande-son qui met tous les éléments sur un même volume, effets, voix, musiques. Le résultat est assez perturbant. Non seulement les armes sont "étouffées", mais surtout, si vous écoutez un journal audio ou que vous êtes en contact radio, n'importe quelle machine en fonction, monstres ou hausse de la musique suffit à complètement couvrir les paroles. Et aucun moyen d'ajuster les différents volumes sonores, on ne trouve qu'un seul et unique réglage. Doom 3 : Big Deaf Edition ?

Les notes
  • Graphique 12 /20

    Fatalement, malgré un upscale permettant l'affichage en haute définition et une compatibilité 16/9 et 16/10, un FPS vieux de 8 ans accuse son âge. Les textures bavent un peu et les modèles sont grossiers. Fort heureusement, le fait d'avoir été une claque graphique permet à Doom 3 de ne pas choquer en 2012 et d'afficher un rendu finalement acceptable.

  • Jouabilté 13 /20

    A la croisée d'un level design labyrinthique et linéaire conçu en pleine période de transition, Doom 3 compte pas mal d'aller-retours un peu indigestes et offre un gameplay qui souffre d'un rythme pas toujours bien mené et surtout d'un recours à la ficelle salement vieillotte du monstre caché dans le placard, souvent plus drôle qu'effrayant. Les segments les plus nerveux ont toutefois conservé leur efficacité.

  • Duree 17 /20

    Là pour le coup, il n'y a pas à se plaindre. Avec un Doom 3 pouvant facilement occuper 15h, voir plus si on pousse la difficulté à fond, son add-on RoE conséquent et en plus le chapitre Lost Mission, cette édition à 30/35 euros tient la dragée haute à bien des shooters.

  • Son 14 /20

    Plus que remarquable en 2004, la bande-son de Doom 3 reste efficace mais elle est également rattrapée par le temps, surtout en matière de mixage : effets, musiques et voix se confondant régulièrement. Les musiques n'ont cependant rien perdu de leur superbe. Les doublages en revanche, témoignent des progrès accomplis, certaines voix cherchant à imiter des accents sont parfaitement ridicules

  • Scénario /

Verdict pas simple à rendre, d'autant plus qu'il dépend fortement du support que l'on possède. Sur consoles, un joueur n'ayant jamais touché Doom III trouvera une bonne occasion de le découvrir. Bien sûr, il faudra savoir pardonner, beaucoup de ses mécaniques ont pris de l'âge, son aspect technique est tout juste correct et la distribution des monstres au compte-goutte dans la campagne principale n'aide pas à installer le rythme, même si les séquences d'actions les plus remuantes, surtout dans les deux add-on, parviennent compenser ces errances. Pas toujours facile d'être un jeune papy actif.

Profil de Dinowan
L'avis de Dinowan
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
19 octobre 2012 à 16:12:28
13/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (75)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/ 20
Mis à jour le 19/10/2012 Voir l'historique
Xbox 360 FPS id Software Bethesda Softworks
  • Partager cette page :
Doom 3 BFG Edition
PC PS3 360
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (3)
  • News (10)
  • Vidéos (7)
  • Images (241)
  • Wiki / ETAJV
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Doom 3 BFG Edition sur 360
    -
    360
Boutique
  • Doom 3 BFG Edition 360
    12.76 € Neuf
    8.85 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.