Test Inazuma Eleven Strikers- Wii

Wii

Sorti au Japon l'été dernier, Inazuma Eleven Strikers débarque enfin en Europe. Incluant pour l'occasion certains ajouts de la version 2012 Xtreme, qui ne franchira vraisemblablement jamais les frontières de l'Archipel, il fait partie des derniers gros titres d'une Wii en fin de vie. Se montre-t-il pour autant aussi concluant que les épisodes canon sur DS ?

Inazuma Eleven Strikers

Si l'on en juge par l'engouement autour de la licence Inazuma Eleven (jeux, série animée, produits dérivés), forte d'une communauté de fans grandissante, il semble bien que Level 5 ait réussi son pari. Pourtant, les différents titres continuent de débarquer sur nos DS et nos Wii européennes avec un vilain décalage par rapport à leur sortie japonaise. Et s'il est vrai qu'Inazuma Eleven Strikers est sorti il y a seulement un an au Japon, cet épisode Wii a déjà connu une suite, Inazuma Eleven Strikers 2012 Xtreme, qui ne franchira vraisemblablement jamais les frontières de l'Archipel. La version européenne d'Inazuma Eleven Strikers inclut en effet certains ajouts de l'opus Xtreme, comme certains personnages de la série animée Inazuma Eleven Go et quelques techniques supplémentaires. C'est toujours bon à prendre, en espérant qu'Inazuma Eleven Go Strikers 2013, fraîchement annoncé à l'occasion du dernier TGS et attendu pour Noël 2012 au Japon, ne se fera pas trop attendre "par chez nous" (à lire avec l'accent auvergnat en mâchant un petit bout de saucisson).

Test Inazuma Eleven Strikers Wii - Screenshot 45Les parties ont gagné en rythme, en dynamisme et en spectacle.

Inazuma Eleven Strikers doit être considéré comme un spin-off des épisodes canon disponibles sur DS. Si cet avertissement nous paraît important, c'est que certains parmi vous s'attendent peut-être à y retrouver le mode Histoire qui faisait une grande partie du charme des versions portables en nous permettant de suivre les péripéties de Mark Evans et de l'équipe de Raimon. Ici, point d'aventure, mais au-delà de la possibilité de prendre part à un match amical, à un tournoi ou à des mini-jeux, le titre vous permet tout de même de constituer votre propre équipe et de l'amener à progresser au gré de rencontres prédéfinies. Nom, maillot, manager, coach, joueurs-clés, formation : vous pouvez tout paramétrer à votre convenance, sachant que vous débloquerez de nouveaux éléments au fil de vos victoires, et que vous pourrez notamment recruter les joueurs des équipes affrontées. Cet opus Wii se montre toutefois un peu décevant en la matière : si les équipes les plus emblématiques répondent présent à l'appel, on espérait tout de même bénéficier de la totalité de celles qu'on avait pu croiser dans les épisodes DS, ce qui n'est pas le cas. Le nombre de joueurs à recruter s'avère du coup un peu moins impressionnant que de coutume.

Test Inazuma Eleven Strikers Wii - Screenshot 46La présence d'une compétition ne remplace pas le mode Histoire.

Mais une fois le coup d'envoi donné, cette petite déception laisse la place à un plaisir immense, celui d'évoluer dans un véritable dessin animé interactif. Le design cel shadé et l'animation soignée, qui faisaient déjà forte impression sur DS, prennent toute leur dimension sur l'écran de la TV, que vous regardiez les joueurs évoluer sur le terrain en vue latérale (bien texturé, soit dit en passant) ou que vous admiriez la mise en scène de leurs techniques spéciales délicieusement abusées. Pour ne rien gâcher, la superbe bande-son, qui inclut les musiques de l'animé et des opus DS, est un prodigieux pourvoyeur d'immersion. Il faut entendre les personnages crier, s'exclamer, rire et vivre le match, même si le doublage en français crispera inévitablement ceux qui ne jurent que par la V.O. Bref, l'environnement visuel et sonore a quelque chose de jubilatoire, mais le dynamisme du gameplay n'est pas en reste. Cet épisode Wii se caractérise en effet par un abandon de la pause tactique. Exit le temps de réflexion au moment d'utiliser une compétence, il faut désormais agir vite ! Ce passage au temps réel, qui renforce le sens du rythme et du spectacle, renforce la proximité entre Inazuma Eleven Strikers et un certain Mario Strikers Charged Football.

Test Inazuma Eleven Strikers Wii - Screenshot 47Le système de cercles de menace est assez bien fichu.

Alors qu'un néophyte prendra rapidement le jeu en main, un certain temps d'adaptation sera paradoxalement nécessaire aux familiers des opus DS. Si la réalisation des passes, tirs, tacles, accélérations, dribbles et changements de joueurs ne pose aucun problème tant elle évoque n'importe quel jeu de foot lambda, la gestion des techniques a de quoi déboussoler les habitués de la série. Les techniques défensives doivent être activées, en agitant la Wiimote, avant même de rentrer en contact avec un adversaire. Un cercle de menace s'active alors autour de votre joueur (pour peu qu'il dispose des PT nécessaires et que sa jauge éclair soit pleine) ; tout adversaire qui y pénètre en subit les effets, à moins qu'il ne soit lui aussi sous l'effet d'une technique, auquel cas le traditionnel système élémentaire détermine le vainqueur du duel. Tout cela fonctionne remarquablement bien, et vous finirez par vous y faire. En revanche, la gestion des techniques de tir risque de vous déconcerter durablement. Nul besoin de viser, mais il faut maintenir le bouton de frappe enfoncé, et charger suffisamment longtemps la technique (jusqu'au niveau 3 quand c'est possible) pour espérer transpercer l'obstacle quasi-infranchissable que représente le gardien de but.

Test Inazuma Eleven Strikers Wii - Screenshot 48Voilà à quoi l'on aboutit trop souvent en mode 2 joueurs.

En effet, contrairement à ses partenaires, le goal n'a pas besoin d'une jauge d'éclair pleine pour utiliser ses techniques ; mais si elle l'est, il a l'avantage de ne dépenser aucun PT. Cette idée bancale, destinée à lui éviter d'encaisser 30 buts par match, nuit bien plus à l'équilibrage qu'elle ne le sert. Car de leur côté, les attaquants peinent à charger leurs techniques de tir dans le feu de l'action, ce qui les laisse à la merci de la défense ou les condamne à courir le long de la surface de réparation en attendant la charge complète. Pour peu, les milieux et les défenseurs, qui ont plus de marge de manoeuvre, feraient presque de meilleurs buteurs ! Le problème, c'est qu'il est extrêmement rare de marquer en dehors de l'utilisation d'une technique (même si cela reste possible), en mettant par exemple le gardien hors de position. De ce point de vue, Inazuma Eleven Strikers se révèle moins technique que ses prédécesseurs tout en faisant paradoxalement davantage valoir sa composante RPG, même en l'absence de mode Histoire. A ce titre, l'acquisition et l'amélioration des techniques (qui se font au fil des victoires), tout comme l'entretien des liens d'amitié entre les joueurs (au gré d'entraînements basés sur les réflexes ou la force) sont primordiales.

Test Inazuma Eleven Strikers Wii - Screenshot 49Les entraînements servent à booster les relations entre joueurs.

L'autre gros regret de Inazuma Eleven Strikers tient à son option multijoueur en local. Il est encore plus difficile de marquer contre un adversaire humain (généralement plus agressif qu'une IA), ce qui fait qu'on aboutit à un ratio buts/tirs cadrés insatisfaisant pour un jeu de foot arcade. On se reporte donc sur la possibilité de coopération, offrant de jouer jusqu'à 4. Deux des participants contrôlent l'équipe, tandis que les deux autres se rabattent sur la fonction "soutien", qui leur permet d'endosser le rôle de coach ou de manager. Leur tâche se révèle hélas fort peu motivante. Le coach peut gérer le positionnement d'un joueur en le pointant à la Wiimote, ou demander à son équipe de monter ou de redescendre... mais seulement 3 fois par mi-temps ! Le manager, qui a la possibilité de créer des zones de récupération de PT, souffre de la même limitation, et se borne le plus souvent à agiter sa télécommande pour booster les techniques utilisées. Plutôt que de concevoir ces fioritures inutiles, on aurait préféré que Level 5 consacre ses efforts au développement d'une fonctionnalité online qui fait toujours cruellement défaut à la série, et corrige les quelques défauts techniques du jeu (temps de chargements dans les menus, accès disque durant les matchs).

Pixelpirate, le 28 septembre 2012

Les notes

  • Graphismes 17/20

    Inazuma Eleven Strikers rentre directement dans le cercle fermé des plus beaux jeux de la Wii. Visuellement superbe, il donne l'impression d'évoluer dans un véritable dessin animé et on ne se lasse (presque) pas d'assister à l'exécution de techniques plus folles les unes que les autres.

  • Jouabilité 14/20

    L'abandon de la pause tactique au profit d'une jouabilité en temps réel rend les parties plus dynamiques et renforce le sens du rythme et du spectacle. Dommage que certains choix de game design peu judicieux ruinent la dimension technique du gameplay, moins probante encore que sur DS.

  • Durée de vie 13/20

    L'absence de mode Histoire serait un parti pris pertinent si seulement le contenu était au rendez-vous, ce qui n'est pas le cas étant donné le faible nombre d'équipes proposé. A côté de ça, le mode multijoueur s'avère décevant et l'option de jeu en ligne brille toujours par son absence.

  • Bande son 18/20

    Inazuma Eleven Strikers nous immerge dans un environnement sonore très travaillé, fait de musiques sublimes (en provenance de l'animé et des opus DS), de bruitages explosifs et de doublages en français extrêmement vivants, auxquels on reprochera toutefois quelques erreurs de contexte.

  • Scénario

    -

  • Note Générale14/20

    Inazuma Eleven Strikers souffle le chaud et le froid. Cet épisode Wii, qui bénéficie d'un environnement graphique et sonore sublime donnant l'impression d'évoluer dans un dessin animé, propose des matchs de football en temps réel dynamiques et spectaculaires. Dommage que le gameplay, qui souffre de quelques partis pris discutables, se montre au final moins technique que celui des versions DS. Qui plus est, cette mouture Wii, qui n'inclut aucun mode Histoire, qui n'offre pas assez d'équipes et qui ne dispose toujours pas de mode online, manque cruellement de contenu. Voilà autant de lacunes que Level 5 devra corriger dans le prochain volet, Inazuma Eleven Go Strikers 2013.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 17/20

Retour haut de page

Infos jeu

Mots-clefs : Inazuma Eleven Break

Vidéos

Voir les 9 vidéos de Inazuma Eleven Strikers