Test SolaRola- Android

Android

Peut-être êtes-vous déjà tombé sur SolaRola en traînant sur les sites de jeux gratuits sur le Web. Vous pensez donc retrouver sur smartphones les mêmes labyrinthes à tourner dans tous les sens pour libérer deux petites boules rouges et bleues. Perdu ! Si SolaRola reprend bien son gameplay pivotant ainsi que ses deux personnages tout ronds, nous voilà cette fois dans une vraie aventure pour sauver la galaxie.

SolaRola

Wiz et Waz sont deux petits blobs, l'un rouge, l'autre bleu, qui parcourent ensemble la galaxie à bord de leur fusée. Les deux amis découvrent un jour un drôle de personnage qui parvient à convaincre le duo de l'aider à se sauver d'une tyrannie. Voilà pour l'incroyable pitch qui vous tiendra en haleine tout au long des 60 niveaux prévus de base. Contrairement au premier jeu SolaRola apparu sur le Net, nous avons bien affaire à de vrais niveaux et plus à de simples labyrinthes. Le but reste toutefois sensiblement le même puisqu'il s'agira de guider votre blob vers la sortie. La jouabilité s'appuie d'ailleurs grosso modo sur le même concept que la version Web. Cela dit, au lieu de pivoter tout le décor, vous vous contenterez d'incliner votre appareil à gauche ou à droite pour faire rouler le blob rouge dans la direction voulue. Avec une touche de saut sous le pouce, vous voilà parti pour des levels à mi-chemin entre la plate-forme et l'adresse.

Test SolaRola Android - Screenshot 6Quelques véhicules roulent à votre rescousse.

Guider son blob dans les niveaux requiert une précision diabolique qui pourra en décourager certains. Le titre se montre en effet ultra sensible aux mouvements. Inclinez l'appareil un degré de travers et voilà votre blob parti faire trempette dans un lac de flammes. Les niveaux ne sont jamais bien grands, ils sont même très petits pour dire la vérité, mais la maniabilité au gyroscope est d'une telle intransigeance qu'il faut parfois plusieurs dizaines de minutes pour en franchir ne serait-ce qu'un seul. Evidemment, les premières zones ne sont pas vraiment ardues et permettent de se faire la main, mais la difficulté monte d'un cran vers le milieu du jeu pour se montrer finalement très élevée dans les 20 derniers niveaux. Précisons aussi que le bouton de saut ne se montre pas toujours très coopératif et refuse parfois de remplir son rôle s'il est sollicité trop rapidement deux fois de suite.

Peut-être conscients de la difficulté de leur titre, les développeurs ont pensé à inclure une maniabilité alternative basée sur deux boutons virtuels gauche et droite. Ici, la gyroscopie est complètement désactivée et votre blob répond simplement aux flèches et au bouton de saut, comme dans un jeu de plates-formes tout ce qu'il y a de plus basique. Certes, cette configuration fait perdre toute once d'originalité à SolaRola, mais elle s'impose aussi comme une option salutaire pour progresser dans les niveaux sans pester devant l'appareil.

Au final, on ne sait donc pas bien quoi penser de SolaRola. En prenant le jeu tel qu'il a été conçu à l'origine, la maniabilité trop sensible transforme inutilement l'expérience en véritable torture pour les nerfs. A l'inverse, en activant les contrôles classiques, on se retrouve devant un titre banal et sans véritable âme, ni challenge d'ailleurs.

Jihem, le 13 août 2012

Les notes

  • Graphismes 13/20

    La réalisation graphique remplit son rôle, mais ne brille pas particulièrement non plus. L'univers dépeint rappelle parfois les anciens jeux de plates-formes, époque Super NES / Amiga, mais peine finalement à imposer un style propre et à se démarquer totalement.

  • Jouabilité 11/20

    Vous voilà devant un choix cornélien : soit vous jouerez en inclinant l'appareil et subirez donc une sensibilité capricieuse et millimétrée, soit vous opterez pour une jouabilité classique et transformerez alors SolaRola en jeu de plates-formes lambda.

  • Durée de vie 13/20

    Les 60 niveaux sont tous très petits. Les terminer ne demande pas beaucoup de temps, pas plus que de récupérer l'étoile cachée dans chacun d'eux. Comptez environ deux ou trois heures avec la jouabilité aux boutons. Triplez, voire quadruplez ce chiffre en activant la gyroscopie !

  • Bande son 10/20

    Si les thèmes musicaux sont réussis, les bruitages sont insupportables. A chaque saut, notre blob s'exclame d'un tonitruant "Weeee" qui sonne plutôt comme un "Oui" très formel particulièrement agaçant.

  • Scénario 11/20

    Le petit scénario sert de guide pour justifier le passage d'un monde à l'autre. C'est un peu poussif mais bon...

  • Note Générale11/20

    SolaRola peut être considéré comme "deux jeux en un" selon la maniabilité choisie. Nous avons d'un côté un titre difficile, à la progression lente et pénible, causée par une jouabilité au gyroscope mal calibrée, et de l'autre un soft passe-partout et sans saveur qui se parcourt à l'aide de touches virtuelles. Quel que soit votre camp, il y aura toujours quelque chose qui cloche.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 12/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Square Enix
  • Type : Réflexion / Adresse / Plates-formes
  • Support : Google Play
  • Multijoueurs : Non
  • Sortie France : 26 juillet 2012
  • Version : français
  • Classification : Pour tous publics
  • Existe aussi sur :
    SolaRola - iPhone/iPod
Mots-clefs : Sola Rola