Menu
Theatrhythm Final Fantasy
  • Tout support
  • 3DS
  • iOS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test : Theatrhythm Final Fantasy
3DS
Theatrhythm Final Fantasy
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
09 juillet 2012 à 16:10:30
18/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (196)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.2/20
Tous les prix
Prix Support
44.99€ 3DS
59.99€ 3DS
Voir toutes les offres
Partager sur :

Vous êtes fan de Final Fantasy depuis ses origines et vous possédez l'intégrale des OST de la série, vénérant Nobuo Uematsu comme un dieu vivant ? Si vous avez répondu oui à cette question, l'achat de Theatrhythm Final Fantasy s'impose de lui-même, ce jeu de rythme basé sur les musiques de la saga étant une véritable bénédiction pour tous ceux qui ne se lassent pas des thèmes enivrants et enflammés imaginés par le compositeur le plus souriant de sa génération !

Theatrhythm Final Fantasy

Lorsque Square Enix s'écarte des sentiers battus du RPG pour s'essayer à de nouveaux registres, on craint souvent le pire et on se retrouve parfois agréablement surpris. A la sortie de Dissidia, personne n'imaginait que ce cross-over orienté baston réunirait autant les foules avec panache. Et pourtant, le titre compte aujourd'hui parmi les plus riches qui soient sur PSP. Dans cet état d'esprit, pas question pour l'éditeur de faire de Theatrhythm Final Fantasy un jeu de rythme basique et sans saveur. Le titre que nous découvrons désormais en version européenne risque de scotcher bon nombre de joueurs à l'écran de leur 3DS, du moins ceux qui sont réceptifs aux compositions mémorables de la saga.

Theatrhythm Final Fantasy
Une compil des meilleures musiques de Final Fantasy pour les 25 ans de la série.
Voilà déjà 25 ans que les fans de Final Fantasy soutiennent la série autant pour ses qualités ludiques que pour sa dimension musicale inoubliable. Des dizaines d'années que les OST signées Nobuo Uematsu se vendent comme des petits pains à travers le monde et que le compositeur sillonne le globe à l'occasion de concerts mythiques. Il était temps de rendre hommage à la beauté de ces musiques intemporelles que des générations de joueurs continuent d'écouter en boucle et de fredonner inlassablement. Preuve, s'il en était besoin, que la saga ne serait peut-être pas grand-chose sans les mélodies qui accompagnent chacun de ses épisodes. Que seraient Gilgamesh sans son Clash on the Big Bridge, Sephiroth sans son One-Winged Angel, et Kefka sans son Dancing Mad ? Pourquoi a-t-on encore les larmes aux yeux en écoutant le thème de l'opéra en trois actes de Final Fantasy VI joué avec les sonorités d'un autre âge de la Super Nintendo ? Sans doute parce qu'il y a derrière ces musiques une véritable passion que le compositeur a su transmettre à travers des morceaux qui resteront à tout jamais gravés dans nos têtes.

Theatrhythm Final Fantasy
Essayez de vaincre un maximum d'ennemis et de boss en mode Battle.
Voilà sans doute la raison pour laquelle le fan cherchera en premier lieu si les concepteurs de Theatrhythm n'ont pas commis le sacrilège d'omettre d'inclure dans la cartouche tel ou tel morceau qu'il affectionne tout particulièrement. On s'insurge alors de l'absence injustifiée de certains d'entre eux, avant de réaliser qu'ils sont soit à débloquer, soit à télécharger en DLC. Certes, le drame est évité, mais il faut faire preuve de patience ou accepter de débourser quelques piécettes pour accéder à des mélodies aussi incontournables que le Something to Protect de FF9 ou le Don't be Afraid de FF8. Le plus frustrant reste quand même de voir que certains thèmes cultes, et notamment les versions chantées de Eyes on Me et Melodies of Life ne sont jouables que sous forme d'Opening et d'Ending, des séquences de jeu à l'intérêt ludique plus que limité. Les DLC, eux, se monnayent carrément un euro pièce, ce qui revient vite très cher lorsqu'on sait qu'il en est déjà sorti 36 au Japon et que d'autres musiques supplémentaires sont encore à venir. On ne peut toutefois pas jeter la pierre à Square Enix dans le mesure où la cartouche comporte quand même 70 morceaux de base et que les pistes supplémentaires sont proposées à l'unité et non pas sous forme de packs qui nous obligeraient à acquérir des musiques dont on n'aurait que faire. Pour en finir avec les rares défauts du soft, il nous faut également signaler que les textes sont en anglais sur la version européenne. Cela pourrait ne pas sembler bien gênant pour un jeu de rythme, mais ce serait oublier le fait que le soft regorge d'informations textuelles concernant notamment les compétences à équiper sur les personnages et dont le rôle est tout simplement crucial durant la partie.

Theatrhythm Final Fantasy
Le chocobo saura vous emmener loin lors des phases sur le Field.
Parce qu'il a surtout pour ambition de nous offrir un voyage dans le temps à la rencontre des multiples thèmes musicaux ayant marqué la série depuis 25 ans, Theatrhythm Final Fantasy a le mérite de proposer un mode Series architecturé sous forme d'épisodes. Les treize premiers opus de la saga sont donc présentés au moyen d'un Opening, suivi d'un thème représentatif des balades sur la carte du monde (Field), d'un thème de combat (Battle), d'un thème de cinématiques (Event) et d'un Ending. Comme évoqué plus haut, les phases d'Opening et d'Ending sont d'un intérêt limité puisqu'il s'agit juste de suivre le timing pour redonner de l'énergie au cristal au moment où des bulles arrivent sur lui. Dommage qu'elles n'aient pas été davantage travaillées car on finit vite par les zapper au détriment des jolis thèmes qui les accompagnent (A Place to Call Home de FF9, Zanarkand de FFX, ou encore les deux chansons d'Ending mentionnées plus haut). Le premier défi qui attend le joueur est donc de parcourir chacun de ces treize épisodes en difficulté Basic pour débloquer tous ces morceaux dans le niveau de difficulté supérieur (Expert) en mode Challenge. C'est d'ailleurs là que l'intérêt du soft commence à se dévoiler, le niveau Basic étant une telle promenade de santé qu'on finit presque par s'ennuyer. A l'inverse, le niveau Expert nous prend davantage au sérieux en insufflant aux épreuves toute la vigueur représentative des morceaux qui les accompagnent. Le rang A étant indispensable pour déverrouiller ces mêmes pistes en mode Ultimate, vous comprendrez qu'on ne plaisante plus, ce dernier offrant aux plus endurants un challenge véritablement digne de ce nom.

Theatrhythm Final Fantasy
Préparez vos troupes aux rudes combats qui les attendent.
Heureusement, plusieurs aides non négligeables sont mises à notre disposition pour surmonter les défis de plus en plus impitoyables qui nous attendent, à commencer par la composition de notre équipe. Sachant que l'on a la possibilité de constituer un groupe de quatre personnages, il convient de développer les niveaux et les compétences de chacun pour les rendre de plus en plus aptes à survivre aux défis les plus retors. Concrètement, les héros vont acquérir des techniques ou des sorts qui se déclencheront sous certaines conditions pendant la partie. Les mages pourront par exemple lancer des sortilèges offensifs ou défensifs, tandis que les guerriers utiliseront diverses skills d'attaque ou de défense. Bien sûr, tous ces talents respectent les capacités originales de chaque personnage, telles qu'on les avaient connues dans leurs opus respectifs, et le fait de voir se développer chaque héros jusqu'au level 99 fait partie des nombreuses joies qui accompagnent notre découverte du soft. Surtout qu'aux 13 protagonistes de base s'ajoutent 16 autres combattants à débloquer moyennant l'obtention aléatoire de fragments de cristaux assez rares, ce qui vous donne une idée du temps requis pour tous les obtenir ! D'autant qu'il y a quand même Cid, Aerith et Sephiroth dans le lot. Les pouvoirs ne pouvant évidemment pas tous être équipés en même temps, il convient d'optimiser au mieux les skills de chacun en ajoutant, si besoin, un item spécial qui disparaîtra définitivement une fois utilisé. La bonne idée réside aussi dans les grimoires permettant à n'importe qui d'apprendre des techniques qui ne lui sont pas destinées au départ, rendant chaque équipe véritablement unique.

Theatrhythm Final Fantasy
Les versions longues des Event méritent le détour.
Nous n'avons pas encore décrit la manière dont se déroulent les trois principales phases de jeu, et pourtant celles-ci méritent quelques explications. Dans chaque mode, on trouve trois types de notes à valider en touchant l'écran tactile au moment où elles passent sur le marqueur cible. Les rouges doivent simplement être cliquées, les jaunes nous demandent de glisser le stylet dans le sens de la flèche et les vertes nous obligent à laisser appuyé en relâchant juste à la fin de la combinaison. En mode Field, les héros se relaient à chaque fois qu'un personnage se fait toucher suite à une erreur de votre part, parcourant le terrain à mesure que vous validez les touches qui défilent à l'écran. Les notes vertes doivent être suivies verticalement en fonction de leur oscillation, et plus on va loin, plus on a de chances de remporter un trésor. Les notes argentées, appelées Feature Drive, doivent être validées avec succès pour déclencher l'apparition de notes dorées qui permettent de chevaucher un chocobo plus ou moins rapide selon sa couleur. En mode Battle, la partition est divisée en quatre lignes qu'empruntent les notes pour foncer directement sur chacun de vos personnages. Ces phases font intervenir des ennemis qui se relaient à chaque fois que vous en éliminez un. Les dégâts infligés dépendent bien évidemment des assauts portés par vos troupes, les boss étant plus longs à terrasser que les adversaires de base. Le Feature Drive déclenche ici des invocations telles que Shiva, Ifrit, Odin, Ramuh ou Bahamut qui ramènent la partition à une seule ligne le temps de leur intervention. Enfin, le mode Event met en jeu une partition dans laquelle le chemin des notes est complètement imprévisible et où les variations de rythme sont légion. Il a le mérite de proposer en arrière-plan un montage des principaux temps forts de chaque épisode, à base de cut-scenes ou de cinématiques, qui déconcentre le joueur avide de les contempler, mais ce montage peut heureusement être visualisé librement dans un mode dédié. Le Feature Drive donne ici accès aux versions longues de chaque événement.

Theatrhythm Final Fantasy
La tonne de contenu à débloquer est proprement hallucinante.
Vous aurez compris que de longues heures de pratique vous attendent si vous voulez venir à bout de tous les morceaux dans les trois niveaux de difficulté, mais le jeu a-t-il encore quelque chose à nous offrir après ? La réponse est oui puisque, en plus des nombreux bonus à débloquer et des musiques proposées en téléchargement, la cartouche inclut un mode Chaos Temple à la durée de vie incalculable. Accessible dès lors que vous recevez une Dark Note, il renvoie à de nouveaux défis dans lesquels s'enchaînent toujours une phase de Field et une phase de Battle. Leur nature et leur difficulté sont générées aléatoirement, offrant une vision différente des morceaux que l'on croyait connaître. En effet, les notes ne sont plus disposées de la même façon, chaque partition étant une combinaison aléatoire de morceaux de partitions piochés dans n'importe lequel des trois niveaux de difficulté. On hallucine donc régulièrement devant la difficulté du challenge qui nous réserve d'ailleurs quelques surprises pour le moins déstabilisantes... Le mode Chaos Temple est le seul qui autorise les parties multijoueurs en local (jusqu'à 4), puisqu'en plus de pouvoir s'échanger les Dark Notes, on peut tenter de surmonter ensemble les défis proposés. Notez quand même que chacun doit posséder un exemplaire du soft mais que le jeu en vaut la chandelle puisque le meilleur moyen d'obtenir des fragments est de vaincre les boss du mode Chaos Temple. Sachant que les défis se renouvellent à chaque fois et que tout le monde empoche les mêmes récompenses, il s'agit là d'une option qui mérite largement le détour. Le mode Theater parachève le tout en nous donnant accès à une collection de cartes, de trophées, de musiques et de vidéos assez impressionnante. Il n'y a plus qu'à espérer que le succès garanti de Theatrhythm Final Fantasy donnera envie à Square Enix de réitérer l'expérience avec les compositions de Dragon Quest ou de Kingdom Hearts. Après tout, le talent de Koichi Sugiyama et de Yoko Shimomura le mériterait amplement !

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Si les phases d'Event nous en mettent plein la vue avec des montages à base de cut-scenes et de cinématiques fascinants, les phases de Field et de Battle se dotent d'un côté rétro moins percutant mais tout de même sympathique.

  • Jouabilité 19 /20

    Précis à la nanoseconde près, le titre frôle la perfection sur le plan ludique, les notes étant suffisamment synchrones avec la musique pour presque nous inciter à jouer les yeux fermés. En difficulté Ultimate, c'est d'ailleurs le son qui sera votre principal guide pour vous permettre d'anticiper les notes trop rapides pour que vous ayez le temps de les suivre des yeux jusqu'au bout.

  • Durée de vie 18 /20

    Une durée de vie monstrueuse pour qui voudra débloquer 100% du contenu du soft ! Si on s'ennuie presque durant les parties en mode Basic, le challenge atteint des sommets en mode Ultimate et les épreuves n'en deviennent que plus passionnantes.

  • Bande son 18 /20

    Le bonheur pour les fans de Nobuo Uematsu dont les compositions représentent l'essentiel de la bande-son du titre. Les 70 morceaux de base comptent parmi les plus incontournables, et les quelques oublis sont de toute façon prévus en DLC. On peut réduire le volume des bruitages ou même carrément les couper pour profiter au maximum des musiques du jeu.

  • Scénario /

A l'instar de Dissidia, Theatrhythm Final Fantasy est un titre chronophage qui, dans un premier temps, nous laisse dubitatif, pour finalement s'imposer comme une véritable drogue. Les parties en mode Ultimate sont d'une intensité rare et les défis sans cesse renouvelés du mode Chaos Temple, alliés à la quantité astronomique d'éléments à débloquer, rendent la durée de vie du jeu faramineuse. Si, en plus, vous vouez un culte aux compositions de maître Uematsu, vous avez entre les mains le soft dont vous rêviez depuis toujours !

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
09 juillet 2012 à 16:10:30
18/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (196)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.2/20
Mis à jour le 09/07/2012
Nintendo 3DS Rythme Square Enix Indies Zero
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live