Menu
Confrontation
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test : Confrontation
PC
Confrontation
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de pixelpirate
L'avis de pixelpirate
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 avril 2012 à 16:57:09
11/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (26)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
10.1/20
Rakuten PC 2.89€ Amazon PC 8.09€ Amazon PC 9.99€ Amazon PC 11.00€ Rakuten PC 12.85€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Partager sur :

Décidément, les équipes du studio français Cyanide ne chôment pas. Alors qu'elles préparent l'adaptation du Trône de Fer et qu'elles planchent en parallèle sur deux autres titres (Of Orcs and Men et Pro Cycling Manager 2012), on se demande où elles ont réussi à trouver le temps de développer ce Confrontation, une relecture sous forme de RPG tactique du jeu de figurines éponyme.

Confrontation

Quand la société Rackham dépose le bilan fin 2010, les adeptes de Confontation, de Rag'Narok et de AT-43 se demandent ce que vont devenir leurs jeux de figurines préférés. Le studio français Cyanide apportera au moins une réponse aux pratiquants de Confrontation, en rachetant les droits de ce jeu d'escarmouches, en confiant à Legacy Miniatures la production de nouvelles figurines et en se chargeant lui-même de porter la licence sur PC. Il faut dire que Cyanide aime le genre et l'a déjà prouvé à plusieurs reprises, que ce soit avec l'adaptation officielle de Blood Bowl ou avec A Game of Thrones – Genesis, dont les mécaniques évoquaient à l'évidence celles d'un jeu de plateau. Cette transposition de Confrontation respecte donc à la lettre le background conçu par Rackham. La campagne solo vous entraîne dans l'univers fantastique d'Aarklash, où plusieurs factions se livrent une guerre sans merci : le fameux Rag'narok. Elle vous invite à veiller à la destinée d'une troupe d'élite du Griffon, dépêchée en territoire ennemi afin d'enquêter sur l'apparition de créatures plus puissantes que les autres et de saboter les plans du Scorpion.

Confrontation
La narration en voix off compense surtout l'absence de cinématiques.
Bien qu'une voix off se charge régulièrement de mettre un peu de fond en vous narrant des portions entières de l'histoire (en lieu et place des traditionnelles cinématiques), Confrontation reste, dans sa version vidéoludique, un jeu d'escarmouches, constitué d'une succession d'affrontements. Vous n'y trouverez aucune quête ni aucun PNJ (la dimension sociale y est inexistante), l'exploration y est réduite à sa plus simple expression et, plus surprenant, les loots brillent par leur absence. Voilà un parti pris fidèle à l'essence même du jeu de Rackham. En revanche, le choix du temps réel au détriment du tour par tour peut sembler plus osé. Pour préserver la dimension tactique des combats tout en veillant à leur dynamisme, Cyanide a choisi le principe de la pause active, qui permet de planifier ses actions. Ceux qui, parmi vous, ont pratiqué Baldur's Gate, Drakensang ou Dragon Age devraient sans mal retrouver leurs repères. Puis le studio a décidé de coupler ce principe un tantinet old-school à des idées plus modernes. On y retrouve ainsi bon nombre d'archétypes issus des MMORPG, et familiers aux joueurs actuels : DPS distance ou corps à corps, tank, healer, soutien, etc. Chacun disposant de compétences spécifiques et ayant son utilité, il est parfois bien difficile de sélectionner les 4 membres de son groupe parmi les 12 à disposition.

Confrontation
Je me demande ce qui peut bien m'attendre derrière la porte...
Ainsi, allez-vous opter pour Darius, un solide guerrier qui inflige de lourds dégâts, ou bien lui préférer un tank pur comme Dalon, capable de provoquer ses ennemis et de booster ses défenses ? Passée maître dans l'art de la dissimulation et des coups de grâce, Fera l'assassin est un bon DPS secondaire, mais Zelia la magicienne, qui couple ses dégâts de zone à des sorts de contrôle, pourrait tout aussi bien remplir ce rôle. Et s'il semble difficile de se priver de la compétence de soin de groupe de Lanwys, allez-vous pour autant écarter Lothaire, capable d'immuniser ses alliés contre certains effets, d'enchanter leurs armes et de réduire au silence les mages ennemis ? Qu'ils soient issus du Scorpion, du Loup ou du Chacal, les adversaires que vous rencontrerez disposent eux-aussi de compétences variées. Il vous faudra donc apprendre à les connaître (le jeu vous indique heureusement leur archétype), et veiller à observer attentivement chacun de leurs faits et gestes pendant les combats. Par exemple, la simple couleur de l'aura qui entoure un lanceur de sorts peut vous renseigner sur ce qui vous attend (dégâts, buff, débuff...). Même s'il est parfois difficile de veiller à tout dans la confusion ambiante, les combats sont si ardus que l'approche stratégique est primordiale et le recours à la pause active obligatoire.

Confrontation
L'outil de customisation ne donne pas vraiment envie de s'y mettre.
Si, comme on l'a dit, la composante RPG de Confrontation reste toute relative, la progression de vos personnages vous offre néanmoins l'opportunité d'effectuer quelques choix. Grâce à l'expérience accumulée au fil des combats, ils peuvent gagner des niveaux et évoluer plus ou moins librement. Leurs compétences se débloquent certes automatiquement à certains paliers donnés (afin de ne pas les faire dévier complètement de leur rôle initial), mais il reste possible de répartir leurs points d'attribut (force, intelligence...), d'upgrader leurs compétences, ou encore de booster leurs armes et armures. C'est cette dernière possibilité qui a été la plus développée : bien que les maps soient très fermées, il reste possible de fouiner à droite et à gauche pour trouver bandages, racks d'armes ou d'armures et totems de glyphes, parfois après avoir résolu une petite énigme à base de leviers. Les points d'armes et d'armures et les glyphes obtenus servent à booster vos personnages à la faveur de vrais choix. Préférez-vous améliorer la valeur d'armure physique ou la valeur d'armure magique de votre tank ? Votre DPS principal devrait-il opter pour un glyphe augmentant ses chances de toucher ou pour un glyphe favorisant ses dégâts ? Cyanide vous permet toutefois de réinitialiser les points dépensés afin de ne pas compromettre définitivement vos personnages dans une mauvaise voie.

Confrontation
Même face aux boss, une certaine organisation tactique s'impose.
Si Confrontation est éminemment séduisant sur le papier, il souffre hélas de quelques gros écueils qui ruinent en partie ce beau potentiel. Tout d'abord, le pathfinding est véritablement catastrophique, un défaut rédhibitoire dans un système de jeu où le moindre faux pas peut conduire à la débâcle de votre groupe. Pour vous permettre de mesurer l'ampleur du désastre, sachez qu'un personnage situé à l'arrière de votre groupe n'est même pas capable de contourner ses alliés pour se porter au devant. Autre aspect indigne d'un RPG tactique : vos personnages voient à une distance donnée, indépendamment des obstacles qui se trouvent devant eux. Ils ne peuvent donc apercevoir un groupe d'adversaires au loin sur un terrain dégagé, mais distinguent par contre ce qui les attend derrière une porte. Le système de mort, qui vous contraint à stopper rapidement l'agonie d'un personnage à terre sous peine de le voir mourir, en décontenancera également plus d'un tant il peut être frustrant de souffrir d'un game over alors même qu'on vient de remporter un combat acharné. Mais la décision la plus incompréhensible, c'est encore d'avoir doté le titre d'un mode multijoueur sous la forme de combats d'arène en 1v1, dans lequel la pause active est évidemment indisponible. Imaginez un sandwich sans sa garniture pour avoir une idée du résultat, aussi vain que chaotique.

Confrontation
Voilà ce que vous pourrez trouver de plus beau dans Confrontation.
Du coup, il est probable que vous vous en teniez à la campagne solo, qui a le mérite d'être longue, quoique d'autant plus redondante. En tout cas, ce n'est pas la réalisation très cheap de Confrontation qui vous maintiendra scotché devant votre écran. Si l'interface est bien pensée (elle n'affiche que ce dont vous avez vraiment besoin), la jouabilité se révèle mi-figue, mi-raisin : la description des compétences n'est pas toujours d'une clarté exemplaire, le changement d'orientation de votre formation est peu ergonomique, la lisibilité n'est pas optimale au plus fort de l'action et le jeu manque cruellement d'indicateurs sonores quand il s'agit de vous indiquer qu'un personnage ne peut pas lancer une compétence ou qu'il vient de tomber au sol. De manière générale, les bruitages sont aussi rares que peu soignés, et l'aspect visuel n'est pas en reste : sorti des sympathiques artworks de l'ère Rackham, vous devrez supporter des graphismes désuets qui combinent décors d'une grande pauvreté et modélisations d'un autre âge. Du coup, cela ne donne pas particulièrement envie de se rendre dans la section "Armées", qui permet de customiser l'armure de ses personnages comme on peint ses figurines. Il est vraiment regrettable que la réalisation et la finition du jeu ne soient pas à la hauteur de ses ambitions, un défaut hélas très récurrent dans les productions Cyanide.

Les notes
  • Graphismes 9 /20

    Le rendu visuel est très daté. Les décors sont pauvres et la modélisation et l'animation des personnages vraiment médiocres. L'interface a le mérite d'être claire, mais les combats manquent de lisibilité, si bien que vous finissez par regarder davantage les barres d'état que l'action elle-même.

  • Jouabilité 12 /20

    Le système de jeu a beau être intéressant et accrocheur, il reste que le potentiel tactique des combats est largement ruiné par un pathfinding désastreux, une ergonomie générale insatisfaisante et quelques idées pas forcément des plus judicieuses (champ de vision, système de mort).

  • Durée de vie 13 /20

    Dotée de plusieurs chapitres où se succèdent des combats de longue haleine sur des maps assez vastes, la campagne solo propose une longévité sympathique mais s'avère trop redondante pour vous accrocher sur le long terme, d'autant que le multijoueur est sans intérêt.

  • Bande son 7 /20

    Les thèmes musicaux, assez discrets, illustrent mollement l'action mais se laissent écouter. Par contre, rarement on aura connu des effets sonores aussi indigents. Les personnages ne font même pas de bruit quand ils marchent, chargent ou tombent à terre. Un véritable désastre !

  • Scénario 12 /20

    L'adaptation de Cyanide a le mérite de respecter fidèlement le background du jeu de Rackham, mais l'histoire n'est pas particulièrement mise en avant. La voix off qui se charge de la narration est surtout là pour compenser l'absence totale de cinématiques.

Confrontation nous vaut un cri du coeur : quand diable le studio Cyanide finira-t-il par admettre que la forme est tout aussi importante que le fond ? Une fois de plus, les bonnes idées sont là : ce RPG tactique, qui bénéficie d'un système de jeu bien pensé, se montre particulièrement séduisant sur le papier. Hélas, l'ergonomie perfectible, le pathfinding désastreux et la réalisation décevante auront eu raison de ce beau potentiel. L'expérience se révèle bien trop frustrante pour que l'on puisse vous conseiller cette adaptation, qui risque de ne même pas plaire aux adeptes du jeu d'escarmouches de Rackham. Espérons pour eux que les nouvelles figurines sauront se montrer plus convaincantes !

Profil de pixelpirate
L'avis de pixelpirate
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 avril 2012 à 16:57:09
11/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (26)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
10.1/20
Mis à jour le 10/04/2012
PC Action Stratégie Cyanide Focus
Dernières Preview
PreviewThe Elder Scrolls Online : Greymoor - Les vampires débarquent en Bordeciel 30 mars, 14:00
PreviewGears Tactics : Réflexion et action pour une alliance explosive 27 mars, 14:00
PreviewHearthstone : Retour en Outreterre avec une 10ème classe 17 mars, 18:15
Les jeux attendus
1
Final Fantasy VII Remake
10 avr. 2020
2
Resident Evil 3 (2020)
03 avr. 2020
3
The Last of Us Part II
29 mai 2020