Menu
Wing Commander IV : The Price of Freedom
  • Tout support
  • PC
  • Mac
  • PS1
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test : Wing Commander IV : The Price of Freedom
PC
Wing Commander IV : The Price of Freedom
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de camden
L'avis de camden
MP
Journaliste jeuxvideo.com
22 mars 2012 à 14:14:01
18/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (7)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.6/20
Partager sur :

S'il est une série phare dans le petit univers du jeu de shoot spatial, il s'agit bien de Wing Commander. En 1994 sortait le troisième épisode de la saga qui marquait le passage de la série à la 3D et l'apparition de cut-scenes filmées avec de vrais acteurs. 3 ans plus tard, que valait sa suite, bâtie sur les mêmes bases ?

Wing Commander IV : The Price of Freedom

Wing Commander IV est un jeu au concept original, dans la droite ligne de son prédécesseur, Heart of Tiger. Il mélange en effet deux genres de manière incongrue : le jeu d'aventure et le shoot spatial. Vous y incarnez de nouveau le colonel Christopher Blair alias Cœur de Tigre. Deux ans après avoir repoussé l'invasion Kilrathi, la Confédération est en proie aux attaques particulièrement violentes et cruelles d'une faction sécessionniste, l'Union des Mondes Frontières. L'amiral Tolwyn, commandant en chef des armées confédérées, fait alors appel au colonel Blair, héros de guerre et vétéran de l'armée aujourd'hui en retraite. Trop vieux pour ces histoires, il reprend quand même du service et découvre que les terroristes possèdent une arme terrifiante, capable d'annihiler une base spatiale en quelques instants. Pour mettre fin à cette menace, Blair prend les commandes de l'escadron de pilotes de l'USS Lexington.

Wing Commander IV : The Price of Freedom
Mark Hamill et John Rhys-Davies se racontent leurs meilleures anecdotes de tournage sur Harrison Ford.
A l'instar du volet précédent, le scénario est une nouvelle fois raconté via des cut-scenes filmées en compagnie d'un casting de vrais acteurs menés par Mark Hamill (qui jouait Luke Skywalker dans Star Wars, donc). Petit clin d'œil au passage, Blair s'est retiré sur une planète ressemblant à s'y méprendre à Tatooine et y est devenu fermier, lassé de la vie de pilote. Notons également le retour au casting de Malcom McDowell (le terrifiant protagoniste d'Orange Mécanique), John Rhys-Davies (Gimli dans Le Seigneur des Anneaux), Tom Wilson (Biff Tannen de Retour vers le Futur), Mark Dacascos (l'Indien du Pacte des Loups), François Chau (Stargate SG-1) et l'arrivée notable de Richard Riehle (plus de 150 films au compteur) !

Concrètement, ces cut-scenes filmées se déclenchent lors des dialogues des phases d'aventure du jeu. On déambule à la manière d'un point'n click à la première personne dans le vaisseau amiral et on discute avec ses supérieurs et ses pilotes. Le scénario vraiment prenant, riche en faux-semblants, impose des choix au joueur et propose une aventure passionnante. L'univers dans lequel se déroule l'histoire est tangible, digne des grands space opera.

Wing Commander IV : The Price of Freedom
Le mess des officiers est un endroit privilégié pour parler avec ses pilotes.
Mais, Wing Commander IV ne se résume pas qu'à un long film interactif dans lequel on vous demande occasionnellement votre avis pour faire évoluer l'histoire ou l'ordre des missions. C'est aussi un shooter spatial avec une vraie profondeur de jeu. Chaque mission commence par le choix et la customisation de votre vaisseau. Choisirez-vous la vitesse d'un Hellcat ou la capacité de missiles du Longbow ? Le nombre d'armes utilisables est tout bonnement impressionnant. Hormis une liste de missiles et de canons laser bien fournie, on notera que le vaisseau embarque aussi quelques originalités : un rayon tracteur ayant une réelle utilité, des mines et surtout un système d'éjection. En effet, il est possible, au moment fatidique, d'abandonner son vaisseau sans pour autant écopé d'un game over. Si certaines missions doivent être impérativement réussies, d'autres peuvent être évitées, auquel cas le commandant vous passera un savon mais vous pourrez poursuivre votre aventure. C'est utile parce que le challenge est assez relevé. A noter cependant que, pour ne jamais bloquer le joueur, le jeu propose directement dans le menu des options une case Invincibilité qu'il est possible de cocher à volonté, pour ceux qui veulent profiter du scénario et travailler leur précision de tir sans être perturbés par les tirs ennemis qui, il faut bien le dire, feront souvent mouche si vous n'avez pas le sens de l'esquive.

Les missions sont assez variées et ne se résument pas au triptyque vu et revu escorte / dogfight / attaque de base. Ainsi, on vous demandera de photographier des objectifs au sol, de larguer des commandos sur un croiseur ou encore de sauver des pilotes éjectés. Pour chaque mission, il est possible de choisir son ailier, ce qui apporte une touche de fraîcheur à chaque affrontement. Préférerez-vous l'expérimenté Vagabond, l'amusant Maniac, le novice Catscratch ou l'inquiétant Seether ? Vos ailiers ont une I.A. assez efficace et vous pourrez à tout moment leurs donner des ordres.

Entre chaque mission (une vingtaine au total), il est possible de consulter un tableau de chasse dans lequel vous tenterez de faire bonne figure. C'est certes un petit détail parmi d'autres attentions portées à l'immersion du joueur mais, les petits détails sont souvent ceux qui font la différence et permettent aux grands jeux de se distinguer. Et si grands jeux il y a, Wing Commander IV en fait indéniablement partie.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    Wing Commander IV a vieilli, c'est sûr, mais il a quand même de beaux restes. Les vaisseaux ont un design original et bien pensé. La démesure des bases stellaires comparées aux petits chasseurs impressionne toujours. L'interface est limpide, les cockpits simples mais immersifs. Petit bémol sur la résolution des vidéos qui est d'une qualité bien basse pour les écrans d'aujourd'hui.

  • Jouabilité 18 /20

    Dans la lignée de Wing Commander III, ce quatrième opus mêle aventure et shoot, marquant ainsi sa différence. Les choix du joueur ont une vraie influence sur le déroulement du scénario. Les missions sont suffisamment variées et originales pour ne pas s'ennuyer. La customisation du vaisseau est très riche avec notamment toute une panoplie d'armes aux caractéristiques variées (mines, rayon tracteur, canons à ion, roquettes...). Le challenge est relevé mais jamais bloquant. Le choix de son ailier est également une option amusante.

  • Durée de vie 16 /20

    Il vous faudra venir à bout de plus 20 missions pour boucler le mode solo une première fois, ce qui est très correct. Mais l'une des forces du jeu est de vous laisser choisir quelle mission faire et quel axe scénaristique emprunter. Ajoutez à cela de nombreuses fins à découvrir et le jeu s'offre ainsi une belle rejouabilité.

  • Bande son 16 /20

    À signaler tout d'abord : une version française de haut vol enregistrée par des doubleurs célèbres. Les thèmes musicaux sont épiques à souhait, conformes à ce que l'on attend dans un space opera digne de son nom. Les bruitages sont un peu en retrait, certaines armes ayant un son simplement agaçant.

  • Scénario 19 /20

    Assurément la valeur ajoutée de ce Wing Commander IV ! Les retournements de situation sont légion et imprévisibles. On s'attache rapidement aux personnages. L'univers est tangible grâce à ses acteurs en chair et en os. De nombreuses fins sont possibles, vous avez une réelle influence sur l'issue du combat entre la Confédération et les Mondes Frontières. En bref : le bonheur... à condition d'être ouvert à l'ambiance série B de science-fiction (dialogues légèrement surjoués et costumes pyjama façon Star Trek à prévoir !).

Wing Commander IV est un classique du jeu de shoot. Chris Roberts, son créateur, a su donner à son jeu des airs de blockbuster grâce à ses cinématiques filmées, à une narration haut de gamme et à une réalisation technique sans faille. On n'en attendait pas moins en achetant un jeu découpé sur 6 CD et ne pouvant se jouer que sur Windows 95 minimum ! Si aujourd'hui le jeu a un peu vieilli, il vaut toujours le coup d'être parcouru, ne serait-ce que pour son scénario ou ses missions impliquant des choix moraux déchirants.

Profil de camden
L'avis de camden
MP
Journaliste jeuxvideo.com
22 mars 2012 à 14:14:01
18/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (7)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.6/20
Mis à jour le 22/03/2012
PC Action Electronic Arts Origin Systems Rétrogaming
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Bee Simulator : une expérience familiale au coeur de la ruche
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
  • Preview : MotoGP 19 : L'année de la réconciliation ?
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
  • Preview : WRC 8 : retour en forme pour les Lyonnais de Kylotonn
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Borderlands 3
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Star Wars Jedi : Fallen Order
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce