Menu
Mr. Bones
  • Saturn
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Mr. Bones sur Saturn /

Test du jeu Mr. Bones sur Saturn

Test : Mr. Bones
Saturn
Mr. Bones
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de danabnormal
L'avis de danabnormal
MP
Journaliste jeuxvideo.com
02 mars 2012 à 14:58:16
18/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18.6/20
Partager sur :

Il y a des jeux qui n'ont pas connu le destin qu'ils méritaient. Les raisons à cela peuvent être diverses et variées : ces titres ne sont peut-être pas sortis au moment opportun, ou ils ont été édités sur une console qui n'a pas eu beaucoup de succès et qui n'a donc pas été à même d'assurer correctement leur promotion. C'est en partie pour ces deux motifs que Mr. Bones est à classer dans la catégorie peu enviable des jeux très réussis, mais qui ont traversé leur époque dans l'anonymat le plus total. Sorti en 1996 sur Saturn, une machine qui n'a pas connu un succès foudroyant (du moins en Occident), Mr. Bones est aussi un jeu essentiellement réalisé en deux dimensions, ce qui était considéré comme rétrograde à l'époque. Il s'agit pourtant d'un titre novateur à bien des égards, qui a beaucoup à offrir. Voyons dans ces quelques lignes ce qui le rend si spécial.

Mr. Bones

Développé par Zono Incorporated, le titre propose au joueur de prendre le contrôle d'un squelette, lequel répond au doux nom de Mr. Bones. Ce dernier était tranquillement en train de roupiller dans sa tombe, avant qu'un sorcier malintentionné du nom de DaGoulian ne se mette en tête de ressusciter tout le cimetière pour en faire une armée dont l'objectif sera de prendre le contrôle du monde. Seulement voilà, Mr. Bones n'est pas tout à fait d'accord et refuse de suivre le mouvement : le gentil squelette aux yeux bleus (alors que tous les autres ont les yeux rouges, signe de leur soumission à DaGoulian) est en effet un ancien joueur de blues qui souhaite propager paix et harmonie sur cette bonne vieille Terre. C'est donc à lui que revient la lourde tâche de contrecarrer les funestes plans du mage.

Mr. Bones
Les cinématiques sont excellentes et ne manquent vraiment pas d'humour.
Pour ce faire, notre ami devra traverser plus d'une vingtaine de niveaux, aux environnements très variés. On commencera ainsi le voyage dans le cimetière (logique), puis on visitera des lieux comme une forêt, une vallée, un lac de glacier ou une cathédrale. On ira même faire un tour dans un monde parallèle appelé Vortex. Le point commun entre tous ces stages, c'est la jauge située en haut à droite de l'écran. Cette dernière mesure en quelque sorte le magnétisme qui garantit la solidité de l'ossature de Bones : plus elle est remplie, et plus le squelette du personnage forme un tout homogène. En revanche, quand elle diminue, la carcasse devient plus friable et le héros se voit alors délesté de certains de ses os. S'il les perd tous, c'est la mort assurée. Si toutefois un membre nous manque, il est possible de le récupérer car on en trouve parfois çà et là à l'intérieur des mondes. Mais pour que ces membres se rattachent correctement à l'ensemble du corps, il convient de remplir deux conditions. Il faut tout d'abord que la jauge de magnétisme soit un minimum remplie (sinon, les os ne sont pas attachés solidement et le moindre soubresaut les fera tomber de nouveau) et il faut ensuite s'assurer que l'on a bien trouvé les parties du corps dans le bon ordre. Ainsi, si Bones trouve des bras mais qu'il n'a pas au préalable mis la main sur sa cage thoracique, ces derniers ne pourront pas s'emboîter.

Mr. Bones
Le passage "Guitar Solo" est véritablement le moment culte du jeu.
Ce qui constitue véritablement le point fort du jeu et ce qui lui donne tout son charme, c'est l'incroyable variété des situations qui seront proposées au joueur au fur et à mesure qu'il progressera dans l'aventure. On pourrait de prime abord penser que Mr. Bones est un banal jeu de plates-formes, comme on en voyait tant à l'époque des consoles 16 bits, mais quelques heures manette en mains suffisent pour comprendre qu'il n'en est rien. Il y a certes des mondes classiques en deux dimensions dans lesquels notre squelette devra avancer, activer des mécanismes pour ouvrir des portes ou encore tuer ses adversaires à l'aide d'un rayon lumineux. Mais ces derniers sont finalement peu nombreux par rapport à la majorité des autres stages, qui proposent un gameplay unique et novateur. On aura ainsi des niveaux où le scrolling avancera tout seul et où le squelette devra échapper à ses adversaires (comme dans la toute première scène du jeu où le squelette doit courir pour éviter d'être rattrapé par ses congénères), des passages en trois dimensions où il sera suspendu aux pattes d'un dinosaure, une séquence où il se servira de son crâne comme d'une boule de flipper pour récupérer le reste de ses membres, un environnement avec vue de dessus dans lequel il faudra traverser un lac gelé et même un mini-jeu basé sur le rythme où le personnage devra reproduire fidèlement sur des tambours les indications données à l'écran. Bref, on ne s'ennuie pas une seconde tant les principes de jeu changent en permanence, et c'est avec un véritable plaisir que l'on accompagne notre ami Bones dans ses pérégrinations, d'autant plus que la maniabilité est la plupart du temps très satisfaisante. Le titre a également une identité très marquée, en raison notamment de son humour omniprésent : les développeurs se sont fait plaisir et ont inséré dans le soft des passages complètement déjantés, comme ce moment d'anthologie dans lequel le héros doit jouer des solos de guitare devant un public composé de squelettes : si ces derniers sont satisfaits de la musique, ils iront même jusqu'à sortir les briquets, comme à la grande époque des concerts de Patrick Bruel !

Mr. Bones
Le héros ira faire un petit tour dans le Vortex.
Ce qui donne aussi une forte identité au jeu, ce sont les thèmes musicaux composés spécialement pour l'occasion par le guitariste Ronnie Montrose. Tantôt bluesy (forcément...), tantôt plus calmes, ils collent parfaitement à l'action et contribuent grandement à immerger le joueur dans l'histoire. Du côté de la réalisation, le titre s'en sort de fort belle manière : les décors sont bien dessinés et certains arrière-plans (notamment ceux de la vallée et de la forêt) sont même franchement superbes. Dommage en revanche que les personnages à l'écran soient un peu pixélisés, et que l'animation soit parfois en souffrance quand il y a beaucoup de choses à animer simultanément. Mais ces petits bémols techniques ne viennent en aucun cas ternir le bilan d'un jeu exceptionnel à plus d'un titre, qui mérite vraiment d'être connu tant son univers est original et attachant. Encore une petite perle sur la 32 bits de maître Sega.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    Si Mr. Bones n'est pas le titre de la Saturn le plus impressionnant techniquement, il n'en demeure pas moins très agréable à regarder. Les lieux visités, en plus d'être très variés, bénéficient de décors très bien dessinés et il se dégage de l'ensemble une grande impression de cohérence visuelle, notamment au niveau des couleurs utilisées qui donnent au titre un aspect gothique des plus sympathiques. L'animation du héros est d'excellente facture (y compris dans les phases en trois dimensions), et il bouge de manière fluide et déliée. Dommage que quelques ralentissements fassent leur apparition quand l'écran est un peu trop chargé. Mais cela ne gêne en aucun cas la progression.

  • Jouabilité 15 /20

    Vu le nombre de gameplays différents proposés, la jouabilité s'en sort vraiment bien. La plupart des stages qui font appel à la dextérité du joueur sont très maniables, et on ne peut vraiment s'en prendre qu'à soi-même en cas d'échec. Seuls les quelques niveaux de pure plate-forme peuvent parfois poser problème, dans la mesure où les sauts du squelette sont un peu flottants (et manquent donc un tantinet de précision) et qu'il est parfois difficile de s'accrocher aux éléments de décor.

  • Durée de vie 18 /20

    Mr. Bones est un jeu assez long (il tient d'ailleurs sur deux CD), et il faut en moyenne entre sept et huit heures pour en voir le bout, ce qui est tout à fait correct pour un jeu de cette génération. La progression est très agréable, puisque le jeu sauvegarde automatiquement une fois que l'on a passé un niveau. Il n'est donc pas nécessaire de refaire les stages déjà terminés lors d'une nouvelle partie. La difficulté est bien présente et, sans être aussi ardu que certains de ses contemporains (qui a dit Shinobi X ?), Mr. Bones demandera un véritable investissement à ceux qui veulent le terminer. Certaines séquences bien précises demanderont même de longues heures de pratique avant d'être validées.

  • Bande son 18 /20

    Le jeu baigne dans un univers de blues, et les différentes compositions originales du guitariste Ronnie Montrose (qui a entre autres accompagné des artistes comme Van Morrison, avant de fonder son propre groupe) plongent vraiment bien dans l'ambiance. Les bruitages sont excellents, et les différents bruits d'ossements sont très bien retranscrits.

  • Scénario 18 /20

    L'infâme DaGoulian a réussi à sortir les squelettes de leurs tombes pour en faire une armée qui l'aidera à conquérir le monde. Tous les squelettes sont d'accord sauf un : Mr. Bones, un ancien joueur de blues. Cette histoire nous est racontée dans de très belles et très nombreuses cinématiques en images de synthèse, qui ont très bien vieilli et sont très agréables à regarder aujourd'hui. Il est cependant nécessaire de bien comprendre l'anglais pour saisir toute la subtilité et l'humour des dialogues qui sont présents dans ces cut-scenes.

Un peu à l'image de la console sur laquelle il tourne, Mr. Bones est une pépite oubliée du jeu vidéo qui mérite d'être redécouverte. Le soft est bien réalisé, il est en plus maniable, mais c'est surtout par son originalité de tous les instants (que ce soit dans la mise en scène ou dans les différents types de gameplays proposés) qu'il arrive à séduire. Durant la progression, on n'a vraiment pas envie de lâcher sa manette tellement on est curieux de voir ce que donnera le niveau suivant et ce que les développeurs ont pu y mettre comme idées farfelues. Mr. Bones est donc un titre rare (dans tous les sens du terme), qui mérite de sortir d'un anonymat dans lequel il n'aurait, vu sa classe, jamais dû sombrer.

Profil de danabnormal
L'avis de danabnormal
MP
Journaliste jeuxvideo.com
02 mars 2012 à 14:58:16
18/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18.6/20
Mis à jour le 02/03/2012
Saturn Action Plate-Forme Sega Zono Rétrogaming
A lire aussi
Dernières Preview
PreviewThe Elder Scrolls Online : Greymoor - Les vampires débarquent en Bordeciel Hier, 14:00
PreviewGears Tactics : Réflexion et action pour une alliance explosive 27 mars, 14:00
PreviewHearthstone : Retour en Outreterre avec une 10ème classe 17 mars, 18:15
Les jeux attendus
1
Final Fantasy VII Remake
10 avr. 2020
2
Resident Evil 3 (2020)
03 avr. 2020
3
The Last of Us Part II
29 mai 2020