Menu
Docteur Lautrec et les Chevaliers Oubliés
  • 3DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test : Docteur Lautrec et les Chevaliers Oubliés
3DS
Docteur Lautrec et les Chevaliers Oubliés
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Anagund
L'avis de Anagund
MP
Journaliste jeuxvideo.com
25 novembre 2011 à 17:08:54
9/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (32)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
10.2/20
Tous les prix
Prix Support
14.50€ 3DS
17.90€ 3DS
Voir toutes les offres
Partager sur :

Malgré des débuts difficiles, la Nintendo 3DS se refait une santé en cette fin d'année avec quelques titres de qualité. Parmi les jeux à potentiels que l'on suivait du coin de l'oeil depuis leur annonce, Docteur Lautrec et les Chevaliers Oubliés semblait se situer dans le haut du panier. Malheureusement, l'accident est si vite arrivé... Autopsie d'une bien belle dégringolade.

Docteur Lautrec et les Chevaliers Oubliés

Lorsqu'on a entre ses mains la cartouche du jeu de Konami pour la première fois, on est pourtant confiant. Un character design accrocheur et des cinématiques dignes d'animés nippons, on pensait là tenir une belle petite perle. D'autant que le cadre de la fin du 19eme siècle n'est pas sans rappeler un certain Professeur Layton. Mais plutôt que de nous envoyer du côté de la Tamise, c'est Paris et ses environs qui sont le cadre des aventures du Docteur Lautrec. D'ailleurs, "aventure" n'est peut-être pas le mot à employer puisque le protagoniste principal refuse strictement l'appellation "aventurier". En effet, Jean-Pierre Lautrec se complait à répéter avec un air pédant qu'il ne traverse les catacombes de la capitale que pour les mystères et énigmes à déchiffrer, plus que pour les trésors. Accompagné de la jeune et naïve Sophie Coubertin, le joueur va devoir prendre part à de véritables enquêtes ayant pour sujet l'histoire de Paris.

Docteur Lautrec et les Chevaliers Oubliés
Pas super excitant...
Vu d'ici, l'univers semble fort aguicheur et on s'apprête à vivre de folles expéditions. Certes, l'absence de doublage français casse un peu l'ambiance et entendre de vrais parigots parler anglais avec un accent so british fait sans doute un peu tache. Bien que l'on arrive à s'y faire, on est déjà plus circonspect quand on effectue ses premiers pas dans le jeu. En effet, nous voilà donc dans une sorte de phase d'infiltration en vue de trois quarts, dans un souterrain. Outre les décors franchement minimalistes, c'est le gameplay qui nous étonne. Les gardes qui font leurs rondes sont bêtes comme leurs pieds et le principe consiste juste à passer dans leur dos sans se faire repérer tel un ninja asthmatique. Pas de diversion, pas de jet de pierre, rien. Quelques fois, il faut déplacer des caisses avec une lenteur affligeante pour créer un passage, ce qui s'avère affreusement pénible. Ces passages peuvent parfois durer plusieurs minutes alors qu'ils n'amènent strictement aucun plaisir de jeu (on ne peut même pas parler de puzzles vu qu'on sait ce qu'il faut faire), et si vous avez le malheur de vous faire repérer juste avant la fin, vlan, vous recommencez la pièce depuis le début. En fait, c'était difficile de faire plus lourd.

Docteur Lautrec et les Chevaliers Oubliés
Le but ici est de trouver une fleur de lys, entrée des prochaines catacombes.
Pour parer à la monotonie, vous tomberez fréquemment sur une porte que vous ne pourrez passer qu'en résolvant une énigme. Innocent comme l'enfant qui vient de naître et mis en confiance par la promotion du titre qui tournait beaucoup autour de l'aspect puzzle, vous vous dites que vous êtes enfin devant le plat de résistance. Et là, c'est le drame complet. Vous voilà devant un vulgaire "mots croisés" que vous résolvez en moins de 25 secondes. Erreur de parcours ? Pas du tout ! Les "255 énigmes" sont en fait des variations d'une pauvre petite douzaine de puzzles, qui va du vulgaire Tangram au "trouvez la différence" entre deux images. Cela réduit l'aspect réflexion à son minimum... Autant dire que la pilule est difficile à avaler vu que les espoirs des joueurs se basaient grandement là-dessus. Toutefois, on découvre rapidement que Docteur Lautrec nous réserve une autre petite surprise dans son escarcelle maudite : un jeu de capture à la Pokémon. Vous ne l'aviez pas vu venir n'est-ce pas ? Oui oui, vous allez devoir combattre des "trésors habités", sortes d'esprits contenus dans d'anciens artefacts. Mais cela ne se fera pas sans mal.

Docteur Lautrec et les Chevaliers Oubliés
C'est ça les énigmes ?
Vous arrivez donc devant un système de socles au milieu duquel se situe votre ennemi. Vous allez devoir placer vos propres trésors habités pour attaquer l'esprit et lui faire descendre sa vie au minimum, de préférence sans le tuer, afin de vous l'approprier. Ainsi, chaque trésor habité possède un nombre de points de vie, d'attaque et de défense. Quand vous en posez un, il inflige des dégâts et en reçoit de la part de l'esprit visé. Une seule fois. Ensuite, vous devez poser un autre trésor pour continuer de faire perdre des points de vie à l'adversaire. Malgré un principe de rapport de force de type pierre-papier-ciseau (les esprits humanoïdes ont un bonus contre les aquatiques, qui ont un bonus contre les terrestres, etc.), on se retrouve devant un concept ultra basique qui ne laisse pratiquement aucune chance à la stratégie. Pourtant, le système essaie d'évoluer par la suite avec des affinités entre vos trésors ou encore des cases spéciales qui vous obligent à jouer dans un ordre bien défini. En gros, des éléments qui vous ligotent là où le gameplay semblait déjà être mono-directionnel. Bref, encore une déception dans un soft qui continue de s'enfoncer à chaque nouvelle phase de jeu.

Docteur Lautrec et les Chevaliers Oubliés
L'infiltration à l'ancienne.
Justement, la dernière grosse partie de Docteur Lautrec et les Chevaliers Oubliés se situe dans les enquêtes qui nous mènent aux différents trésors. En plus de la quête principale, vous pouvez suivre des petites histoires annexes dans lesquelles vous devez découvrir l'emplacement de catacombes oubliées via une phrase-énigme sur un vieux document. Manque de bol, vous n'êtes que spectateur. En effet, vous assistez à un long dialogue entre Lautrec et son assistante pendant lequel ils réfléchissent et résolvent d'eux-mêmes le problème. Parfois, vous devez quand même vous promener sur la carte de Paris pour visiter certains monuments, tout ça pour entendre le docteur vous signaler si vous êtes au bon endroit ou non. Peut-on vraiment faire plus frustrant ? Le pire, c'est que les protagonistes trouvent les solutions aux énigmes de manière totalement farfelue, à tel point que le joueur lâchera régulièrement des soupirs de lassitude. Vraiment dommage quand on s'aperçoit que les énigmes tournent autour de la culture historique de Paris, de quoi ravir les aficionados.

Docteur Lautrec et les Chevaliers Oubliés
Le système de capture est bien trop simple.
En conclusion, on se demande vraiment comment un projet aussi intéressant et ambitieux que ce Docteur Lautrec et les Chevaliers Oubliés a pu se vautrer de la sorte. En voulant marier les genres, le titre se perd finalement dans un pack de concepts tous plus ratés les uns que les autres, laissant le joueur dans le désarroi le plus total. Pas un seul élément de gameplay semble vouloir tirer son épingle du jeu, et les phases de dialogues sont tellement longues et barbantes qu'on en arriverait presque à éteindre sa console d'exaspération. D'ailleurs, sur les deux premières heures, on n'a la main qu'une petite vingtaine de minutes, résolvant seulement trois pauvres énigmes dans le tas. On ne sait pas quelles étaient les conditions de travail de Konami et Winkysoft pendant la création du titre, mais il ne fait aucun doute que le résultat final est très loin de ce qu'ils avaient l'intention de produire initialement. Malgré une patte artistique plutôt agréable et un univers parisien réussi dans l'ensemble, répondre à ses sirènes serait une erreur que vous pourriez regretter fortement.

Les notes
  • Graphismes 13 /20

    Les scènes cinématiques et le character design sont de très bonne qualité et la représentation du vieux Paris est réussie, même si on a parfois l'impression de se balader dans une carte postale. Malheureusement, dès que l'on passe dans les phases d'exploration souterraines, ce qui constitue une grosse partie du gameplay, la pauvreté des décors laisse pantois, livrant le joueur à une 3D faiblarde et des environnements ennuyeux.

  • Jouabilité 6 /20

    Les énigmes, les captures de trésors, les enquêtes, l'infiltration : c'est un ratage complet. S'il était concevable qu'un ou deux de ces éléments soit en deçà du reste, Docteur Lautrec livre une prestation médiocre dans tous ces domaines. En plus de cela, le menu manque totalement d'ergonomie, voire de logique, vous obligeant parfois à vous y reprendre à plusieurs fois avant d'arriver au bon endroit.

  • Durée de vie 11 /20

    Ne faites pas attention aux "255 énigmes" sur la boîte, aucune d'elles n'est plus évoluée qu'une grille de Sudoku de niveau 1. S'il vous faudra bien une vingtaine d'heures pour voir le bout de la quête principale, prenez en compte qu'une partie non-négligeable de ce temps consiste à regarder les personnages discuter entre eux sans pouvoir interagir. Et quand on pense à l'aspect répétitif des phases de gameplay...

  • Bande son 14 /20

    Il est fort possible de vous surprendre à chantonner quelques uns des thèmes les plus marquants. Le hic vient par contre de la redondance de certaines musiques, particulièrement dans les catacombes. Le doublage est de qualité honorable même si l'acting de certains personnages (Sophie par exemple) semble parfois maladroit.

  • Scénario 12 /20

    Si vous cherchez à en apprendre plus sur l'histoire des monuments et quartiers de Paris, vous allez être aux anges ! Par contre, la lenteur de la progression, notamment pendant les enquêtes, fera lâcher prise à plus d'un joueur, surtout quand Lautrec répète constamment la même chose afin de bien rappeler à la plèbe qu'il est un mufle doublé d'un génie.

Quelle mauvaise surprise ! Même si on n'espérait pas voir ce Docteur Lautrec détrôner un Professeur Layton dont il s'est légèrement inspiré, on ne s'attendait pas à un tel fiasco ! Des énigmes ridicules, des enquêtes quasiment non interactives, des phases d'infiltration complètement ratées et des "combats" sans stratégie, le titre de Konami gâche un univers pourtant attirant à cause d'un gameplay qui ne procure strictement aucune bonne sensation. Bref, sans hésitation, à éviter.

Profil de Anagund
L'avis de Anagund
MP
Journaliste jeuxvideo.com
25 novembre 2011 à 17:08:54
9/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (32)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
10.2/20
Mis à jour le 25/11/2011
Nintendo 3DS Aventure Réflexion WinkySoft Konami
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Devil May Cry 5
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live