Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Battlefield 3
PC

Contributeur

Annoncé en fanfare par le biais de somptueuses vidéos de gameplay, Battlefield 3 n'a jamais caché ses ambitions : mettre un terme à l'écrasante supériorité commerciale de Call of Duty et devenir la nouvelle référence du FPS militaire grand public. Conçu par les petits gars de DICE, depuis longtemps reconnus comme des experts dans le domaine du multijoueur et apparus très compétents lorsqu'il a été question de pondre les campagnes des Bad Company, Battlefield 3 semble plutôt bien parti pour s'imposer. Or, après la semi déception causée par les moutures consoles, l'heure est enfin venue de tâter la bête sur PC et de voir si cette dernière est à la hauteur des attentes suscitées par l'agressive campagne marketing d'Electronic Arts.

C'est donc avec beaucoup de fébrilité, d'espoir mais également de plaisir que nous nous sommes attelés à décortiquer la version PC du FPS de DICE, une version qui s'était tout de même montrée nettement plus aguicheuse que ses consoeurs lors des diverses présentations auxquelles son éditeur, Electronic Arts, nous avait conviés. Cela dit, on ne sait jamais ce qu'il peut advenir d'un titre avant qu'il ne sorte réellement dans le commerce, d'autant qu'EA ne nous avait pas forcément permis d'essayer le jeu dans les meilleures conditions, mettant clairement plus l'accent sur les versions consoles afin de satisfaire des médias manifestement plus intéressés par ces moutures. Mais ce n'est pas là l'objet de ce test ! Non, l'idée, c'est bien sûr de juger une bonne grosse version finale, prête à se plier à toutes nos envies, et de voir comment la bougresse se porte face aux assauts massifs de milliers de joueurs en ligne. Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, prenons encore quelques secondes pour clarifier certains petits détails bassement matérialistes.

Oui, vous connaissez déjà cette scène, mais c'est si beau qu'on ne résiste pas à l'envie d'en remettre une couche !

Parlons donc config. Pour effectuer ce test, nous nous sommes donc reposés sur un sympathique processeur I7-2600, une GTX 580 et 8 Go de RAM, le tout permettant de booster toutes les options graphiques au maximum (en Ultra donc) et de profiter d'un framerate oscillant entre 53 et 60 images par seconde. Comme d'habitude, la configuration minimum indiquée par l'éditeur (Processeur Dual Core, 2 Go de RAM, GeForce 8800GT ou Radeon 3870) semble vraiment trop juste pour faire tourner correctement le soft. Quant à la config recommandée (Processeur Quad Core, 4 Go de RAM, GeForce GTX560 ou Radeon 6950), elle ne vous permettra pas de faire tourner le jeu à fond mais vous laissera profiter de l'expérience dans de bonnes conditions, avec une fluidité raisonnable, la plupart des options en Elevé et quelques concessions sur les effets les plus élaborés. Que les choses soient donc bien claires, pour prendre une véritable claque visuelle, il vous faudra disposer d'une solide machine, et plutôt récente. Dans un autre ordre d'idées, sachez que pour accéder à votre jeu, vous devrez impérativement installer le client Origin d'EA et en passer par le Battlelog, une sorte de page Web faisant office de lieu de rassemblement pour les joueurs tout autant que de launcher. Sorte de Facebook battlefieldien permettant de rejoindre d'autres joueurs, de constituer des groupes, des clans et de consulter vos stats, le Battlelog sert de portail obligatoire. Heureusement, le bousin se révèle plutôt bien fichu et fonctionnel.

Alors oui, ce niveau de la campagne est somptueux, mais on aimerait bien participer...

Ceci étant clair, commençons donc par le commencement et intéressons-nous tout d'abord à la campagne solo. Sachez-le, cette dernière ne constitue clairement pas l'essentiel de ce Battlefield 3, qu'on devra surtout considérer comme un jeu multijoueur. Aussi ne tournons pas autour du pot et crevons tout de suite l'abcès : la campagne concoctée par DICE est plus proche de celle du dernier Medal of Honor que de la grosse tuerie attendue par beaucoup. Moins orientée grand spectacle que Call of Duty (ce qui n'est pas un reproche), elle fait finalement plus office de tutorial pour le multi que de véritable point d'intérêt. D'une durée qu'on estimera à 6 ou 7 heures en fonction du niveau de difficulté choisi, la bougresse vous place dans la peau du Sergent James Blackburn, un marine interrogé par les messieurs de son propre camp sur ses agissements et sur sa poursuite d'un vil terroriste détenteur d'armes nucléaires pas propres. Vous y vivrez des missions ultra classiques sous forme de flash-back et vous vous retrouverez occasionnellement dans les rangers d'autres combattants, tels qu'un agent russe ou une pilote de chasse. Dans tous les cas, on affrontera le PLR, une organisation terroriste surarmée qui comme d'hab, transforme le Moyen-Orient en foire au pâté avant de répandre le feu sur les nations occidentales. L'histoire se révèle finalement assez lambda, peu intéressante, pas franchement bien narrée ni forcément très bien mise en scène.

Voir les rues de Paris partir en morceaux en multijoueur procure un immense plaisir.

Bon, ça ne serait pas si catastrophique si les différentes missions proposées valaient vraiment le coup. Le hic, c'est que le soft, dépourvu de l'aspect cartoon et délirant d'un Bad Company, fait dans le sérieux le plus soporifique et se coltine en plus une tripotée de défauts que l'on pensait morts et enterrés depuis quelques années. Mentionnons tout d'abord une IA qui n'en mérite pas le nom avec des ennemis qui se moquent éperdument de vos nombreux alliés, qui concentrent systématiquement leurs tirs sur vous, qui vous voient dans toutes les conditions, et qui ne peuvent pas être surpris et assassinés à moins que cela ne soit prévu par le jeu. Ajoutons des scripts bien maladroits, avec des camarades qui restent plantés comme des potirons en arrière si vous avez l'audace de prendre trop d'avance (du genre à vous hurler de grimper une échelle alors que vous êtes déjà en haut). Dans un autre registre, on se retrouve parfois éjecté de son abri de fortune par un troufion programmé pour se placer là et nulle part ailleurs. Parlons également de respawn infini dans certaines zones, des macchabées qui disparaissent et d'une structure en couloirs qui n'aura jamais si bien portée son nom.

Pour le corps-à-corps, c'est au dieu des QTE qu'il faudra s'en remettre. Et non, on ne parle pas de David Cage.

En effet, on passe souvent son temps à courir dans des couloirs tout vides pour défoncer une porte, dégommer trois clampins débiles, assister à 30 secondes de pseudo cinématique pendant laquelle on ne peut rien faire, puis recommencer 2 minutes après, avec au milieu de tout ça, des séquences QTE de corps-à-corps mollassonnes et scriptées qu'on voit toujours venir 3 plombes à l'avance. Et que dire de cette situation surréaliste où à la suite d'un assassinat au couteau raté (un passage obligatoire donc), le jeu s'amuse tout simplement à faucher votre troufion d'une vulgaire crise cardiaque ? Cette structure surannée et ces lacunes de gameplay impliquent qu'on se sentira plus spectateur qu'acteur du conflit. A ce titre, la mission dans laquelle on incarne le copilote d'un avion de chasse est la plus représentative. Davantage réduit au statut de spectateur impuissant que d'acteur, le joueur ne dirige pas l'avion et se contente généralement de lâcher des missiles et des leurres quand on le lui en donne l'ordre... S'il s'agit là d'un exemple extrême et si le soft propose des missions sympas (la traversée d'une rue parisienne où tout vole en éclats notamment), on ressort franchement déçu de l'expérience. En un mot, tout ce que l'exceptionnelle réalisation graphique du jeu fait pour nous plonger au cœur des combats est anéanti par ces soucis grossiers qu'on dirait issus d'un autre âge.

Sur les 9 cartes multijoueurs proposées, 3 sont assez grandes pour permettre de renouer avec les vieux Battlefield...

Et justement, parlons-en de cette réalisation ! Là, pour le coup, EA ne nous a pas menti et nous propose une véritable tuerie visuelle. On profite ainsi de textures somptueuses, d'animations criantes de vérité, d'effets de particules ultra élaborés ainsi que de jeux de lumières de toute beauté qui n'ont pas l'aspect artificiel et étrangement amplifié que nous avions pu constater sur consoles. Il s'agit tout simplement là du plus somptueux jeu de guerre jamais conçu. En outre, le moteur Frostbite 2 permet encore une fois de mettre en scène d'incroyables scènes de destruction du décor, même si celle-ci paraît plus limitée que dans Bad Company 2 lorsqu'on ne parle que des bâtiments en eux-mêmes. Cela dit, les différents décors étant cette fois beaucoup plus fournis en mobilier, volets, arbres, poubelles et voitures, tous joyeusement destructibles, on passera plus facilement sur l'impossibilité de réduire en poussière certains bâtiments malgré des tirs directs de blindés. Au fond, les seuls soucis de cette somptueuse lettre d'amour aux jeux de guerre, c'est encore le fait de voir les macchabées disparaître du champ de bataille après seulement quelques secondes ! Mais ce n'est que peccadille en comparaison de certains problèmes de stabilité, avec des plantages réguliers du soft qui vous forcent à relancer votre partie... Bref, BF3, c'est sublime, mais ce n'est pas encore très stable.

Ne craignez rien, dans votre petit couloir bien défini, ces soldats adverses ne vous verront jamais.

Bref, si jusque-là, le présent test vous a sans doute semblé ignominieusement lapidaire (ce qui n'est pas totalement faux) et vaudra de multiples mails remplis d'insultes, de menaces de mort et d'accusations de corruption à son auteur, c'est qu'il n'a pas encore évoqué le multijoueur, véritable cœur de ce Battlefield 3. Très proche de ce qu'offre Bad Company 2 aussi bien en termes de contenu que de gameplay, le nouveau bébé de DICE propose ainsi 9 cartes bien foutues, qui adaptent leur taille et leur disposition au mode que vous aurez choisi. Sachez donc, jeunes soldats avides de tripaille, de faits d'armes et de frags en série, que le titre propose cinq modes de jeu, dont les principaux sont sans conteste Ruée et Conquête, classiques mais toujours aussi redoutables (on vous renvoie aux précédents tests des jeux de la série pour leur description). On pourra également s'y risquer en Escouade et partir affronter les formations d'autres joueurs dans des matches à mort conventionnels, avant de tester le mode Extrême où toutes les indications visuelles disparaissent et où un frag se fait en deux balles.

Entre les mortiers et les balises de réapparition, le multi s'enrichit tout de même grandement.

Mais revenons aux cartes. Ces dernières s'avèrent variées et relativement bien équilibrées, offrant ainsi une multitude de possibilités, que l'on se retrouve en attaque ou en défense. Seul regret, la plupart des maps proposées sont d'une taille équivalente à celles de Bad Company 2, même si sur PC, l'option Mode Conquest Large, vous permettra de jouer sur des cartes plus étendues que sur consoles, avec davantage de points de contrôle à capturer ! On pense notamment à " Traversée de la Seine ", disponible en format Normal ou Large et qui donnera l'impression d'être beaucoup trop étroite dans sa première version, surtout à 64 joueurs. Mais dans tous les cas et dans la plupart des maps urbaines, vous aurez régulièrement droit à des embouteillages de fantassins dans les bâtiments ou les escaliers... D'autres en revanche, comme " Opération Tempête de Feu ", " Kharg Island " ou " Caspian Border " (probablement la plus réussie du lot) laisseront s'exprimer snipers, tankistes et pilotes de chasse avec beaucoup de liberté. On appréciera aussi " Le Pic Damavand " et son saut en parachute pour l'équipe attaquante ou son tunnel en construction en mode Conquête. " Grand Bazar " avec ses ruelles longues et étroites et sa pluie battante donnera du fil à retordre à ceux qui aiment rusher et pourra même se révéler quasiment injouable à 64 dans sa version non étendue. Difficile de faire le tour dans ce test, puisque l'espace nous est compté, mais sachez que vous devriez dans tous les cas trouver votre bonheur.

Sur Grand Bazar, les parties ressemblent souvent à une guerre des tranchées.

Plus que jamais dans la série, on devra s'efforcer de rester au sein de son escouade, afin de profiter des munitions ou des soins que les fusiliers et les médecins ne manqueront jamais de vous offrir. On essaiera en outre de s'adjoindre les services d'un sniper ou d'un spécialiste des armes lourdes, toujours utile lorsqu'un gros blindé s'invite à proximité. Mais l'autre intérêt d'intégrer une escouade, c'est indubitablement de pouvoir respawner auprès de vos collègues, et non plus seulement dans les bases contrôlées par vos petits camarades. Bref, rien de nouveau en apparence. Sauf que si en fait. En premier lieu, il est désormais possible de ramper, ce qui change clairement la vie pour ce qui est des approches sournoises, des esquives face à l'artillerie et des sessions de snipe. Autre nouveauté notable et bien chouette : les tirs des suppressions. En gros, l'idée c'est que si vous essuyez des tirs et même si vous n'êtes pas touché, votre vision se floute et rend les alentours difficiles à discerner. On aura donc bien plus intérêt qu'avant à faire des tirs de couverture. Ajoutons également l'arrivée de la customisation du matos façon Call of Duty ainsi que l'introduction des concepts de chef d'escouade (seul à pouvoir donner des ordres), la possibilité de refuser un respawn par défibrillateur (les points seront tout de même crédités à votre sauveur), les assistances proportionnelles (si vous descendez la vie d'un adversaire de 80 % et qu'il se fait tuer par quelqu'un d'autre, vous obtenez 80 points de score) et des véhicules qui se dégradent progressivement en cas d'incendie et vous obtenez le multi le plus beau, le plus complet et le plus grisant du moment.

BF3 propose également des missions coop très sympathiques.

Reste enfin à évoquer les 6 missions coop de BF 3, un petit à-côté super sympa dans lequel il ne s'agira pas simplement d'éclater des vagues de troufions mais bien de remplir de vrais objectifs au sein de missions dynamiques et bien pensées, à pied ou en véhicule. Il s'agit là d'un ajout qui prolonge très agréablement l'expérience même si on ne pourra en profiter qu'à 2 en ligne uniquement. Hélas, si beaucoup d'aspects mériteraient d'être approfondis dans ces lignes, l'heure est venue de conclure. Aussi nous contenterons-nous de dire que Battlefield 3 n'est clairement pas aussi incroyable que ce que nous espérions. Certes, le jeu peut se targuer d'être le plus impressionnant FPS militaire jamais conçu et d'offrir une expérience multijoueur extrêmement solide, même si clairement marquée par des origines consoles pour ce qui est de la taille des maps, mais il se coltine également une campagne archaïque dans sa structure et ses mécaniques ainsi qu'un léger manque de contenu. Super sympa mais pas révolutionnaire, on se retrouve avec un titre aux nombreuses qualités qui ravira sans conteste les fans, mettra fin à bien des vies sociales mais qui reste bien loin de la perfection. Passionnant en multi certes, mais encore largement perfectible à l'heure où nous écrivons ces lignes (avec des déconnexions quasi permanentes !), Battlefield 3 risque donc de décevoir nombre de ceux qui l'attendaient comme le messie, à l'instar, quoi qu'on en dise, de l'humble auteur de cet article.

Les notes
  • Graphique 19 /20

    Difficile de ne pas tomber amoureux de l'une des plus belles plastiques jamais vues dans un jeu vidéo. Incroyable démonstration technique ambulante, Battlefield 3 nous assène sans discontinuer des scènes de guerre capables de renvoyer à l'âge de pierre les plus talentueux des réalisateurs de films d'action américains. Animation au top, textures de toute bôôôté, effets visuels et jeux de lumière qui vous arracheront des larmes de bonheur, le soft parvient en outre à mettre en scène d'effroyables séquences de destruction avec une multitude de petits objets qui volent gaiement en éclats à tout bout de champ. Hélas, les cartes vraiment vastes ne sont pas légion (3 ou 4 sur les 9 proposées), mais l'immersion n'en reste pas moins totale en multijoueur.

  • Jouabilté 16 /20

    Battlefield 3 offre des contrôles relativement intuitifs, maintenant renforcés par la possibilité de se coucher et de ramper, ce qui mine de rien, change pas mal de choses. Si on retrouve une certaine lourdeur dans les mouvements des combattants, cette dernière est un peu moins prononcée que dans les Bad Company. Côté solo, BF 3 rate franchement le coche en raison de mécaniques maladroites, d'une structure peu inspirée et d'une mise en scène qui peine un peu à nous plonger dans l'ambiance. Ce qui lui vaut une petite claque sur la note. Le multijoueur quant à lui se pose en véritable modèle du genre. Passionnant, profond, plus maîtrisé que jamais, le soft propose un ensemble légèrement supérieur à ce qu'offrait Bad Company 2, avec des maps chouettes mais qui paraissent parfois bien trop étriquées et peu adaptées aux parties à 64 sur PC, et ce malgré quelques aménagements spécifiques à ce support (le mode Conquest Large notamment). Sachez enfin qu'à l'heure actuelle, le jeu est très loin d'être stable et les déconnexions sont très nombreuses. En gros, le lancement s'avère des plus chaotiques mais DICE rectifiera sans aucun doute le tir dans les jours à venir.

  • Duree 16 /20

    Une fois encore, tout dépend ici de votre approche. Disons-le carrément, avec sa campagne générique de 7 heures, les joueurs qui ne s'intéressent qu'au solo peuvent carrément faire l'impasse sur Battlefield 3. Les autres en revanche passeront des heures et des heures sur les 6 missions coopératives et sur un multijoueur d'une redoutable efficacité. On regrettera simplement le fait que même si les cartes sont assez vastes et ont le bon goût d'adapter leur disposition à chaque mode de jeu, elles ne sont finalement que 9 (avec 3 ou 4 seulement vraiment adaptées aux batailles d'envergure). En attendant les DLC, gratuits ou non...

  • Son 19 /20

    Certes, les musiques pourront apparaître un peu trop discrètes. Ok, les voix françaises ne claquent peut-être pas autant que les anglaises, mais la vache, quelle tuerie ! Il s'agit sans doute là de la meilleure bande-son jamais conçue pour un jeu de guerre. Obus, bastos, claquements secs des mitrailleuses et explosions résonnent avec une justesse qui vous laisse béat d'admiration. Ceux qui disposent d'un système surround vont en prendre plein la tronche et s'attirer la haine éternelle de leurs voisins qui penseront sans doute que la Troisième Guerre mondiale a commencé.

  • Scénario 11 /20

    Une histoire convenue, peu intéressante et une mise en scène quelconque font qu'on se désintéressera très vite des enjeux de la campagne de ce Battlefield 3. Trop grandiloquent et poussif, BF3 n'est tout simplement pas à même de faire vivre son scénario.

Ah Battlefield 3 ! Qu'est-ce que nous aurions aimé pouvoir dire que tu étais le meilleur jeu de tous les temps ! Hélas, non, ce n'est pas le cas. Tu possèdes certes une plastique de rêve, capable de renvoyer Miss Univers dans sa loge, mais ta campagne très décevante fait pâle figure face à ton solide multijoueur. Et même si celui-ci est plus équilibré, plus complet, plus profond et mieux maîtrisé que celui de Bad Company 2, il n'en propose pas moins qu'une toute petite poignée de maps vraiment adaptées aux combats de masse que nous espérions tant retrouver ! Ajoutons à cela une demi-douzaine de missions coop bien sympathiques et de gros soucis de stabilité online (à l'heure où nous écrivons ces lignes) et l'on obtient un soft de qualité, doté d'un excellent potentiel, mais très loin de la révolution attendue. On ressort donc un tantinet déçu de l'expérience même si cela ne nous empêchera pas de filer sur le Net pour enchaîner les nuits blanches sur les champs de batailles du nouveau bébé de DICE.

Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
27 octobre 2011 à 17:29:02
16/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (2767)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/ 20
Mis à jour le 27/10/2011 Voir l'historique
PC FPS Electronic Arts Dice
  • Partager cette page :
Battlefield 3
PC PS3 360
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (25)
  • News (160)
  • Vidéos (122)
  • Images (2259)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (12)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Battlefield 3 sur PC
    -
    PC
  • Aperçu : Battlefield 3 - E3 2011 sur PC
    - 108
    PC
  • Aperçu : Battlefield 3 sur PC
    - 544
    PC
Boutique
  • Battlefield 3 PC
    14.99 € Neuf
    9.50 € Occasion
    18.99 €
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.