Menu
Les Royaumes d'Amalur : Reckoning
  • Tout support
  • PC
  • PS3
  • 360
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Preview : Kingdoms of Amalur : Reckoning
PC
Partager sur :

Le catalogue des éditeurs tiers majeurs est tellement fourni qu'il devient parfois difficile pour certaines productions de s'y faire une place. C'est un peu ce qui est en train d'arriver à Kingdoms of Amalur : Reckoning, un titre conçu par les Américains de Big Huge Games, un studio connu jusqu'ici pour avoir développé quelques RTS plutôt réussis. Au milieu de la tonne de blockbusters labellisés EA, le jeu peine un peu à faire entendre sa voix. Et pourtant, au regard de l'ambition des développeurs et des qualités qu'il a affichées tout au long des trois grosses heures que l'on a passées en sa compagnie, ce RPG possède un potentiel certain.

Kingdoms of Amalur : Reckoning

Plutôt que de présenter une énième fois son jeu de manière théorique, Big Huge Games avait choisi de nous laisser libres de nos mouvements pendant trois grosses heures. Le meilleur moyen de découvrir ce qui nous attend lors de nos premiers pas dans ce RPG ambitieux (sortie prévue le 10 février 2012). L'histoire débute au cœur du Puits des Ames alors que deux gnomes s'apprêtent à jeter le corps d'un défunt soldat dans la fosse commune. Le mort, c'est vous. Oui, c'est concept ! Une fois sa chute achevée, votre avatar s'éveille brutalement au milieu des amas de squelettes entassés dans ce trou infâme. Ce retour soudain à la vie, vous le devez à Fomorous Hugues, un gnome érudit qui travaille depuis des lustres pour trouver une formule efficace afin de ressusciter les personnes décédées de façon non naturelle. C'est donc vous qui êtes le premier à bénéficier de ces travaux. Evidemment, votre come-back va en surprendre plus d'un. A commencer par votre sauveur. Le souci, c'est que la mémoire vous fait défaut. Vous voilà donc sans identité. Et sans destinée !

Kingdoms of Amalur : Reckoning
Le monsieur n'a pas forcément l'air très content !
Voilà un pitch idéal pour introduire le fait que vous allez vous forger votre propre destin à la force de vos petits bras. Ce qui ne sera pas chose aisée car le monde d'Amalur est en proie au chaos, notamment à cause des Tuathas, un peuple particulièrement agressif qui n'a de cesse d'attenter à votre vie. En bon RPG, avant de poser l'histoire, Reckoning vous propose de choisir parmi quatre races. Deux sont humaines (les nobles Almain et les mercenaires Varani) et deux sont elfiques (Elfe de l'ombre ou Dokkalfar et de la lumière ou Ljosalfar). Une fois votre décision initiale prise, vous avez aussi la possibilité de choisir une affinité avec un élément (Terre, Air, Sagesse, Ordre, Justice...) puis de personnaliser le look de votre avatar via un menu très classique (visage, couleur de peau, couleur des yeux, etc.). Une fois votre personnage défini dans les moindres détails, vous voilà enfin prêt pour la grande aventure. Le titre étant très largement orienté action, les premières minutes dans Amalur permettent de se familiariser avec les possibilités offertes lors des combats. Et mieux vaut être attentif car Reckoning propose des affrontements en temps réel nécessitant du doigté. Il va falloir apprendre l'utilité de chaque coup pour ne pas se faire rosser par les bestioles auxquelles vous allez être confronté. Il existe d'ailleurs toute une liste de combos à débloquer progressivement. Il faudra aussi jouer avec le pattern des ennemis afin de réaliser le geste approprié avec le bon timing tout en se déplaçant pour esquiver les coups. Tout un art. Outre des attaques de front avec des armes lourdes du type épée ou à distance avec un arc, vous apprendrez aussi très vite à la jouer infiltration. En se pointant discrètement derrière votre cible, un move d'exécution sera possible en pressant un unique bouton.

Kingdoms of Amalur : Reckoning
Au combat, toutes les classes sont efficaces.
Puisqu'on nous avait mis entre les mains une version console (Xbox 360), on peut d'ores et déjà affirmer que tout ce qui est ciblage (à l'arc par exemple) est automatisé. Cela permet d'esquiver le côté imprécis du stick. Il en va de même pour la magie. En pressant RT et X, on pouvait balancer un sort qui parvenait systématiquement à toucher l'ennemi vers lequel on s'était tourné. Toujours au niveau des combats, le jeu prend parfois des allures de God of War lorsque l'on déclenche le mode Reckoning, symbolisé à l'écran par un passage en noir et blanc. Ce dernier permet à son personnage de se mettre en transe, ce qui a pour conséquence la multiplication des dégâts et des points d'expérience. Très pratique lorsque l'on est entouré d'ennemis. Ce mode possède aussi un intérêt purement visuel puisqu'on peut exécuter de manière assez gore l'un de nos opposants. Le move est automatique et se conclut par une QTE nous demandant de marteler l'un des boutons de la manette. Il existe aussi un mode agressif dont l'intérêt nous a paru un peu flou. A priori, il permet notamment de s'attaquer aux PNJ du jeu. Ce qui peut s'avérer risqué car ces derniers ont la possibilité de vous mettre en prison en cas d'échec. Cela signifie concrètement repartir tout nu à la recherche de son équipement et payer financièrement les conséquences de ses bêtises.

Kingdoms of Amalur : Reckoning
Dans Kingdom of Amalur, on croise souvent des gnomes.
Reckoning possède aussi un système d'évolution vraiment intéressant. Une fois un niveau franchi, vous avez la possibilité de dépenser des points dans trois arbres de compétences (Guerrier, Mage et Voleur). En fonction de la répartition pour laquelle vous avez opté, des cartes appelées destinée se débloquent. Elles représentent les classes du jeu. L'avantage de ce système, c'est qu'il n'y a pas réellement d'archétype comme dans la plupart des autres titres. On peut en effet décider de varier la répartition des points pour obtenir une classe hybride du genre Mage - Voleur. Bien entendu, il existe plusieurs évolutions pour chaque classe. Se spécialiser Mage vous permet de monter progressivement d'Acolyte à Sorcerer en passant par les stades Initiate, Seer et Sage. L'intérêt de ces cartes, c'est que l'on peut en prime en changer à volonté pendant l'aventure, pour peu qu'on les ait déloquées. Du coup, on ne reste pas figé dans un rôle précis. Enfin, il convient aussi de noter que toutes les classes sont efficaces au combat. On entend par là que même les sorciers seront prêts s'il faut se battre seul contre dix créatures au corps-à-corps. Ce qui est souvent le cas car on ne peut vraiment pas compter sur ses amis PNJ, relativement stupides lorsqu'il s'agit de brandir les armes.

Kingdoms of Amalur : Reckoning
On peut progressivement débloquer une série de combos.
Passer plusieurs heures dans Amalur nous a également permis de comprendre comment est construite l'aventure. De manière assez classique, le jeu reprend un système avec des quêtes à collecter auprès de PNJ. Elles peuvent être cruciales pour le déroulement de l'histoire ou complètement secondaires. Pas de miracle, si les missions principales étaient scénarisées avec soin, les autres nous demandaient d'effectuer des tâches basiques du genre tuer un nombre précis d'ennemis de tel type. Jusque-là... A priori, selon les quêtes que l'on aura accomplies, d'autres seront débloquées. Certaines missions sont également liées à l'une des factions que l'on pourra rejoindre un peu plus tard dans la partie. Cependant, on ne connaît pas encore leur importance au niveau du déroulement de l'histoire. Ce qui nous intéressait aussi particulièrement, c'était de vérifier la véracité des propos des développeurs qui promettent depuis le début un jeu totalement open world. Verdict : les promesses sont tenues... mais pas tout à fait quand même ! En gros, vous serez bien libre d'aller et venir dans dans un monde somme toute assez vaste. Il existe d'ailleurs un moyen d'accélérer les trajets pour passer d'une zone à une autre. Maintenant, entre deux zones aérées, le jeu avait tendance à multiplier les couloirs, que ce soit en extérieur ou en intérieur. Si on ajoute à cela les donjons, forcément plus linéaires que le reste de l'aventure car fermés, on obtient un résultat assez mitigé. Alors certes, on peut bel et bien parler de monde ouvert mais le level design semble moins ambitieux qu'annoncé. On verra si la suite de l'aventure nous contredit.

Kingdoms of Amalur : Reckoning
Geralt, c'est toi ?
Côté dialogues, les développeurs ont opté pour une roue assez basique. Elle permet de faire des choix dans les questions de votre avatar. Mais ne vous attendez pas à prendre des décisions majeures ayant un impact sur la suite de l'aventure. D'après ce que l'on a vu, à chaque dialogue, il existait une question cruciale et une multitude d'autres servant à en apprendre plus sur l'univers. Seule la compétence persuasion semblait pouvoir changer le cours des événements en forçant l'interlocuteur à donner une réponse vers laquelle il ne semblait pas tendre au départ. Durant nos pérégrinations, on a clairement senti que les développeurs cherchaient en permanence à briser la linéarité du jeu. Vous aurez ainsi une multitude de choses à faire pour vous occuper. On pense notamment au crafting qui permet de fabriquer des gemmes à incruster sur ses armes pour les améliorer, à l'alchimie mais aussi au crochetage de serrures. En tentant d'ouvrir un coffre perdu dans la nature, il se peut que vous tombiez sur un mini-jeu plus ou moins difficile (selon votre niveau dans la compétence crochetage notamment) nécessitant de faire glisser deux éléments, l'un verticalement, l'autre horizontalement. En tâtonnant, on parvient avec de la chance à trouver la bonne combinaison pour accéder au Graal. Le jeu propose aussi un système de loot assez complet avec de nombreuses récompenses à choper sur le corps encore chaud de vos ennemis. On pourra notamment fouiller le monde d'Amalur pour récupérer les pièces d'équipement rares propres à chaque classe afin de se constituer une magnifique garde-robe.

Kingdoms of Amalur : Reckoning
Oh, la grosse épée !
Concluons notre petit tour d'horizon de ce Kingdoms of Amalur : Age of Reckoning avec l'aspect visuel. Le jeu ne propose pas un parti pris réaliste mais plutôt un univers coloré et enjoué à la Fable. Un charme indéniable se dégage des quelques environnements (Puits des Ames, forêt, grotte) que nous avons pu traverser. Le jeu propose aussi un déluge d'effets de lumière magnifique, en particulier lorsque l'on balance des sorts de magie. Maintenant, il faut aussi admettre que le monde heroïc-fantasy de Reckoning n'est pas d'une originalité folle. On a l'impression d'avoir déjà parcouru ces endroits un millier de fois. Là aussi, il faudra attendre d'avoir fait le tour du jeu pour se prononcer mais en attendant, on reste sur une petite déception. Techniquement, le jeu tire la langue. Sur la version console (non définitive) à laquelle nous avons joué, le résultat était tout juste passable. Sur PC, cela semblait nettement mieux, notamment au niveau des jeux de lumière et de la finesse des textures. Toutefois, l'ensemble reste d'un niveau moyen. C'est d'autant plus décevant qu'au regard de l'interface et de l'architecture des menus, le titre a clairement été développé pour les consoles HD. Ce qui décevra forcément les PCistes au passage. Puisque l'on évoque les points négatifs, soulignons également le fait que le jeu nous a obligés à faire de nombreux allers-retours vraiment chronophages entre la ville et les lieux de quêtes. Et ce, notamment pour acheter des valises de potions. Que le jeu présente un vrai challenge, c'est une chose (positive) - la vie diminuant très vite à cause d'ennemis bien coriaces - mais les distances à parcourir pour aller chercher LE marchand du coin se sont avérées bien trop longues.

Nos impressions
Ce contact prolongé avec Kingdoms of Amalur : Reckoning s'est au final révélé plaisant. Le mélange entre action avec des combats vraiment dynamiques et RPG avec, notamment, un système d'évolution complet, est vraiment séduisant. Le jeu dispose en plus d'un gameplay riche avec pas mal de tâches de diverses natures à effectuer. Cependant, impossible de ne pas mentionner les quelques défauts qui pourraient venir briser l'immersion du joueur. A commencer par un univers vraiment très générique qui manque beaucoup de personnalité. Visuellement, le jeu est en prime en deçà de nos espérances. Un constat à pondérer pour ce dernier point en raison du temps qu'il reste aux développeurs pour parvenir à faire mieux. On espère que Big Huge Games compensera tout cela avec un scénario captivant et des environnements variés. La bande sonore épique envoûtante donne déjà la direction vers laquelle on aimerait que le jeu tende.
Profil de Rupan
L'avis de Rupan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
03 octobre 2011 à 15:35:07
Mis à jour le 03/10/2011
PC Aventure RPG Open World Big Huge Games Electronic Arts Heroic Fantasy
Commander Les Royaumes d'Amalur : Reckoning
PC
6.99 €
PC
19.14 €
PC
19.99 €

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Brasior
Brasior
MP
le 09 févr. 2012 à 19:00

Le test, le test on veux le test !

Lire la suite...
flo-12
flo-12
MP
le 03 févr. 2012 à 21:36

Un jeu sans multi est au contraire un vrai bonheur de nos jours... Je suis sûre qu'il va me plaire

Lire la suite...
bob-michet
bob-michet
MP
le 03 févr. 2012 à 20:43

Il a l'air assez moisi, les graphismes hideux, un charadesign pour les ado prépubères et de l'action très classique... bref, bidon.

Lire la suite...
bsxcity
bsxcity
MP
le 28 janv. 2012 à 09:06

Pourquoi faut il toujours qu'un jeu soit léché graphiquement afin qu'il soit juger bon....Ca m'énerve cette tendance a toujours vouloir faire de plus en plus photo réaliste, ca va finir par etre plus beau que la réalité...Et je trouve ca completement con. Je joue aux jeux video pour me sortir du décor que je me tape tout les jours...J'ai pas besoin de les revoir dans un jeu, ca me gonfle.
Je veux retourner a l'air des nes, mastersystem, megadrive, game gear, super nes et compagnie....Cette époque me manque, la ouai les jeux me faisaient kiffer!!!

Lire la suite...
lodrios
lodrios
MP
le 24 janv. 2012 à 14:24

Et le multijoueurs dans tout ça ?

Un mode coop tout au moins aurait pu être mis en place ?

Certes le jeu a l'air prometteur mais sans multi ça gâche un peu le plaisir...

Lire la suite...
Leklor
Leklor
MP
le 22 janv. 2012 à 21:27

Super l'absence d'édition de message.
Bref, le jeu semble prometteur d'autant plus qu'un bon nombre de créateurs talentueux travaillent dessus (Rien que Todd MacFarlane et R.A. Salvatore).

Lire la suite...
Leklor
Leklor
MP
le 22 janv. 2012 à 21:25

Petite info à propos de la démo PC: Elle est basée sur une version du jeu vieille de 3 mois (selon les devs), le problème lié aux cartes ATI et au Post-processing as été réglé pour la version finale selon leurs déclarations. On pourra également changer les touches de déplacement.
Le jeu me semble prometteur en tout cas, car comme cela

Lire la suite...
tryphoxxx
tryphoxxx
MP
le 20 janv. 2012 à 13:50

Un jeu en deçà graphiquement ? Vous exagérez je trouve, surtout qu'encore une fois on peut douter de la fiabilité de certaines de vos remarques : "jeu décevant", "manque d'originalité", "système de combat très classique" etc... ???

On dirait que vous parlez de "The witcher 2", cette infâme bouse aux couleurs criardes, au gameplay ultra-classique, à l'aspect RPG bâclé, et aux combats à la précision foireuse ! Pourquoi ne pas avoir été tout autant impartial avec "The Witcher 2" que vous l'êtes avec "Kingdoms of Amalur" ?

A première vue je trouve les screens magnifiques, le chara-design original (style "fable"), le système de combat plus dynamique que "The Witcher 2" (proche de "God of War 2" comme vous dites), alors je ne vois pas pourquoi il n'aurait pas droit à sa chance lui aussi.

Pour ma part j'achèterai ce jeu à sa sortie. Les graphismes ne font pas tout heureusement car nous assistons depuis quelques années à une baisse flagrante de la qualité des RPG. Quand on pense à des jeux comme "Phantom Brave", "Odin Sphère", la saga des "Shin Megami Tensei", "Tales of the Abyss ", "Valkyrie Profile Silmeria", où encore "Xenosaga 3", on se dit que les nouvelles technologies n'ont rien amélioré du tout.

Les meilleurs RPG sont encore sûr PS2 pour la plupart.

Lire la suite...
Shinji71
Shinji71
MP
le 19 janv. 2012 à 17:39

J'ai une question pour jvd : pourquoi vous faite des présentations dégueux pour des jeux aussi prometteur ?
Vous le dites vous même, petite production, petit moyen et de ce que je vois perso, et pourtant niveau RPG je suis super exigeant il est excellent ! En plus soyons clair les graphismes sont monstrueux pour un jeu en développement. Suffit de voir le skyrim et on sent de suite la différence. L'ayant testé en avant première au salon du jeux vidéos, j'ai été super déçu, prise en mains dégueux, difficulté à chier, on a l'impression d'avoir un mec de base avec des attaques de bases et des effets magiques moyen. Là on veut nous en mettre plein la vue et je trouve que dans ce sens vous devriez mettre très bon. Car Skyrim vous avez mis très bon, mais le jeu lag des fois comme c'est pas possible... Et je parle pas des bugs un peu chiant que je n'évoquerais pas ici. Ce message s'adresse au testeur et rédacteur, merci de faire des vrais articles SUR LE JEU et non sur le Dev. Car si on va dans ce sens là, Blibli fera forcement un gros jeu avec D3 et pourtant ayant testé là aussi le jeu, je peux vous dire dors et déjà que ça pue mais alors grave de chez grave ! Avec les options payant... Bref ... Vous l'aurez compris merci au rédacteur de rester neutre sur TOUT les jeux et de pas subir la pression des développeurs... ( Je citerais pas de nom d'autre jeux navais que vous avez dit très attendu et noté très fort car ils sont de grosse boite...)
Cordialement un fidèle lecteur de JVD.

Lire la suite...
lehakim
lehakim
MP
le 19 janv. 2012 à 15:49

Ce jeu sera une daube sur PC. La démo est juste épouvantable. On ne peut PAS changer les touches de délacement et en plus il faut desactiver une certaine fonction graphique ( je ne sais plus laquelle) pour pouvoir jouer avec un ATI. Une daube est en marche.

Lire la suite...
Meilleures offres
Derniers tests
12
TestWWE 2K20
PC PS4 ONE
13
TestSuperliminalSur PC
16
TestPokémon Épée / BouclierSur Switch
Les jeux attendus
1
The Last of Us Part II
29 mai 2020
2
Dragon Ball Z Kakarot
17 janv. 2020
3
Final Fantasy VII Remake
03 mars 2020