Project Zero : Mask of the Lunar Eclipse
Wii
Test : Project Zero : Mask of the Lunar Eclipse
Wii
Project Zero : Mask of the Lunar Eclipse
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de leobiwan
L'avis de leobiwan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
04 août 2011 à 16:17:45
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (15)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16/20
  • Partager sur :

On commence à en avoir l'habitude, ce sont souvent les titres qui nous attirent le plus qui ne dépassent pas la frontière nipponne. En l'occurrence, c'est le dernier Fatal Frame (Project Zero), sorti depuis 2008 et qui plus est sur une console désormais en fin de vie, qui boudera bel et bien nos vertes contrées. Quand on sait qu'il s'agit sans doute de ce qui se fait de mieux en matière de survival horror sur Wii, il y a de quoi crier à l'injustice !

Project Zero : Mask of the Lunar Eclipse

Débutée depuis maintenant une dizaine d'années, la série Project Zero fut une valeur sûre du genre horrifique sur Playstation 2. Fréquemment encensée pour sa mise en scène pleine de justesse, sa réalisation d'orfèvre et son savoir-faire en épouvante sans jamais sombrer dans le gore, elle aura été dirigée d'une main de maître par Tecmo. Pour ce quatrième volet, c'est désormais Grasshopper Manufacture, bébé du grand Suda Goichi (Killer 7, No More Heroes, Shadows of the Damned), qui s'en charge. Autant dire que le relais a été passé sans trop d'embûche. Très marquée par l'influence du cinéma d'épouvante asiatique, l'histoire met en scène Misaki, Madoka et Ruka, trois jeunes filles qui décident d'enquêter sur leur passé trouble. Kidnappées durant leur enfance dans un manoir traditionnel sur l'île japonaise Rougetsu, elles veulent savoir le fin mot de cette histoire lugubre. D'autant plus que deux de leurs amies également kidnappées à cette époque, sont mystérieusement décédées il y a peu. Elles commencent alors leur enquête sans se douter que ce fameux manoir renferme bien plus que de simples souvenirs. Les pauvres devront faire face aux esprits des morts, tout en étant harcelées par les réminiscences d'un étrange rituel masqué…

Project Zero : Mask of the Lunar Eclipse
Attendez-vous à des apparitions terrorisantes
Survival peu original dans les phases d'exploration puisque s'inspirant des références du genre, Mask of the Lunar Eclipse nous place successivement dans la peau des trois jeunes filles, afin de les guider dans le manoir. Première nouveauté, c'est à la Wiimote que tout se déroule. Même si cela peu dérouter au début, cette maniabilité se trouve être très plaisante lorsque l'on s'aperçoit qu'il nous est possible de diriger notre lampe torche très simplement avec la Wiimote, ou encore de tourner son personnage à 180 degrés avec un bref geste du Nunchuk. On regrettera cependant le fait que les angles de caméra soient beaucoup moins inspirés qu'auparavant, puisque la vue reste tout le temps collée derrière le personnage. Si Silent Hill et Resident Evil s'étaient récemment amputés de leurs angles de caméra pourtant divins, Project Zero les a hélas rejoints. Nous terminerons le parallèle avec ces derniers en évoquant les énigmes, qui surviennent régulièrement durant l'exploration, sans pour autant poser énormément problème.

Project Zero : Mask of the Lunar Eclipse
Say Cheeeese !
Particularité à présent intrinsèque aux Project Zero, on retrouve ces fameuses phases de combat durant lesquelles il nous faut prendre en photo les esprits pour les vaincre. Même topo que pour les autres épisodes : passer en vue subjective et viser le fantôme le plus longtemps possible avant de lui tirer le portrait. A chaque photo, un score nous est attribué selon l'angle, le cadrage et la proximité de l'ennemi. Afin d'augmenter son efficacité, des films de différentes puissances sont à notre disposition, de même que des lentilles qui, si l'on dépense au préalable des perles d'amélioration, permettent d'user d'un bonus de temps, de puissance, etc… Terminons par le gameplay Wiimote qui est hélas mal exploité durant les phases d'action car en sus des QTE où il faut bêtement secouer la manette pour se libérer, la visée à l'appareil photo est faite de telle sorte qu'on doit synchroniser le stick du Nunchuk pour l'axe horizontal et la télécommande pour l'axe vertical. On a vu plus ergonomique.

Project Zero : Mask of the Lunar Eclipse
Les cinématiques sont sublimes, comme à l'accoutumée dans la série.
En guise de nouveautés, des phases avec un personnage masculin (que nous garderons secret) nous font utiliser une lampe torche à la place de l'appareil, en guise d'arme. Il faut alors simplement viser les spectres jusqu'à ce qu'ils trépassent. A la manière d'un Alan Wake en somme. Au passage, précisons que ces phases sont sans doute un peu trop faciles, étant donné la puissance de la lampe. A contrario, certains passages du jeu donnent du fil à retordre comme les combats contre les boss, surtout s'ils se déroulent dans un espace étriqué où il est délicat de se mouvoir. La progression globale sera de toute façon laborieuse, si l'on prend aussi en compte les déplacements affreusement lents de tous les personnages. Décidément, à chaque opus de la série, on y perd au compteur de vitesse. Mais en plus de ces fondements sérieusement problématiques, des actions contextuelles ont été introduites à chaque fois que l'on ramasse un objet. Le hic, c'est qu'elles n'apportent pas grand-chose sur le long terme, hormis de la lourdeur à la progression. Dans la logique la plus pure, le jeu dure donc plus longtemps que les volets PS2 puisque du haut de ses douze chapitres, l'aventure est plutôt conséquente, surtout si l'on veut récupérer tous les messages radios et écrits, ainsi que capturer tous les fantômes facultatifs.

Project Zero : Mask of the Lunar Eclipse
Mieux vaut ne pas être cardiaque pour jouer.
Peu original et alourdi par plusieurs défauts de gameplay, le jeu montre toutefois un autre visage pour ce qui est de sa réalisation dont le niveau est clairement monté d'un cran par rapport à l'ère PS2 qui jouissait pourtant déjà d'une qualité phénoménale. Mask of the Lunar Eclipse est non seulement un beau jeu Wii mais c'est aussi le plus beau des Project Zero. Au menu, on trouve des lieux qui grouillent de détails, des animations et des modélisations pour les personnages tout bonnement magnifiques et des effets visuels qui se renouvellent sans cesse, qu'il s'agisse d'ondulations, de filtres, de brume ou autre. On notera bien quelques textures un peu cradingues et des ralentissements à quelques ouvertures de porte, mais rien de bien grave. Rajoutons également les cinématiques en images de synthèse, qui sont elles aussi de toute beauté. Mais vous le savez, un survival ne serait rien sans une bande sonore digne de ce nom et c'est sur elle que repose toute la grandeur de l'expérience Project Zero.

Project Zero : Mask of the Lunar Eclipse
Une photo souvenir ma bonne dame ?
Au-delà des très bons doublages japonais qui contribuent grandement à l'immersion, les musiques d'ambiance se fondent tout en finesse dans la nappe sonore environnante. On est constamment sur le qui-vive, sur le fil de ce calme malsain qui laissera ensuite des bruitages oppressifs et ô combien dérangeants, apparaitre à la présence d'un ectoplasme. En un mot : brillant. En fin de compte, ce quatrième opus satisfera sans problème les fans de la série, mais aussi les amateurs de sensations fortes. La mise en scène (mêlant peur surprise et peur constante), ainsi que la direction artistique devant beaucoup à The Grudge, The Ring et bien d'autres, ne font certes pas forcément preuve d'originalité, mais leur efficacité n'est pas à mettre en doute. Et comme il est aujourd'hui visible que le genre du survival commence à se faire rare, surtout sur la console de Nintendo, il serait dommage de se priver d'un tel titre.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    Si l'on excepte les quelques tares minimes telles que les loadings ratés durant les ouvertures de porte ou les quelques textures un peu limite, le jeu est un très bon porte-étendard des capacités techniques de la Wii. Le lieu visité n'est plus vraiment un huit-clos comme la série nous aura habitués. Les décors sont donc plus variés et l'on a réellement l'impression de faire un voyage des plus exotiques au cœur du Japon traditionnel. Surtout si l'on ajoute à ça la sublime démarche en « pieds dedans » des héroïnes.

  • Jouabilité 13 /20

    Même si la maniabilité à la Wiimote est agréable en exploration, elle est clairement déstabilisante durant les phases de photographie. De plus, la lenteur de la progression est affligeante à cause des quelques choix de game design douteux. Quelques nouveautés ont été éparpillées ça et là, mais est-ce qu'elles sont pertinentes ? Rien n'est moins sûr.

  • Durée de vie 15 /20

    Avec une bonne dizaine d'heures pour voir la fin en ligne droite, ce qui est plus que respectable pour un jeu du genre, et ses nombreux bonus à débloquer (les habituels costumes en tête de liste), ce Project Zero est clairement plus satisfaisant que ses prédécesseurs. L'effort est donc récompensé.

  • Bande son 18 /20

    Un travail d'orfèvre qui ravira les spécialistes du genre. Entre les fonds sonores, les bruits de pas, les respirations malsaines et les voix innocentes des protagonistes, tout est là pour mettre le joueur dans un état haletant, jusqu'à lui envoyer un script terrifiant en pleine figure. Encore une fois, le cinéma d'épouvante japonais et coréen ont été une vraie source d'inspiration, et on ne s'en plaindra pas !

  • Scénario 14 /20

    Les autres volets nous auront fait le même coup : il est presque impossible de comprendre un traître mot de l'histoire avant l'arrivée des chapitres finaux. Quoi qu'il en soit, le suspens est toujours appréciable et il est agréable de suivre les héroïnes qui ont cette fois-ci plus que jamais, une vraie implication personnelle dans leur enquête.

Pour les passionnés de l'épouvante qui n'en peuvent plus des quiproquos avec l'horreur et le gore, Project Zero : Mask of the Lunar Eclipse est une aubaine. Le jeu fait tout de même quelques fausses notes au niveau du gameplay et il est possible de voir en lui une certaine redite des opus PS2. Mais il est tellement bon de voir une production nous faire autant vibrer qu'on ne peut que vous conseiller cet hymne à la peur.

Profil de leobiwan
L'avis de leobiwan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
04 août 2011 à 16:17:45
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (15)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16/20
Mis à jour le 04/08/2011
Wii Survival-Horror Aventure Nintendo Grasshopper Manufacture Inc
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Star Wars Battlefront II : une campagne qui pose question
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Past Cure : Quand les grandes ambitions ne suffisent pas...
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Steep Road to the Olympics : L'école des champions
    PC - PS4 - ONE
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Assassin's Creed Origins
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Call of Duty : WWII
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live