Menu
Pirates of Black Cove
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PC / Pirates of Black Cove sur PC /

Test Pirates of Black Cove sur PC du 11/08/2011

Test : Pirates of Black Cove
PC
Pirates of Black Cove
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de pixelpirate
L'avis de pixelpirate
MP
Journaliste jeuxvideo.com
11 août 2011 à 17:47:00
11/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (8)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.1/20
Partager sur :

Oyé, Forban ! Entre ici poser tes vieux os auprès de la cheminée et désinfecter tes tuyaux avec un bon verre de Grog. Je vais te raconter l'histoire de Pirates of Black Cove, une bien triste histoire en vérité...

Pirates of Black Cove

On n'attendait pas de Pirates of Black Cove qu'il prenne la succession de Sid Meier's Pirates!, car les Finlandais de Nitro Games nous avaient prévenus : leur nouvelle production serait un "petit jeu d'aventure et de stratégie" dans l'univers de la flibuste. Tout en faisant valoir un univers ouvert, une progression de personnage et une touche de narration, elle resterait donc sensiblement éloignée de la richesse et la profondeur d'un Pirates!. Nous avons donc troqué notre costume de vieux loup de mer contre une panoplie de marin d'eau douce. Pourtant, même en abordant Pirates of Black Cove comme un titre léger, au gameplay simple et accessible mais aux ambitions mesurées, nous avons été déçus par le manque de fun qui s'en dégage.

Pirates of Black Cove
Ne vous fiez pas à la beauté de Jolie Rogers !
Tout avait pourtant bien commencé. Du menu principal, qui tangue doucement pour vous plonger d'emblée dans l'ambiance, jusqu'aux superbes artworks qui illustrent les écrans de chargement, on sent la passion des développeurs pour le sujet (on leur doit du reste East India Company et Woody Two-Legs : Attacks of the Zombie Pirates). Ainsi, quel que soit le personnage que vous choisissez d'incarner parmi Walker de Planc, Jolie Roger et Longshot Jack, qui disposent chacun d'aptitudes martiales particulières, il s'agit forcément d'un flibustier ! Après avoir déclenché une mutinerie sur le navire où vous officiiez, vous en êtes devenu le capitaine. On vous propose d'ailleurs sans attendre de l'équiper d'une arme spéciale : allez-vous privilégier le grappin pour ralentir les bateaux ennemis, les tonneaux explosifs pour gêner leur navigation ou encore la catapulte humaine (sic) pour tenter de les capturer ? Quoi qu'il en soit, vous débutez votre aventure dans une authentique crique de pirates des Caraïbes, prêt à écumer les mers pour devenir la nouvelle terreur de la région.

Pirates of Black Cove
En route pour l'aventure sur une île inconnue.
Contrairement à un Sid Meier's Pirates!, qui vous offre une liberté quasi-totale, la progression de Pirates of Black Cove est très scénarisée. Si vous avez la possibilité de naviguer à loisir dans les Caraïbes et de mouiller l'ancre dans la plupart des ports de la zone, il ne s'y passera pas grand-chose sans avoir préalablement récupéré quelques quêtes auprès de votre contact. Le jeu propose plusieurs factions de pirates pour lesquelles vous pouvez travailler tour à tour. En menant à bien des missions, vous gagnez de la réputation, jusqu'à pouvoir bénéficier de l'accès à un autre port d'attache et à un autre contact. Les quêtes en question sont simples et amusantes : on vous demandera de couler un navire ennemi, d'intercepter un message important, de kidnapper un colonel pour que sa flotte vous fiche la paix, ou encore d'explorer une île pour vérifier les rumeurs de malédiction à son sujet. Bien écrites, elles regorgent d'un second degré rafraîchissant qui risque toutefois de poser problème aux anglophobes, le niveau de langue étant assez élevé en raison de blagounettes et autres jeux de mots.

Pirates of Black Cove
Les batailles navales sont simples à prendre en main.
Pirates of Black Cove propose deux gameplays distincts selon que vous soyez sur terre ou en mer. Les phases maritimes sont les plus réussies. Il faut dire que le contrôle de votre navire est on ne peut plus simple : tout se fait au moyen des touches de direction ; vous n'avez qu'à gérer votre vitesse et à barrer judicieusement lorsque s'ouvrent les hostilités. Un simple clic de souris suffit alors à arroser votre cible d'une salve de boulets de canon (soumis à un cooldown mais disponibles en nombre illimité). L'IA faiblarde des ennemis rend les batailles navales bien trop faciles, d'autant que si vous pouvez réparer vos dégâts avec des boîtes à outils, ce n'est pas le cas de vos opposants ! Sorti de la possibilité d'utiliser votre arme spéciale pour prendre l'avantage sur le navire adverse ou le capturer, vous n'avez pas grand-chose d'autre à vous mettre sous la dent. Pas d'abordage, pas de gestion du vent ni des dégâts (vous pouvez heurter les récifs ou vous faire éperonner sans risque)... Ces phases de jeu ont beau être plaisantes, elles demeurent trop basiques pour échapper à toute redondance.

Pirates of Black Cove
Vous pouvez construire des bâtiments de recrutement.
Les phases terrestres s'avèrent quant à elles terriblement perfectibles. Généralement, vous y prenez part accompagné quelques hommes d'armes que vous avez recrutés dans les repaires de pirates : épéistes, tireurs d'élite ou canonniers sont autant de recrues susceptibles d'intégrer votre groupe. Le jeu prend alors la forme d'un hack'n slash doté d'une vue de trois quarts, affublé d'une ergonomie complètement ratée. Entre la sélection douloureuse de vos mercenaires, la nécessité de leur désigner systématiquement une cible pour éviter qu'ils se tournent les pouces en plein combat (et ce, même s'ils sont en train de se faire taper dessus) et la présence régulière d'adversaires fondus dans le décor ou carrément hors-champ, vous ne maîtrisez pas grand-chose. Pour ne rien arranger, le jeu souffre du syndrome Baldur's Gate : une fois la mission terminée, vous devez rejoindre la sortie avec l'ensemble de vos hommes, sachant qu'ils ne vont pas tous à la même vitesse, qu'ils ont tendance à se perdre (le pathfinding est à revoir) et que les maps peuvent être particulièrement vastes.

Pirates of Black Cove
La campagne vous réserve des rencontres inattendues.
Pirates of Black Cove accuse donc de réels défauts, alourdissant une expérience de jeu que le système de progression rend pourtant plaisante. Vous avez tout d'abord la possibilité de faire évoluer votre flibustier, qui accumule de l'expérience et acquiert des badges boostant ses capacités. Mais vous avez aussi accès à un certain nombre de navires avancés, plus puissants, plus résistants ou plus rapides que votre rafiot initial. Vous devez préalablement les débloquer avec les blueprints glanés sur les épaves échouées çà et là, puis vous pouvez les acheter moyennant de fortes sommes d'or. Véritable nerf de la guerre, l'or vous sert aussi à recruter des hommes, à équiper votre bateau ou encore à confectionner des potions chez l'alchimiste (encore faut-il avoir trouvé les bonnes plantes). Il s'accumule de plusieurs façons : en effectuant des quêtes, en coulant les navires coloniaux que vous ne manquerez pas de croiser (en provenance de France, d'Espagne, d'Angleterre, de Hollande...) ou encore en attaquant certains bâtiments dans les ports. Le farming est donc possible !

Pirates of Black Cove
Les combats terrestres sont extrêmement confus.
Bref, le jeu de Nitro Games ne manque pas d'atouts, la question étant plutôt de savoir s'ils suffisent à compenser ses défauts. Peut-être la réalisation est-elle susceptible de faire pencher la balance du bon côté ? Pas vraiment, tant elle souffle le chaud et le froid. Particulièrement jolies, les phases maritimes s'appuient sur des graphismes colorés et une mer joliment représentée (les effets de réflection et de profondeur sont remarquables). En revanche, les phases terrestres souffrent d'un rendu visuel moins convaincant, et pour ainsi dire un peu désuet. Plus proche de l'action, la caméra en trahit d'autant les imperfections techniques. Mais là où le bât blesse, c'est au niveau de la finition : nous avons dû faire face dans le cadre de ce test à moult bugs, plantages et problèmes d'optimisation. Conscients de cet écueil, les développeurs redoublent d'efforts pour développer des patchs correctifs. Mais cette énième lacune achève de classer Pirates of black Cove dans la catégorie des titres à essayer avant d'acheter. Et ça tombe bien, vu qu'une démo est disponible sur Steam !

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    Phases maritimes fines et colorées, phases terrestres ternes, désuètes et mal optimisées : la réalisation graphique de Pirates of Black Cove est très inégale. Mention spéciale, tout de même, au rendu de l'eau et aux superbes artworks des menus et des écrans de chargement.

  • Jouabilité 10 /20

    C'est sur ce plan que le bât blesse le plus. Les phases maritimes sont simples et agréables à jouer mais vite répétitives. Quant aux phases terrestres, elles souffrent d'une ergonomie déplorable. Heureusement, l'aventure et le système de progression bien sympathiques rattrapent un peu le tout.

  • Durée de vie 13 /20

    Ne vous attendez pas à la longévité d'un Sid Meier's Pirates!. La durée de vie de Pirates of Black Cove tourne autour des 10/12 heures de jeu en moyenne, que vous pouvez par contre doubler aisément en tentant d'acquérir tous les bateaux et de compléter toutes les collections.

  • Bande son 12 /20

    La bande-son est hélas assez décevante. Les compositions sont bien dans le ton, mais elles ne sont pas impérissables et elles tournent beaucoup trop en boucle. Quand aux effets sonores, ils sont bien trop discrets. En revanche, les doublages en anglais sont de bonne qualité.

  • Scénario 14 /20

    Pour peu que l'on apprécie l'ambiance légère, voire parfois dilettante, et le second degré omniprésent du jeu, on s'accommodera des quêtes sans doute un peu simplistes, mais amusantes et bien écrites.

Pirates of Black Cove est un jeu sans prétention, qui propose un cocktail d'aventure, de rôle et de stratégie à destination d'un large public attiré par le thème. On ne peut pas lui reprocher son manque d'ambition, mais on pointera en revanche son manque de contenu et de finition. Phases maritimes plaisantes mais répétitives, phases terrestres ennuyeuses et peu ergonomiques : le constat serait accablant si le jeu ne faisait pas valoir par ailleurs une progression bien pensée et une touche d'aventure qui pimente agréablement le tout. La planche ? Pas forcément. Mais à essayer impérativement avant d'acheter.

Profil de pixelpirate
L'avis de pixelpirate
MP
Journaliste jeuxvideo.com
11 août 2011 à 17:47:00
11/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (8)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.1/20
Mis à jour le 11/08/2011
PC Aventure RPG Paradox Interactive Nitro Games
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live