Menu
Cthulhu Saves the World
  • Tout support
  • PC
  • iOS
  • Android
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Cthulhu Saves the World
PC
Cthulhu Saves the World
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Supernovae_01
L'avis de Supernovae_01
MP
Journaliste jeuxvideo.com
20 juillet 2011 à 15:47:19
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (18)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.8/20
Partager sur :

Cthulhu saves the world ! Avec un nom pareil, le nouveau jeu de Zeboyd Games ne risque pas de passer inaperçu. Suite spirituelle de Breath of Death VII, Cthulhu Saves the World nous embarque dans une quête épique et sordide aux côtés du plus célèbre et plus affreux de tous les méchants monstres verts à tête de poulpe, issu tout droit de la mythologie lovecraftienne. Un voyage parodique et délirant, accessible à tous les nantis capables de débourser un malheureux euro en ligne.

Cthulhu Saves the World

Il est dit dans la prophétie qu'un jour le Grand Cthulhu, qui attend en rêvant dans la cité morte de R'lyeh, se réveillera pour semer chaos et destruction sur le monde. C'est précisément à ce moment que commence notre histoire. Mais ce que la prophétie n'a pas pu prévoir, c'est qu'un vilain sorcier, qui passait par là, a décidé de voler les pouvoirs de ce bon vieux Cthulhu. Déchu et faible, le monstre marin s'échoue sur la plage. Le seul moyen pour lui de retrouver ses pouvoirs et d'espérer enfin pouvoir détruire le monde : devenir un héros. Pour ça il lui faudra… vous savez, faire des trucs de héros. Comme… sauver le monde d'un dragon en colère, ou secourir le chien d'un gamin dans une caverne pleine de trolls.

Cthulhu Saves the World
Voilà Cthulhu. Personnellement je le voyais plus grand.
Vous l'aurez compris, la trame de ce Cthulhu Saves the World n'a pas plus de sens que celle de son prédécesseur. C'est le même registre parodique qui s'affiche dans les dialogues, les clichés de RPG à peine dissimulés, et les multiples références à l'œuvre de H.P. Lovecraft. L'humour, qui était déjà la marque de fabrique de Breath of Death VII, est ici encore plus poussé, le nombre de répliques multiplié, là où celles de Breath of Death se faisaient parfois trop rares. Attendez-vous à incarner un Cthulhu tout content de faire le gentil (sans toutefois oublier qu'il est là pour détruire le monde), ainsi que tout un tas de protagonistes originaux aux caractères bien marqués, promesse de dialogues savoureux et hilarants.

Cthulhu Saves the World
Le bestiaire est plus improbable qu’auparavant.
C'est bien beau tout ça mais qu'en est-il du jeu ? Le gameplay est sensiblement le même que celui de Breath of Death : comme dans un RPG classique on dirige notre petite troupe de quatre personnages en vue de dessus à travers la worldmap, on visite des villages entre deux donjons, et bien sûr, des combats aléatoires se déclenchent régulièrement. Concernant ces combats, le système n'a quasiment pas changé, l'action se déroule au tour par tour. A chaque round, nos personnages peuvent lancer une attaque physique, utiliser un sort ou une technique moyennant quelques MP, boire une potion, se protéger, ou lancer une technique « unite » puissante, à exécuter en duo (ce système est inspiré de Chrono Trigger, pour les connaisseurs). Les combos sont toujours présents, un compteur s'incrémente lorsqu' on attaque les ennemis, compteur qui détermine la puissance de certaines capacités, qui peuvent ainsi devenir surpuissantes. Un nouveau statut « insane », a été ajouté ; très courant, il peut rendre les ennemis plus vulnérables, mais aussi plus puissants, à utiliser avec modération donc. A l'issue des combats, tous les PV de l'équipe sont entièrement régénérés, de l'expérience est gagnée. En cas de level-up, le jeu nous propose deux possibilités pour faire évoluer le personnage concerné, il peut s'agir de bonus de stats comme d'une nouvelle capacité.

Cthulhu Saves the World
A l’état de folie, les ennemis sont plus vulnérables.
Jusqu'ici rien ne semble avoir changé, pourtant les combats ont subis de nombreux réglages, pas forcément très visibles, mais très importants. Pour faire court, disons que la difficulté est mieux dosée. Les groupes d'ennemis sont plus importants, leurs PV plus hauts, les MP alliés également. Plein de petits détails qui rendent pourtant ces phases plus intéressantes. Les combats de Breath of Death étaient plutôt inégaux en comparaison, soit trop faciles, soit bizarrement trop durs. Dans Cthulhu Saves the World, ceux-ci exigeront toujours un minimum de stratégie, les possibilités sont plus nombreuses et les méthodes les plus subtiles sont en général les plus efficaces. Mais le jeu n'est pas moins facile pour autant : tous les PV alliés sont restaurés après chaque combat, combats volontairement peu fréquents, et surtout il est possible de sauvegarder rapidement et simplement à n'importe quel moment. Rien ne nous empêche par exemple de sauver la partie tous les dix pas, histoire d'avancer sans crainte de devoir se retaper un couloir plein de rencontres aléatoires en cas de game over. S'il est clair que cette facilité est voulue afin de diminuer la frustration liée à l'échec, pour certains c'est l'effet inverse qui se produira. Il est désolant de constater que certains combats peuvent être expédiés les yeux fermés le doigt sur la touche entrée. Du coup, les habitués ont tout intérêt à monter la difficulté au dessus de « normal » pour leur première partie.

Cthulhu Saves the World
Et hop, une référence à Lovecraft.
Les graphismes ont bien évolué. Toujours marqués par un caractère old-school style 16-bit, ils affichent quelques améliorations que les connaisseurs du volet précédent sauront apprécier : les décors sont plus fins, les environnements et ambiances plus diversifiés, tout comme les sprites des ennemis (ce qui signifie aussi que le bestiaire est plus fourni). Vous ne supportiez plus l'arrière-plan d'un noir d'encre de Breath of Death ? Vous serez heureux d'apprendre que nous avons droit à de vrais arrière-plans dans Cthulhu Saves the World, adaptés à l'environnement s'il vous plaît. Du coup les combats perdent beaucoup en austérité, ce qui n'est pas le cas des menus, toujours aussi fastidieux à parcourir. Pour revenir aux graphismes, à défaut de proposer de vraies animations, quelques effets de sorts en combat sont à noter. Malgré toutes ces nettes améliorations, il reste tout de même quelques éléments plutôt grossiers, mal dessinés, qui manquent de finesse. Tous les sprites ne sont pas à la même hauteur, ce qui fait ressortir les détails un peu moches par ci par là. C'est dommage, car on ne peut toujours pas dire que le jeu est particulièrement beau à regarder.

Cthulhu Saves the World
Les donjons sont toujours aussi labyrinthiques.
Pour terminer, évoquons la durée de vie du titre. Selon la difficulté choisie et votre connaissance du genre, comptez six à dix heures pour voir le bout de l'aventure une première fois. C'est forcément peu, surtout si on pense à ce que peut proposer un RPG en termes de durée de vie, mais Cthulhu Saves the World jouit d'une rejouabilité fort intéressante. Jugez plutôt. Outre les quatre modes de difficulté proposés (de easy à insane), terminer le jeu une première fois donnera accès à une nouvelle campagne, et pas moins de trois autres modes de jeu. Il y a d'abord le mode Score Attack, qui implique de devoir vaincre les boss avec le niveau le plus bas possible de façon à gagner plus de points ; le mode Highlander, dans lequel les gains d'expérience sont quadruplés mais un seul personnage par partie est autorisé ; et enfin le mode Overkill, sorte de défouloir puisque les gains d'expérience sont tels qu'il paraît inconcevable de perdre. Additionnez le tout, et vous obtenez une durée de vie plus que correcte pour un jeu indépendant, même s'il est vrai que seuls les plus hardcore iront jusqu'à essayer tous ces modes. Néanmoins, pour un euro (on ne rappellera jamais assez ce prix), dix heures, même pour un jeu très limité dans sa réalisation ou son gameplay, c'est une somme qu'il est impossible de regretter. Alors, une bonne fois pour toutes, si vous aimez un tant soit peu les RPG ou les titres qui sortent de l'ordinaire, essayez Cthulhu Saves the World.

Les notes
  • Graphismes 11 /20

    Les graphismes ont connu de nettes améliorations depuis Breath of Death : décors plus fins, plus variés, sprites plus nombreux, les arrière-plans en combat,… Malheureusement on arrive encore à relever quelques éléments un peu laids de temps en temps. Le niveau de détails et la qualité du dessin ne sont pas uniformes tout au long du jeu.

  • Jouabilité 16 /20

    Classique, le gameplay reprend les règles traditionnelles des RPG d'antan : notre équipe de quatre protagonistes se balade sur une worldmap, visite villages et donjons, s'arrête dans tous les magasins d'armements (et auberges), lutte à mort lors de combats aléatoires. Le système de combat est intéressant, surtout depuis les petits réglages qu'il a subi mais il est toujours limité par une navigation dans les menus assez lourde, et une facilité qui se fait un peu trop sentir passé un certain cap, à moins de choisir la difficulté adaptée à son propre niveau.

  • Durée de vie 14 /20

    Si finir la trame principale une première fois ne vous occupera pas plus de dix heures, Cthulhu Saves the World peut se vanter de comporter assez de modes de jeu et difficultés différentes pour proposer une rejouabilité considérable. On peut toutefois regretter que l'aventure soit très linéaire, malgré les quelques donjons et boss annexes.

  • Bande son 17 /20

    Les musiques sont toujours aussi géniales, il vous faudra du temps pour vous en lasser. Les nombreuses compositions rappellent à leur façon celles que l'on peut entendre dans n'importe quel RPG du genre.

  • Scénario 18 /20

    Plus absurde et délirant que jamais, le scénario sans queue ni tête de ce Cthulhu Saves the World est une gigantesque farce sur les lieux communs du RPG traditionnel. Rien que parce qu'il a l'audace de mettre en scène le monstrueux Cthulhu dans une parodie de l'ère 16-bit et de l'œuvre de Lovecraft, le titre de Zeboyd Games à de quoi faire parler de lui. Les dialogues entre les différents protagonistes de cet univers déjanté sont plus drôles que jamais, le moindre objet à examiner est l'occasion de lancer une petite vanne, et même les messages en combat apportent leur touche comique. Seul reproche : le jeu n'est disponible qu'en anglais. Si un niveau d'anglais scolaire est suffisant pour comprendre tout ce qui se passe, pas mal de références et jeux de mots risquent de vous échapper.

Après le succès modeste mais prometteur de Breath of Death VII, le développeur Zeboyd Games avait tout intérêt à créer un nouveau RPG satirique du même genre. En comparaison ce Cthulhu Saves the World est à peu près deux fois plus fun, long, beau, et drôle que son grand frère. Et malgré ses lacunes, une chose reste certaine : on peut trouver des millions de moyens plus idiots de dépenser un euro.

Profil de Supernovae_01
L'avis de Supernovae_01
MP
Journaliste jeuxvideo.com
20 juillet 2011 à 15:47:19
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (18)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.8/20
Mis à jour le 20/07/2011
PC RPG Zeboyd Games
Dernières Preview
PreviewGrounded - Le nouvel Obsidian miniaturise le jeu de survie ! 14 nov., 22:44
PreviewArise : A Simple Story, mélancolie et retour dans le temps pour un jeu poétique 11 nov., 11:11
PreviewShenmue 3 : Le successeur attendu d'une saga culte ? 04 nov., 14:30
Les jeux attendus
1
The Last of Us Part II
29 mai 2020
2
Dragon Ball Z Kakarot
17 janv. 2020
3
Final Fantasy VII Remake
03 mars 2020