Menu
MotoGP 10/11
  • Tout support
  • PS3
  • 360
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : MotoGP 10/11
360
MotoGP 10/11
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste jeuxvideo.com
28 mars 2011 à 17:24:43
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (29)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.5/20
Partager sur :

Après avoir instauré le concept du jeu de motos au contenu évolutif l'année dernière, Capcom continue évidemment sur sa lancée et nous propose une nouvelle mouture de son MotoGP, toujours à cheval sur deux saisons. Entre stagnation technique, petites nouveautés accessoires et un gameplay légèrement moins arcade que dans l'opus précédent, le titre pourrait bien raviver un tantinet la flamme de ceux qui par dépit, s'étaient tournés vers le concurrent.

MotoGP 10/11

Vous le savez maintenant, il n'est pas particulièrement évident pour un éditeur d'être parfaitement raccord avec l'actualité lorsqu'il se décide à sortir une simulation sportive quelle qu'elle soit. Les problèmes liés à l'acquisition des licences, aux changements de règlement, aux livraisons tardives de nouveaux kits transforment une telle entreprise en véritable parcours du combattant. L'année dernière, Capcom avait toutefois réussi à contourner ces soucis par une pirouette inédite, pirouette qui sera évidemment réutilisée cette année. Ainsi, si le jeu que vous vous procurerez dans le commerce se base bien sur le contenu de la saison dernière, il sera possible, en juillet prochain, de télécharger gratuitement une mise à jour afin de récupérer les données des championnats 2011. Aussi pas de panique, voir évoluer Rossi sur sa fidèle Yamaha en lieu et place de sa nouvelle Ducat' est tout à fait normal, pour le moment du moins. Cela dit, du coup, comme la dernière fois, notre test n'évalue logiquement que le contenu présent par défaut sur le disque, celui de la saison 2010 donc.

MotoGP 10/11
En mode Carrière, vous ferez vos premières armes sur de fières 125.
Vous ne serez guère surpris non plus en découvrant dans le menu tout ce qui était déjà présent dans le précédent volet. On renoue donc avec les modes Championnat, Carrière, Contre-la-montre (et son parent, le mode Défi, remplaçant de l'Arcade) et Multijoueur. Mais une fois encore, c'est le mode Carrière qui a fait l'objet du maximum d'attention de la part des développeurs, même si celui-ci adopte grosso modo le même fonctionnement que dans le précédent MotoGP. Suivant la traditionnelle trajectoire 125cc -> 250cc -> 500cc, ce mode Carrière se pare de tout un côté gestion qui s'étoffera au fil de la saison. En effet, si au départ, vous n'aurez qu'à choisir votre 125 et à foncer faire vos preuves sur la piste, vous devrez par la suite embaucher des ingénieurs, définir un axe de recherche, choisir les fabricants avec qui vous souhaitez travailler, définir les objectifs de votre team, gérer les sponsors et veiller à l'équilibre financier de votre écurie. Pour la dimension technique, destinée à vos chers petits ingénieurs, il suffit d'indiquer la partie de la moto que vous souhaitez améliorer : freins/pneus, moteur, échappement/filtres, cadre/suspension ou boîte de vitesses. Notez toutefois que l'évolution de votre bécane ne sera pas immédiate, le projet durera un certain temps en fonction des connaissances nécessaires pour le réaliser et qu'une fois la technologie acquise, il vous faudra encore payer pour pouvoir l'utiliser sur votre beau prototype.

MotoGP 10/11
Rhoh mais qu'il est beau ce Lorenzo !
Afin de mettre toutes les chances de votre côté, vous devrez également veiller à la bonne santé de votre réputation, nouveau paramètre à gérer dans le jeu. La façon dont les sponsors et les fabricants vous perçoivent s'avère effectivement capitale. En effet, plus votre comportement sur la piste (minimum de collisions, pas d'accidents, style etc.) et vos performances sont dignes d'éloges, plus vous aurez d'opportunités pour signer des contrats avec des fabricants ou du personnel expérimenté. Il s'agit là d'un petit plus qui impose au joueur de soigner ses courses et de participer assidûment aux séances d'essais, de qualifications et de courses chaque week-end. Plutôt sympa. L'autre nouveauté du mode Carrière, c'est la possibilité de s'octroyer les services d'un coéquipier. Un ami peut effectivement empoigner une manette et se joindre à vous pendant votre partie, disputer des courses et éventuellement obtenir des récompenses à vos côtés, le tout permettant à votre écurie de bénéficier de plus de popularité, même dans le cas d'une grosse rivalité à la Lorenzo/Rossi.

MotoGP 10/11
Le premier virage de Mugello risque de laisser quelques traces sur votre carénage.
Cela dit les jeunes, l'heure est maintenant venue de se pencher plus directement sur la piste pour y faire brûler nos sliders. Avec son total de 18 circuits, MotoGP 10/11 nous ressort ainsi tous les tracés de son aîné à l'exception de Donington, remplacé ici par Silverstone. On accueille également le circuit d'Aragon, plutôt technique avec ses virages en tête d'épingle et un enchaînement qui n'est pas sans évoquer le mythique "corkscrew" de Laguna Seca. Si toutes ces pistes sont encore une fois fidèlement modélisées et immédiatement reconnaissables, le fait est que le soft de Monumental reste tout de même très terne graphiquement. Ne vous attendez donc pas à baver devant votre écran. Mais au-delà de ces considérations bassement matérialistes, on apprécie surtout de voir que le gameplay a tout de même été largement affiné. Pour illustrer cette déclaration aussi flamboyante qu'un pot Devil, on pense tout d'abord au freinage, bien plus réaliste que par le passé quel que soit le mode de difficulté. On se souvient en effet des freinages spatio-temporels du précédent volet, avec un frein arrière presque plus efficace qu'à l'avant... Ici au contraire, un bon freinage devra être bien dosé et surtout réalisé avec un bon timing. Du coup, en Difficile, attendez-vous à bouffer systématiquement du gravier en bout de chaque grosse ligne droite, ce dont on ne se plaindra pas. D'ailleurs, notez que la traditionnelle ligne de trajectoire (qui devient rouge pour signifier que vous allez trop vite) paraît souvent à la rue. Il conviendra donc de vous faire votre propre expérience plutôt que de vous en remettre à quelques aides ou artifices de planqué.

MotoGP 10/11
Rossi sur sa Yamaha : une vision issue d'un glorieux passé.
En plus du freinage qui ressemble enfin à quelque chose, on appréciera également une physique un peu plus convaincante, avec un transfert de masses crédible. Toujours en Difficile (ou en Impossible), il vous faudra ainsi veiller à pousser le corps du pilote en avant pour éviter que la roue avant ne se soulève lors des accélérations. Même constat pour les courbes à négocier en plissant les yeux, en se penchant et en sortant le genou : le mouvement paraît plus rigide, plus dur à sortir que dans le précédent MotoGP. On sent d'ailleurs vraiment les différences entre les catégories : les 125 vous sembleront légères et instables, tandis que les bécanes de Moto2 offrent un bon compromis entre ces savonnettes et les monstres du MotoGP dont la puissance pure vous conduira souvent à distribuer vos dents au public. Alors attention, malgré tous ces éléments positifs, ce n'est pas à dire qu'on se retrouve ici avec une pure simulation, car le titre reste tout de même très tolérant et vous maintient parfois collé à votre bécane alors que vous auriez sans doute fini éparpillé sur la piste en vrai. Non, le but est ici d'offrir un tout cohérent, jouable et finalement assez proche de ce à quoi on pourrait s'attendre de vraies bécanes, sans pour autant sanctionner la moindre erreur par une jambe brisée, au mieux.

MotoGP 10/11
En cas de grosse vautre, vous pourrez revenir dans le temps, mais votre réputation en pâtira.
Terminons enfin ce survol de MotoGP en évoquant le multijoueur, assez stable à l'heure à laquelle nous écrivons ces lignes. Capable d'accueillir jusqu'à 20 participants en ligne, le multi a également été retravaillé par des développeurs manifestement attentifs aux retours de la communauté. Sachez donc, jeunes pilotes, qu'il n'est plus nécessaire de fermer un salon pour pouvoir changer de catégorie par exemple. Avouez que ce n'était pas du luxe. Pour le reste, on retrouve toutes les options de configurations possibles et imaginables, le tout étant en plus soutenu par un système de classement classique mais efficace. En bref, on ne peut que saluer les efforts de Monumental, tous destinés à rendre le jeu plus cohérent sans pour autant le rendre totalement intransigeant. L'apprentissage risque toutefois de se faire dans la douleur pour les néophytes dès lors qu'ils quitteront la sécurité et le confort débilitant des modes Facile et Normal. Voilà en tout cas qui redore le blason d'une série qui semblait en perte de vitesse.

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    Dans ce domaine précis, la série semble se vautrer avec délectation dans les eaux stagnantes du "tout-juste-passable". Car si on retrouve toutes les licences de la saison 2010, le soft aligne toujours des textures ternes, des effets très sommaires, des environnements vides et sans vie et des modélisations à peine potables. Heureusement que la physique est là pour relever le niveau. Le soft offre en outre un bon sentiment de vitesse quelle que soit la vue utilisée. Les mouvements en vue bulle manquent toutefois de réalisme : on a effectivement l'impression que le pilote est doté d'une colonne vertébrale en titane et reste donc fixé sur un axe circulaire.

  • Jouabilité 16 /20

    A partir du moment où on laisse derrière soi les modes Facile et Moyen et qu'on se force à apprendre à la dure, alors le jeu révèle vraiment tout son potentiel. Beaucoup moins arcade que son prédécesseur sans pour autant tomber dans une difficulté outrancière susceptible de gâcher le plaisir, MotoGP 10/11 offre un gameplay solide et cohérent. Freinage crédible, transferts de masses logiques et bien retranscrits, tout s'assemble pour offrir quelque chose de fluide et de technique. On apprécie.

  • Durée de vie 15 /20

    Si le mode Carrière n'a pas foncièrement évolué depuis le dernier opus, il reste toutefois très complet, bien construit et intéressant à traverser. Outre les finances et la dimension technique, on devra également prendre garde à sa réputation, tout en plaçant un pote dans le rôle du coéquipier (dommage que cette option ne fonctionne pas en ligne). On retrouve en outre le système des défis en course, un solide multijoueur capable d'accueillir 20 participants au sein de lobbys plus pratiques qu'auparavant. Bref, il y a de quoi faire.

  • Bande son 14 /20

    Pas d'améliorations notables du côté de la voix-off et des musiques qui selon le cas, tapent aussi bien dans le générique que l'agaçant. En revanche, les hurlements des moteurs paraissent bien plus crédibles que dans le précédent MotoGP.

  • Scénario /

Un bon petit volet que ce MotoGP 10/11 ! Le titre de Monumental adopte effectivement une optique bien différente de celle de son prédécesseur, replaçant la moto et ses réactions au centre du gameplay, notamment grâce à une physique de qualité. Le soft met ainsi un terme au règne aberrant d'un frein arrière surpuissant pour nous imposer un style bien plus crédible et donc plus délicat à maîtriser. Sans taper à fond dans la simulation, synonyme de crise de nerfs chez les joueurs lambda, le soft procure donc de bonnes sensations tout en ménageant une part plus importante à l'apprentissage du pilotage. Ajoutons à cela un contenu solide qui s'étoffera gratuitement en cours de saison et l'on obtient un bon petit titre, encore perfectible certes, mais qui relance la série sur le droit chemin.

Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste jeuxvideo.com
28 mars 2011 à 17:24:43
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (29)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.5/20
Mis à jour le 28/03/2011
Xbox 360 Course Capcom Monumental Games
Dernières Preview
PreviewDragon Ball Z Kakarot : Vers un Action-RPG respectueux et dynamique ? 10 déc., 16:05
PreviewGrounded - Le nouvel Obsidian miniaturise le jeu de survie ! 14 nov., 22:44
Les jeux attendus
1
Dragon Ball Z Kakarot
17 janv. 2020
2
Final Fantasy VII Remake
03 mars 2020
3
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020