Menu
Irides : Master of Blocks
  • Tout support
  • iOS
  • DCAST
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Irides : Master of Blocks
DCAST
Irides : Master of Blocks
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Shametblame
L'avis de Shametblame
MP
Journaliste jeuxvideo.com
18 mars 2011 à 14:04:38
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Partager sur :

Décidément, 2009 aura été une année très productive pour la Dreamcast de Sega. Afin de fêter comme il se doit les dix ans de sa sortie sur le territoire américain, ce ne sont en effet pas moins de quatre productions post mortem qui ont fait leur entrée dans sa ludothèque déjà bien fournie. Ainsi, après DUX, Last Hope Pink Bullets et Rush Rush Rally Racing, c'est Irides : Master of Blocks qui débarque entre nos petites mimines tremblantes d'impatience. Après l'excellent Wind and Water : Puzzle Battles, un autre puzzle-game commercialisé à peine une année auparavant sur cette même machine, on imagine assez mal comment Irides pourrait encore nous faire rêver…

Irides : Master of Blocks

Justement, il convient de préciser qu'Irides n'a absolument pas la prétention de rivaliser sur quelque point que ce soit avec Wind and Water, son concept en béton, ses personnages attachants, son mode aventure époustouflant, ses avalanches de bonus déblocables, on en passe et des meilleures. Pour dire vrai, nous avons ici affaire à un titre qui emprunte sans vergogne le principe de base qui a fait le succès d'un certain Lumines. Cela était particulièrement vrai pour la première version du jeu, laquelle avait fait son apparition sur Dreamcast en 2005 sous le nom de BlockSmash. Mais ne voulant pas s'arrêter en si bon chemin, le petit studio amateur Mad Peet a continué de peaufiner son bébé pour finalement ressortir une nouvelle version en 2009 sur iPhone, cette fois intitulée Block 2. Celle-ci sera portée sur la dame blanche de Sega la même année sous le nom d'Irides : Master of Blocks. Alors, a-t-on affaire à une pâle copie de Lumines ou les améliorations apportées à cette version en font-elles un jeu à part entière ? Que de suspense mes aïeux, que de suspense !

Irides : Master of Blocks
Les blocs spéciaux permettent au gameplay de se renouveler : ceux-ci détruisent tout dans un large périmètre.
Ce que l'on peut dire d'emblée, c'est que le concept de base du gameplay est une copie conforme du titre de Q Entertainment. Voici un petit rappel des faits pour les retardataires. Totalement vierge en début de partie, le terrain de jeu se remplira au fur et à mesure de blocs qui tombent du ciel. Le joueur sera évidemment amené à les faire pivoter et à les placer aux endroits qu'il jugera adéquats. Si contrairement à un Tetris, il n'y aura jamais qu'une seule forme géométrique à disposition (le carré), les quatre petits cubes qui le forment, eux, peuvent être de deux couleurs différentes. Pour le reste, le principe est simple comme bonjour : il faut réunir quatre cubes (ou davantage) de la même couleur de façon à les faire exploser et ainsi engranger des points. Mais sous cette apparente simplicité se cache un concept exigeant plus de matière grise qu'il n'y paraît. Ainsi, au lieu de se jeter à corps perdu sur la première possibilité de combinaison que vous voyez, essayez plutôt de penser plusieurs coups à l'avance. Toute la difficulté réside en fait dans la gestion des « résidus », ces restes de carrés formés de deux cubes qui résultent des explosions que vous provoquez. Un néophyte ne saura pas trop quoi en faire et ils s'amasseront à l'écran jusqu'à ce que défaite s'ensuive.

Irides : Master of Blocks
Les gros combos, il n'y a que ça de vrai.
Mais fort heureusement, Irides renforce son gameplay de deux trouvailles plus ou moins originales : le principe du timer et la plus grande importance (par rapport à Lumines) des blocs spéciaux. Ainsi, Irides ne s'appuie pas sur le système de métronome propre au jeu dont il s'inspire, cette barre verticale balayant l'écran de gauche à droite au rythme de la musique et détruisant au passage les carrés que vous aviez soigneusement formés. Au lieu de cela, un chronomètre se déclenchera à chaque nouveau bloc formé, et c'est seulement quand il atteindra zéro que l'explosion aura lieu. Mais entre temps, libre à vous de continuer à jouer pour former des carrés de même couleur. Cela aura à chaque fois pour conséquence de rajouter des secondes au timer et vous pourrez donc agrandir les zones qui seront prêtes à être effacées quand le chrono tombera à zéro. Le moment venu, tous vos carrés exploseront en même temps et votre score décollera.

Irides : Master of Blocks
L'intégralité de la campagne est jouable en coopération avec un ami.
La deuxième nouveauté provient des nombreux blocs spéciaux qui feront progressivement leur apparition au fur et à mesure que vous avancez à travers les niveaux. Ces derniers peuvent être rangés dans deux catégories différentes : ceux qui facilitent votre progression et ceux qui l'entravent. Ainsi, certains blocs auront l'agréable particularité d'exploser plus violemment que les autres, la déflagration qui en résulte faisant le ménage sur une grande partie de l'écran. Dans le même état d'esprit, certains blocs joueront littéralement le rôle de foreuse, dégageant ainsi le passage suivant un axe vertical. D'autres, par contre, vous mettront des bâtons dans les roues et changeront constamment de couleur pour vous empêcher de mettre au point une stratégie fiable. Nous noterons également que chaque niveau doit être complété en remplissant un objectif bien particulier. Le but sera classiquement d'atteindre un certain score, mais il vous faudra également, par exemple, détruire un certain nombre de blocs, survivre durant un certain laps de temps ou encore vous familiariser avec l'apparition de cubes appartenant à une troisième couleur.

Irides : Master of Blocks
Le mode versus permet à quatre joueurs de s'affronter.
Mais Irides fait également la part belle au multijoueur. Ainsi, c'est tout bonnement l'intégralité de la campagne solo qui est jouable en coopération avec un ami ! En coopération ? Et comment peut-on jouer à un puzzle-game à plusieurs en même temps ? En fait, chaque joueur se voit confier une zone de l'écran en particulier et gère ses propres cubes, lesquels pourront être échangés à n'importe quel moment avec votre partenaire s'il possède une pièce qui vous serait particulièrement utile dans un endroit précis. Finalement, on retrouve le classique mode versus qui sera le témoin de combats acharnés opposant pas moins de quatre personnes simultanément. Comme on pouvait s'y attendre, le but sera d'engendrer un maximum de points et ainsi larguer impunément des blocs sur le terrain de jeu de votre adversaire. De cette façon, vous le gênerez dans l'élaboration de sa stratégie et maximiserez donc vos chances de victoire. Au final, Irides reprend intelligemment les bases du gameplay de Lumines mais évite de tomber dans le plagiat effronté en rajoutant quelques idées originales de son cru. Et puis, comme l'a si bien dit Salvador Dali, à qui nous laisserons le mot de la fin : « Ceux qui ne veulent imiter personne ne créent jamais rien. » A méditer...

Les notes
  • Graphismes 8 /20

    Les concepteurs (des amateurs qui ne travaillent sur ce titre que pendant leur temps libre) n'ont de toute évidence pas accordé beaucoup de soin à l'aspect visuel de leur titre. N'assurant même pas le minimum syndical, ils se sont juste contentés de changer l'arrière-plan des différents terrains de jeu proposés. Mais le pire, c'est que certains d'entre eux sont parfois très éblouissants, voire de la même couleur que les blocs que vous déplacez à l'écran. On vous laisse deviner quel genre de conséquences cela peut avoir en pratique…

  • Jouabilité 16 /20

    Reprenant les bases de Lumines et les modifiant à sa sauce personnelle, Irides s'avère accrocheur, nerveux et terriblement jouissif. Pour engranger un maximum de points et essayer de l'emporter, vous devrez jouer vite et bien pour tirer avantage du système de timer qui est au centre du gameplay. Etant donné que de nouveaux blocs spéciaux font sans cesse leur apparition et que les règles changent régulièrement, les niveaux se suivent sans se ressembler et exigeront du joueur qu'il modifie constamment sa stratégie. On notera cependant une petite imprécision au niveau du gameplay (difficile de dire quelle en est la cause d'ailleurs) qui fera que votre bloc tombera juste à côté de l'endroit souhaité. Rien de grave toutefois, on s'y habitue rapidement.

  • Durée de vie 14 /20

    Grâce à sa campagne composée d'une trentaine de niveaux (sans compter les stages bonus), Irides devrait vous tenir en haleine un long moment. Etant donné qu'il est doté d'une difficulté globalement plus élevée que Lumines, attendez-vous à être souvent bloqué et à recommencer de nombreuses fois le même niveau. Le mode coopération est de très grande classe et les combats (opposant jusqu'à quatre joueurs) renforcent le potentiel de rejouabilité du titre. Néanmoins, il faut bien avouer que ces trois modes de jeu, aussi réussis et accrocheurs soient-ils, laissent un arrière-goût d'inachevé. Peut-être aurait-il été judicieux de rajouter des bonus à débloquer au fil de la campagne (artworks, etc.) pour rajouter de l'intérêt au soft.

  • Bande son 16 /20

    En voilà une bonne surprise ! Même si contrairement à Lumines, la bande-son n'a pas d'impact sur le déroulement des parties, on constate avec émerveillement que l'aspect sonore d'Irides n'a pas été relégué au second plan. En fait, c'est même un des points forts du jeu. Les quinze compositions résolument techno prouvent que ce style musical ne se résume pas seulement à un enchaînement inharmonieux et répétitif de sons artificiels. Ici, ce sont les mélodies qui sont mises à l'honneur et qui seront ponctuées de voix digitalisées du plus bel effet. Le disque du jeu peut également être lu par un lecteur CD, vous permettant d'emporter ces compositions inspirées partout avec vous. Elle est pas belle la vie ?

  • Scénario /

    Les niveaux s'enchaînent sans une ligne de scénario. Ce n'est pas vraiment dérangeant mais il aurait été judicieux de donner au joueur un prétexte (aussi dérisoire soit-il) pour le motiver à se surpasser. De plus, très peu d'explications sont présentes en cours de partie (concernant les règles, notamment) et on a souvent l'impression d'être livré à soi-même.

Avec un peu de retard sur les autres machines, la Dreamcast accueille enfin un Lumines-like dans sa ludothèque. Si le principe de base est directement tiré du jeu de Q Entertainment, force est de constater que cet Irides : Master of the Blocks possède suffisamment de particularités pour ne pas tomber dans la pâle copie. Bien que le gameplay soit terriblement accrocheur et la bande-son absolument sublime, le manque de travail au niveau des graphismes et du contenu l'empêchera d'entrer dans le cercle très fermé des hits incontournables. Mais quoi qu'il en soit, nous avons affaire à un nouveau jeu Dreamcast sorti en 2009. Et franchement, rien que pour ça, Irides vaut le détour !

Profil de Shametblame
L'avis de Shametblame
MP
Journaliste jeuxvideo.com
18 mars 2011 à 14:04:38
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Mis à jour le 18/03/2011
Dreamcast Puzzle-Game GOAT Store MadPeet
Dernières Preview
PreviewLegends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone ! Il y a 11 heures
PreviewNeed for Speed Heat : Courses et customisation enragées sous le soleil de Floride Il y a 24 heures
PreviewDisco Elysium : un RPG particulièrement ambitieux 07 oct., 15:53
Les jeux attendus
1
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
2
The Last of Us Part II
21 févr. 2020
3
Death Stranding
08 nov. 2019