Test Pulseman- Wii

Wii

Pulseman est un jeu de plates-formes, sorti en 1994 uniquement au Japon et à présent disponible chez nous sur console virtuelle Wii. Cette réédition est l'occasion pour beaucoup de découvrir un titre méconnu et aux qualités remarquables, dont l'histoire se passe entre réel et virtuel...

Pulseman

Pulseman est en effet capable d'entrer dans n'importe quel système informatique, car il est moitié humain moitié ordinateur. Cette capacité est expliquée dans l'introduction du jeu par une histoire d'amour entre le Dr. Yoshiyama et sa création, une nouvelle forme de vie électronique. C'est d'ailleurs de cette romance futuriste que naît notre héros. Seize ans plus tard, Pulseman et sa partenaire Béatrice affrontent le Galaxy Gang et son chef le Dr. Waruyama, à l'origine de mystérieux incidents criminels partout dans le monde. Sans surprise, le scénario n'est pas l'atout majeur du soft. Nous avons bien là un jeu de plates-formes tout ce qu'il y a de plus classique : un héros contre un vilain pas beau, un monde à sauver, plusieurs niveaux terminés par un boss, etc. Au fond, l'histoire cherche simplement à expliquer la bizarrerie du personnage plus qu'autre chose et l'intérêt principal du titre se trouve vraiment dans son gameplay qui exploite les origines du héros. Signalons quand même un défaut dans ce petit scénario, une autre bizarrerie si l'on veut. A plusieurs reprises, le jeu suggère que le créateur de Pulseman et son adversaire ne font qu'un, mais ce n'est jamais clairement dit. C'est regrettable parce que mine de rien l'histoire aurait alors été beaucoup plus intéressante. Créateur contre créature, folie, amour etc. Tous les éléments étaient à portée de main pour offrir quelque chose d'assez solide... Dommage.

Test Pulseman Wii - Screenshot 7Le Voltteccer permet le plus souvent de rebondir sur les parois, même les piques.

Nous l'avons dit c'est surtout le gameplay qui nous intéresse ici. Tout d'abord et tout simplement, la maniabilité est très bonne. Le seul reproche à faire concerne les sauts mais il est si petit que le joueur peut facilement s'y adapter. Lorsque Pulseman va très vite et veut faire demi-tour en plein saut, il a tendance à continuer toujours très vite dans la mauvaise direction. Par conséquent il ne fait pas vraiment demi-tour et cela peut mal se terminer. Attention donc. Pour le reste, les trois boutons de la manette sont répartis entre : saut, attaque, et enfin Voltteccer. A vos souhaits ? En fait il faut comprendre Volt Tackle. Pour l'anecdote c'est de là que vient l'attaque apparue pour Pikachu à partir de Pokémon Rubis & Saphir, une série créée par le même studio que Pulseman ! Chargé d'électricité, Pulseman se jette alors en diagonal comme un missile invincible qui rebondit dans tous les sens. Il faut donc être vigilant et ne pas se lancer n'importe où, au risque de finir dans le vide. Heureusement, il est possible de s'arrêter à n'importe quel moment en réappuyant sur le même bouton. A moins d'avoir un item spécial, le Voltteccer s'annule aussi tout seul si Pulseman ne rebondit pas pendant un moment, histoire d'éviter les abus. Pas question de survoler tout le niveau... Bien sûr, manier le Voltteccer demande un peu de pratique et d'observation, mais ce mouvement original reste très abordable. Une fois maîtrisé il permet de nombreuses possibilités, aussi bien du côté des ennemis que du level design. Pulseman peut s'en servir pour se déplacer, pour attaquer, ou même les deux à la fois. Les niveaux mettent en place diverses structures à utiliser grâce au Voltteccer, comme des séries de rails sur lesquels il faut passer ou bien des murs rapprochés sur lesquels rebondir. Parfois au lieu d'un mur c'est même le bord de l'écran qui est astucieusement mis à contribution ! Cela dit, il arrive que ces structures soient timides, simplistes et finalement pas aussi inspirées que ce que l'on pouvait attendre. Mais elles ont le mérite d'exister et de faire du Voltteccer une véritable originalité et non une énième copie de n'importe quel jeu de plates-formes.

Test Pulseman Wii - Screenshot 8Malheureusement la maniabilité des deux sections sous-marines est plutôt ratée.

Et les réjouissances ne s'arrêtent pas là, car le Voltteccer peut aussi s'utiliser sans électricité. Quand Pulseman tente de se projeter sans énergie, il se transforme en une sorte de flash très rapide et apparemment sans intérêt. Mais c'est en réalité une de ses attaques, et c'est même la plus puissante ! Son style foudroyant est en plus vraiment classe, et ce ne sont pas ses seuls avantages. Les développeurs ont aussi donné à cette attaque un effet spécial. Après utilisation, Pulseman reste invincible pendant deux secondes. Ça n'a l'air de rien mais cela rend l'attaque éclair très pratique pour esquiver les nombreux pièges et ennemis. Avec un peu de doigté, on finit par s'en servir pour se promener sur les piques et humilier les robots qui nous foncent dessus ! Enfin dernière originalité, avec les deux façons de charger Pulseman d'électricité. S'il court suffisamment longtemps il se met à accélérer et se remplit d'énergie, c'est la méthode classique. L'autre est plus intéressante : en appuyant deux fois sur gauche ou droite, Pulseman fait un bond super rapide et très précis. Déjà pour se charger c'est plus souple à utiliser que la première méthode. Mais surtout, pendant ce mouvement Pulseman est encore une fois invincible, ce qui en fait une petite téléportation très sympathique. Le reste du gameplay est dans l'ensemble assez classique. Pulseman peut sauter, donner un coup de poing, lancer une petite salve d'électricité, etc. A noter tout de même, cette salve traverse murs et ennemis. Un peu d'observation permet donc d'en profiter.

Test Pulseman Wii - Screenshot 9L'un des niveaux se déroule dans.. une borne d'arcade du Galaxy Gang !

Malheureusement cet intéressant gameplay est entaché par quelques problèmes de saccades au cours du jeu. Cette faiblesse de l'animation apparaît en particulier lors de la destruction de blocs. D'une certaine manière, Pulseman n'en finit pas de nous plonger dans l'informatique : le jeu lui-même rame ! Et bien que le reste ne présente aucun défaut de fluidité, c'est là un point noir à prendre en compte. On aurait d'ailleurs pu penser que le Voltteccer chargé serait gourmand pour l'animation, mais ce n'est pas spécialement le cas. Les développeurs ont eu l'idée d'assombrir l'écran juste ce qu'il faut pendant ce mouvement, afin d'éviter tout souci. En réduisant la puissance des graphismes, l'animation dispose de plus de ressources et souffre moins des éventuels ralentissements. Ingénieux. Enfin s'il faut être exigeant, citons un autre point négatif, plus secondaire celui-ci : la caméra n'est hélas pas contrôlable pour mieux voir ce qu'il se passe au-dessus ou en dessous, comme par exemple dans la plupart des jeux Sonic.

Test Pulseman Wii - Screenshot 10Déroutante au début, cette section étrange et minimaliste se révèle très intéressante.

Pour le reste la focale suit bien l'action, et nous fait en même temps découvrir des graphismes qui risquent de diviser. L'univers proposé est celui du virtuel et de l'électronique, mais est-ce une raison pour se contenter de quelques lignes de couleurs et d'effets improbables ? C'est ce que reprocheront certains à Pulseman. Mais d'autres salueront le minimalisme ou l'extravagance de certains décors permettant de cadrer avec l'univers du jeu. C'est une expérience visuelle intéressante qui nous est ici offerte, même si elle n'est (il faut aussi l'admettre) pas toujours réussie. Au fur et à mesure du jeu, ces choix graphiques sont de plus en plus assumés. Par exemple cette section étrange, où les parois sombres se repèrent surtout par contraste avec l'arrière-plan à peine coloré ! Mais ne généralisons pas, ces choix artistiques ne concernent que les sections virtuelles des niveaux. Pour les sections dans le monde réel, les graphismes sont tout simplement très jolis. Ils ne marqueront sans doute pas les mémoires par leur inspiration mais difficile de se plaindre. Il suffit de regarder le tout début du jeu situé au Japon pour s'en rendre compte. Les couleurs sont fines, et on appréciera au passage les multiples clins d'œil de la part des graphistes (les bâtiments de Sega au fond, les bornes d'arcade Game Freak, etc.).

Test Pulseman Wii - Screenshot 11La bonne surprise du niveau sous-marin. Waruyama observe et attaque Pulseman en direct...

Musicalement aussi le jeu ose l'expérience artistique, quitte à déplaire. Du coup les musiques des sections virtuelles sont volontairement électroniques et parfois répétitives. Là encore, certains apprécieront mais on peut facilement comprendre que d'autres n'accrochent pas. Il faut bien avouer que l'expérience graphique est plus réussie que l'expérience musicale. L'aspect sonore reste cependant correct, grâce à des effets presque tous efficaces. Deux points en particulier sont à remarquer. D'abord la présence relativement importante de voix digitalisées, claires et judicieuses. Grâce à cela, Béatrice la partenaire de Pulseman s'intègre bien à l'aventure. Bien qu'elle n'agisse pas vraiment, nous avons l'impression de jouer en équipe, accompagné et encouragé par elle. Le second point n'est lui pas à l'honneur du jeu, puisqu'il s'agit du fichu bruitage lorsque Pulseman est chargé électriquement. Alors que la plupart du temps il vaut mieux rester chargé, prêt à réagir, le sadique aux commandes du son nous a collé une sirène hurlante... Quelle idée !

Test Pulseman Wii - Screenshot 12Le haut de l'écran peut souvent se parcourir comme les souterrains de « Super Mario Bros. ».

En fin de compte, quel challenge nous donne tout ceci ? En un mot, Pulseman n'est pas du tout insurmontable mais sa difficulté n'en est pas pour autant ridicule. Les trois petits points de vie du personnage disparaissent rapidement si l'on fait preuve d'étourderie, il faut donc avancer prudemment. Il n'y a en tout que sept niveaux mais ceux-ci sont heureusement plutôt longs. Les deux derniers se révèlent même corsés, et il vaut mieux prévoir un stock de vies respectable pour les affronter. Ces dernières se collectent avec plaisir, soit en dégotant de bons vieux 1UP, soit en ramassant des balles dispersées un peu partout. L'accumulation de vies est d'ailleurs l'occasion d'explorer davantage les niveaux, un aspect secondaire mais non négligeable du soft. En revanche les quelques boss sont beaucoup trop faciles. Excepté celui du niveau quatre, ils succombent très vite sous les assauts foudroyants de Pulseman, même en se passant de l'invincibilité temporaire du Voltteccer. L'absence totale de sauvegarde reste regrettable mais n'est pas un problème absolument majeur. Enfin on signalera en guise de détails le score et le niveau bonus (sous forme de casse-briques) pour tenter d'allonger encore plus la durée de vie.

OldSchoolBobby (contributeur de jeuxvideo.com), le 13 janvier 2011

Les notes

  • Graphismes 16/20

    Parfois inégal, l'aspect graphique se maintient généralement à un bon niveau. Les nombreux effets sont utilisés à bon escient, notamment les distorsions et certains avant-plans. Les sections dans le monde réel sont souvent jolies et variées, tandis que les sections informatiques plus déroutantes ont le mérite de coller à l'univers voulu. Lors des sections virtuelles Pulseman nous invite à entrer dans ce qui pourrait être l'intérieur de la cartouche électronique. Une idée très intéressante mais parfois mal servie et qui ne plaira pas à tout le monde.

  • Jouabilité 17/20

    Mis à part les quelques défauts mentionnés et surtout les saccades de certaines animations, nous avons là un gameplay très efficace. Le coup du Voltteccer est heureusement exploité avec style et précision. Les possibilités de Pulseman permettent la facilité de l'attaque à distance aussi bien que la virtuosité de l'attaque éclair, ce qui laisse plusieurs façons de jouer. Les niveaux où s'articule le gameplay sont eux-mêmes bien construits, bien pensés. Ils disposent de différences et de nouveautés (plates-formes, mais aussi exploration, labyrinthe etc.) qui relancent à chaque fois l'intérêt.

  • Durée de vie 11/20

    La durée de vie est moyenne, mais elle devient correcte si le joueur s'emploie à explorer les recoins du jeu et à goûter aux subtilités du gameplay. Cet aspect d'exploration est heureusement simple, on peut s'y livrer sans que cela devienne pénible. Dans l'ensemble facile, le jeu finit par nous offrir du challenge avec les deux derniers niveaux.

  • Bande son 13/20

    Comme pour l'aspect visuel du jeu, l'aspect sonore volontairement électronique ne séduira pas tous les joueurs. Loin d'être exceptionnelle la musique demeure correcte, tantôt réussie tantôt un peu lourdingue. Les effets sonores et les voix digitalisées nombreuses sont de bonne facture, elles donnent davantage de relief à l'action. Mais difficile d'oublier le défaut de taille ici, la sirène aiguë signalant non-stop que Pulseman est chargé... De la part de Junichi Masuda, auteur des célèbres délices musicales pour les jeux Pokémon, c'est une erreur bien regrettable !

  • Scénario 10/20

    Avec pour point de départ l'excellente idée d'une bascule entre réel et virtuel, le scénario avait les éléments pour se révéler un point fort du jeu. Mais il est vite délaissé et finit par n'être qu'un prétexte, ce qui n'est heureusement pas le plus gênant pour un jeu de plates-formes. On retiendra quand même la présence de Béatrice la partenaire de notre héros. Elle qui risquait d'être un simple ajout décoratif, nous donne plutôt le sentiment de faire partie d'une équipe partie à l'aventure.

  • Note Générale14/20

    Original mais parfois bancal, Pulseman affirme des choix artistiques toujours intéressants. Pour peu que l'univers électronique ne vous rebute pas complètement, voilà un jeu au gameplay très efficace et doté d'une personnalité assumée. Deux ans avant la folie Pokémon le studio Game Freak nous livre cette bonne surprise, désormais disponible sur console virtuelle Wii pour 900 points. Alors, si notre test vous a convaincu, pourquoi pas ?

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 16/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Pulseman
  • Afficher recto jaquette
  • Editeur : Sega
  • Développeur : Game Freak
  • Type : Action / Plates-formes
  • Support : console virtuelle
  • Sortie France : 3 juillet 2009
  • Existe aussi sur :
    Pulseman - Megadrive
Mots-clefs : Pulse Man Pulse-Man