Menu
Gray Matter
  • Tout support
  • PC
  • 360
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Gray Matter
PC
Gray Matter
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Lena
L'avis de Lena
MP
Journaliste jeuxvideo.com
09 décembre 2010 à 16:31:52
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (57)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.2/20
Tous les prix
Prix Support
37.89€ 360
49.99€ 360
Voir toutes les offres
Partager sur :

Lorsque Jane Jensen, créatrice de la trilogie d'aventure culte Gabriel Knight, revient avec un nouveau projet semblant tout aussi ambitieux, l'impatience nous ronge forcément, mêlée, il faut bien le dire, à une pointe d'appréhension. Cette nouvelle ode à l'aventure résistera-t-elle à l'immense attente qu'elle avait su créer chez les férus du genre ?

Gray Matter

Annoncé dès 2003, Gray Matter profite bien entendu de l'aura impressionnante des Gabriel Knight, sur lesquels Jane Jensen a travaillé en tant que game designer. Cette série de point and click se distinguait par son ambiance forte mélangeant ésotérisme et réalité, par ses personnages charismatiques et son univers mature. Un quatrième opus n'a pourtant jamais vu le jour, au grand dam de nombreux joueurs, et Gray Matter constitue donc l'unique espoir de retrouver intacte cette combinaison séduisante qui avait su emporter l'adhésion. D'ailleurs, c'est déjà bien par son scénario magnifiquement écrit et construit que Gray Matter s'inscrit dans la droite lignée de ces classiques du jeu d'aventure.

Gray Matter
La gothique magicienne mènera l'enquête lorsque des faits troublants se manifesteront à Oxford.
On y retrouve une nouvelle fois un duo/duel de personnages principaux intrigants et profonds. Le Dr Styles, un neurobiologiste réputé, vit en reclus dans son manoir depuis la mort tragique de sa femme. Samantha Everett, jeune magicienne fauchée, apparaît justement lorsque celui-ci recherche une assistante pour l'aider dans ses travaux. Elle sera d'abord chargée de trouver six volontaires pour participer à une expérience sur les pouvoirs psychologiques du cerveau humain. Mais suite à la première des expériences, quelques faits étranges se produisent dans la ville voisine d'Oxford... Alléchant, n'est-ce-pas ? Et ce n'est que le début. Le joueur est vite totalement happé dans une enquête aux multiples ramifications, distillant savamment une ambiance torturée très prenante. Et chacun des huit chapitres du jeu ménage le suspense, en se concentrant à chaque fois sur une journée et en se terminant sur une cinématique constituée de très jolis plans fixes, qui nous en dévoile plus sur les protagonistes et le déroulement de l'histoire. On contrôlera le plus souvent Samantha, mais certains chapitres nous mettront dans la peau du Dr Styles, au caractère bien plus nostalgique voire dépressif. Cette dualité entre les personnages s'intensifie au fur et à mesure de leurs interactions et est d'ailleurs un des attraits principaux de Gray Matter.

Gray Matter
Le livre de magie comporte de nombreux tours, il faudra sélectionner le plus adapté à la situation.
Malgré son univers fort, qui aurait tendance à prendre magistralement le dessus sur les autres aspects de l'aventure, il ne faut pas en oublier le gameplay et les mécanismes de jeu pour autant. Il s'agira ici de progresser très classiquement dans l'histoire, comme dans tout point and click digne de ce nom. Samantha mènera par exemple l'enquête et s'acquittera des tâches fournies par le Docteur Styles en interagissant avec les éléments du décor et en interrogeant les personnages rencontrés. On retrouve ici le système traditionnel des point and click, puisque la souris sera votre allié le plus précieux pour naviguer au sein du jeu. Un clic gauche pour ramasser un objet, un clic droit pour le prendre en main à partir de l'inventaire... seuls quelques raccourcis clavier vous permettent par exemple d'ouvrir la carte ou d'afficher votre progression dans le chapitre. Une option permettant de faire apparaître les zones interactives est également implémentée, comme dans tout point and click actuel. Celles-ci s'affichent en appuyant sur la touche Espace.

Gray Matter
Vous devrez établir une liste de gestes à effectuer avant de lancer le tour de magie en lui-même.
Dans cet inventaire lui aussi très classique et placé en haut de l'écran, vous pourrez manipuler les items accumulés, résoudre des puzzles ou encore combiner deux objets. Gray Matter ne prend donc vraiment pas de risque au niveau de son déroulement, et seules certaines séquences viennent un peu briser cette progression traditionnelle. Premièrement, notre héroïne, Sam, mène une enquête parallèle concernant un certain club de magie, le Deadelus Club. Pour obtenir de nouvelles informations sur cette société secrète, notre magicienne en herbe devra résoudre des énigmes faisant appel à votre réflexion, sous forme de chasse au trésor au sein des divers lieux de l'aventure. Cette intrigue particulière, répartie tout au long des huit chapitres du jeu, est particulièrement intéressante et apporte beaucoup à Gray Matter. Pour renforcer cet aspect magique, Samantha peut également se servir de ses talents pour débloquer diverses situations. Dans la pratique, il faudra donc détenir certains objets importants et parler suffisamment aux personnages pour qu'une nouvelle option apparaisse parfois. Vous aurez alors accès à un livre spécial, pour sélectionner le tour de magie approprié à la situation. Un menu vous demandera alors de commander une série de mouvements décrite précisément dans le livre. Empalmer un objet dans la main gauche, le cacher dans la manche droite, distraire l'attention... lorsque vous aurez sélectionné les bons mouvements, il suffira de valider pour qu'une petite animation se déclenche et fasse progresser l'histoire. Ce système est sympathique, mais reste plutôt limité et trop facile. Il a néanmoins le mérite de faire varier les phases de jeu, mais ne permet pas pour autant d'ajouter des possibilités à la résolution des énigmes.

Gray Matter
Le Docteur Styles effectue ses expériences à domicile...
En effet, et encore une fois classiquement, c'est à une aventure très linéaire que Gray Matter nous convie. Chacune des énigmes du jeu ne trouvera souvent qu'une seule solution, ce qui n'est finalement pas si gênant, au sein d'un jeu d'aventure. Ce qui l'est nettement plus, c'est que cette linéarité se retrouvera également dans la progression générale en cours de chapitre. Si une certaine latitude vous est accordée en ce qui concerne l'ordre dans lequel vous effectuerez vos missions, certains petits détails non effectués, et paraissant pourtant anodins, viennent bloquer l'apparition d'une cinématique cruciale. Vous vous retrouverez donc souvent à tourner en rond en cherchant ce qui vous avez échappé, avant de trouver la petite chose triviale et bien frustrante qui enrayait la machine. Cette linéarité à outrance bloque artificiellement votre progression dans un jeu pourtant très accessible et à la difficulté peu corsée. Une carte des lieux est accessible et, par un code de couleurs, montre les endroits où il vous reste des choses à faire. L'ensemble du jeu s'en trouve donc facilité. La durée de vie du jeu est quant à elle tout à fait correcte, chaque chapitre prenant généralement un peu plus de deux heures pour être terminé.

Gray Matter
Le système de dialogue va souvent droit au but, et ne laisse aucune liberté.
Au niveau visuel, chacun des décors flatte la rétine, grâce à son ambiance gothique et sombre et ses lumières bien placées. Certains tableaux sont pourtant un peu trop statiques, et auraient gagné à être plus vivants. Les personnages principaux sont eux aussi très correctement modélisés, mais on ne peut pas vraiment en dire autant des personnages secondaires qui peuplent le jeu, plus en retrait. En revanche, l'animation des personnages est inégale, certains mouvements surprenant par leur réalisme, quand d'autres déçoivent bien plus à cause d'un petit aspect brouillon. Mais dans l'ensemble, la réalisation de Gray Matter est brillante et sert l'ambiance et le scénario, à l'image de ses musiques splendides et très immersives. Les dialogues en anglais sont également de très bonne qualité, et les sous-titres français ne les dénaturent heureusement pas. Malgré ces quelques petits défauts concernant la progression dans le jeu, Gray Matter s'impose donc comme le digne successeur de ces jeux d'aventure brillants des années 1990, dans lesquels la forme et le fond se combinaient harmonieusement pour offrir une expérience mystérieuse et enrichissante. Avec ses énigmes simplifiées et son indéniable accessibilité, Gray Matter s'inscrit définitivement dans l'air du temps, mais son histoire riche et prenante et ses personnages attachants en font définitivement un jeu d'aventure d'exception, à ne pas manquer.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    Les personnages principaux sont parfaitement modélisés, mais certaines de leurs animations restent inégales et donc perfectibles. Les décors sont quant à eux de toute beauté, tout en clair-obscur, ambiance gothique oblige.

  • Jouabilité 15 /20

    Les mécanismes de jeu fonctionnent très bien, puisqu'ils reposent sur une recette ayant fait ses preuves. On pourra regretter les quelques problèmes liés à la progression au sein de l'histoire, et à sa grande linéarité. Les énigmes ne poseront pas beaucoup de soucis aux joueurs aguerris, mais sont toutes très agréables à résoudre.

  • Durée de vie 16 /20

    Comptez plus de quinze heures de jeu pour terminer les huit chapitres de Gray Matter, ce qui est maintenant au-dessus de la moyenne, dans ce genre particulier des point and click.

  • Bande son 18 /20

    Les dialogues tombent juste, et les différents thèmes musicaux sont de toute beauté, accompagnant et soutenant parfaitement les phases de jeu et le scénario.

  • Scénario 17 /20

    Entre science et parapsychologie, les mystères de Gray Matter se dénouent peu à peu, laissant entrevoir un scénario profond et mature. On y prend également soin de personnages complexes, que l'on trouve plaisir à découvrir progressivement.

Gray Matter, dans la droite lignée de ses illustres prédécesseurs, ne déçoit pas un joueur qui l'attendait pourtant au tournant. Jane Jensen réussit une nouvelle fois son tour de magie, en nous offrant une œuvre soignée, au scénario fort et à l'atmosphère prenante. Un régal !

Profil de Lena
L'avis de Lena
MP
Journaliste jeuxvideo.com
09 décembre 2010 à 16:31:52
17/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (57)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.2/20
Mis à jour le 09/12/2010
PC Aventure Point'n Click Wizarbox DTP Entertainment AG
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live