Test Chuck Rock- Megadrive

Megadrive

Bien avant les formes avantageuses de la jolie Lara Croft, Core Design lorgnait déjà vers une autre sorte de rondeur, celle du ventre velu d'un néandertalien, nourri à la bière et au punk-jurassique-rock. A l'époque où le jeu de plates-formes ne jurait que par Mario et consorts, ce petit homme des cavernes sort de sa grotte pour prouver au monde, que oui, on peut être primitif et enveloppé et être un héros, voici les chroniques de Chuck Rock !

Chuck Rock

Lorsqu'on évoque Core Design, le premier titre qui vient en tête est Tomb Raider. Le studio est pourtant aussi responsable de quelques autres bijoux à la fin des années 80/début années 90. Après un Rick Dangerous, s'inspirant largement d'Indiana Jones en ajoutant un côté loufoque, le studio se renforce sur le genre plates-formes délirant en sortant Chuck Rock en 1991 sur Megadrive. Le titre préhistorique se verra ensuite décliné sur neuf autres consoles, entre 1991 et 1992, et trouvera même une suite en 1993 en nous permettant de prendre le contrôle du fils de Chuck.

Test Chuck Rock Megadrive - Screenshot 1Non, Chuck ne fait pas partie de ces héros torturés.

Dès l'introduction, nous sommes accueillis par un groupe de rock en plein concert. On y retrouve Chuck Rock à la guitare, Denver le dernier dinosaure mais le premier bassiste de l'histoire, Elvis des cavernes à la batterie et Ophélia la jolie donzelle préhistorique et, accessoirement femme de Chuck, à la rythmique. Le ton est donné, pas de vérité historique, l'épopée de Chuck sera délirante, elle sera rock'n roll ! L'histoire, elle, est comme tous les plus grands scenarii de l'époque. La femme de Chuck se fait enlever par des dinosaures. Pour l'anecdote, la version Mega-CD nous révèle qu'elle a en réalité été enlevée par Elvis, le batteur. Ni une, ni deux, Chuck enfile son joli pagne fait de feuilles et part à l'aventure.

Test Chuck Rock Megadrive - Screenshot 2Chaque monde possède son animal préhistorique en guise de boss.

Chuck est l'archétype, si tant est que cela soit possible, de la rockstar de la préhistoire. Elevé à la bière et la viande bien grasse, Chuck arbore donc avec fierté un ventre dont le tour de taille repousse les limites de l'impossible. A tel point que dans le jeu, pas de gourdin, pas de couteau, mais un ventre. Chuck possède ainsi une capacité bien originale, celle de flanquer une raclée aux dinosaures à coups de bourrelets. Hormis le coup de ventre bien placé, Chuck Rock est aussi capable de donner un coup de pied velu et plein de mycoses en plein saut ou de se servir de cailloux ramasser sur son chemin. Il en existe deux sortes, le petit gravillon léger et facilement transportable, et le gros rocher, qui réduira votre vitesse de déplacement mais trouvera plusieurs utilités. Grâce à lui, vous pouvez d'un jet éliminer un adversaire, former un escalier et accéder à des plates-formes en hauteur ou même créer un pont pour passer un lac dangereux que Chuck n'aurait pu traverser autrement. Les rochers peuvent aussi servir à se protéger d'autres rochers pouvant parfois tomber sur le coin du crâne. Enfin, la dernière utilisation, beaucoup plus rare, du fabuleux rocher est de faire contrepoids sur un balancier qui vous enverra très haut. Bref vous l'aurez compris, Chuck ne vit pas à l'âge de pierre pour rien, la roche vous sera même vitale pour survivre au sein de cet environnement hostile peuplé de créatures.... effrayantes.

Test Chuck Rock Megadrive - Screenshot 3Niveau duel épique, on en a vu d'autres.

Les ennemis de Chuck, parlons-en justement. Si on retrouve les classiques bestioles jurassiques, comme le tricératops, le ptérodactyle et d'autres dinosaures, on aura la surprise de voir des créatures aussi délirantes que notre bon vieil homme des cavernes. Ne soyez donc pas étonné d'apercevoir des araignées géantes, des hérissons malicieux, des chauves-souris obèses et autres bêtes totalement farfelues. Mais attention, toutes ces créatures ne sont pas vos ennemies. Au cours de votre périple, vous pourrez être aidé par des diplodocus, des baleines et un ptérodactyle, qui à chaque fois vous permettra de traverser une partie des zones ô combien dangereuses.

Test Chuck Rock Megadrive - Screenshot 4

Il y a en tout 5 mondes (divisés en 3 zones et le boss du niveau) à parcourir. Vous traverserez ainsi une forêt marécageuse, des grottes très sombres, un niveau sous-marin qui mettra à rude épreuve les qualités de nageur de Chuck puis un niveau enneigé lui-même composé d'une autre forêt et d'une grotte. Après cela, Chuck arrive au cimetière des dinosaures où il devra aussi fouiller l'intérieur du cadavre d'un énorme dinosaure pour finalement échouer face au ravisseur, un dinosaure en caleçon ! Chuck Rock, le jeu, jouit de décors travaillés, colorés et détaillés. C'est une véritable joie de découvrir chaque niveau, surtout lorsqu'ils sont accompagnés d'une musique rock 8 bits parfaitement dans l'ambiance déjantée du jeu, un vrai régal pour les oreilles et les yeux. Le seul problème du jeu reste finalement sa durée de vie puisque vous en aurez fait le tour en une petite heure et cela même avec la difficulté donnée par la très courte portée du coup de ventre de Chuck. En dépit de ce petit défaut, le jeu reste un très agréable moment de plates-formes très old-school.

Daigoro (contributeur de jeuxvideo.com), le 03 novembre 2010

Les notes

  • Graphismes 16/20

    Le jeu affiche une très grande diversité, que ce soit dans le design délirant des ennemis, ou dans le level design totalement différent d'un niveau à l'autre. Le tout est aussi très coloré et détaillé.

  • Jouabilité 12/20

    Si l'attaque du ventre semble être une idée originale, elle est en fait un véritable poids. La portée du coup est tellement courte que vous serez très souvent obligé de vous sacrifier pour attaquer un boss.

  • Durée de vie 10/20

    Le jeu ne disposant ni de sauvegarde ni de système de mot de passe, il doit se finir d'une seule traite. Et pour que cela soit faisable, il ne dure environ qu'une petite heure.

  • Bande son 17/20

    Le rock de la préhistoire version 8 bits est un véritable régal qui se marie terriblement bien avec l'ambiance déjantée du jeu. On apprécie aussi les quelques bruitages comme le cri du ptérodactyle ou le fameux "Unga bunga !" que lance Chuck à chaque début de niveau.

  • Scénario 13/20

    Ophélia, la femme de Chuck se fait enlever par un vil dinosaure. Notre héros doit faire des pieds, des mains et même du ventre pour retrouver sa promise. Un scénario pas bien original mais qui reste un standard pour l'époque.

  • Note Générale16/20

    Bien que le jeu comporte quelques défauts de gameplay et de durée de vie, l'ambiance rock'n roll et le design étrange des ennemis ne manqueront pas d'en faire rire plus d'un. Chuck Rock reste immanquablement un de ces jeux old-school qui ne se démodera jamais. Une véritable joie pour les adeptes du "c'était mieux avant !"

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 16/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Chuck Rock
  • Afficher recto jaquette Afficher verso jaquette