Test Call of Duty : Black Ops- Xbox 360

Xbox 360

Après le succès presque indécent de Modern Warfare 2 puis la grosse brouille entre son développeur Infinity Ward et son éditeur Activision, l’autre studio qui se charge de la série Call of Duty semble bien décidé à marquer les esprits et à vraiment s'approprier la licence. Sans doute fatigués d'être souvent considérés comme des seconds couteaux seulement capables de boucher les trous en attendant les « vrais » Call of Duty d'Infinity Ward, les petits gars de Treyarch ont finalement atteint leur vitesse de croisière, au point de faire jeu égal avec le maître...

Call of Duty : Black Ops

Autant ne pas se voiler la face, jusqu'à présent, nous n'avions jamais été vraiment emballés par les productions estampillées Treyarch. Sympathiques certes, efficaces sans aucun doute, les Call of Duty du studio manquaient pourtant d'ambition, se contentant souvent de copier la recette d'Infinity Ward sans jamais vraiment parvenir à en retrouver le souffle. Mais voilà, notre contact approfondi avec Black Ops nous a finalement poussés à ravaler notre méfiance et nos préjugés. De copies plus ou moins bien inspirées, Treyarch nous livre cette fois un FPS de haute volée, largement à la hauteur des titres des créateurs de la série, voire carrément supérieur. Ce changement radical tient tout d'abord à la décision salvatrice d'en finir avec l'interminable Seconde Guerre mondiale. Black Ops nous plonge en effet en pleine guerre froide et se voit par la même occasion doté d'un véritable scénario, chose que l'on tenait pour impossible dans la série, surtout après avoir tâté d'un Modern Warfare 2 à la narration aussi hachée que décousue.

Test Call of Duty : Black Ops Xbox 360 - Screenshot 55Toutes les missions prennent la forme de flash-back nés du traitement de choc infligé à votre troufion.

Plus encore que ses prédécesseurs, Black Ops scelle en effet la convergence du 7ème art et des jeux vidéo. Pétri de références cinématographiques, le bébé de Treyarch pioche avec intelligence et respect dans des monuments tels que Voyage au bout de l'Enfer, Apocalypse Now, Platoon et d'autres long métrages plus récents que nous n'évoquerons pas, au risque de vous mettre la puce à l'oreille sur le déroulement du scénar. Le jeu nous assène de fait des scènes grandioses, portées de surcroît par une bande-son renversante et une violence parfois difficilement soutenable. Un Call of Duty doté d'une vraie ambiance, cradingue, oppressante, noire, sans la gratuité de Modern Warfare 2, et soutenue par une histoire digne de ce nom ! Impossible dites-vous ? Attendez donc de participer à quelques-unes des missions/souvenirs du soldat Mason, interrogé par de mystérieux personnages, torturé dans une salle bourrée d'écrans qui affichent des suites incompréhensibles de chiffres ! Nous n'en dirons pas plus, sachez simplement que Black Ops livre un récit dont l'issue est certes prévisible, mais dont la progression est maîtrisée, la conclusion digne de ce nom et dont les personnages (déjà aperçus dans World at War pour certains, dans les livres d'histoire et des documentaires pour d'autres) ne sont pas que de simples ébauches savonneuses (Hein Soap !).

Test Call of Duty : Black Ops Xbox 360 - Screenshot 56Ne croyez pas ce qu'on vous dit. La taille, ça compte.

A travers la campagne composée d'une quinzaine de missions et qu'on bouclera en un peu plus de 6 heures en mode Vétéran, on se retrouvera donc à batailler à Cuba lors du légendaire ratage de la Baie des Cochons, dans la jungle étouffante du Vietnam, dans un goulag puant, à Baikonour au Kazakhstan, sur une rivière boueuse du Laos, et dans bien d'autres coins du monde que nous vous laissons le soin de découvrir. Le solo Black Ops est certes très court, mais il offre beaucoup de variété et une action maîtrisée. Treyarch a certes recyclé quelques séquences issues des précédents volets, mais sans abuser, réduisant souvent ces scènes à deux ou trois minutes maximum. On aura donc bien droit à une poursuite en moto calquée sur les Jet-Ski de Modern Warfare 2, une session de protection de char et un peu d'infiltration, mais le studio y est également allé de ses propres idées, pour aboutir à des scènes qui prennent aux tripes. Pilotage d'hélicoptère (où le contrôle de l'altitude est géré automatiquement), commandement d'une escouade alors qu'on observe l'action du haut d'un avion furtif, fuite éperdue sur les toits de la ville de Hue, bataille de masse dans un camp américain pris d'assaut par les Viêt-congs...

Test Call of Duty : Black Ops Xbox 360 - Screenshot 57Un beau gosse dans un décor que n'aurait sans doute pas renié Fallout 3, si ce dernier avait été beau.

En termes de gameplay, Black Ops ne change rien et adopte une prise en main semblable à celle de tous ses prédécesseurs. Tout juste notera-t-on la possibilité de plonger en bout de course pour se mettre à couvert. Pour le reste, ce nouveau Call of Duty renoue avec des déplacements rapides, des rechargements surréalistes et une santé qui remonte si l'on ne prend pas de bastos dans la couenne pendant un certain temps. Cela aboutit évidemment à quelque chose d'extrêmement nerveux et permet une progression rapide au sein de niveaux forcément très linéaires, mais bourrés de scripts de malade qui nous plongent en plein coeur de l'action. Au fond, les seuls soucis du jeu sont les mêmes que ceux que nous avons déjà pu observer dans les autres épisodes de la série : une tendance des ennemis à ne voir que vous et le fait que si vous ne vous trouvez pas au bon endroit, derrière l'officier ou le personnage que vous êtes censé suivre, les scripts ne se déclenchent plus et la progression sera stoppée net. Si vous avez le malheur d'aller plus vite que prévu, vous devrez ainsi retourner en arrière, vous coller derrière votre pote, et ainsi voir ce dernier se "décoincer" et enfin se mettre à avancer. Dommage pour l'immersion, même si ces petits soucis ne sont bien sûr qu'occasionnels.

Test Call of Duty : Black Ops Xbox 360 - Screenshot 58Les fans reconnaîtront sans doute quelques personnages.

Bon, il est vrai que critiquer Call of Duty sur sa grande linéarité n'est pas franchement judicieux. On sait en effet à quoi s'attendre avec un CoD : du spectacle, des explosions dans tous les sens, pour une campagne courte mais qui laisse le joueur essoufflé et frissonnant. Black Ops ne déroge pas à la règle et se révèle être un excellent divertissement. Mais étant donné la brièveté du solo et en dépit de la présence de petites surprises (comme un excellent shooter en vue de dessus et jouable en coop), l'heure est maintenant venue d'aborder le multijoueur, passage obligé de celui qui souhaitera rentabiliser son investissement. En premier lieu, sachez que si la campagne de Black Ops n'est pas jouable en coopération, un mode "Entraînement" proposera à 4 guerriers d'affronter des vagues successives de troufions ennemis. Ajoutons à cela un mode Zombies doté de trois cartes assez vastes et peaufinées à l'extrême. Sur l'une d'entre elles, vous aurez même la possibilité d'incarner des personnages pour le moins inattendus, personnages qui n'hésiteront pas à commenter l'action à grands coups de répliques tordantes.

Test Call of Duty : Black Ops Xbox 360 - Screenshot 59Un Call of Duty sans rail-shooting ne serait pas un Call of Duty.

Pour le reste, Black Ops propose 14 maps multijoueurs qui dans leur majorité, voient leur agencement modifié pour convenir au mode sélectionné. Il faut d'ailleurs saluer Treyarch pour l'excellence de son level design, car si la plupart des missions du solo se contentent bien sûr d'une architecture à base de couloirs plus ou moins larges et plus ou moins discrets, les cartes destinées aux affrontements entre joueurs s'avèrent extrêmement bien construites, permettant toute une variété d'approches. Du côté des modes justement, on recense bien évidemment tous les classiques du genre : Match à mort en solo ou en équipe, Recherche et Destruction, QG, Capture de drapeaux, Domination, Démolition où encore Sabotage, ou l'on devra faire sauter deux caches d'armes avant la fin du temps imparti, avec régénération activée. Chaque partie vous permettra d'empocher des points CoD que vous pourrez ensuite investir pour acheter de nouvelles armes, améliorations ou des atouts (ces capacités spéciales qui confèrent des bonus spécifiques à votre soldat, comme des rechargements éclair, une vitesse ou une résistance accrue). On note également qu'il vous sera possible de configurer, dans une certaine mesure, le type de bonus que vous obtiendrez en parvenant à faire des séries de frags sans mourir. Au bout de trois victimes de suite, vous pourrez ainsi opter pour le traditionnel avion de reconnaissance dévoilant la position des ennemis sur le radar, ou pour une petite voiture télécommandée bourrée d'explosifs. Après cinq frags, vous pourrez demander la livraison d'une caisse contenant une arme ou un raid au napalm. Le pompon revient au palier des onze frags où vous pourrez choisir de balancer une horde de chiens d'attaque sur l'ennemi (ces derniers étant bien plus efficaces que ceux de World at War) ou de piloter un hélico de combat...

Test Call of Duty : Black Ops Xbox 360 - Screenshot 60La première mission donne déjà le ton.

Les défis, qui permettaient à ceux qui les accomplissaient d'obtenir davantage de points d'expérience dans les précédents volets, ont vu leur fonctionnement modifié. Il vous faudra en effet activer ces derniers manuellement dans un menu spécifique et signer une sorte de contrat vous engageant à remplir les conditions de ces derniers avant un certain délai ou tout du moins, un certain nombre de parties. Dans le même ordre d'idées, Call of Duty : Black Ops propose maintenant de participer à des Wager matches spéciaux dans lesquels vous allez tout simplement pouvoir miser des points CoD ! Les Wager matches opposent 6 belligérants et se déroulent en outre selon 4 modes spécifiques bien marrants. On se retrouvera par exemple avec un pistolet, une unique balle et deux petites vies : à chaque fois que vous dessouderez un adversaire, que cela soit à l'aide de votre unique bastos ou à coups de couteau, vous obtiendrez une balle de plus. Au final, les trois joueurs cumulant le plus de frags obtiendront des points CoD, tandis que les autres en perdront. Un autre mode verra votre arme changer automatiquement toutes les 60 secondes. Avouez que vous retrouver avec un fusil de snipe dans les mains alors que vous chargiez fièrement l'adversaire avec un bon gros pompe une seconde plus tôt a de quoi donner lieu à de sérieuses poilades.

Test Call of Duty : Black Ops Xbox 360 - Screenshot 61Le mode Zombies est encore plus prenant que dans World at War.

Le troisième mode verra votre arme changer à chaque fois que vous ferez un frag, l'objectif étant de tuer un joueur avec chacune des 22 armes du jeu. Mais prenez garde, si un autre troufion parvient à vous découper à coups de couteau, vous serez rétrogradé et vous retrouverez avec l'arme précédente. Enfin, le quatrième type de Wager match vous proposera d'éviscérer votre prochain à l'aide d'une arbalète aux carreaux explosifs. La petite subtilité de ce mode viendra du fait que chaque joueur sera équipé d'un tomahawk à lancer sur un adversaire. Si vous faites mouche, le score de votre victime retombera à zéro. Nous ne comptons déjà plus les parties dominées par un tueur soudain bouleversé par un lancer de tomahawk de la dernière chance ! Tout simplement excellent. Hélas, l'heure est maintenant venue de conclure, aussi nous contenterons-nous de dire que Black Ops est certainement l'un des meilleurs épisodes de la série. Doté d'un solo trop court mais captivant, d'excellents bonus et d'un multi particulièrement complet et addictif, le jeu de Treyarch pourrait même bien être le FPS pop-corn ultime, ni plus ni moins.

Hiro, le 09 novembre 2010

Les notes

  • Graphismes 15/20

    Le moteur de Call of Duty commence à accuser son âge. De fait, on découvre des décors extrêmement bien travaillés dotés d'une incroyable atmosphère, des animations bluffantes de réalisme associées à des textures bien moches et des effets qui à l'heure actuelle, font tout de même un peu mal aux yeux. A boire et à manger donc, même si pris dans son ensemble, Call of Duty reste suffisamment impressionnant pour nous plonger une fois encore au beau milieu de l'enfer.

  • Jouabilité 17/20

    Une fois encore, Black Ops se contente d'utiliser les ficelles des ses aînés en associant des niveaux linéaires bourrés de scripts de folie et une jouabilité quasi irréprochable. L'objectif est d'en mettre plein la vue sans que le joueur ne se prenne la tête et en ce sens, le contrat est parfaitement rempli. Pour une fois cependant, Treyarch y va de ses propres petites trouvailles et met en scène des séquences chocs de grande classe. Côté multi, le titre table sur les excellentes bases de ses prédécesseurs en proposant une tripotée de modes, des maps intéressantes et bien équilibrées et un système d'évolution plus affiné et addictif que jamais.

  • Durée de vie 14/20

    Dans ce domaine précis, tout dépend de votre approche. Avec une campagne de seulement 6 heures, aussi excellente soit-elle, le jeu ne justifie son prix que si vous comptez pratiquer assidument le multijoueur. Qu'il s'agisse de coopérer avec 3 potes en mode Zombies, face aux vagues du mode entraînement ou que vous cherchiez à prouver votre talent en ligne, vous aurez alors de quoi passer un nombre infini de nuits blanches.

  • Bande son 16/20

    Nouvelle performance pour Call of Duty, qui nous propose une bande-son renversante. Les thèmes sont grandioses, épiques, s'emballent au bon moment et savent ménager les oreilles lors des séquences les plus "calmes". On note également l'emploi de morceaux rock de légende, notamment lors des missions se déroulant au Vietnam. Il est simplement dommage que les doublages français soient très en deçà de leurs équivalents anglais.

  • Scénario 15/20

    Croyez-le ou non, mais le fait est que Black Ops est le premier Call of Duty à profiter d'une histoire digne de ce nom. Les références cinématographiques sont nombreuses, bien choisies et si on devinera sans doute le dénouement à l'avance, le scénario n'en reste pas moins digne d'intérêt. On appréciera d'ailleurs des séquences extrêmement bien mises en scène et souvent ultra violentes. Black Ops parvient donc à se doter d'une véritable atmosphère, noire et cradingue qui contraste assez méchamment avec la froideur clinique et la gratuité des scènes de Modern Warfare 2.

  • Note Générale18/20

    Nos précédents contacts avec Black Ops nous laissaient espérer que Treyarch parviendrait enfin à s'émanciper, à s'approprier la licence et à ne plus seulement faire des Call of Duty de commande. Ces espoirs n'ont pas été déçus, bien au contraire. Par bien des aspects, ce nouvel épisode se révèle même supérieur à ses prédécesseurs. Doté d'une véritable identité, d'une campagne exaltante bien que terriblement courte et d'un multijoueur aussi complet que jouissif, le jeu parviendra sans le moindre souci à combler les amateurs de FPS pop-corn désireux d'en prendre plein la tronche. Une franche réussite.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 15/20

Retour haut de page

Infos jeu

Mots-clefs : Call of Duty 7, CoD : Black Ops

Vidéos

Voir les 24 vidéos de Call of Duty : Black Ops