Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Dead Rising 2
360

Après que Capcom nous ait prouvé en 2006 qu'il était possible de concilier horreur et grand guignol, la société japonaise revient en force cette année avec un second Dead Rising. Pour le coup, on a droit à une toute nouvelle aire de jeu toujours aussi malfamée mais où l'humour et le second degré règnent une fois encore en maîtres. Récit d'un jeu de zombies pas comme les autres...

Si George A. Romero a depuis longtemps clamé son amour pour le cinéma de genre et plus particulièrement les films de zombies, les tas de chair fraîche ambulante ont depuis quelque temps retrouvé les faveurs du tout Hollywood mais aussi et surtout celles du jeu vidéo. Pour autant, Capcom conserve son statut de vétéran vidéoludique dans le domaine. Se retrouver face à Dead Rising 2 n'a rien de surprenant puisque le titre reste un excellent complément à d'autres séries de l'éditeur, Resident Evil en tête, de par son orientation second degré totalement assumée. De fait, si l'histoire de Dead Rising 2 nous narre le destin brisé de Chuck Green qui va devoir composer avec sa fille infectée et la perte de sa femme, le synopsis lorgne rapidement vers la série B saupoudrée d'une grosse louche d'humour. Ainsi, on a droit une fois de plus à un casting de sales trognes, de psychopathes en tout genre, de survivants hauts en couleur, j'en passe et des meilleures. Vous l'aurez compris, Dead Rising 2 ne brille pas par son histoire même si l'aspect résolument kitsch prévaut du début à la fin. Tant mieux, c'est aussi pour ça qu'on l'aime d'autant que cette fois, nous allons pouvoir nous balader dans un simili Las Vegas riche en possibilités. Nonobstant, mettons avant tout les choses au clair.

Si l'humour est omniprésent dans Dead Rising 2, le tout n'en reste pas moins une histoire de tripaille.

Bien que Capcom ait présenté son jeu comme plus ouvert car permettant d'arpenter une ville entière, disons qu'il convient de minimiser le tout. En effet, malgré son nom, Fortune City n'est au final rien d'autre qu'un immense mall entièrement dédié à l'univers des jeux d'argent. L'idée directrice est donc la même : permettre au joueur de circuler d'un bâtiment à l'autre et ce de plusieurs façons : en ouvrant bêtement les portes, en passant par l'extérieur ou en utilisant un peu plus tard une ligne ferroviaire. Cependant, dans l'absolu, si la surface du jeu est plus grande, elle n'en reste pas moins aussi cloisonnée. Ceci est compréhensible dans le sens où il eut été techniquement difficile de proposer un titre plus ouvert regorgeant de zombies. Malheureusement, en l'état, on note deux gros problèmes liés à la construction du jeu. Premièrement, il est regrettable que Blue Castle Games n'ait pas modifié la façon d'amener les missions. En somme, en attendant un objectif faisant avancer l'histoire, on aura l'occasion de se taper des quêtes annexes. Problème, il faudra constamment courir à droite et à gauche et se payer d'innombrables temps de chargements à chaque changement de bâtiment. On pourra également trouver idiot de devoir obligatoirement attendre que le timer de la mission principale arrive presque à terme pour pouvoir la déclencher. Peu logique et très énervant surtout si on est à l'autre bout de la map puisqu'il vous faudra revenir au PC de sécurité pour parler à la belle Stacey. Bref, il conviendra de constamment surveiller les jauges temporelles associées aux missions ou de regarder votre montre pour savoir si la plage horaire pour administrer le vaccin de votre fille est proche.

Les plus acharnés essaieront une fois de plus de retrouver tous les survivants. Bon courage !

Ensuite, on s'aperçoit également que la difficulté de certaines missions est mal dosée. Cela vaut surtout pour les psychopathes qui s'avéreront le plus souvent extrêmement coriaces. Ici, vous devrez avoir toujours deux ou trois aliments dans votre inventaire et une ou deux armes surpuissantes pour avoir une chance vu qu'un flingue fera par exemple moins de dégâts qu'une batte cloutée. Une autre solution consistera à terminer une première fois l'aventure pour gagner des niveaux et ainsi obtenir des mouvements plus puissants. A ce sujet, si l'évolution de Chuck reste intéressante, il est dommage que le système de magazines (à conserver dans son inventaire pour profiter de bonus) n'ait pas non plus été revu. Quoi qu'il en soit, vous pourrez mettre à profit la création d'armes combos qui en plus de vous faire gagner beaucoup plus de points de prestige synonymes d'EXP, vous permettra de taper plus fort. Toutefois, il est regrettable que cette évolution traîne et nous oblige à supporter les déplacements très lents de Chuck jusqu'au niveau 6, stade débloquant une vitesse de déplacement accrue. On pourra aussi pester contre le faible nombre initial de cases d'inventaire, ceci nous obligeant à bien choisir nos ustensiles par ailleurs toujours aussi « friables ». Bien entendu, on touche ici du doigt le coeur même du jeu qui met à notre disposition une vaste panoplie d'armes et de costumes. On passera alors allègrement du lancer d'assiettes au pommeau de douche dans la tronche en passant par le ballon de foot à la grenade, le gant de boxe bardé de couteaux ou le traditionnel fusil à pompe. Outre les armes de fortune, on pourra réaliser une cinquantaine de combinaisons en mixant des objets pour le moins farfelus si tant est qu'on trouve un des ateliers disséminés dans le jeu et qu'on ait bien entendu les matériels à disposition. L'idée apporte un peu de sang neuf et rallonge la longue liste d'éléments à débloquer.

Et là, c'est le drame, votre fille comprend enfin d'où lui vient son petit air porcin.

Si les combinaisons constituent un vrai plus, le multijoueur n'est pas non plus en reste. On se félicitera d'avoir cette fois droit à une aventure en coopératif mais aussi et surtout à du multi pour quatre. Celui-ci est d'ailleurs particulièrement bien intégré à l'univers vu qu'on pourra participer au show Terror is Reality dans lequel excelle Chuck Green. Cette variante du Prix du Danger vous proposera pas moins de neuf mini-jeux tous plus débiles les uns que les autres durant lesquels il faudra démastiquer le plus de morts-vivants possible afin de vous retrouver en tête de peloton. Comme vous vous en doutez, les épreuves seront placées sous le signe de l'hémoglobine mais aussi de la franche rigolade. Il faut dire que projeter des macchabées affublés d'une tête de cerf, faire porter des costumes et accessoires ridicules aux zombies pour faire rire l'audience ou remplir une cuve de sang juché sur un char anti-zombies aura de quoi faire pouffer. Cerise sur le gâteau, si vous parvenez à décrocher la première place au terme d'un épisode, vous obtiendrez des objets bonus qui seront utilisables dans le mode solo.

Les monts de piété seront l'occasion de trouver des objets fort utiles mais aussi extrêmement coûteux.

Comme on peut le voir, Dead Rising 2 se montre bien plus généreux que son aïeul tout en recelant autant d'écueils. En soi, on fera avec mais il est tout de même énervant de constater que plusieurs erreurs de parcours auraient pu être facilement évitées. On pensera ici à l'IA peu évoluée des survivants ou au fait que ces derniers ne vous suivront pas d'un bâtiment à l'autre s'ils ne vous collent pas aux basques lorsque vous quittez un endroit. Horripilant d'autant qu'on devra alors re-rentrer pour ressortir dudit bâtiment avec l'autre boulet et donc se payer deux fois plus de temps de chargements ! On pourra également pointer du doigt le prix prohibitif de certains objets ou véhicules (les voitures notamment), cet état de fait étant clairement pensé pour nous obliger à reprendre l'aventure plusieurs fois. Néanmoins, on pourra se consoler en chevauchant des tricycles, des motos ou des utilitaires. Signalons enfin qu'il est désormais possible de sauvegarder dans trois emplacements distincts, option faisant office de véritable bouffée d'air frais. On eut pourtant apprécié en sus un système de sauvegarde automatique histoire de ne pas perdre une heure de jeu après être tombé malencontreusement sur un psychopathe au détour d'un couloir. Mais qu'à cela ne tienne car si Dead Rising 2 fait montre d'une palanquée de défauts terriblement frustrants, il n'en conserve pas moins de grandes qualités rendant l'aventure encore plus jouissive que par le passé.

Les notes
  • Graphique 15 /20

    Si le titre se situe graphiquement au niveau du premier opus, l'ensemble fourmille de détails liés à un univers plus clinquant que le mall du premier Dead Rising. Néanmoins, un effet de bloom fort désagréable rend insupportable le port de vêtements blancs et on remarquera, malgré un floutage d'arrière-plan, que Chuck donne parfois l'impression d'évoluer en bullet time lorsque le titre a à afficher des palanquées de zombies à l'écran.

  • Jouabilté 14 /20

    Sans révolutionner le gameplay du premier volet, celui de Dead Rising 2 apporte quelques petites améliorations, notamment en ce qui concerne la sauvegarde, toujours liée aux toilettes mais proposant désormais trois emplacements distincts. Ensuite, on pourra cette fois customiser ses armes en passant par des ateliers pour des résultats parfois étonnants mais toujours jouissifs. Le maître mot a d'ailleurs encore été la franche déconnade autant au niveau des moyens de se défendre que des tenues à endosser. A signaler malgré tout des temps de chargements nombreux car liés à une progression mal pensée et une évolution de personnage perfectible.

  • Duree 16 /20

    La progression étant bridée par des délais à respecter, on n'aura pas vraiment le temps de faire du tourisme. De plus, on se retrouve une fois encore devant un jeu nous incitant à recommencer encore et encore pour voir toutes les fins, tout débloquer ou tout simplement être suffisamment costaud pour battre les psychopathes. On appréciera ou non. Par contre, le mode multijoueur pour 4 reste très bien intégré dans l'aventure et pourra vous amuser le temps de plusieurs parties entre potes grâce à ses neuf mini-jeux plutôt rigolos. Et pour couronner le tout, un mode coopératif permettra de rallonger ostensiblement la longévité du jeu.

  • Son 15 /20

    Le doublage américain est aussi stéréotypé que le scénario mais puisque c'est totalement assumé et que ça colle à l'ambiance, pourquoi pester ? En sus, les bruitages donnent eux aussi dans la série B avec divers râles de zombies et autres cris de victimes potentielles. Les musiques d'ascenseur sont aussi décalées que le reste mais le tout colle tellement bien à l'ambiance qu'on s'en frotte les mains.

  • Scénario 13 /20

    A l'instar du premier Dead Rising, le scénario est prétexte à évoluer à l'intérieur de Fortune City pour sauver le plus de survivants possible. On devra en parallèle faire attention à la fille de Chuck et essayer de démasquer le vrai du faux afin de faire la lumière sur l'infection de zombies avant que l'armée ne débarque. Un scénario bien kitsch digne de l'excellent Zombieland mais au risque de nous répéter, le tout est complètement assumé alors pourquoi s'en plaindre ?!

Sans surprise, Dead Rising 2 s'impose de suivre scrupuleusement les règles dictées par son aîné. En somme, si le concept n'évolue pas, on saluera une fois de plus le second degré de l'entreprise et surtout son aspect résolument fun. Toutefois, si les développeurs se sont évertués à balancer quelques petites nouveautés rendant le système de jeu plus complet et plus souple, on regrettera que les défauts du précédent opus soient à nouveau présents. Cependant, avec un multijoueur bien fendard, une aventure solo complètement barrée et les innombrables possibilités de customisation d'armes ou tout simplement d'ordre vestimentaire, nul doute que vous aurez du mal à résister à ce nouveau volet qui brille davantage par les lumières de son univers coloré que son originalité mais qui demeure un très bon défouloir.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
24 septembre 2010 à 11:31:53
16/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (374)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/ 20
Mis à jour le 24/09/2010 Voir l'historique
Xbox 360 Action Beat'em All Capcom Blue Castle Games
  • Partager cette page :
Dead Rising 2
PC PS3 360
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (17)
  • News (60)
  • Vidéos (36)
  • Images (1030)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (8)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Dead Rising 2 sur 360
    -
    360
  • Aperçu : Dead Rising 2 sur 360
    - 34
    360
  • Aperçu : Dead Rising 2 sur 360
    - 39
    360
  • Aperçu : Dead Rising 2 sur 360
    - 109
    360
  • Aperçu : Dead Rising 2 - TGS 2009 sur 360
    - 65
    360
Boutique
  • Dead Rising 2 360
    29.38 € Neuf
    27.80 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.