Test D- PlayStation

PlayStation

Après avoir quitté l'école à l'âge de 17 ans et effectué quelques boulots sans avenir, Kenji Eno va finalement faire une entrée peu remarquée dans le monde du jeu vidéo au début des années nonantes (quatre-vingt-dix, une fois !). Il faut dire que le petit studio de développement qu'il avait intégré ne lui laissait aucune liberté et créait uniquement des jeux tirés de licences célèbres. C'est finalement en 1994, lors d'un voyage à San Francisco à l'occasion d'un salon dédié aux CD-ROM et à l'utilisation de ce nouveau média pour concevoir des jeux vidéo, qu'il va créer son propre studio indépendant WARP. Prenez un homme original, décalé, novateur et psychologiquement instable. Mettez-le à la tête d'une petite équipe, donnez-lui carte blanche et vous êtes sûr d'obtenir un soft qui sort des sentiers battus. Et encore, c'est un doux euphémisme ! Que les plus jeunes lisent attentivement, il est temps de découvrir un des grands-pères de ces jeux d'horreur qui vous font tant frissonner.

D

Lors de sa sortie originelle sur 3DO, D avait provoqué un torrent d'indignations à cause de scènes violentes (en particulier celle où l'on voit clairement une femme se faire poignarder à maintes reprises), d'images morbides et d'une histoire immorale, soutenues par une réalisation graphique en images de synthèse, révolutionnaire pour l'époque de par sa qualité. Mais comme Kenji Eno ne voulait pas s'arrêter en si bon chemin, D sera porté sur PC, Playstation et Sega Saturn en 1995 pour finalement sortir partout dans le monde. En réalité, les choses n'ont pas été si simples que cela puisqu'à l'époque, il était absolument impensable et inadmissible de publier un jeu aussi violent. Pour l'anecdote, sachez qu'un organisme devait d'abord recevoir une copie du jeu, en vérifier le contenu et enfin donner son approbation pour le distribuer. Sachant pertinemment que D ne passerait jamais cette étape, Kenji Eno a dû user d'une petite astuce pour contourner la loi. En résumé, la copie qui a été soumise à l'organe de censure ne contenait pas les scènes gore et a donc été approuvée ; il l'a ensuite échangée avec une version hardcore et c'est celle-ci qui a été produite à grande échelle. Ce genre de manœuvre résume bien la personnalité de Kenji Eno : un homme prêt à tout pour exprimer ses idées et qui n'aura de cesse de proposer de nouvelles expériences de jeu en bousculant régulièrement les acquis, quitte bien souvent à jouer avec le feu.

Test D PlayStation - Screenshot 1Ce genre de scène a fait son petit effet à l’époque.

Fini de bavasser, il est temps d'en venir au jeu ! Nous sommes en 1997 et un drame a eu lieu dans un grand hôpital près du centre de Los Angeles. Le Docteur Richter Harris, pourtant réputé pour son calme et son sérieux, semble avoir perdu la raison et commence à assassiner sauvagement toutes les personnes qui croisent son chemin. La police est rapidement dépêchée sur les lieux mais cette dernière ne peut intervenir : le médecin tient en effet de nombreux patients en otage et Dieu seul sait ce que sa folie meurtrière pourrait bien l'amener à faire. Apprenant la nouvelle, sa fille, Laura Harris, quitte immédiatement son campus universitaire et se rend sur les lieux du drame, bien décidée à parler avec son père et à le raisonner. Mais à peine a-t-elle le temps de pénétrer dans le hall de l'hôpital, qu'elle est transportée dans un étrange et angoissant château moyenâgeux. Son père lui apparaît alors pour la mettre en garde : ce dernier semble entamer une étrange transformation lui faisant progressivement perdre le contrôle de lui-même et Laura n'est pas à l'abri des intentions de son « autre lui ». La jeune femme n'étant pas froussarde pour un sou, elle s'enfonce dans les couloirs du château à la recherche de son père…

Test D PlayStation - Screenshot 2Des énigmes qui ne devraient pas poser trop de problèmes.

D appartient à cette catégorie de jeux entièrement en images de synthèse qui était à la mode à l'apparition des premières consoles CD ; comme par exemple, Le Manoir des Âmes Perdues sur le Mega-CD de Sega, pour ne citer que lui. Grâce aux capacités de stockage accrues offertes par le support CD, les développeurs étaient en mesure de produire des graphismes 3D époustouflants (pour l'époque) qui motivaient à eux seuls l'achat d'un jeu. Le gameplay, quant à lui, n'était malheureusement pas leur préoccupation première et on se retrouvait devant d'énormes scènes cinématiques interactives. Ainsi, D se présente sous la forme d'un jeu d'exploration à la première personne où chaque pression du pad directionnel entraîne un déplacement, enclenchant une nouvelle scène cinématique. Laura se mettra donc à avancer jusqu'à un point bien précis avant de s'immobiliser et de vous laisser à nouveau choisir la prochaine action. L'intégralité du jeu se déroule sur un rail, chaque action étant pré-calculée et ne laissant que peu de liberté au joueur.

Test D PlayStation - Screenshot 3Le seul moment d’action du jeu : une QTE face à un chevalier.

Ce gameplay pour le moins rudimentaire témoigne du peu d'efforts qu'ont dû fournir les programmeurs, se contentant simplement de lancer une scène différente en fonction de la touche utilisée et de l'endroit où cette dernière est enfoncée. Malgré cela, D souffre de lacunes qui rendent l'expérience de jeu encore plus frustrante qu'elle ne l'est déjà. On citera par exemple certains angles de caméra douteux qui ne laissent pas deviner dans quelle direction on se dirige. Mais le pire reste de loin la lenteur extrême à laquelle notre pauvre Laura se déplace. Chacun de ses pas dure une véritable éternité et en attendant qu'elle traverse un couloir entier, on aurait presque le temps d'aller se faire couler une tasse de café ! On redécouvre à chaque mouvement le miracle de la lente marche lunaire de Neil Armstrong, l'excitation du moment en moins. Et comme le jeu doit obligatoirement être bouclé en moins de deux heures, on ne peut pas vraiment dire que cela arrange les choses…

Test D PlayStation - Screenshot 4Quelques passages bien flippants.

D'ailleurs, un certain nombre d'énigmes sont également de la partie de façon à vous faire perdre encore un peu plus de temps. Dommage, par contre, que ces dernières ne soient jamais très inspirées. En fait, elles oscillent entre le simpliste et le « trop tordu ou absurde pour qu'une personne saine d'esprit puisse les résoudre ». Ainsi, à la découverte d'une clef qui traîne par terre, il faudra se rappeler qu'une porte verrouillée se trouve dans la salle à manger, et alors résoudre l'équation fondamentale suivante : clef + porte fermée = porte qui s'ouvre. D'un autre côté, il va par exemple falloir songer à plonger une feuille de papier dans un bol de soupe afin de révéler un indice… ce qui n'est pas d'une logique implacable. Heureusement, les items sont peu nombreux et les décors avec lesquels interagir le sont encore moins. On peut donc toujours compter sur le hasard. Que se passe-t-il si je veux faire interagir la feuille de papier avec le miroir ? Rien du tout. Avec le tonneau de vin alors ? Non plus. Avec le bol de soupe peut-être ? Bingo! Notre jeune héroïne possède également un poudrier (que sa défunte mère lui a légué) qui a la particularité de dévoiler de précieux indices. Ce dernier étant à usage limité, il convient cependant de l'utiliser avec parcimonie.

Test D PlayStation - Screenshot 5Le poudrier donne de précieux indices.

On ne va tout de même pas faire planer le doute plus longtemps : D n'est, selon les critères d'aujourd'hui, pas un bon jeu. Bon nombre d'entre vous n'y trouveront aucun intérêt. Si l'occasion se présente, il est toutefois conseillé d'y jouer au moins une fois, ne serait-ce que pour rendre hommage à un des fondateurs des jeux d'horreur actuels. Concluons finalement en citant deux autres jeux de Kenji Eno qui mettent en scène Laura. Il y a d'abord Enemy Zero (suite spirituelle de D), sorti exclusivement sur Saturn, qui propose enfin de vraies scènes d'action en plus de passages pré-calculés. Finalement, il y a D2 sorti en 2000 sur Dreamcast : l'épisode le plus abouti de la trilogie, bien que moins original que ses prédécesseurs.

Shametblame (contributeur de jeuxvideo.com), le 14 août 2010

Les notes

  • Graphismes 16/20

    Révolutionnaires à l'époque, les graphismes ont subi les ravages du temps ; même si le résultat reste décent pour une console 32 bits. Les décors sortent du lot de par la pléthore de détails qui les composent, témoignant d'un travail colossal des graphistes. Bien que l’on sente aussi un effort pour donner à Laura des expressions faciales réalistes, elles n’ont pas été suffisamment travaillées et on a trop souvent l'impression d'avoir affaire à un robot sans âme. Les larges et immondes bandes noires qui entourent l'écran de jeu sont risibles et on ne s'y habitue jamais vraiment.

  • Jouabilité 8/20

    Bon sang que c'est mou ! Non seulement on est contraint de se déplacer sur un rail, mais en plus, il a fallu que le personnage soit aussi vif qu'une limace, même en comparaison à d’autres softs du genre. C'est extrêmement frustrant, et le pire, c'est que l'on envoie fréquemment le bonhomme dans la mauvaise direction sans le faire exprès, vous condamnant à subir une scène cinématique encore moins passionnante qu'une course d'escargots, voire pire, qu’un épisode de Derrick. Évidemment, certains avanceront que c'est le genre qui veut ça et que le gameplay est exactement comme les développeurs l'avaient pensé. Oui d'accord, mais tout le monde n’appréciera pas.

  • Durée de vie 10/20

    Le jeu doit être obligatoirement fini en moins de deux heures, sous peine de voir la pauvre Laura mourir sans raison (c’est d’ailleurs la seule et unique façon de la tuer). En règle générale, on n'y arrive pas la première fois mais fort certainement à la deuxième ou maximum troisième tentative. Les énigmes ne sont pas très recherchées et ne devraient pas poser de gros soucis – même si les solutions à certaines d'entre elles sont totalement absurdes. Une fois une partie terminée avec succès, on pourra toujours relancer le jeu pour trouver les quatre scarabées qui se cachent dans le château, permettant de débloquer des flash-back qui dévoilent des bribes de scénario.

  • Bande son 17/20

    C'est indéniablement la grande réussite du jeu et c'est d'ailleurs la seule caractéristique qui n'a pas été victime du temps qui passe. En fait, D reprend tous les éléments qui contribuent à l'ambiance malsaine des bons vieux films d'horreur. Les musiques, par exemple, se veulent très discrètes et calmes… et puis soudainement, on sursaute à cause d'un bruit strident qui vous explose les tympans à la découverte d'un cadavre ou d'une horreur dans le genre. Les bruitages lugubres ne sont pas non plus en reste : bruits de pas ou tic-tac de l'horloge qui résonnent au loin, grincement de porte etc. À condition de jouer seul et dans le noir, il est encore possible de se faire de sacrées peurs. Chose assez rare pour être signalée, les doublages français sont plutôt réussis. En fait, on devrait dire LE doublage puisque seul le père de Laura parle dans le jeu. D'ailleurs, son fameux « Laura, c'est ton père qui te parle », qui revient régulièrement a dû marquer plus d'un joueur.

  • Scénario 12/20

    Kenji Eno l'a avoué lui-même, le scénario a été rajouté alors que le jeu était déjà presque fini. Ce qui n'annonce rien de bon. En bref, cela veut dire que l'on a un jeu d'aventure auquel on est venu coller une scène d'intro, de fin, des interventions fantasmagoriques et quatre petits flash-back pendant la partie. Finalement, sachez que le dénouement final a au moins le mérite d'être inattendu et totalement imprévisible. La mauvaise fin du jeu, quant à elle, atteint des sommets du mauvais goût et rien que pour ça, elle vaut la peine d'être vue au moins une fois !

  • Note Générale11/20

    Majoritairement constitué de scènes cinématiques, D a très mal vieilli sur le plan purement technique et ce qui avait fait son succès et son originalité – à savoir ses scènes de violence explicites – ont de quoi faire sourire quand on pense à certaines productions vidéoludiques actuelles. Cependant, il occupe une place toute particulière dans le cœur des joueurs qui ont eu la chance de s'y essayer à l'époque. Pour ceux-là, il serait dérisoire de tenter d'accorder une note à un jeu qui fait partie intégrante de leur jeunesse et pour lequel ils gardent toujours un élan de nostalgie. N'hésitez d'ailleurs surtout pas à partager votre expérience via les commentaires en bas de page et à attribuer à D la note sentimentale qu'il mérite à vos yeux.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 13/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Acclaim
  • Développeur : WARP
  • Type : Aventure
  • Sortie France : 1996
    (2 mars 1996 aux Etats-Unis)
  • Existe aussi sur :
    D - Saturn D - PC D - 3DO
Mots-clefs : D no Shokutaku

Vidéos

Voir la vidéo de D