Menu
Alpha Protocol
  • Tout support
  • PC
  • PS3
  • 360
  • Box SFR
  • Box Orange
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Alpha Protocol
360
Alpha Protocol
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Dinowan
L'avis de Dinowan
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
01 juin 2010 à 17:43:53
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (116)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.8/20
Tous les prix
Prix Support
3.48€ PC
3.98€ PC
10.40€ PS3
11.79€ PS3
13.19€ 360
27.52€ 360
Voir toutes les offres
Partager sur :

Maintes fois repoussé, Alpha Protocol s'aventure sur un terrain original : le RPG contemporain baigné dans le monde merveilleux de l'espionnage. Une audace qui est tout à son honneur mais l'audace ne fait pas tout et il faut savoir assumer ses ambitions.

Alpha Protocol

Monsieur Michael Thornton fait partie des gus qui n'ont pas de bol dans la vie. Tout content à l'idée de servir son pays, le voilà embauché dans une agence tellement super secrète que même le Président je suis sûr qu'il la connaît pas. Le genre d'agence qui offre des solutions secrètes à des problèmes eux-mêmes secrets. Mais voilà, il faut toujours qu'il y ait quelques vils esprits pour détourner ces louables intentions. C'est ainsi que Michael Thornton devient un pion, manipulé, trahi et transformé en agent rebelle. Têtu comme pas deux, il va bien évidemment tenter de faire la lumière sur les agissements de diverses factions et tirer les ficelles jusqu'au grand manitou. Pour ce faire, il lui faudra parcourir le Monde, utiliser des planques luxueuses et suréquipées d'Alpha Protocol comme point de départ à chacune de ses missions relativement variées. Si Alpha Protocol est très, mais alors vraiment très orienté action, il n'en reste pas moins un RPG et pour sa défense, il possède en ce domaine des qualités certaines. Son scénario en premier lieu se montre plutôt élaboré même s'il n'évite pas quelques poncifs et surtout, une profusion d'informations qui le rendent souvent confus ou difficile à suivre. Mais plus encore, ce sont ses dialogues et son système de relations qui lui donnent un certain charme.

Alpha Protocol
Sur le terrain, Alpha Protocol ne sait ni s'il est un RPG ou un jeu d'action, ses mécaniques ne s'adaptent à rien.
Habitué à lorgner le travail de Bioware (oui, ne le cachons pas) Obsidian s'est quelque peu inspiré du système de dialogues de Mass Effect qui repose sur un choix de différents types de réponses lors des conversations. Suave, décontracté, moqueur, pro, menaçant etc. La principale différence avec le système de Bioware étant que le temps vous est compté pour donner votre réponse et ainsi définir votre attitude et surtout l'impact que vous aurez sur votre interlocuteur. Première chose à ce sujet : les dialogues tiennent franchement la route. Seconde chose : leur impact est réel sur la suite des événements. Chaque personnage rencontré possède un caractère qui lui est propre et réagira de façon particulière selon ce que vous lui dites. Jouez les petits malins avec un mec de la pègre plutôt branché business et au lieu d'une relation neutre ou d'une certaine "sympathie", vous récolterez de l'aversion. Cela pourrait paraître anodin si ce dernier n'était pas en mesure de vous fournir des informations ou du matériel. De la même façon, certains contacts vous prodigueront un bonus. L'exemple de base étant celui de Mina, votre dernier lien de valeur avec Alpha Protocol dont la confiance et la sympathie permettent de gagner un bonus de réconfort vous rendant plus résistant. A eux seuls, les dialogues ont donc une influence puissante sur la façon dont se déroule l'aventure et sur ce point, Obsidian a franchement assuré. Et on peut encore y ajouter une dernière option : la possibilité de tuer son interlocuteur dans certaines circonstances. Une jolie recette qui permet au jeu d'offrir de multiples embranchements et même une bonne rejouabilité.

Alpha Protocol
La fiche de personnage permet une vraie personnalisation et se montre efficace sur le papier.
Autre aspect jeu de rôle soigné : les compétences. L'arbre de compétences est fourni et vous permettra de concevoir un personnage sur-mesure sans problème. A chaque aptitude correspondent certaines compétences à activer sur le terrain. De la même façon, votre arsenal, qui se paie cash, peut être personnalisé de façon assez pointue et en adéquation avec le style de héros que vous avez développé, du soldat qui défonce tout à l'espion furtif. Sans oublier les inévitables systèmes de piratage ou les serrures à crocheter. Bref, les bases sont là, tout semble pour le mieux, il n'y a plus qu'à se dire miam-miam on va se régaler. Seulement voilà, Alpha Protocol est un assemblage terriblement bancal qui ne parvient pas, loin s'en faut, à se montrer à la hauteur de ses ambitions ou à mettre en pratique ses qualités.

Alpha Protocol
Micheal est plutôt doué en matière d'élimination furtive.
Une fois plongé dans l'action, on prend toute la mesure des lacunes du titre qui ne parviendra à convaincre ni ceux qui souhaitent jouer la carte du bourrin, ni ceux qui feraient preuve de plus de finesse. En clair : il n'y a aucun équilibre dans tout ça. Pour commencer par le plus light, on pourra parler du système de forçage des serrures, du piratage consistant à retrouver dans un flot de chiffres et de lettres deux séquences fixes ou encore du court-circuit qui repose sur le principe du labyrinthe. Trois éléments importants et pas déplaisants, si ce n'est lorsqu'on réalise que l'on devra y avoir recours environ toutes les 4 minutes et que l'envie de laisser tomber toute utilisation facultative se fera sentir. Un détail, contrairement à l'intelligence artificielle absolument lamentable dont le comportement tient de la folie pure. Ici un soldat restera immobile attendant que vous soyez le premier à ouvrir le feu, là c'est toute une armée qui va vous repérer derrière un pilier ou parce qu'elle a entendu un coup de feu à 8 kilomètres, et, parfois, rarement, un adversaire plus téméraire que les autres viendra vous prendre à revers. Et encore, on se demande s'il ne s'est pas simplement paumé en allant aux toilettes. Du coup, vous, bien planqué derrière votre couverture, vous n'avez plus qu'à faire le ménage ou à filer d'une planque à une autre si vous jouez en furtif. Ah, ah, erreur, car le système de couverture souffre de défauts passablement irritants. Sans que l'on saisisse pourquoi, il vous sera impossible de vous planquer derrière tel ou tel mur, au contraire, à d'autres moments, vous aurez tendance à y rester collé, ce qui est toujours agréable lorsqu'une grenade tombe à trois centimètres de votre jolis mais néanmoins fragile, orteil ou qu'un type plus futé que les autres vous déloge à coups de tatanes. Pire encore, il arrive qu'il vous soit impossible de tirer depuis votre couverture. La visée refusera simplement de s'enclencher. Sachez d'ailleurs que le jeu compte nombre de bugs, comme des glissements du personnage ou même son immobilisation totale.

Alpha Protocol
Les armes sont elles-mêmes hautement customisables.
Malheureusement, les défaillances des couvertures ne sont pas le seul défaut du gameplay. Si les missions sont variées, la plupart vous obligeront à un moment à un autre à jouer les gros bras, ce que les joueurs ayant opté pour une approche furtive vont particulièrement apprécier. Sous-équipés, pas assez résistants, ils devront se débrouiller pour faire face à une horde d'ennemis dopés aux amphet' et carrément suicidaires. Si vous êtes de ceux-là - des joueurs furtifs, pas des méchants drogués - les combats contre les boss vont certainement vous plaire, autant que la difficulté parfois inexplicable qu'il peut y avoir à rester discret et l'endurance surhumaine des ennemis qu'il vaut souvent mieux dégommer à mains nues qu'à l'arme à feu. Si au contraire vous avez choisi de jouer la carte du gros bras, alors ce sont les gunfights terriblement mous qui vont vous frustrer. La caméra sera elle aussi un véritable problème. Placée trop près du personnage, elle offre un champs de vision dérangeant, trop étriqué. Si on joue furtif, on ne voit pas arriver certains gardes, si on joue en bourrin, on cherche sa cible avec difficulté. D'une manière générale, certains placements de caméra rendent les mouvements pénibles pour la bonne et simple raison qu'on n'y voit que pouic, problème auquel s'ajoute celui d'un level design très brouillon, même s'il a le mérite d'offrir une certaine ouverture.

Alpha Protocol
Le système de dialogue a une importance qui se ressent fortement et rapidement. Un point fort du jeu.
Reste la question technique, là encore problématique. Du point de vue esthétique, Alpha Protocol manque singulièrement d'inspiration, proposant des environnements qui en dépit de leur variété sont d'une grande fadeur, ou plutôt d'un classicisme absolu. Mais c'est surtout le retour technique qui frappe. A force d'être repoussé, le titre accuse son âge. Ce bon vieux bug d'affichage des textures typique de l'Unreal Engine 3 est ici poussé à l'extrême avec des textures qui mettent plusieurs secondes à s'afficher par moments, sans parler de la fluidité discutable de l'affichage. La gestion des éclairages est totalement dépassée et l'interaction avec l'environnement quasi inexistante. Même l'animation des personnages laisse à désirer, à commencer par celle de Michael Thornton quand il se déplace furtivement, difficile de ne pas rire en contemplant sa démarche de Sam Fisher version grabataire titubant en essayant de ne pas se vautrer. Une façon parfaite de synthétiser le problème de fond du jeu, son manque d'équilibre.

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    Dépassé, Alpha Protocol souffre de nombreuses faiblesses, de bugs d'affichage fréquents ou encore d'animations carrément ratées. Sa gestion des effets est elle aussi archaïque mais finalement, c'est surtout son manque de personnalité qu'on lui reproche.

  • Jouabilité 13 /20

    D'un côté, on trouve le système de dialogue réussi, réellement déterminant sur la suite du jeu ou la personnalisation du héros relativement poussée. De l'autre, une mise en application bancale qui ne parvient à satisfaire pleinement aucun style d'approche faute d'un équilibrage correct des mécaniques. Du coup, sous de beaux atours, les gameplay est la plupart simplement frustrant.

  • Durée de vie 16 /20

    Offrant de multiples fins et surtout une bonne quantité d'embranchements possibles dépendant de vos décisions, Alpha Protocol a de quoi séduire qui ne rechigne pas à revivre plusieurs fois une aventure.

  • Bande son 16 /20

    Bien écrits, les dialogues interactifs font mouche et le doublage est généralement très correct. Côté musiques, si les thèmes sont sans grande originalité et d'inspiration très hollywoodienne, ils sont toutefois très efficaces. Il n'y a guère que les effets qui soient parfois un peu en retrait.

  • Scénario 17 /20

    Le principal défaut du scénario est à chercher dans une certaine confusion par moments. Mais l'habileté des dialogues et surtout leur impact sur vos relations lui donnent un intérêt certain et surtout procurent la sensation d'avoir une réelle influence sur ce qui se passe.

Le problème d'un RPG/Action, c'est précisément d'arriver à mélanger deux genres qui n'ont pas grand-chose en commun. Or, Alpha Protocol est en rupture constante, d'un côté on trouve une progression dans laquelle le joueur est habilement impliqué, effectuant des choix souvent décisifs, de l'autre un gameplay qui n'arrive pas à s'adapter à différentes approches et se montre donc bancal, frustrant, bâtard, dans lequel on ne sait jamais sur quel pied danser et qui souffre d'écueils déplorables. Dommage, car avec un équilibrage de meilleure qualité et des finitions plus soignées, les aspects purement RPG d'Alpha Protocol auraient pu donner tout leur potentiel en impactant efficacement les mécaniques de jeu.

Profil de Dinowan
L'avis de Dinowan
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
01 juin 2010 à 17:43:53
13/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (116)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.8/20
Mis à jour le 01/06/2010
Xbox 360 RPG Sega Obsidian
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Fire Emblem Three Houses : Plus accessible, plus permissif
    SWITCH
  • Preview : The Surge 2 : Une consolidation des forces et un lissage des faiblesses ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : The Dark Pictures Man of Medan : Une aventure horrifique à vivre en coopération
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Final Fantasy VII Remake
    PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce