Test Shadowgate- Nes

Nes

Maintenant que vous êtes debout face à l’entrée du sinistre château de Shadowgate, vous vous dites que vous n’auriez peut-être pas dû répondre à cette annonce plutôt anodine parue dans le journal local : « Vieux magicien arthritique cherche jeune aventurier courageux pour vaincre sorcier maléfique terrorisant la région, rémunération intéressante, appeler aux heures des repas au 06..., etc.». Mais vous avez signé, il est trop tard pour reculer.

Shadowgate

Il faut dire que vous n'êtes pas n'importe quel aventurier tout de même ! Vous êtes le dernier descendant d'une lignée royale, et par conséquent vous êtes apparemment le seul à être capable d'envoyer ad patres le vil sorcier et le terrible démon Behemoth que ce dernier vient d'invoquer. En tout cas, le vieux magicien Lakmir qui vous a envoyé devant les portes de Shadowgate d'un simple coup de baguette magique semble avoir placé en vous toute sa confiance et vous allez tâcher de ne pas le décevoir ! Vous ouvrez vaillamment la porte du château qui se trouve devant vous et vous vous retrouvez dans un grand hall d'entrée. Des yeux maléfiques flottant au plafond semblent vous observer et la voix maléfique du maître des lieux résonne à vos oreilles pour vous avertir que vous ne l'impressionnez pas, entre autres choses pas très agréables à entendre. Puis vous tentez d'ouvrir tour à tour les deux portes qui s'offrent à votre vue au fond de la pièce, sans succès. Elles semblent toutes deux verrouillées, et vous êtes déjà en face de la première énigme de Shadowgate…

Test Shadowgate Nes - Screenshot 1Aurez-vous le courage de franchir les portes de l'ombre ?

Le titre se présente comme un point'n click, genre qui était essentiellement l'apanage des Atari ST et autres Amiga à l'époque, et qui était très rare pour ne pas dire inexistant sur consoles. Seul un certain Maniac Mansion représentera le genre sur la 8 bits de Nintendo. Plus précisément, Shadowgate est un point'n click adoptant une vue subjective, comme le fera le célèbre Myst quelques années plus tard. On se retrouve donc à parcourir le château du sorcier, pièce par pièce, représentées par autant d'écrans fixes. Fixes… C'est bien le mot qu'il faut employer ici car malheureusement aucune animation digne de ce nom ne viendra donner un peu de vie à la sombre forteresse. Même les diverses créatures rencontrées au cours de l'aventure sembleront complètement statufiées. Il faut cependant avouer que les graphismes sont plutôt jolis et détaillés compte tenu des limitations techniques de la console. Les environnements traversés sont inquiétants à souhait et relativement variés qui plus est. L'interface du jeu a aussi le mérite d'être claire. En effet, l'écran est divisé en trois parties distinctes : la fenêtre de jeu principale bien sûr, mais aussi une fenêtre énumérant les différentes actions possibles et proposant également une mini-carte très sommaire mais très pratique des issues de la pièce actuelle ; et pour finir, une liste des différents objets et sorts magiques de son inventaire se trouve sur la droite. Tout y est pour vivre une belle aventure, ou presque…

Test Shadowgate Nes - Screenshot 2Le gameplay est basé sur des verbes d'actions.

Une seule chose nous fait défaut finalement si l'on compare ce titre aux autres point'n click sur ordinateurs. Il s'agit simplement de la souris. Déplacer le curseur à l'écran avec la croix directionnelle de la NES s'avère assez désagréable, pour ne pas dire pénible car l'ensemble manque cruellement de précision. Mais aucune souris n'existait pour la console et il faudra donc faire sans. La fenêtre d'inventaire n'est pas non plus un modèle d'ergonomie. Par exemple, certains objets comme des sacs ou des bourses peuvent être ouverts, ce qui affiche des sous-menus dans lesquels on peut facilement se perdre. On arrive tout de même à s'y habituer lorsque l'on a assimilé le système. Toujours au rayon des points négatifs, il faut signaler que le jeu est assez court. En revanche, pour compenser, la difficulté est terriblement élevée ! En effet, la plupart des énigmes proposées sont assez tordues et vont vous demander des moments de réflexion intense, ainsi que plusieurs essais. Il faut savoir qu'à chaque faux pas, à chaque mauvaise manipulation de votre part, la mort vous guette, imprévisible et vicieuse… Heureusement, la cartouche était dotée d'une pile qui vous permettait de sauvegarder votre partie à tout moment, chose qu'il fallait faire le plus fréquemment possible.

Test Shadowgate Nes - Screenshot 3Shadowgate est traduit en français, chose assez rare pour un jeu d'aventure sur NES.

Concrètement, la plupart du temps vous serez en quête d'objets, de la simple clé à l'objet magique le plus mystérieux, qu'il faudra réutiliser sur certains éléments du décor afin d'accéder à de nouvelles salles. De même, sans parler réellement de combats, vous vous débarrasserez des monstres qui vous empêchent de progresser en utilisant certains objets ou sorts contre eux. Chaque créature ayant son propre point faible, inutile d'essayer de pourfendre toute la faune locale avec la première arme que vous trouverez, ce serait le meilleur moyen de rejoindre la grande Faucheuse. L'observation et la ruse seront de bien meilleures alliées pour savoir quel item utiliser. En ce qui concerne les sorts magiques, ils se trouvent la plupart du temps dans des parchemins que vous trouverez au cours de votre aventure, et ils s'utilisent exactement de la même façon que n'importe quel autre objet, dans le but de faire disparaître un ennemi ou apparaître un nouvel accès lorsque vous pensez être dans une impasse. Dans de rares cas, il vous sera même possible de combiner certains objets de votre inventaire afin d'en obtenir un tout nouveau. Savoir quel objet ou quel sort utiliser pour chaque situation peut s'avérer extrêmement délicat, mais il faut retenir que l'observation systématique de tout ce qui arrive dans votre inventaire est souvent d'une aide précieuse. Pour couronner le tout, en plus des différentes énigmes et des pièges, il vous faut éviter de vous retrouver dans le noir, ce qui est synonyme de mort dans d'atroces souffrances. Pour ce faire, il vous faudra récupérer toutes les torches que vous trouverez dans le château et en allumer une nouvelle à chaque fois que la vôtre est sur le point de s'éteindre, chose signalée par une petite musique particulièrement stressante. Sans trop en dévoiler, il faut savoir que la flamme de votre torche peut ponctuellement servir à autre chose qu'à vous éclairer…

Test Shadowgate Nes - Screenshot 4Les combats font plus appel à votre esprit qu'à votre dextérité.

Pour finir, il faut souligner le fait que le jeu était intégralement traduit en français lors de sa sortie dans l'Hexagone, ce qui était extrêmement rare à l'époque, surtout pour un titre relativement peu attendu. La traduction était même de bonne facture globalement, si l'on excepte le cas d'un balai qui a curieusement été traduit par « chambre »… probablement une confusion maladroite entre les mots anglais « broom » et « room » (respectivement « balai » et « chambre »). Signalons également le fait que si le joueur se retrouve bloqué à ne plus savoir quoi faire, une pression sur la touche start ou select de la manette donne en fonction de la pièce dans laquelle on se trouve un indice parfois salvateur. Malgré quelques défauts, notamment concernant la jouabilité, Shadowgate reste un jeu somme toute sympathique qui fleure bon les « Livres dont vous êtes le héros » qui ont bercé la jeunesse de nombreux joueurs ayant atteint un certain âge aujourd'hui.

Rockstar78 (contributeur de jeuxvideo.com), le 18 mai 2010

Les notes

  • Graphismes 15/20

    Les graphismes sont plus que corrects et le château de Shadowgate paraît sans peine sinistre et inquiétant. Il est regrettable toutefois que le jeu soit totalement exempt d’animations qui auraient rendu l’ensemble plus vivant.

  • Jouabilité 10/20

    La croix directionnelle n’est pas des plus pratiques pour diriger le curseur à l’écran et on peste régulièrement pour pointer avec précision certains éléments du décor. On en vient à regretter qu’aucune souris ne soit disponible sur NES, même si faute de mieux on arrive à s’y habituer tant bien que mal.

  • Durée de vie 14/20

    Bien que le jeu soit très court, la difficulté est au rendez-vous et on passera de nombreuses minutes, voire des heures à réfléchir, à tâtonner, à mourir et à recommencer pour trouver les bonnes combinaisons et pour éviter les pièges mortels.

  • Bande son 15/20

    Les musiques sont sympathiques, parfois inquiétantes, parfois épiques, et relativement variées tout au long de l’aventure. Les bruitages en revanche sont anecdotiques.

  • Scénario 12/20

    Si vous aimez les « Livres dont vous êtes le héros », vous devriez aimer le peu de scénario que propose Shadowgate. Toutefois, tout l’intérêt du titre se trouve dans son déroulement et son univers, très largement inspirés de cette fameuse collection de livres.

  • Note Générale16/20

    Shadowgate est un petit jeu fort sympathique pour tous les amateurs de point'n click en mal d’aventures, et pour les amoureux des livres-jeux des années 80. Les courageux qui sauront faire abstraction d’une jouabilité médiocre faute de souris découvriront en effet une odyssée intéressante et un challenge élevé.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 17/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Kemco
  • Développeur : Icom
  • Type : Aventure
  • Sortie France : 1991
  • Classification : Pour tous publics
  • Existe aussi sur :
    Shadowgate - Atari ST Shadowgate - Amiga Shadowgate - PC Shadowgate - Mac
Mots-clefs : Shadow Gate