Menu
Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test : Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth
DS
Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
19 février 2010 à 17:24:25
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (231)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12.5/20
Partager sur :

La sortie d'un nouveau chapitre de la série Ace Attorney constitue toujours un événement à ne pas manquer pour ceux qui suivent les péripéties judiciaires de Phoenix Wright depuis ses débuts. Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth était d'ailleurs particulièrement attendu, ne serait-ce que parce que c'est la première fois qu'on nous donne l'occasion d'incarner un procureur et non un avocat de la défense. Hélas, un élément imprévu est venu jouer les trouble-fêtes et ternir notre enthousiasme pour ce nouvel opus.

Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth

Autant y venir tout de suite, le titre n'est pas traduit en français. Et pour un jeu constitué à 99% de dialogues et dont l'essentiel du gameplay consiste à décortiquer les dépositions des témoins pour les piéger, autant dire qu'il s'agit-là du pire défaut dont le soft pouvait souffrir ! Les anglophobes sont donc prévenus et peuvent d'ores et déjà abandonner l'idée de se procurer le titre, car celui-ci requiert tout de même une bonne connaissance de la langue de Shakespeare pour être apprécié à sa juste valeur. Qui plus est, même les anglophones admettront qu'il est plus difficile de s'immerger totalement dans un Ace Attorney rédigé dans une langue étrangère, la série étant justement connue pour ses dialogues épicés et ses nombreux jeux de mots. Il faut donc non seulement franchir la barrière de la langue mais aussi réapprendre à se familiariser avec les noms américains de personnages que l'on connaît, pour la plupart, déjà. Écoeuré écoeuré

Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth
On contrôle directement le personnage à l'écran durant les phases d'investigation.
A commencer par Miles Edgeworth, qui n'est autre que le très charismatique Benjamin Hunter, procureur général de renom et éternel rival de Phoenix Wright, qui devient cette fois le personnage principal du jeu. Changement radical de point de vue, par conséquent, puisque c'est la première fois qu'on nous glisse dans la peau de l'implacable Benjamin Hunter. L'homme dégage un charisme plus palpable que jamais, affichant en toutes circonstances une froideur à la limite du mépris. Son manque quasi total de compassion n'a d'égal que son amour absolu pour la justice, et même en dehors de la cour, Hunter veille toujours à ce que la vérité éclate au grand jour. Direct et perspicace, il n'hésite pas à dire ce qu'il pense, et tant pis si cela doit heurter l'amour-propre de ses interlocuteurs. En cela, le fait d'incarner Benjamin Hunter se révèle réellement jouissif, les discussions tournant bien souvent à de véritables combats de coqs verbaux. Car même si l'essentiel du jeu ne se déroule plus au tribunal mais sur les lieux du crime, cela n'empêche pas le gameplay du titre de fonctionner exactement de la même manière que dans les autres volets de la série. Car, cette fois, les personnages sont bien présents dans les environnements du jeu, et pas seulement sous forme de portraits.

Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth
Les contre-interrogatoires sont heureusement toujours de la partie.
Ceci est dû au fait qu'il est désormais possible de déplacer Hunter pour l'amener au contact des personnes à interroger ou des indices à relever. La prise en main est laissée au bon vouloir du joueur. On a donc le choix entre le maniement classique avec les boutons et la jouabilité tactile avec le stylet. Les deux sont efficaces et on constate que le fait de voir les salles peuplées d'individus apporte un certain renouveau à l'ambiance du jeu. Ces phases d'investigations permettent surtout de faire le lien entre les dialogues et l'avancée de l'intrigue et nous évitent les déplacements automatiques qui se faisaient auparavant via l'interface de destination. L'examen des environnements nous conduit même parfois à mettre en relief certaines contradictions sur la scène d'un meurtre. Il faut alors pointer un élément particulier du décor et appuyer notre déduction par une preuve choisie parmi les indices récupérés préalablement. Bien sûr, la moindre erreur se voit sanctionnée par la diminution de votre jauge de crédibilité, même si celle-ci peut être restaurée à chaque fin d'enquête sur le terrain. Autre nouveauté, l'ajout de réflexions logiques durant lesquelles Hunter doit relier dans son esprit les informations pertinentes qu'il a collectées. Si deux éléments ont une connexion entre eux, le fait de les réunir permet de mettre en évidence un indice encore plus pertinent et souvent déterminant pour la suite de l'enquête. La logique vient donc s'ajouter aux autres étapes plus classiques du gameplay : l'examen de la scène du crime, la recherche des preuves et les discussions avec les témoins.

Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth
Il faut parfois établir des liens logiques entre les indices pour faire avancer l'intrigue.
Que les puristes se rassurent, les particularités de cet opus ne l'empêchent pas de reprendre également tous les éléments propres à la série des Ace Attorney. Ainsi, bien que le titre laisse de côté les fameux procès, il nous amène toujours à décortiquer les dépositions des témoins dans ce qui ressemble fort à des contre-interrogatoires officieux. Il faut donc écouter attentivement la version des faits de son interlocuteur, attaquer chacune de ses répliques pour l'obliger à en dire plus qu'il ne le voudrait, puis trouver une contradiction en objectant à l'aide d'une preuve imparable. Les cinq enquêtes du jeu ne sont peut-être pas les plus mémorables de la série si on les compare aux meilleures des précédents volets, mais elles ne manquent pas d'intérêt et font intervenir des protagonistes inédits que l'on a plaisir à prendre en défaut, ne serait-ce que pour les voir se décomposer lorsque tombe leur masque. Le design des personnages et leurs animations totalement fantaisistes rendent les interrogatoires vraiment délectables, et on se laisse toujours surprendre par la façon ridicule dont les coupables finissent par péter les plombs. Les fans de la série apprécieront d'ailleurs de croiser çà et là quelques visages connus, parfois inattendus.

Ace Attorney Investigations : Miles Edgeworth
Hunter a de quoi être écoeuré par le choix de Capcom de ne pas avoir traduit le jeu en français.
Mais il ne faut pas perdre de vue non plus que le contexte de non traduction dans lequel ce titre voit le jour en Europe est proprement scandaleux. Que Capcom témoigne aussi peu d'intérêt envers une série aussi prestigieuse que celle des Phoenix Wright est inacceptable. Dans ces conditions, l'incompréhension et la colère des fans se répercuteront forcément sur les ventes du titre qui, d'ailleurs, est proposé au prix fort de 40 € dans notre pays. Alors, certes, les Européens pourront découvrir cet opus en même temps que les Américains, mais combien d'entre eux en seront privés ? Devant cet état de fait, les joueurs n'ont plus que deux solutions : soit sanctionner Capcom en boycottant carrément le jeu, soit l'acheter en sachant très bien qu'il ne se vendra pas suffisamment pour inciter Capcom à traduire les prochains volets en français. L'avenir de la série Ace Attorney dans notre pays est-il définitivement compromis ?

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Sur le plan visuel, le soft ne surprend qu'au travers des phases d'investigations durant lesquelles on déplace pour la première fois son personnage pour l'amener au contact des preuves et des témoins. Elles ont le mérite d'ajouter une sorte de transition entre les scènes de dialogues et l'avancée de l'intrigue.

  • Jouabilité 16 /20

    Le gameplay n'a pas vraiment changé, au final, si ce n'est dans le déroulement des phases d'investigations et l'apparition des liens logiques. Même si l'action ne se déroule plus au tribunal, cela n'empêche pas notre procureur de contre-interroger les témoins comme s'ils y étaient. Le maniement est aussi ergonomique au stylet qu'avec les boutons.

  • Durée de vie 15 /20

    La durée de vie est dans la lignée des autres épisodes de la série. Les cinq enquêtes vous prendront facilement entre 15 et 20 heures.

  • Bande son 13 /20

    Sans surprise, les meilleurs thèmes sont ceux qui sont repris des précédents volets de Ace Attorney. Les morceaux inédits sont moins convaincants.

  • Scénario 15 /20

    Les cinq enquêtes ne se déroulent pas dans l'ordre chronologique mais elles restent liées et nous permettent, pour la première fois, de découvrir le jeu du point de vue du procureur Benjamin Hunter !

Il aurait peut-être mieux valu sanctionner davantage Capcom pour nous avoir fait le coup de sortir un Ace Attorney non traduit en français, mais ce serait risquer de perdre en route les joueurs anglophones qui auraient tort de se priver de ce très bon opus. Ceux qui pensent ne pas avoir les connaissances suffisantes en anglais pour apprécier le jeu peuvent, quant à eux, boycotter le titre sans remords, en espérant que Capcom comprendra le message pour la prochaine fois...

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
19 février 2010 à 17:24:25
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (231)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12.5/20
Mis à jour le 19/02/2010
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Paranoia : Happiness is Mandatory - Un C-RPG décalé en approche ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Ghost Recon Breakpoint - Un TPS narratif, survivaliste et coopératif en monde ouvert
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Code Vein : Le Souls-Like vampirique sera-t-il à la hauteur ?
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Borderlands 3
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Star Wars Jedi : Fallen Order
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce