Menu
F1 2009
  • Tout support
  • Wii
  • iOS
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / F1 2009 / F1 2009 sur PSP /

Test du jeu F1 2009 sur PSP

Test : F1 2009
PSP
F1 2009
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Rivaol
L'avis de Rivaol
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
19 novembre 2009 à 16:39:22
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (57)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.2/20
Partager sur :

Depuis le temps que nous l'attendions... Un jeu de F1 ! Dans les placards depuis le dernier portage PS2 vers PS3 de Sony, la licence Formula One fait donc son grand retour, par le biais de Codemasters. Déjà concentré sur un titre HD qui sortira l'année prochaine, le développeur tient à nous proposer une version PSP qui se base sur la saison que nous venons de vivre.

F1 2009

Également disponible sur Wii, F1 2009 s'offre aux joueurs PSP, particulièrement sevrés de simulations depuis la déferlante des jeux off-road. Codemasters ne s'est pas contenté de faire rouler des monoplaces, F1 2009 propose un habillage officiel extrêmement complet. Le background est donc de qualité, s'appuyant sur toutes les licences (pilotes, écuries, circuits) et règlements de la saison qui s'est terminée au début du mois de novembre. De base, il y a donc tout ce qu'il faut pour faire un titre complet, crédible et d'actualité, même si la saison 2010 sera bientôt là. L'occasion d'ailleurs pour ceux qui adhèrent au SREC d'en profiter une première et dernière fois, ce qui propulse F1 2009 seul et unique titre du marché, tous supports confondus, à le gérer. Pour rappel, le SREC permet de profiter pendant six secondes précisément d'une propulsion accrue, le tout en appuyant simplement sur un bouton. Sur PSP, le bouton en question n'est autre que la touche rond, ce qui permet à l'utilisateur de profiter du SREC en faisant simplement glisser son pouce.

F1 2009
Visuellement, F1 2009 est loin d'être laid. Dommage qu'il ne soit pas toujours fluide.
Les premiers tours de roues au volant d'une monoplace sont surprenants à plus d'un titre. Direction qui répond parfaitement, conduite en mouvement, impression de vitesse au rendez-vous, précision diabolique dans les trajectoires, vues immersives et complètement jouables... On ne saurait en revanche que trop vous conseiller de laisser le stick analogique où il est et d'opter pour la croix directionnelle si vous voulez choper les meilleures trajectoires. Comprenons-nous bien, on ne parle pas non plus d'une simulation. F1 2009 reste avant tout un titre arcade mais qui évite la confusion souvent facile entre accessibilité et grand n'importe quoi. Ainsi, on découvre un fin compromis entre arcade et simulation, à la fois capable de plaire à un habitué des précédentes franchises Formula One et à un joueur Wii qui découvre la F1. D'ailleurs, le joueur a tout le loisir d'adapter la difficulté à son niveau, en choisissant d'activer ou non les aides au pilotage d'une part et en paramétrant la difficulté (IA, dégâts, casses mécaniques, règlement, etc.) d'autre part. Codemasters s'est ainsi parfaitement adapté au support mais n'a jamais voulu la jouer casual à outrance avec F1 2009. Le fan de la discipline n'est donc pas oublié et même s'il ne trouvera pas toujours avec exactitude les sensations que peut procurer une monoplace, force est de constater que l'expérience est bien plus concluante et authentique que prévu.

F1 2009
Pas de QTE pendant les arrêts aux stands, tout se fait selon vos choix d'avant-course.
Le gameplay de F1 2009 se savoure en priorité en vue intérieure, en optant pour la caméra placée au-dessus du pilote ou carrément, derrière ses yeux, cette seconde option étant sans doute plus immersive mais moins jouable. Le principal défaut de ces vues-là est lié aux rétroviseurs, pas fonctionnels ou carrément absents. Un détail qui choque d'emblée, surtout lorsque l'on connaît l'importance de ces derniers en F1. Le joueur peut toujours utiliser la touche triangle pour regarder derrière lui mais au risque de dévier de sa trajectoire ou de voir le virage suivant arriver trop tard. Si l'on opte pour les caméras plus éloignées, toutes les bonnes sensations citées ci-dessus passent à la trappe, que ce soit en termes d'impression de vitesse ou de fluidité dans la direction. On oublie donc ! L'autre défaut majeur de F1 2009, c'est son IA. Non pas qu'elle soit scriptée ou prévisible, bien au contraire, elle offre son lot de surprises et ne se la joue pas petit train comme on pouvait le craindre. Non, le vrai problème, c'est son excès d'agressivité et sa tendance à provoquer des accidents, souvent idiots. Soit elle freine trop tard et ne peut éviter la collision avec l'arrière de votre monoplace, soit au contraire, elle négocie trop lentement des courbes rapides, vous contraignant à piler et à ainsi perdre de précieuses secondes. On regrette en ce sens qu'il n'y ait pas d'intermédiaire entre les niveaux "moyen" et "difficile" de l'IA, soit trop lente, soit trop agressive.

F1 2009
L'IA pose quelques problèmes de par sa relative aggressivité.
F1 2009 s'appuie essentiellement sur un mode Carrière prenant et sensiblement identique à celui de Formula One : Championship Edition. Une fois votre profil créé, vous vous lancez dans une carrière qui débutera par deux séances d'essais dans des écuries de fond de grille. Dans notre partie, les deux teams en question étaient BMW et Torro Rosso. Les essais consistent à effectuer un chrono donné dans un temps imparti, la difficulté augmentant logiquement selon le niveau de l'IA sélectionné. En cas de réussite, l'écurie en question vous donne un volant puis y associe des objectifs de points qu'il faudra remplir pour rester en F1. Petit à petit, des écuries mieux placées et plus compétitives peuvent être tentées de vous proposer le même type d'essais. L'immersion est totale, d'autant que l'on jouit des possibilités de base pour régler la voiture et la stratégie de course. Sachez qu'un week-end de course est tout à fait fidèle à un véritable Grand Prix, appliquant le même principe de Q1, Q2 et Q3. Les puristes apprécieront, d'autant que cette authenticité, nous la retrouvons à tous les étages en course. Les commissaires s'avèrent être extrêmement tatillons si l'on opte pour une application stricte des règles, ne tolérant pas le moindre raccourci emprunté sur une chicane. Dès la première erreur, qu'elle soit volontaire ou non, un drive-through vous sera imposé, voire pire si vous récidivez. Un peu plus frustrant, certains contacts un peu trop appuyés pourront être considérés comme une faute de pilotage vous incombant, le cas échéant, la sanction sera la même.

F1 2009
La vue arrière remplace les retros qui ne servent à rien.
La gestion des contacts, parlons-en, dans la mesure où ces derniers manquent cruellement de réalisme et font des monoplaces de véritables poids lourds peu enclins à décoller du bitume. Même activés, les dégâts sont à la fois succincts (un aileron avant par-ci, un aileron arrière par-là) et pas toujours proportionnels à la violence de l'impact. En bref, Codemasters est un peu passé à côté à ce niveau-là même si on peut imaginer que le développeur n'a pas voulu trop pénaliser le joueur et éviter qu'il recommence sans arrêt sa course. Outre le mode Carrière, F1 2009 compte des courses rapides, du contre-la-montre, la possibilité de faire un week-end de Grand Prix ou de commencer un championnat mais également des défis qui sont la vraie nouveauté du côté des modes de jeu. Toutefois, leur intérêt est fichtrement limité puisque ne proposant rien d'original. Reste alors le multijoueur qui propose des courses uniques, de 2 à 4 joueurs ou carrément des championnats complets auxquels deux joueurs différents peuvent prendre part, dans la même écurie ou non.

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    Contrairement à la version Wii, l'animation est complètement à la ramasse en course. Dès que la vingtaine de voitures se retrouve réunie, le jeu rame. C'est fort dommage car F1 2009 est réaliste et profite pleinement des licences officielles pour proposer des courses et championnats authentiques.

  • Jouabilité 14 /20

    Le gameplay est très bien équilibré et la croix directionnelle permet d'être extrêmement précis dans les trajectoires. Le compromis entre arcade et simulation est idéal pour attirer tous les joueurs. Toutefois, les chutes intempestives de framerate gâchent la fête à de nombreuses reprises en course. Dommage.

  • Durée de vie 15 /20

    Il y a largement de quoi faire, que ce soit en championnat ou en carrière, sans compter les a-côtés. Codemasters a même pensé au split-screen (mais pas au Online, c'est dommage) et propose un mode deux joueurs tout à fait jouable sur un seul écran.

  • Bande son 12 /20

    Si on jouit d'une bonne bande-son sur Wii, la même chose n'est pas forcément vraie sur PSP. Entre des bugs caractérisés par des petites coupures de son et les moteurs aigus et pas toujours crédibles, cette version portable n'est pas un plaisir pour les oreilles.

  • Scénario /

F1 2009 nous a complètement séduits sur Wii et bien que cet opus PSP s'en inspire très largement, son cruel manque de fluidité en course lui porte vraiment préjudice. Également un peu bancal au niveau sonore, il s'en sort en revanche remarquablement bien en termes de gameplay. C'est bien là l'essentiel car on s'amuse avec un titre possédant un très bon fond et toutes les licences.

Profil de Rivaol
L'avis de Rivaol
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
19 novembre 2009 à 16:39:22
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (57)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.2/20
Mis à jour le 19/11/2009
PlayStation Portable Course Codemasters Sumo Digital
Dernières Preview
PreviewGrounded - Le nouvel Obsidian miniaturise le jeu de survie ! Hier, 22:44
PreviewArise : A Simple Story, mélancolie et retour dans le temps pour un jeu poétique 11 nov., 11:11
PreviewShenmue 3 : Le successeur attendu d'une saga culte ? 04 nov., 14:30
Les jeux attendus
1
The Last of Us Part II
29 mai 2020
2
Dragon Ball Z Kakarot
17 janv. 2020
3
Final Fantasy VII Remake
03 mars 2020