Dragon Age : Origins
TOUS SUPPORTS
// VERSIONS DISPONIBLES : PC PS3 360 Mac
Créer un contenu
Aperçu : Dragon Age : Origins
PC
  • Partager sur :

Cette fin d'année 2009 voit débarquer plusieurs jeux de rôle très attendus, pour le plus grand plaisir des amateurs du genre qui ne sauront plus où donner de la tête. Dragon Age : Origins, le nouveau titre de Bioware, s'annonce tout de même comme le grand favori. Mais en a-t-il vraiment la carrure ? Nous vous proposons quelques éléments de réponse dans ce nouvel aperçu réalisé sur la version preview du jeu, déjà bien finalisée et même localisée en français.

Si vous suivez de près Dragon Age : Origins, vous n'êtes pas sans savoir qu'il a été plus ou moins annoncé comme le nouveau Baldur's Gate. Cette promesse, les fans du genre l'ont déjà entendue à maintes reprises, concernant des jeux qui n'ont finalement pas comblé leurs attentes. Sauf que dans le cas présent, on n'a sans doute jamais été aussi proche de la vérité : à croire que seul le studio qui avait créé le mythe pouvait réitérer cet exploit. Pour ceux, et il y en a aussi, qui entendent parler pour la première fois de Dragon Age : Origins, sachez que contrairement à Mass Effect, le précédent jeu de Bioware, il ne s'agit pas d'un action-RPG. Les combats s'y déroulent bien en temps réel, mais la représentation aérienne et l'utilisation de la pause active, plus que conseillée si vous ne voulez pas mordre rapidement la poussière, les rendent particulièrement tactiques.

Dragon Age : Origins
Rixe dans une auberge. Pour peu, on se croirait dans Baldur's Gate.
Dragon Age : Origins est donc un vrai jeu de rôle "à l'ancienne", de la même trempe qu'un Drakensang (sorti sur PC en mars 2009) avec qui il entretient d'ailleurs de nombreuses similitudes. A l'instar du titre de Radon Labs, il permet de diriger un groupe de quatre personnages (le vôtre, ainsi que trois compagnons à sélectionner parmi les alliés rencontrés), offre la possibilité de passer librement d'une vue aérienne plus tactique à une vue à la 3ème personne plus immersive et propose cette fameuse pause active permettant d'interrompre l'action pour passer des ordres aux membres de votre petite troupe (bouger, changer de cible, utiliser des compétences, se soigner...). On y retrouve aussi la même façon de se déplacer de zone en zone sur la carte du monde avec rencontres aléatoires à la clé, héritée de Baldur's Gate. Mais la comparaison s'arrête là, car si Drakensang noyait d'emblée le joueur sous sa complexité, notamment dans le domaine de l'évolution des personnages, Dragon Age : Origins prend le contre-pied de cette démarche en choisissant de ne distiller ses possibilités que de façon très progressive. L'objectif est simple : permettre au joueur de s'immerger pleinement dans l'histoire avant même de lui donner les clés (les mécanismes de jeu) qui permettront d'influer sur son déroulement.

Dragon Age : Origins
La création statistique est limitée, mais l'éditeur physique assez complet.
Ce parti pris s'affiche dès la phase de conception de votre personnage : seules trois races (humain, elfe, nain) et trois classes (guerrier, mage, voleur) sont accessibles. Ce choix limité pourra paraître décevant aux yeux des puristes, qui bénéficieront toutefois de la possibilité de spécialiser leur avatar dès le niveau 7. Le secret, c'est que la combinaison race/classe choisie détermine le background du personnage, parmi six différents, ainsi que le scénario de départ qu'il vivra. Nous tairons pour l'instant la teneur de ces six prologues, qui sont l'occasion de quelques choix moraux et débouchent tous sur un tronc commun sur lequel ils auront quelques répercussions. Sachez toutefois que la trame principale est relative à l'irruption, dans l'univers de Férelden, de créatures souterraines nommées "engeances". Responsable des Gardes des Ombres, une confrérie légendaire qui a déjà repoussé une telle invasion par le passé, Duncan part à la recherche de nouvelles recrues qu'il sent capables d'affronter le rite d'initiation. Pendant ce temps, les engeances déferlent sur la cité d'Ostagar, qui organise ses défenses. Outre le choix de vos origines, la phase de création propose un éditeur plutôt complet qui permet de façonner physiquement votre personnage. Soignez son apparence vu qu'il apparaîtra dans les nombreuses cut-scenes du jeu.

Dragon Age : Origins
Les combats sont grisants, mais restent très exigeants.
Tout au long de leur progression, les personnages de votre groupe évoluent : vous améliorez leurs statistiques et leur choisissez de nouvelles compétences (discours, vol à la tire, herborisme, survie, stratégie... elles recouvrent des domaines variés et sont accessibles à tous) ainsi que de nouveaux pouvoirs spécifiques à leur classe. Ces derniers se structurent en plusieurs branches de sorts et de talents à la puissance croissante (les plus puissants nécessitant bien entendu les plus gros prérequis). Là où Dragon Age : Origins marque des points, c'est que chaque pouvoir trouve son utilité en combat, et que nombre d'entre eux sont tournés vers la synergie de groupe. Par exemple, votre guerrier peut renverser d'un coup de bouclier l'adversaire qui se dirigeait vers votre mage, tandis que ce dernier a la possibilité de canaliser un sort qui enflamme les épées de ses compagnons. De cette façon, les groupes bien équilibrés peuvent venir à bout d'opposants en surnombre. Cela donne lieu à des affrontements épiques qui figurent parmi les plus réussis jamais vus dans un jeu de rôle. Leur mise en scène, leur beauté formelle (le sang gicle, les armes s'entrechoquent), leur dynamisme et le challenge offert (pause active obligatoire dès le niveau de difficulté moyen) en font de purs moments de bonheur.

Dragon Age : Origins
Les choix moraux sont légions, et entraînent des conséquences.
Si vous craignez que la pause active ne hache à l'excès les combats, un compromis vous permet d'en négocier la plupart en vous passant de cette option. Dragon Age : Origins vous propose en effet de paramétrer des scripts personnalisés pour chacun de vos compagnons, destinés à les rendre plus autonomes lors des affrontements (exemple : utilisation d'un cataplasme curatif quand la santé descend en dessous de 25 %). Plus un personnage passe de temps à vos côtés, plus il vous apprécie, et plus il bénéficie d'options tactiques. A ce sujet, et pour sortir du registre martial, notez que les motivations particulières de chacun des membres de votre groupe peuvent entrer en contradiction entre elles, voire avec les vôtres. Certains personnages peuvent ne pas s'apprécier, ou même ne pas apprécier vos choix, et vous le faire savoir. Vous devez alors veiller à ménager les susceptibilités, sachant qu'il vous est possible de leur offrir des cadeaux si leur jauge d'approbation décline de trop. Certains PNJ auxquels vous vous adressez réagissent différemment en fonction des membres de votre groupe. A côté de ça, Dragon Age : Origins n'oublie pas de proposer ces petites fonctionnalités très prisées des amateurs du genre. Des possibilités d'artisanat et d'enchantement d'équipement (plutôt simplistes il faut bien l'avouer) vous sont donc offertes.

Dragon Age : Origins
Visuellement, Dragon Age est réussi, mais loin de Mass Effect.
Comme souvent dans les derniers jeux Bioware, combats et dialogues représentent l'essentiel du temps de jeu. L'exploration n'est pas laissée pour compte, mais les différentes zones de Férelden, fermées et relativement peu étendues, sont vite parcourues. On y trouve par contre un grand nombre de quêtes variées, d'un intérêt inégal. Certaines bénéficient d'une écriture solide quand d'autres semblent tout droit sorties d'un MMO. Mais c'est surtout grâce à son background original, loin des conventions de l'heroïc fantasy classique, et à ses thématiques modernes que le jeu se démarque. Ici, les elfes sont parqués dans des ghettos, les clans de nains agissent comme des mafias et les mages sont surveillés par l'inquisition. Il vous arrivera de croiser un tueur en série livré en pâture aux engeances, un forgeron prodige sommé par son associé de privilégier la quantité à la qualité, ou encore un mage victime d'Alzheimer suite à une surconsommation de potions de mana. Qui plus est, sexe et violence seront également de la partie. Riche, crépusculaire, adulte, décalé et immersif, l'univers de Dragon Age : Origins est donc particulièrement séduisant. Dommage qu'on ne puisse pas en dire autant de la réalisation, assez inégale et plutôt quelconque dans l'ensemble, qui souffre des retards de développement qu'a connus le projet.

Rien toutefois qui suffise à entamer notre envie de plonger plus avant dans ce qui s'annonce comme un grand jeu de rôle. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, Dragon Age : Origins sera – ô joie ! – fourni avec un éditeur de modules comme Neverwinter Nights en son temps. Il ne vous reste plus qu'à faire preuve d'un peu de patience, sachant que l'attente ne devrait plus être très longue !

Mis à jour le 05/10/2009
PC RPG BioWare Electronic Arts Heroic Fantasy
Commander Dragon Age : Origins
PC
6.99 €
PC
9.48 €
PC
42.00 €

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Veracruz
Veracruz
MP
13 oct. 2009, 19:32

Hum, si déjà certains commencent à sortir Baldur's Gate de leur mémoire pour faire une comparaison, ils risquent d'être déçus, simplement parce qu'il faut savoir apprécier un nouveau jeu sans le tremper d'emblée dans une vieille soupe, chaque jeu emprunte des éléments a d'autres jeux et chaque jeu apporte sa touche d'originalité; pour ma part, bien ou pas bien, j'achète ce jeu(déja précommandé) car des que je vois JDR , je ne me pose pas de question je prends, et je suis impatient d'être surpris par Dragon Age en dépi des faiblesses qu'il ne manquera pas d'avoir, bon vent tout le monde et a bientot sur Dragon Age.

Lire la suite...
DLM4ever
DLM4ever
MP
11 oct. 2009, 13:49
  1. Erebfaer
  2. Posté le 6 octobre 2009 à 21:32:23
  3. Mmm peu de classes au début, avec une évolution et un choix de spécialisations quand on atteind certains niveaux... Ca fait un peu trop rpg/mmo coréen à mon goût. Après je peux pas juger.
                                      • ***

En même temps tu prends KOTOR : 3 classes au début (voyou, éclaireur, soldat) que tu spécialises une fois jedi (gardien, consulaire, sentinelle). Et c'est un peu le même principe pour le II sauf que tu commences direct jedi.

On est loin du RPG coréen pourtant :sarcastic:

Lire la suite...
baatezus
baatezus
MP
10 oct. 2009, 18:57

Baldur's gate 2 reste pour moi le meilleur jeux du monde (c'est un avis très subjectif, j'en convient...),alors faire un jeu next gen sur le même principe ne peut que me ravir, ceci dit j'éspère qu'ils feront ça bien, et ne nous refilerons pas une daube passe-partout due à la sortie sur consoles et pc.
Car je trouve que depuis que les jeux sortent sur les deux types de plateformes la qualité des jeux est nettement en baisse.
Qu'ils arrêtent de vouloir contenter tout le monde , l'univers du jeu sur pc n'est pas celui de la console (et ce sans jugement de valeur, je joue sur les deux.), au risque , en continuant, de ne plus satisfaire personne du tout...

Lire la suite...
Chakichou
Chakichou
MP
09 oct. 2009, 11:42

Pas mal !!
Wait and see !!
:ok:

Lire la suite...
marmeladeboy
marmeladeboy
MP
07 oct. 2009, 19:09

Ouai enfin faut pas déconner, les RO c'est quand même pas mal. Ils ont sut apporté énormément de contenue à ce monde, lui donnait ainsi une légitimité. C'est plus un plagia pur et simple, c'est devenu un univers à part entière, avec ses intrigues et ses histoires à milles lieux de Tolkien. Les elfes sont des gens comme tout le mondes, tout comme les nains, et la plupart des races, la magie y est commune, et surtout carrément visible.
Enfin bref, la seule vrai ressemblance c'est les races, et la mécanique du JdR => Long voyage, quêtes pour sauver le monde, etc...

En tout les cas, ce nouvel univers, j'éspère qu'il imposera sa ptite papatte dans le monde du jeu, et que 10 ans après, on en reparlera tout comme maintenant on parle de BG :)

Lire la suite...
edan094
edan094
MP
07 oct. 2009, 14:10

oulà faut que j'aille dormir moi...

"Tant mieux si ça change..."
"...bonne initiative de tenter..."

Lire la suite...
edan094
edan094
MP
07 oct. 2009, 14:08

Tant lieux que ça change des Royaumes Oubliés. C'est en partie ce qui fait que je n'ai pas accroché plus que ça à Baldur's...

Déjà ADD c'est pas vraiment super original, alors les Royaumes Oubliés ou comment faire un plagia bien gras de Tolkien, c'est plus que très moyen.

Au moins dans Torment, le choix de l'univers à été plus exotique (même si ça reste du ADD, et que planescape est un univers syncrétique dans lequel on jette tout ce qu'on ne peut pas mettre ailleur)

En gros, bonne initiative dans "tenter" d'apporter un univers nouveau.

Lire la suite...
noxydius
noxydius
MP
07 oct. 2009, 12:05

Ho my God.

Need.

Lire la suite...
naked-snake666
naked-snake666
MP
07 oct. 2009, 07:30

Mort, mort, mort, mort, mort, mort ; mort, et votre population plus que jamais bourreau, et condamné !

Lire la suite...
pereRegimbald--
pereRegimbald--
MP
06 oct. 2009, 21:44

PC POWWWAAAAAAA :)

Lire la suite...
Boutique
  • Dragon Age : Origins PC
    9.48 €
    42.00 €
DERNIERS TESTS
  • Test : Total War : Rome II s'offre un DLC convaincant 4 ans après sa sortie sur PC
    PC
  • Test : Rocket League : La version Switch est-elle à la hauteur ? sur Switch
    SWITCH
  • Test : Skyrim VR - En immersion dans ce nouveau portage du RPG culte sur PS4
    PS4
Tous les tests
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Monster Hunter World
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Xenoblade Chronicles 2
    SWITCH
    Vidéo - Gaming Live