Menu
IL-2 Sturmovik : Birds of Prey
  • Tout support
  • PS3
  • 360
  • DS
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : IL-2 Sturmovik : Birds of Prey
PSP
IL-2 Sturmovik : Birds of Prey
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de dharn
L'avis de dharn
MP
Journaliste jeuxvideo.com
07 septembre 2009 à 17:11:13
12/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (6)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11/20
Tous les prix
Prix Support
34.90€ DS
35.00€ DS
42.80€ 360
59.90€ PS3
59.90€ 360
99.99€ PS3
Voir toutes les offres
Partager sur :

Applaudie lors de sa sortie sur PC en 2001, la célèbre simulation aérienne IL-2 Sturmovik s'invite aujourd'hui sur PSP. Malgré toutes les concessions faites par ses développeurs, ce portage portable s'avérera-t-il aussi convaincant que ses homologues next-gen ? C'est la question à laquelle nous allons répondre sans tarder.

IL-2 Sturmovik : Birds of Prey

Redouté par ses ennemis et qualifié de "tank volant" par l'Armée Rouge, le Sturmovik IL-2 qui prête son nom à ce titre développé par Dynamic Systems est un célèbre avion russe de la Seconde Guerre mondiale. Dans Birds of Prey, le passionné de combats aériens pourra non seulement piloter cet appareil mythique mais aussi se mettre aux commandes d'autres engins fameux tels que l'Hurricane anglais ou le Mustang P-51 américain. Tout au long de six campagnes constituées d'une trentaine de missions, il devra aider les Alliés à repousser les forces de l'Axe dans des circonstances et des environnements variés.

IL-2 Sturmovik : Birds of Prey
Visuellement, Birds of Prey s'en sort bien.
Contrairement aux éditions PS3 et Xbox 360, la version PSP de Birds of Prey ne propose aucun tutoriel. On effectuera donc notre premier vol directement en compagnie d'un escadron britannique durant la fameuse Bataille d'Angleterre (celle qui permit à la Royal Air Force de repousser l'envahisseur allemand). On s'apercevra que les missions sont plutôt variées et surtout très longues. Sachant qu'il est impossible de sauvegarder durant l'une d'elles, il vaudra donc mieux être sûr d'avoir du temps devant soi et de jouer avec des batteries bien chargées avant de se lancer. On retrouve dans Sturmovik IL-2 : Birds of Prey la plupart des missions classiques proposées par les diverses simulations aériennes, à savoir : attaquer des bombardiers, pilonner des positions au sol, escorter des véhicules vulnérables, etc. Les instructions nous sont données à travers un briefing au sol agréablement présenté, puis en vol.

IL-2 Sturmovik : Birds of Prey
Le pilotage est malheureusement très sommaire.
L'atout majeur de Sturmovik IL-2 : Birds of Prey est probablement la qualité très honnête de sa réalisation. De la modélisation des avions aux couleurs du ciel en passant par les textures au sol, le travail des graphistes est assez remarquable. Les modèles d'appareils sont fidèles à la réalité et les paysages que l'on survole ont été bien reproduits. Le nombre d'avions en vol simultanément n'est certes pas très impressionnant et l'ambiance épique s'en ressent mais toute comparaison avec les versions next-gen serait maladroite et malvenue. Pour de la PSP, Birds of Prey s'en sort très bien. De plus, l'ambiance sonore aura vite fait de plonger le joueur au coeur de l'action avec ses bruitages réalistes et ses communications radio en V.O Là où les choses se gâtent en revanche, c'est quand on réalise en quoi consiste le pilotage. Résolument arcade, ce dernier peine en effet sérieusement à restituer le comportement d'un appareil de l'époque. De plus, certaines énormités sont tout simplement indignes de la série IL-2 Sturmovik. Comment expliquer par exemple que lorsque l'on pique droit vers le sol, notre vitesse n'augmente pas ? Pourquoi au contraire, cette même vitesse ne décroît-elle pas quand on tire sur le manche ? Par ailleurs, quel moteur d'avion supporterait de tourner constamment à plein régime sans surchauffer ? Et quelle mitrailleuse n'exploserait pas après cinq ou six minutes de tir non-stop ? Quant à la vingtaine de roquettes que l'on peut embarquer sous son Spitfire, sans être un spécialiste de l'aviation, cela ressemble tout simplement à de la science-fiction.

IL-2 Sturmovik : Birds of Prey
Cet avion allemand va atterrir plus vite que prévu.
Pas réaliste pour deux sous, Birds of Prey s'apparente donc plus à un shooter qu'à une simulation d'avion de l'étoffe d'un Ace Combat. On ne décolle pas, on n'atterrit pas. En vol, on ne décroche pas. Il n'y a pas de vue du cockpit. Malgré ses trois niveaux de difficulté, l'expérience est donc hélas très proche du tir au pigeon. Certes, on peut effectuer quelques loopings et autres vrilles mais la maniabilité des avions est tellement médiocre que l'on se contentera la plupart du temps de virer à droite ou à gauche pour conserver l'ennemi dans son viseur. Viseur du reste capable de prévoir la trajectoire de l'adversaire car même en difficulté maximum, le tir est assisté. Idem pour les bombardements qui bénéficient d'un réticule de visée. Comme vous l'avez compris au point où nous en sommes, Birds of Preys a beau s'inscrire dans un contexte réaliste, il ne s'adresse qu'aux pilotes archi-débutants et aux amateurs d'action pure. Dommage, l'habillage était si séduisant...

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    Les avions sont bien modélisés et les paysages qui s'étalent sous leurs ailes sont assez agréables à survoler. Le ciel et les effets de lumière sont également réussis. On regrette cependant l'absence de vue cockpit et la survenue inopinée, quoique rare, de quelques gros bugs d'affichage.

  • Jouabilité 11 /20

    Totalement orienté arcade, le gameplay de Birds of Prey ne fait pas honneur à la série dont il est l'héritier. Le pilotage de nos appareils est réduit à sa plus simple expression, les incohérences sont nombreuses, et l'ensemble s'apparente plus à un shooter qu'à une simulation aérienne.

  • Durée de vie 14 /20

    Les trente missions proposées au fil des six campagnes disponibles sont longues et relativement variées. On ne peut pas jouer online mais un mode deux joueurs ad-hoc est pris en charge.

  • Bande son 15 /20

    Les musiques symphoniques de Jeremy Soule (Oblivion, Guild Wars...) sont très inspirées et les voix des acteurs n'ont heureusement pas été traduites en français cette fois-ci.

  • Scénario 9 /20

    Le contexte historique n'est pas assez développé et l'ensemble manque d'images d'archives.

Décevante en termes de réalisme comme de gameplay, cette version PSP de IL-2 Sturmovik : Birds of Prey se destine à l'évidence à un public peu exigeant. Certes, sa réalisation est honnête et l'action est omniprésente mais comment passer outre ses nombreuses lacunes ?

Profil de dharn
L'avis de dharn
MP
Journaliste jeuxvideo.com
07 septembre 2009 à 17:11:13
12/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (6)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11/20
Mis à jour le 07/09/2009
PlayStation Portable Action Tir 1C Company Dynamic Systems Limited
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Aperçu : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Derniers aperçus
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Fallout 76
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce