Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Tales of Vesperia
360

Avec les sorties consécutives de Star Ocean : The Last Hope chez tri-Ace et de Tales of Vesperia chez Namco Bandai, les joueurs 360 attendaient la venue de l'été avec une impatience que l'on partage forcément lorsqu'on est amateur de RPG. Si la série des "Tales of" n'a pas toujours eu la chance de s'exporter hors des limites du Japon, ce n'est plus le cas aujourd'hui où les fans sont de plus en plus nombreux à la soutenir dans l'hexagone.

A l'instar des différents volets de la série des Final Fantasy, Tales of Vesperia est un épisode indépendant qui n'a aucun lien direct avec ses prédécesseurs et qui peut donc être découvert avec un regard neuf par les joueurs. Par conséquent, pas besoin d'être familier avec la série de Namco pour apprécier l'expérience de jeu offerte par Tales of Vesperia. Pour peu que l'on apprécie le style visuel très manga de son univers et que l'on adhère au déroulement somme toute classique de la progression, c'est un voyage mémorable que l'on va vivre aux côtés des différents personnages du jeu.

L'acquisition du "Fierta" permet à l'équipe de voguer vers de plus vastes horizons.

Mais commençons par le commencement et présentons brièvement les sept "mercenaires" de Tales of Vesperia. Le personnage central de l'histoire a le mérite, pour une fois, de disposer d'un caractère fort, très éloigné des archétypes de héros que l'on retrouve régulièrement dans le domaine du RPG. Présenté au début comme plutôt solitaire et indépendant, il n'est pas du genre à suivre les règles aveuglément et ne recule devant rien pour accomplir les buts qu'il s'est fixés. On apprend pourtant assez vite que Yuri Lowell est un ancien chevalier impérial et qu'il a délibérément pris le risque d'abandonner sa condition et de devenir hors-la-loi pour agir selon ses convictions. Comme bien souvent, l'événement qui va pousser le héros à partir à l'aventure ne représente qu'une infime partie de ce que le jeu lui réserve. Alors qu'il se lance sur les traces d'un voleur de "noyaux" (des sphères qui assurent le maintien des barrières de protection dans les villes), Yuri va bien vite croiser la route de nombreux alliés qui, par leurs motivations diverses, transformeront sa quête de départ en un périple de longue haleine aux enjeux beaucoup plus importants.

L'oasis de Mantaic est le dernier rempart avant le désert.

Il y a d'abord Repede, le compagnon canin de Yuri qui ne se considère pas vraiment comme un animal et qui se bat avec des sabres de ninja. Puis Estellise Sidos Heurassein, une jeune princesse qui fuira son château pour mettre ses talents de guérisseuse au service d'une noble cause. Karol Capel, un enfant soldat, membre autoproclamé d'une guilde de chasseurs. Ou encore Rita Mordio, une magicienne de génie un peu bizarre qui pourrait être l'auteur des vols de noyaux que recherche Yuri. A ces cinq individus-là s'ajoutent Raven, un homme d'âge mur qui se voit contraint de rejoindre le groupe dans des circonstances bien particulières et dont les motivations sont plutôt louches. Enfin, Judith sera l'élément féminin le plus affirmé de l'équipe, ses compétences dans le maniement de la lance étant un atout certain pour le groupe dans les combats au corps à corps. Choisis avec soin, tous ces protagonistes se complètent à la perfection et, même s'ils ne s'entendent pas toujours à merveille, ils décideront de rester unis dans un but commun pendant toute la durée de l'aventure.

Une frappe fatale en préparation.

Avec une bonne cinquantaine d'heures nécessaires pour terminer le jeu dans son intégralité, Tales of Vesperia n'est pas de ces jeux qui dévoilent leur potentiel en quelques minutes, ni même en quelques heures. Si les habitués de la série retrouveront leurs marques sans problème, les autres apprécieront le fait que l'acquisition des nombreux éléments de gameplay se fasse de manière très progressive. Ainsi, l'anneau de sorcier, qui permet d'interagir avec certains mécanismes dans les donjons et de neutraliser les ennemis visibles sur le terrain, ne fait son entrée en scène que tardivement. Même chose pour la notion de "lien combat" qui permet aux ennemis d'attaquer en groupe lorsqu'ils sont plusieurs à vous repérer en même temps. L'icône qui apparaît au-dessus de leur tête est justement là pour nous indiquer leur niveau d'alerte, l'idéal étant de les surprendre avec l'anneau de sorcier pour déclencher une attaque préventive. Toute aussi tardive mais néanmoins cruciale, la notion de synthèse d'objets, accessibles dans les magasins, consiste à employer certains matériaux pour concevoir une arme ou un objet puissant. Mais attention à ne pas sacrifier trop vite une arme aux capacités uniques non maîtrisées.

La synthèse d'armes permet d'acquérir encore plus de capacités différentes.

Car un autre aspect particulier du système de jeu de Tales of Vesperia réside dans le fait que le port des armes et des sous-armes (couteaux, gantelets, boucliers) permet d'acquérir des capacités de toutes sortes que l'on peut ensuite activer pour bénéficier de certains bonus. On trouvera aussi bien des compétences qui optimisent les mouvements du personnage (rétablissement après un saut, combo prolongé, esquive) que d'autres qui renforcent l'attaque, la défense ou les pouvoirs magiques d'un personnage. Non seulement l'obtention de ces capacités apporte un vrai plus au niveau du gameplay, mais elle est aussi très motivante pour le joueur qui va chercher à toutes les maîtriser en récupérant un maximum d'armes différentes. Comme dans les autres volets de la série, les héros évoluent aussi constamment par le biais des Artes qui se développent au fil du temps, chaque technique apprise ayant ici la particularité d'influer sur le déclenchement des frappes fatales. Une nouveauté qui permet de tuer un ennemi d'un seul coup, à condition de l'attaquer sans discontinuer pour faire apparaître un champ de force vert, rouge ou bleu. La couleur de ce dernier dépend du type d'Arte utilisé durant l'attaque, certaines frappes fatales étant plus ou moins faciles à déclencher selon la nature des ennemis.

Le hors-limites donne accès à d'autres techniques foudroyantes pour l'ennemi.

Forcément limités en début de jeu, les affrontements s'enrichissent donc, au fil des heures, d'une multitude de possibilités d'action qui accroissent leur richesse et leur dynamisme. En plus des Artes et des frappes fatales, le joueur peut décider de passer en hors-limites pour libérer temporairement tout le potentiel de ses personnages. Une technique utilisable dès que la jauge dédiée est à son maximum, sachant qu'elle peut se remplir sur plusieurs degrés et donner accès à des hors-limites de niveau supérieur ou combinés entre plusieurs personnages. D'une manière générale, la possibilité de faire intervenir quatre joueurs durant les combats n'est pas à négliger car elle rend d'autant plus facile à réaliser l'ensemble de ces techniques. Dans le même style, les Artes explosifs sont à employer dès que l'on passe en hors-limites pour voir leur puissance décuplée.

Flynn rappelle beaucoup Milhaust de Tales of Rebirth.

Même après une bonne dizaine d'heures passées dans Tales of Vesperia, on continue de découvrir sans arrêt de nouvelles possibilités de jeu insoupçonnées. Les amateurs de succès pourront par exemple tenter de valider les missions secrètes en accomplissant un objectif précis durant un affrontement contre un boss. Les autres privilégieront plutôt l'apprentissage des spécialités culinaires, une option incontournable dans la série. Enfin, la possibilité de synthétiser des objets en en fusionnant d'autres dans les boutiques fait partie des nombreux à-côtés pertinents de cet opus. Rien n'est laissé au hasard et tout est mis en oeuvre pour que le joueur soit rassasié, qu'il soit simplement en quête d'une bonne histoire riche en émotions ou qu'il ait soif d'une aventure de longue haleine passant nécessairement par la résolution des challenges optionnels. Un épisode réussi, donc, auquel on pourra simplement reprocher de ne pas inclure les éléments annoncés sur la version PS3 qui sortira dans quelques mois au Japon.

Les notes
  • Graphique 17 /20

    Le rendu graphique donne le sentiment d'évoluer dans un véritable dessin animé. Le résultat se révèle carrément bluffant dans les environnements les plus fournis en couleurs et donne l'impression que les personnages sont tout droit sortis d'une série d'animation japonaise. C'est Kôsuke Fujishima, qui a déjà oeuvré sur Tales of Phantasia, Tales of the Abyss et Tales of Symphonia, qui est responsable du character design des personnages.

  • Jouabilté 16 /20

    Le gameplay de Tales of Vesperia compte parmi les plus complets de la série. Durant les dix premières heures de jeu, de nouvelles possibilités d'action viennent régulièrement s'ajouter aux précédentes, enrichissant constamment le système de jeu. La formule obtenue rend les combats extrêmement vivants et même assez tactiques, jouables jusqu'à quatre simultanément.

  • Duree 17 /20

    La durée de vie de Tales of Vesperia dépasse allègrement les 40 heures de jeu en ligne droite, sans compter tous les à-côtés optionnels. L'histoire met toutefois du temps à se lancer et ne devient réellement prenante qu'après une petite dizaine d'heures de jeu.

  • Son 14 /20

    On retrouve à la composition Motoi Sakuraba qui accompagne la saga depuis ses débuts et dont on a pu admirer le talent sur les plus grandes séries de RPG (Valkyrie Profile, Baten Kaitos, Star Ocean, etc.). Si les musiques sont réussies, il est vraiment dommage que les voix anglaises nous soient imposées.

  • Scénario 14 /20

    La traduction complète en français permet de profiter comme il se doit du scénario de Tales of Vesperia. Une histoire moins prévisible que dans certains volets de la série et qui se transforme rapidement en un immense périple à travers le monde. La plupart des protagonistes ont un caractère fort qui donne un certain piment à l'intrigue.

Malgré sa propension à démarrer un peu trop modérément, l'expérience offerte par Tales of Vesperia vaut incontestablement le sacrifice de quelques dizaines d'heures de votre temps, ne serait-ce que pour profiter des innombrables idées insufflées au niveau du gameplay. Des combats exaltants, un voyage de longue haleine et des personnages aux réactions imprévisibles, voilà ce que nous réserve ce titre qui compte sans aucun doute parmi les plus complets de la série.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
23 juin 2009 à 16:50:28
16/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (437)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/ 20
Mis à jour le 23/06/2009 Voir l'historique
Xbox 360 RPG Bandai Namco
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (5)
  • News (27)
  • Vidéos (27)
  • Images (1815)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (9)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Tales of Vesperia sur 360
    -
    360
  • Aperçu : Tales of Vesperia sur 360
    - 149
    360
  • Aperçu : Tales of Vesperia sur 360
    - 258
    360
Boutique
  • Tales of Vesperia 360
    46.99 € Neuf
    37.50 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.