Menu
Sonic et le Chevalier Noir
  • Wii
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Sonic et le Chevalier Noir
Wii
Sonic et le Chevalier Noir
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de pixelpirate
L'avis de pixelpirate
MP
Journaliste jeuxvideo.com
13 mars 2009 à 17:57:51
10/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (167)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.2/20
Tous les prix
Voir toutes les offres
Partager sur :

S'il fallait une preuve que Sega et Nintendo ont enterré la hache de guerre depuis longtemps, il n'y a qu'à regarder le nombre de jeux Sonic sortis sur Wii en l'espace de deux ans. Trois mois seulement après le sympathique Unleashed, voici que déboule Sonic et le Chevalier Noir, qui transporte le petit hérisson bleu au beau milieu des légendes arthuriennes. Hélas, l'insistance avec laquelle la Sonic Team tente d'explorer toutes les voies possibles pour redonner un second souffle à sa mascotte n'a d'égale que sa maladresse. En l'occurrence, Sonic aurait mieux fait de laisser Caliburn plantée dans son rocher.

Sonic et le Chevalier Noir

Sonic avec une épée, pourquoi pas après tout ? Depuis que Shadow joue des flingues et que Werehog distribue des mandales avec ses bras poilus, cela ne devrait plus choquer grand monde. D'autant que l'histoire, toujours aussi naïve mais moins convenue que de coutume, se laisse suivre sans déplaisir. Invoqué dans le royaume d'Avalon par la magicienne Merlina, Sonic fait aussitôt la connaissance du roi Arthur, victime d'un maléfice depuis qu'il est entré en possession du fourreau d'Excalibur. Ce sinistre monarque s'appuie désormais sur ses chevaliers Lancelot, Gauvain et Perceval (starring Knuckles, Shadow et Blaze) pour terroriser la population locale. Muni de son épée parlante Caliburn, et aidé par Amy la Dame du Lac et Tails le forgeron, Sonic va essayer de trouver un moyen de vaincre l'horrible chevalier noir. Sans trop spoiler ce mode histoire aussi court qu'intéressant, sachez qu'il propose, à mi-parcours, un sympathique retournement de situation qui redynamise l'aventure en vous laissant incarner Knuckles, Shadow et Blaze.

Sonic et le Chevalier Noir
Les cut-scènes sont drôle et très stylées, mais elles se font une fois de plus trop envahissantes.
Bref, vous vous habituerez vite à voir Sonic déambuler dans cet univers médiéval et affronter ses adversaires une épée à la main. Le vrai problème, c'est que le gameplay n'a pas été suffisamment repensé pour intégrer cette évolution. Certes, les sbires du docteur Robotnik ont été remplacés par des bad guys en armure, et les différents bonus par des petites fées de différentes couleurs (les bleues, notamment, font office de zones d'accélération). Mais les fondements restent les mêmes que dans les précédents Sonic et ne permettent pas de concilier finement vitesse et combats à l'arme blanche. Qu'on ait apprécié ou non la composante baston de Sonic Unleashed, elle faisait au moins l'objet de séquences spécifiques et ne venait pas polluer les phases de course. Ici, les deux aspects sont imbriqués de façon bien maladroite : le level-design désastreux (surtout eut égard au précédent opus) aligne à intervalles réguliers des rangées de chevaliers qui stoppent sans arrêt la course de Sonic, ne lui permettant jamais d'atteindre la vitesse fulgurante à laquelle il nous a habitués. Ce qui n'empêche pas les niveaux d'être étonnamment courts : comptez sur une alternance entre 2 minutes de cinématique et 2 minutes de jeu durant la première moitié de votre progression, même s'il faut reconnaître que ça a tendance à s'arranger par la suite.

Sonic et le Chevalier Noir
La splendeur de certains environnements contraste avec la pauvreté du level-design.
Le pire, c'est que devant l'aspect sommaire, peu technique et vite répétitif des combats, on se dit que les développeurs auraient pu nous en épargner une bonne moitié. Il suffit d'agiter la Wiimote sans se soucier de la direction pour voir Sonic porter un coup avec son épée, puis de répéter cette action autant de fois que nécessaire afin d'enchaîner des attaques différentes. Au fur et à mesure, une jauge d'âme se remplit ; Sonic peut à tout moment en utiliser la puissance pour déclencher un coup spécial appelé "Âme sauvage", qui consiste à cibler l'ennemi le plus proche et à lui foncer dessus comme un missile. Afin de ne pas être trop ralenti, notre hérisson peut également fuser un instant dans les airs pour survoler ses adversaires ou prendre appui dessus grâce à sa célèbre homing attack. Mais entre les arbalétriers qui le criblent de projectiles et les chevaliers qui avancent en pointant leur lance vers lui, il lui faudra souvent se résoudre à s'arrêter pour utiliser la fonction de parade disponible. C'est d'ailleurs la technique qui prévaut face aux quelques boss du jeu, qui comptent parmi les plus pénibles que l'on ait eu à affronter depuis longtemps, d'autant qu'ils vous obligent à exécuter à la Wiimote certains mouvements qui n'ont rien d'intuitif. On se prend à regretter les fabuleuses machines du Dr. Robotnik...

Sonic et le Chevalier Noir
Basiques et peu techniques, les combats sont pourtant très fréquents et vite pénibles.
De leur côté, les environnements traversés (château, village, forêt, mines...) sont jolis, détaillés et plutôt variés, en dépit d'un manque d'originalité qui tient au thème abordé. Ils se révèlent toutefois plus esthétiques qu'agréables à parcourir : l'obligation de suivre un chemin prédéfini et la difficulté à reculer évoquent les plus mauvais aspects de Sonic and the Secret Rings. Quant aux quelques fantaisies médiévales (possibilité de monter sur une tour d'assaut, une carriole tirée par des chevaux, des wagonnets...), elles ont du mal à véhiculer le même fun que pouvait le faire un simple looping. A côté des niveaux qui pavent la trame principale, Sonic peut aussi effectuer des missions secondaires, régulièrement débloquées en grand nombre et accessibles à partir d'une carte bien pensée. Qu'ils consistent à détruire un certain nombre d'ennemis, à distribuer des anneaux aux villageois (à la faveur de QTE quelque peu insolites) ou à boucler un niveau sans tomber d'un rail, ces objectifs optionnels risquent fort de ne pas motiver les foules. Le pire, c'est encore cette mission saugrenue dans laquelle Sonic doit courir tout en évitant de heurter des villageois... qui popent à 5 mètres de lui ! Ces niveaux bonus ont toutefois le mérite d'exister et de relever une durée de vie qui, sans cela, ne tiendrait pas la route.

Sonic et le Chevalier Noir
Les affrontements contre les boss sont assez frustrants. Mais à l'issue de celui-ci, une surprise vous attend.
Ils permettent aussi d'accumuler plus rapidement l'expérience nécessaire à l'évolution de Sonic. En effet, en fonction de sa performance dans les niveaux (temps mis, anneaux restants, nombre de villageois blessés...) le hérisson se voit octroyer un certain nombre d'étoiles ainsi que de "suivants". Ces récompenses, qui ont valeur d'expérience, lui servent à augmenter son rang de chevalier et à s'améliorer dans trois styles bien définis : le style Paladin qui renforce ses compétences de combat, le style Cavalier qui lui procure une meilleure vélocité et enfin le style Chevalier, bon compromis entre les deux. En fonction des niveaux, vous opterez pour tel ou tel style sachant que les capacités qu'ils octroient ne modifient guère le gameplay. Vous avez enfin la possibilité de récupérer et de collectionner tout un tas d'objets divers et variés, dont certains servent à booster les capacités de Sonic et de ses compagnons (ces derniers pouvant être dotés d'armes alternatives). Ces fioritures représenteront sans doute un plus pour certains, mais paraîtront bien superflues aux yeux des autres. Tout comme le mode multijoueur qui, s'il permet à quatre joueurs de s'amuser un peu en s'affrontant sur la même console, ne représente pas vraiment une valeur ajoutée dans ce titre décevant qui ne redorera pas le blason de la série.

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    La qualité du rendu, assez inégale, varie pas mal en fonction des zones traversées : certains environnements paraissent ternes quand d'autres brillent de mille feux. Les décors bénéficient toutefois d'un niveau de détail et d'une qualité en matière de textures et d'effets visuels qui font honneur à la Wii. On constate malgré tout une baisse de la vitesse d'animation lorsque le rythme s'accélère ou que la caméra s'éloigne pour adopter une représentation en 2D.

  • Jouabilité 7 /20

    C'est archi-décevant. On aurait préféré que la somme des efforts déployés à travers le système d'évolution de Sonic et de ses compagnons ait été consacrée à peaufiner un gameplay qui se révèle impuissant à concilier combats et vitesse pure. Linéaires à souhait, les niveaux vous poussent inexorablement vers des vagues successives d'ennemis, promesse de combats aussi sommaires que répétitifs. C'est d'autant plus dommage que la Wiimote est, une fois de plus, bien utilisée.

  • Durée de vie 11 /20

    La trame principale se boucle en quatre heures de jeu seulement, sachant que ce temps peut facilement être doublé si vous vous acquittez de toutes les missions optionnelles. Vous disposez de surcroît de nombreux bonus à débloquer, qui peuvent être échangés avec d'autres joueurs via liaison wi-fi. Enfin, le mode multijoueur, qui permet de s'affronter jusqu'à quatre sur la même console, apporte également son soutien en termes de durée de vie.

  • Bande son 16 /20

    De la J-Pop au métal symphonique, les thèmes musicaux très réussis de Sonic et le Chevalier Noir brossent des genres variés qu'on pourrait croire au premier abord inadaptés à l'univers médiéval mais qui, au final, dynamisent à merveille une action qui en a bien besoin. Les effets sonores sont tout aussi réussis, même si on peut regretter l'absence de voix françaises (Sonic et Caliburn discutent beaucoup mais il est impossible de jouer correctement tout en lisant ce qu'ils racontent).

  • Scénario 11 /20

    Drôle, bien rythmée, proposant un retournement de situation plutôt bienvenu, l'histoire de Sonic et le Chevalier Noir nous transporte toutefois dans un univers vu et revu : on se prend parfois à regretter l'exotisme d'un Unleashed. Les scènes cinématiques, dont l'esthétique fait mouche, sont toutefois trop nombreuses et hachent une fois de plus le rythme de la progression dans le jeu : un défaut récurrent dans les derniers Sonic.

C'est en jouant à Sonic et le Chevalier Noir que l'on se prend à regretter la (relative) sévérité avec laquelle on avait accueilli Sonic Unleashed. Doté d'un gameplay pénible centré sur des combats sommaires et répétitifs qui hachent la progression dans les niveaux et nuisent à la sensation de vitesse typique de la saga, ce nouvel opus brille surtout par son level-design catastrophique qui éclipse sa réalisation très réussie. Au final, Sonic et le Chevalier Noir fait partie de cette catégorie de jeux étranges dans lesquels on peut avoir du plaisir à progresser (pour découvrir des nouveaux environnements, avancer dans l'histoire, débloquer des choses ou d'autres) sans pour autant en avoir à jouer.

Profil de pixelpirate
L'avis de pixelpirate
MP
Journaliste jeuxvideo.com
13 mars 2009 à 17:57:51
10/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (167)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.2/20
Mis à jour le 13/03/2009
Wii Action Sega Sonic Team
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : WRC 8 : Un pas de géant à l'horizon ?
    PC - PS4 - SWITCH - ONE
  • Preview : Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Just Cause 4 - Danger Rising : Toujours plus loin, plus fort, plus vite
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Borderlands 3
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce