Test Monster Lab- Wii

Wii

Faisant suite à une version DS plutôt réussie, la mouture Wii de Monster Lab débarque. Quasiment similaire à celle de sa petite soeur, Monster Lab Wii reprend donc le concept de "Monster Maker" sous couvert d'une belle ambiance gothique digne des films de la Hammer. Profitant d'une patte graphique très typée, le titre de Backbone nous offre une expérience originale et rafraîchissante.

Monster Lab

Reprenant l'esthétique et les plus célèbres gimmicks du roman Frankenstein ou le Prométhée moderne, Monster Lab profite dès le départ d'un univers établi et extrêmement codifié. De fait, sans avoir besoin d'être pris par la main, le joueur pénètre dans l'antre du scientifique sans aucun a priori et aura ainsi beaucoup plus de facilité à endosser la blouse blanche du génial créateur. Car oui mes bons amis, il va ici s'agir de créer, de donner la vie mais aussi d'envoyer vos ouailles de fer blanc au combat tout en suivant la trame narrative. Cette dernière fait état de l'Alliance des savants fous, dont vous faites partie, qui accueille les savants les plus déjantés de la planète. Votre but ? Gravir les échelons de votre nouvelle entreprise, inventer les monstres les plus puissants qui soient et affronter le baron Mharti afin d'obtenir le statut d'immortel au sein de la fraternité de Monster Lab. De ce pitch découlera des pérégrinations dans la vallée Mystère où vous attendront de dangereux adversaires mais aussi des pièces indispensables à la customisation de votre créature.

Test Monster Lab Wii - Screenshot 69Les combats tournent un peu en rond et l'aspect stratégique est plutôt limité.

Si vous avez déjà quelques années au compteur, cette présentation succincte vous évoquera peut-être quelques souvenirs. Mais si, souvenez-vous de Metal Masters, un jeu de Incal Products sorti en 1991 sur Amiga. Si l'univers futuriste était aux antipodes de celui de Monster Lab, le principe de création, customisation et d'affrontement (entre robots) était déjà au centre d'un jeu très accrocheur. De fait, il est agréable de retrouver tout ceci dans le titre de BackBone d'autant que le concept a quand même évoluer depuis le temps, notamment grâce à diverses possibilités et plusieurs mini-jeux tirant partie des capacités de la Wii. Toutefois, l'idée de départ reste basique. Vous débutez dans votre château dans lequel vous pourrez créer votre monstre. Pour se faire, vous aurez accès à trois laboratoires (mécanique, biologique et alchimique) afin de mélanger des pièces de différentes natures pour créer l'ultime créature. Basé sur le principe du Pierre/Feuille/Ciseaux, une pièce mécanique sera plus puissante qu'une pièce biologique qui elle-même sera plus forte qu'une pièce alchimique, cette dernière surpassant une pièce mécanique. Vous comprendrez alors l'intérêt d'avoir un monstre éclectique. Ne vous privez donc pas de faire des expériences en associant plusieurs objets pour obtenir des éléments uniques pouvant booster les capacités de votre poulain. Néanmoins, avant d'en arriver là, vous devrez passer par une phase de soudure synonyme de mini-jeu. Ici, il suffira de suivre un tracé prédéfini avec votre Wiimote tout en agitant le nunchuk afin de refroidir le fer à souder. Marrant même si devoir le faire pour chaque création de pièces devient un peu usant.

Test Monster Lab Wii - Screenshot 70A contrario, la création de vos monstres propose pas mal de possibilités grâce aux divers objets à ramasser.

Ensuite, dès que vous aurez suffisamment d'items, foncez dans la tour Eclair pour assembler toutes les pièces. Vous pourrez alors choisir la tête, le torse, les jambes et les deux bras de votre champion en fonction des caractéristiques d'attaque et de défense des éléments. Une fois baptisé votre création, il ne restera plus qu'à lui donner la vie. Vu qu'il est possible d'affronter le monstre d'un ami en online, n'hésitez pas à multiplier les expériences pour avoir une armée de soldats en réserve. Ceci vous servira aussi durant la quête principale s'étalant sur six lieux, accessibles par le biais du Troublescope de votre manoir. Une fois opté pour une destination, vous atterrirez sur une sorte de jeu de l'oie. Vos déplacements étant limités, il suffira de se déplacer de "case" en case", votre objectif consistant la plupart du temps à trouver un personnage qui se fera un plaisir de vous confier une quête histoire de faire avancer le scénario. Ne restera plus qu'à s'exécuter tout en évitant ou non les nombreux monstres patrouillant dans le secteur. Bien sûr, la logique veut que vous participiez au plus grand nombre d'affrontements possible sachant qu'à l'issue de chaque bataille victorieuse, vous récolterez des pièces.

Test Monster Lab Wii - Screenshot 71Linéaire dans ses déplacements, Monster Lab se rattrape grâce à son système de création et son univers graphique.

Toutefois, avant d'obtenir votre butin, vous devrez dans un premier temps régler le compte de vos homologues. Et c'est là que le bât blesse car si la difficulté est progressive, les combats ont parfois tendance à traîner en longueur. Cependant, avec un peu de jugeote et de tactique, vous pourrez écourter les rencontres en fuyant (bof, bof) ou choisir où vous allez frapper (beaucoup mieux). Pour réaliser cette action, il suffira de choisir avec le nunchuck un de vos membres, en fonction de l'élément de l'adversaire que vous voulez détruire. Par exemple, en choisissant vos jambes, vous pourrez effectuer une glissade qui abîmera les membres inférieures de votre opposant. Choisissez votre bras droit si vous voulez détériorer la tête de votre ennemi et ainsi de suite. Au final, le combat se terminera dès que le torse (ou les bras, jambes et tête) d'un des deux monstres sera totalement démoli. Intéressants, ces affrontements montrent vite leurs limites et ce malgré le fait de pouvoir réaliser une esquive ou un rechargement d'énergie, indispensable pour lancer des attaques. Quoi qu'il en soit, une fois la rixe finie, vous pourrez réparer votre monstre à l'aide d'un autre mini-jeu. Il faudra dans ce cas choisir l'élément à réparer puis tourner rapidement une roue pour que la pièce retrouve son efficacité d'antan. En parlant de ça, Monster Lab multiplie ces petits challenges qui ne sont pas tous aussi funs les uns que les autres mais qui ont le mérite d'être nombreux puisqu'on en dénombre une bonne vingtaine. De quoi assurer une bonne durée de vie à un jeu ne manquant pas de charme et dont les défauts sont souvent contrebalancés par des qualités.

Logan, le 27 novembre 2008

Les notes

  • Graphismes 14/20

    Plus chaud, rond, coloré et détaillé que sur DS, le graphisme de cette version Wii remplit parfaitement son office. On rentre facilement dans cet univers baroque et barré, fief de monstres décharnés nés de l'imagination fertile de savants qui ont depuis longtemps troqué le serment d'Hippocrate contre une bonne dose de folie.

  • Jouabilité 14/20

    Si les combats ont un petit quelque chose de stratégique, ils n'en restent pas moins limités. A contrario, la création de vos poulains est plutôt poussée et dynamisée par des mini-jeux bien intégrés. Le gameplay s'enrichit à mesure qu'on joue et même si on reste dans une mécanique (c'est le cas de le dire) s'essoufflant assez vite, la jouabilité Wii a le mérite de ne pas poser de problèmes.

  • Durée de vie 13/20

    La longévité du jeu est davantage basée sur la création du monstre parfait que le suivi de l'histoire parsemée de combats. La difficulté progressive sera surtout liée à vos talents de scientifique induisant des expériences diverses et variées. Si le mode Deux joueurs vous occupera le temps de quelques affrontements, n'oublions pas non plus la vingtaine de mini-jeux, réussis dans l'ensemble, qui pourront vous faire ressortir le DVD de sa boîte.

  • Bande son 14/20

    Les bruitages sont discrets mais cette version Wii se distingue de cette consoeur DS par des doublages très réussis. De plus, les thèmes musicaux synthétisent parfaitement cette ambiance horrifico-gothique chère à Mary Shelley renvoyant aux grands monstres de la Universal ou aux productions de la Hammer.

  • Scénario

    -

  • Note Générale14/20

    Après une version DS réussie, la mouture Wii nous arrive en proposant à la virgule près le même contenu. Du coup, logique qu'on y retrouve une ambiance gothique similaire et une customisation de monstre relativement poussée ainsi qu'une vingtaine de mini-jeux. Dommage que les combats ne suivent pas vraiment et que l'architecture du mode principal soit si limitée. Nonobstant ces approximations, ce titre reste une expérience fort sympathique pour qui n'a pas peur des dérives de la science.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 15/20

Retour haut de page

Infos jeu

Vidéos

Voir les 5 vidéos de Monster Lab