Test Sacred 2 : Fallen Angel- PC

PC

Alors que la planète entière retient son souffle en attendant la sortie de Diablo 3, voilà que déboule un challenger de taille. Aboutissement d'un premier opus remarqué mais perfectible, Sacred 2 : Fallen Angel ne joue pas dans la cour de l'épique Titan Quest, mais mise davantage sur son monde ouvert et sa liberté d'action pour s'attirer la sympathie des adeptes du genre. C'est bien simple : Sacred 2 est au hack'n slash ce que Oblivion est au RPG.

Sacred 2 : Fallen Angel

Le problème, c'est que lorsqu'on développe un univers aussi vaste et fouillé que celui de Sacred 2 : Fallen Angel, qui propose 500 quêtes et une soixantaine de donjons sur une superficie de 70 km², on s'expose à la subsistance de bugs divers et variés. Rappelez-vous d'Ultima VII, de Daggerfall et même de Fallout 2 : tous offraient une progression non linéaire dans des environnements ouverts, mais tous étaient très buggés à leur sortie. Toutefois, il faut bien faire la part des choses : autant il est possible d'excuser quelques bugs de quête occasionnels, autant les nombreux problèmes d'optimisation dont souffre Sacred 2 sont difficilement pardonnables. Plantage avec retour bureau, chute subite de FPS, disparition de certaines textures, affichage corrompu de la carte du monde, obligation de reparamétrer ses raccourcis clavier à chaque lancement du jeu... Ce n'est là qu'un aperçu des nombreux problèmes techniques que vous êtes susceptible de rencontrer, et qui risquent d'entacher l'expérience de jeu des malchanceux qui les aligneront. L'installation des premiers patchs rend Sacred 2 un tantinet plus stable, mais c'est encore loin d'être parfait. Ascaron n'a visiblement pas tiré la leçon de ses déboires sur le précédent opus, qui souffrait du même manque de finition. A côté de ça, on vous oblige à acheter la version collector du jeu pour bénéficier d'un pack de textures en haute résolution (qui nécessitent de toute façon une machine de guerre). Et pour que le tableau soit complet, il est nécessaire de disposer d'une connexion internet pour installer Sacred 2 (protection Securom oblige), même si vous n'avez pas l'intention de jouer en ligne. Quelles que soient les qualités intrinsèques du jeu, il était impossible de passer sous silence ces nombreuses contraintes, dont nous tiendrons compte dans la note finale.

Test Sacred 2 : Fallen Angel PC - Screenshot 292Les villes sont un havre de repos et de services en tout genre.

Maintenant que vous êtes averti, une question se pose : Sacred 2 mérite-il tous ces sacrifices ? La réponse est oui, mille fois oui. En réalité, le jeu n'est pas si différent de son prédécesseur, et les nouveautés s'y font plutôt discrètes. Mais le passage à la 3D, l'univers encore plus vaste et plus fouillé et les nouvelles classes de personnages proposées suffisent à sublimer l'expérience offerte par le premier Sacred. Du point de vue du scénario, Fallen Angel n'en est pas vraiment une suite. L'intrigue se situe en effet 2000 ans avant les événements décrits dans l'épisode précédent. Le monde d'Ancaria est au bord de la guerre, en proie à un conflit entre les différents peuples pour le contrôle de l'Energie T. Bien utilisée, cette force ouvre la porte à des progrès technologiques considérables, dont ont su profiter les hauts elfes. Mais elle s'étend à l'excès sur Ancaria, et son pouvoir de création entraîne des mutations chez les êtres vivants, provoquant l'apparition de monstres géants. C'est dans ce contexte que vous intervenez, mais à l'instar d'un Elder Scrolls (auquel nous comparerons beaucoup Sacred 2 tout au long de cet article), vous pouvez écrire votre propre histoire. La quête principale n'est qu'un fil conducteur : libre à vous d'en ignorer les tenants et les aboutissants au profit des nombreuses quêtes secondaires qui vous attendent. Sachez toutefois que si vous décidez d'oeuvrer pour Ancaria, vous vous verrez proposer deux voies différentes : celle de la lumière ou celle des ténèbres. Chacune des deux campagnes offre un développement différent, ce qui renforce le potentiel de rejouabilité de Sacred 2. Surtout que le jeu vous offre le choix entre six personnages distincts.

Test Sacred 2 : Fallen Angel PC - Screenshot 293Chaque objet équipé influe sur l'apparence de votre avatar.

Très appréciée des joueurs du premier opus, la Seraphim est la seule rescapée. Les cinq autres personnages (le haut elfe, la dryade, le gardien du temple, le guerrier noir et l'inquisiteur) sont des nouveaux venus. On apprécie l'effort effectué par Ascaron pour proposer des classes assez originales, dont la polyvalence potentielle permet de sortir des archétypes vus et revus. Certaines, comme le gardien du temple, sont même carrément atypiques dans un genre qui nous sert invariablement la même soupe médiévale-fantastique. Sacred 2 sort des sentiers battus et prend un recul particulièrement rafraîchissant, vous aurez souvent l'occasion de vous en rendre compte. La création de votre personnage vous demande aussi de choisir son dieu de prédilection ; il bénéficie alors du sort divin qui lui est lié, sous la forme d'une compétence au cooldown assez long. Certaines sont à double tranchant, comme celle qui permet d'invoquer un démon qui ne reste que momentanément sous votre contrôle ! Caractéristique très appréciée du premier opus, chaque classe dispose de sa propre zone de départ sur la carte. Quant à la possibilité d'évoluer à dos de destrier, elle a été conservée et enrichie : outre les classiques équidés, chaque personnage dispose désormais d'une monture spécifique à sa classe. Votre haut elfe aura l'air royal perché sur son serpent ailé et votre inquisiteur chevauchant son araignée sépulcrale en jettera un max ! La création de votre avatar est donc assez complète et assure à Sacred 2 un certain potentiel de rejouabilité. Seule réserve : l'impossibilité de choisir le sexe de votre incarnation, typique des hack'n slash, dépare un peu dans un jeu où la liberté d'action est mise en avant.

Test Sacred 2 : Fallen Angel PC - Screenshot 294Certains panoramas sont une invitation au voyage.

Le système d'évolution de votre avatar n'a guère changé depuis Sacred. Au cours de vos combats, vous accumulez de l'expérience, représentée par une jauge verte située au-dessous de son portrait. A chaque gain de niveau, vous répartissez les points de caractéristiques obtenus selon votre bon vouloir (force, endurance, intelligence...). Vous disposez également de points de compétences à répartir dans des domaines variés (maîtrise de l'épée, concentration, alchimie...). Vous débutez avec une seule compétence, mais tout au long de votre progression, vous aurez la possibilité d'en choisir de nouvelles (pour un total de 10 au maximum). Le principe des Arts du combat a également été conservé, mais il a été refondu pour que vous puissiez développer votre personnage de façon encore plus poussée. D'une part, les Arts du combat sont désormais organisés en trois sections spécifiques à chaque classe. A titre d'exemple, la dryade peut se spécialiser dans le combat à distance, la magie de la nature ou les pouvoirs vaudous qui lui permettent d'aspirer la vie de ses ennemis. Tout au long de votre progression, vous trouverez des runes qui améliorent les différents Arts du combat ou déverrouillent ceux qui ne sont pas encore connus. Celles qui ne correspondent pas à votre classe sont échangeables chez le Maître des runes. D'autre part, si on regrette le faible nombre d'Arts du combat à disposition (quinze par classe), il faut savoir qu'il est maintenant possible de faire évoluer chacun d'eux. Un sortilège, par exemple, peut voir au choix sa zone d'effet ou sa durée augmenter. Chaque Art du combat pouvant évoluer 3 fois, il dispose donc de 8 variantes possibles. Notez enfin que si les nombreux équipements de rareté variable droppés par les monstres ne vous satisfont pas, il est toujours possible de les sertir soi-même. Une fonction très pratique, présente sur la page d'inventaire, permet d'afficher tous les bonus effectifs sur votre personnage.

Test Sacred 2 : Fallen Angel PC - Screenshot 295Les combats manquent un peu de souffle épique.

Le gameplay ne connaît pour sa part aucune évolution notable. Maintenez le bouton gauche de la souris enfoncé pour attaquer un monstre à répétition avec votre arme de base, et cliquez droit pour activer un Art du combat. Il est toujours possible de générer des combos en associant plusieurs Arts du combat. Le nombre de combos disponibles augmentant tout au long du jeu, vous pouvez varier les approches et vous adapter à toutes les situations. Ceci dit, soyons honnêtes : cela ne rend pas les combats de Sacred 2 plus tactiques que ceux de ses concurrents. En outre, il subsiste une certaine mollesse dans leur rendu, et ce indépendamment du nombre d'adversaires impliqués. Il faut dire que l'animation des frappes a tendance à s'éterniser et que le léger temps de latence entre le clic et l'exécution du coup nuit au dynamisme de l'action. On est loin de la frénésie d'un Titan Quest, mais au bout de quelques heures de jeu on s'y fait. Et heureusement, vu que les ennemis réapparaissent constamment : à chaque mort, entrée/sortie de grotte, chargement de partie... A ce sujet, précisons que la possibilité d'aller où vous voulez dès le début du jeu nécessitait une adaptation automatique du niveau des monstres à celui de votre personnage. Le tour de force, c'est qu'elle ne nuit en rien au sentiment de montée en puissance nécessaire à tout hack'n slash. Le revers de la médaille, c'est que les combats vraiment difficiles restent rares, même au niveau de difficulté "argent". Vous aurez noté que l'ensemble des reproches adressés à Sacred 2 depuis le début de ce paragraphe sont aussi ceux que l'on faisait à Oblivion. Mêmes qualités, mêmes défauts : la proximité des deux jeux est évidente.

Test Sacred 2 : Fallen Angel PC - Screenshot 296La gestion des Arts du combat est l'évolution principale de Sacred 2.

Et puisqu'on en est à évoquer les défauts de Sacred 2, citons également l'interface peu pratique, qui souffre d'icônes trop petites (qui devraient vous convaincre d'utiliser au plus tôt les raccourcis clavier) et de boîtes textuelles peu lisibles. Qui plus est, l'absence de points cardinaux sur la mini-map est gênante. On apprécie toutefois qu'il soit possible de déplacer son personnage à la souris ou au clavier. Vous opterez d'ailleurs probablement pour ce second mode de contrôle après vous y être repris à 10 fois pour tenter de sortir d'une maison en cliquant sur le sol. Autre source d'agacement : si la caméra (paramétrable) ne pose guère de problème en extérieur, sa gestion dans les donjons est quelque peu pénible. Le mieux est alors d'opter pour une vue aérienne avec perspective à la Baldur's Gate, sachant que plus la caméra s'éloigne de l'action et plus les ralentissements seront nombreux sur les configurations les moins pêchues. Interface, pathfinding, ralentissements... Les mauvaises langues argueront que ces point faibles étaient déjà ceux de Sacred premier du nom, et regretteront de les retrouver une fois de plus. Heureusement, vous les oubliez vite en arpentant les environnements ouverts de Sacred 2, qui pousse le plaisir de l'exploration à son apogée. Les paysages bucoliques du début, peuplés de loups et de brigands, laissent vite la place à des ambiances plus variées et plus exotiques, avec un bestiaire en conséquence. Et au sortir d'une crypte lugubre, vous apprécierez le repos offert par les paisibles villages animés, dont les habitants vous offriront tous les services indispensables. L'architecture de certains bâtiments étonne et en met plein les mirettes ; certains sont munis de coupoles et de verrières à travers lesquelles on peut contempler leur intérieur. C'est superbe, d'autant qu'on peut y entrer et en sortir sans aucun temps de chargement.

Test Sacred 2 : Fallen Angel PC - Screenshot 297Le toit disparaît lorsque vous pénétrez dans un bâtiment.

La dimension artistique de Sacred 2 est donc une entière réussite, en dépit d'une palette de couleurs discutable et d'un manque évident de shaders, qui participent à un rendu visuel sans doute un peu trop flashy. Du premier coup d'oeil ça peut dérouter, mais on finit par s'y habituer, comblé par la profusion de détails et la variété des paysages, cycle jour/nuit et gestion des effets météo à l'appui. Autre petit reproche : si l'animation de votre héros est réussie, celle des monstres déçoit un peu et témoigne d'une modélisation un tantinet anguleuse. Au niveau sonore, c'est un régal : le doublage français est très correct et il est difficile de ne pas esquisser un sourire devant les remarques drôles et décalées de votre avatar (et de ses victimes !) durant les combats. Qui plus est, on apprécie que chaque classe de personnage dispose de ses thèmes musicaux particuliers, composés par le groupe de metal Blind Guardian, dont vous pouvez assister à un concert à l'intérieur même du jeu. Sacred 2 est vraiment truffé de tous ces petits détails qui font les grands jeux. Pour ne rien gâcher, sa durée de vie phénoménale et sa rejouabilité réelle s'accompagnent d'un mode multijoueur très solide, qui vous permet de prolonger le plaisir en réseau local ou sur internet (avec des serveurs publics anti-triche à disposition). Au final, en dépit de ses nombreux bugs et imperfections techniques, Sacred 2 : Fallen Angel s'impose comme une référence du genre. Il devrait offrir à tous les amateurs de hack'n slash de nombreuses heures de plaisir en attendant Diablo 3.

Pixelpirate, le 06 octobre 2008

Les notes

  • Graphismes 16/20

    Malgré le passage à la 3D, Sacred parvient à conserver dans cette suite toute son identité visuelle. La taille gigantesque de la carte n'empêche pas les environnements d'être variés et de fourmiller de détails. On déplore toutefois une animation perfectible et des ralentissements importants sur les configurations les plus modestes.

  • Jouabilité 14/20

    La jouabilité de Sacred 2 est simple, et typique en cela de tout hack'n slash. On apprécie que le développement du personnage ait été complexifié, pour des possibilités toujours plus nombreuses. Par contre, son interface perfectible et sa gestion de la caméra problématique dans les donjons entachent légèrement l'expérience de jeu.

  • Durée de vie 18/20

    Deux campagnes différentes, six classes de personnages entièrement personnalisables, 70 km² de paysages modélisés, une soixantaine de donjons, des tonnes de quêtes secondaires et d'items : la durée de vie de Sacred 2 est monstrueuse, d'autant qu'elle s'appuie sur un bon potentiel de rejouabilité et un mode multijoueur complet.

  • Bande son 14/20

    A l'image du jeu dans son ensemble, les thèmes musicaux composés par Blind Guardian sont décalés et réussis. Ils laissent par contre un peu trop souvent la place aux bruitages environnementaux. Heureusement, ces derniers sont de bonne facture et partagent l'affiche avec un doublage français plus que correct.

  • Scénario 13/20

    Bien qu'elle n'ait rien de particulièrement motivante, l'intrigue principale se laisse suivre sans déplaisir. Les quêtes secondaires sont nombreuses et - forcément - d'un intérêt inégal. La force du jeu tient dans l'exploration de l'univers : on pense à Ultima VII, Baldur's Gate et Oblivion. De sacrées références quand même !

  • Note Générale16/20

    Sacred 2 : Fallen Angel s'annonçait comme une agréable mise en bouche en attendant Diablo 3 ; c'est en réalité un délicieux plat de résistance. En dépit de problèmes techniques et d'un certain manque de rythme dans les combats, il saura se faire apprécier des amateurs de hack'n slash. L'univers immense et varié d'Ancaria, modélisé avec une propension au détail qui force le respect, est le terrain de jeu idéal aussi bien pour les férus d'exploration que pour les grosbills à la recherche de la partie manquante de leur set. Disposant d'une durée de vie monstrueuse et d'une rejouabilité assurée, c'est une acquisition indispensable pour tous les fans du genre qui ne rechignent pas à télécharger des mises à jour.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 15/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : KOCH Media
  • Développeur : Ascaron Software
  • Type : Action / Jeu de Rôle
  • Multijoueurs : jusqu'à 16 joueurs en réseau ou en ligne
  • Sortie France : 3 octobre 2008
  • Version : française intégrale
  • Config minimum : Windows XP/Vista, processeur 2,4 Ghz, 1 Go de Ram, carte graphique 256 Mo GeForce 6800 ou supérieure, 20 Go d'espace libre sur le disque dur , connexion internet requise pour l'activation du jeu
  • Config conseillée : Windows XP/Vista, processeur Dual Core 2 Ghz, 2 Go de Ram, carte graphique 512 Mo GeForce 8800 GTS ou supérieure, 25 Go d'espace libre sur le disque dur , connexion internet requise pour l'activation du jeu
  • Classification : Déconseillé aux - de 16 ans
  • Web : Site web officiel
  • Existe aussi sur :
    Sacred 2 : Fallen Angel - Xbox 360 Sacred 2 : Fallen Angel - PlayStation 3
  • Similaire à :
    Sacred
    The Elder Scrolls IV : Oblivion
Mots-clefs : Sacred 2 Fallen Angel, sacred2 SacredSacred

Vidéos

Voir les 39 vidéos de Sacred 2 : Fallen Angel